Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Quel frein au délire ?
 
La campagne présidentielle nous entraîne dans des assauts délirants de démagogie et de télé-évangélisme. Certains pour ne pas ouvrir les yeux diront que cela a toujours été le cas. Ce n’est pas exact car il y a toujours eu des freins au délire.
Les arbres ne montent pas jusqu’au ciel grâce à la gravitation qui les en empêche et qui par ailleurs permet aussi à la pluie de retourner à la mer après avoir abreuvé les plantes, les animaux et les hommes. L’homme a tenté d’apprivoiser la gravitation et y a souvent réussi par ses barrages ou son aviation. Mais il a aussi souvent abandonné au sacré la gravitation qu’il n’arrivait pas à maîtriser comme les avalanches, les éboulements, les météorites ou les inondations.
Chez l’homme c’est la combinaison de l’expérience et de la connaissance, du cycle de l’entraîneur et de celui du professeur qui a toujours été le frein à son propre délire.
Le professeur explique comment la connaissance va générer la décision et comment l’action va créer le besoin de recherche de nouvelles connaissances et donc une écoute tolérante. Il fait la part belle à la connaissance. Ce cycle se constate à l’université ou dans les séminaires d’entreprise.
L’entraîneur cherche l’efficacité et c’est en exprimant l’expérience qu’il augmente l’efficacité. Il fait la part belle à l’expérience. Ce cycle se constate aujourd’hui dans le sport, le coaching, le service national ou l’effectuation pour faire très neuf avec un très vieux mot.
Nous avons méprisé le cycle de l’entraîneur au profit de celui du professeur en allant jusqu’à les opposer et considérer que le cycle de l’entraîneur n’était utile qu’à la marge. Or cette opposition n’est qu’apparente car les deux cycles se complètent et surtout se tempèrent. Ils sont tous les deux le contrepouvoir de l’autre.
 
La difficulté actuelle est que nous avons perdu les contrepouvoirs intellectuels. Chacun s’envole dans ses rêves sans automaticité de réveil.
En éducation nous mettons les deux contrepouvoirs dans la même Education Nationale, ce qui est impossible. Le primaire devient petit à petit dominé par le cycle de l’entraîneur pour apprendre aux enfants à vivre en société mais abandonne donc le cycle du professeur. Il donne des adolescents très branchés copains mais très faibles en calcul, en lecture et en écriture pour ne pas parler de l’orthographe. Le secondaire et le supérieur reprennent le cycle du professeur mais comme les bases existent mal, les étages se montent mal et l’on baisse sans arrêt le niveau de la prétendue réussite qui ne débouche plus sur une reconnaissance sociale. En même temps le contrepouvoir du cycle de l’entraîneur a disparu et l’expérience n’est bien souvent plus un filtre des connaissances du professeur.
Le summum du ridicule est atteint en économie ou chaque professeur diffuse une logorrhée que les étudiants sont priés de répéter pour se croire savants. La rareté de la monnaie était le frein des envolées lyriques des professeurs d’université. Mais depuis que l’on fait semblant de croire que la monnaie a remplacé le troc et que l’échange est création objective de richesses, tous les fantasmes sont autorisés et les médias diffusent à l’envi les idées les plus farfelues, toutes "nobélisées".
Nous avons oublié, même si Daesh nous le rappelle avec violence, qu’un groupe n’existe que par une approche commune du beau, du bien et du vrai avec une volonté chez certains d’imposer leur vision à l’ensemble de l’humanité en la voulant universelle. Les religions et les philosophies sont objectives et servent de références à l’intérieur de leur groupe, mais ont souvent du mal à reconnaître qu’elles sont objectivement subjectives et que d’autres civilisations peuvent avoir d’autres approches sans avoir tort pour autant.

L’idée du voyage était depuis des siècles d’aller découvrir d’autres harmonies sur d’autres notions du beau, du bien et du vrai. Le capitalisme et le mondialisme du XXsiècle en ont fait le plaisir de retrouver au loin le même chez soi sans les voisins ou, comme nouveaux voisins, tous ceux qui ne supportent pas les leurs. Il est temps de retrouver Montaigne dans le chapitre II, XII de ses Essais :
"Les lois de notre pays, cette mer flottante des opinions d’un peuple », ( ) « Quelle bonté est-ce, que je voyais hier en crédit, et demain ne l’être plus : et que le trajet d’une rivière fait crime ? », ( ) « Quelle vérité est-ce que ces montagnes bornent, mensonge au monde qui se tient au delà ? », ( ) « Les mariages entre les proches sont capitalement défendus entre nous, ils sont ailleurs en honneur », « ( ) Le meurtre des enfants, meurtre des pères, communication de femmes, trafic de voleries, licence à toutes sortes de voluptés : il n’est rien en somme si extrême, qui ne se trouve reçu par l’usage de quelque nation". 
Montaigne souligne la précarité du beau, du bien et du vrai. Il voit déjà dans la loi l’expression flottante du juste, symbiose du bien et du vrai comme le pur est la symbiose du vrai et du beau, et le riche celle du beau et du bien. Au féminin cela donne la justice, la pureté et la richesse, trois entités morales essentielles à tout peuple qui cherche à les constater chez lui. Malheureusement la justice, la richesse et la pureté se travaillent mais ne se créent pas et elles se chiffrent évidemment encore moins.
La monnaie est aujourd’hui totalement incomprise. Elle est vécue comme un stock alors qu’elle n’est qu’un flux qui devrait limiter par sa rareté son utilisation à la quantité d’énergie humaine dépensée pour la créer. Elle devrait être, ce qu’elle a toujours été, le frein de la construction permanente de la tour de Babel, symbole de la folie humaine.
Elle ne l’est provisoirement plus car nous avons décidé que la richesse se chiffrait, qu’elle se chiffrait par la dépense, le fameux PIB, et qu’il suffisait de dépenser davantage (la croissance) pour s’enrichir, ce qui pose quelques problèmes concrets que nous appelons la crise.
La monnaie n’étant plus un frein, les délires s’emballent, du transhumanisme au revenu universel, du faux gratuit à la fuite en avant dans l’innovation permanente.
Mais la nature ayant horreur du vide deux freins pointent leurs nez pour contrecarrer la folie actuelle, la guerre et le populisme. La guerre est admirablement fardée, le populisme ne sait pas très bien où il habite. C’est pour moi l’enjeu en France de la campagne présidentielle actuelle.

Paru sur www.surlasociete.com
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Guerre et paix en zone Asie et Pacifique                          
 
Les 14/16 Février, les Singapouriens ont commémoré avec beaucoup de recueillement le 75ème anniversaire de la Chute de Singapour en 1942 face aux troupes japonaises.
Selon Winston Churchill le jour le plus sombre de l'Empire britannique.
Cet Eden colonial, ce grand port stratégique subit alors 44 mois d'une occupation d'une horreur absolue dans sa cruauté et sa violence.
Les Américains se chargèrent (pas tout à fait tout seuls) d'anéantir les ambitions japonaises et de reconquérir le Pacifique, les deux bombes finales marquant à la fois la fin des hostilités et le début de la Guerre Froide.
Après la reddition du Japon début août 1945, les Britanniques se précipitèrent à Singapour : il ne fallait surtout pas que les Américains y prennent pied ! Mais le redémarrage fut long et difficile, assorti de troubles sociaux et politiques. L'urgence était de remettre le port – source de toutes les fortunes – en marche. L'indépendance fut finalement accordée, d'abord sous forme fédérale avec la Malaisie, puis l'Ile devint Etat indépendant en août 1965. Suivirent 40 années d'une ascension économique et sociale fulgurante sous la houlette d'un ministre-mentor Lee Kuan Yew, et de son entourage. Le Système Lee de Singapour "travail et confort"  fut certainement le modèle et une des origines de la croissance économique de tout le Sud Est Asiatique.
 
Lorsque l'on voit le Président Donald Trump presser sur son cœur le très réservé Shinzo Abe, on se dit que beaucoup de temps est vraiment passé : après les excuses d'Obama et son étonnante visite à Hiroshima, nous voilà avec "une alliance O.K. à cent pour cent"  déclare le grand platiné, confirmant ainsi, dans son langage particulier, qu'après avoir reconquis le Pacifique, les Etats Unis en sont les principaux décideurs.
Le 27 janvier, comme il l'avait annoncé, Donald Trump a rayé d'un trait de plume télévisé la participation des Etats Unis au Trans Pacific Partnership (TPP) si longuement négocié et conclu entre 12 pays riverains du Pacifique, lequel concrétisait une volonté commune de libre échange, représentant 40% du commerce mondial.
Les USA en étaient leaders, et un des buts avoués était d'écarter la Chine du Pacifique et d'en endiguer les ambitions.
Donald Trump ne répudie pas complètement le TPP ; il le trouve "mal ficelé" et veut le renégocier en y intégrant sans doute la Chine, ce qui est un total renversement de tendance. De toutes manières, Trump ne croit ni au libéralisme planétaire, ni à la globalisation : son truc ce sont les accords bilatéraux négociés ou renégociés un à un, se juxtaposant les uns aux autres. Pour résumer, la politique commerciale des Etats Unis sera gérée comme celle d'un grand magasin : rayon par rayon, stock par stock. C'est ce que l'Australie – très mécontente et inquiète - constate avec quelque amertume. Par ailleurs, il ne cesse de le répéter : la presse il s'en fout, tout comme du renseignement, qui selon lui "ne sert à rien, puisque tout le monde espionne tout le monde"
 
En un mois, depuis son entrée en fonction, le nouveau Président a rencontré Theresa May, Premier Ministre du partenaire historique, Shinzo Abé représentant le premier partenaire du Pacifique, dont dépend une grande partie de l'économie US, le canadien Trudeau voisin indispensable ; il est fâché avec le Mexique, le Venezuela ; tous les Latinos retiennent leur souffle, à commencer par le Chili, dont le ministre du commerce – Mr Ciobo – a tiré la sonnette d'alarme. Du côté australien, le P.M. Malcom Turnbull (qui a, de plus des problèmes internes) a pris langue avec Shinzo Abe, entrainant dans son sillage la Nouvelle Zélande, "ferme" du Pacifique, et le Vietnam qui par le biais du TPP espérait solidifier son essor économique, certes foudroyant mais fragile.
 
La brutalité de la méthode Trump choque et inquiète tous les pays Pacifique. S'ajoute à cela un climat général de déstabilisation politique, qui fait planer une pénible ambiance d'incertitude. Les relations internationales essaient toujours de pérenniser la stabilité, surtout dans un monde aussi complexe que le nôtre. Le chaos délibérément pratiqué est peut-être une tactique. Tactique destinée à "faire le ménage" afin d'instaurer ultérieurement de nouveaux repères.
Mais ce peut être aussi le signe de la méconnaissance (volontaire ou non ?) des règles de droit, des procédures internationales, ainsi que des usages diplomatiques. S'il y a volonté de choquer, et provoquer un séisme général, la communauté politique nord-américaine ne l'acceptera pas. Le Congrès (même républicain) a le pouvoir de tout bloquer. Et la communauté internationale – tout en étant un monde d'hypocrisie – refusera de plier.
En fait, en zone Pacifique, le paradoxe est flagrant : d'un côté, il faut être unis et cohérents dans la paix économique, commerciale et financière ; mais de l'autre, les ambitions politiques, les tricheries de tous ordres et la violence laissent en permanence craindre le pire.
En apparence, les craintes principales émanent de la Corée du Nord - une fois de plus – notamment avec le lancement du missile à 500 kilomètres de portée, début février : la Corée du Sud et le Japon tremblent de peur. A cela s'ajoute l'assassinat en Malaisie du demi-frère du président Kim Jong perpétré par un groupe aux nationalités obscures, mais que la Corée du nord accuse d'être au service de la Corée du Sud. Le clan Kim est régulièrement la cible de tueurs. La Corée du Sud est en ce moment empêtrée dans de graves affaires de corruption impliquant la Présidente et surtout le patron du gigantesque groupe Samsung dont les activités représentent près de 20% de l’économie sud-coréenne ; cela aura certainement un fort impact sur l'économie générale du pays, d'autant que d'autres têtes risquent de tomber.
 
L'affaire Kim Jong Nam prend un tour politique : limogé par son demi-frère, Kim Jong Nam résidait à Macao avec sa famille, donc la Chine revendique d'avoir un œil sur l'épineux dossier et la Malaisie refuse de se dessaisir de l'enquête et du mort, réclamé par la Corée du Nord. Le ton monte. Le Japon craint des retombées vengeresses, mais se réjouit en douce des ennuis de son concurrent maritime et commercial. Singapour compte les points et a commencé à déplacer ses équipements portuaires vers le nord (donc plus près de la Malaisie) pour mieux les sécuriser. Pékin ne dit trop rien et garde ses ambitions sur les iles de la mer de Chine du sud. Poutine, là-haut tout au nord de l'océan, se tait et attend.
De son côté, aux Philippines, le bouillant Président Rodrigo Duterte – qui déteste les Américains et les taxe de tous les malheurs de son pays depuis 70 ans – s'est tourné vers la Chine, a été reçu avec faste par le Président Xi en octobre dernier, accompagné de 200 leaders économiques et chefs d'entreprise. Il envisage également une alliance avec la Russie, afin de sortir son pays, véritable catastrophe sociale et humanitaire d'un marasme récurent. Quelle sera la réaction de la Maison Blanche, face à cette tentative, car Manille assure d'importantes positions stratégiques et militaires américaines dans le Pacifique nord.
L'Indonésie, dont la progression économique est intéressante, est aux prises en permanence avec la corruption électorale, comme l'atteste l'élection du gouverneur de Jakarta et celle prochaine, du président. Il en est à peu près de même en Inde, en Thaïlande (avec ce nouveau monarque très mal évalué), au Laos, au Cambodge, au Myanmar où la Présidente, pourtant Nobelisée, est accusée, elle aussi d'importants détournements.
Par ailleurs l'ensemble de ces pays est assailli de nouvelles violences, d'origines très variées, souvent mafieuses, pas toujours terroristes, où se mêlent appartenances religieuses et intérêts financiers. Rien n'est simple en Asie, et surtout pas la détention du pouvoir. Cela dure depuis des millénaires ; les Occidentaux et les Onusiens avec leurs jolies idées de paix publique et d'honnêteté absolue sont dépassés et semble bien naïfs.
 
Une partie de l'Avenir de l'Europe se joue dans cette zone devenue la proie de toutes les turbulences, car il ne faut jamais oublier l'imbrication mondiale des intérêts financiers, l'importance des flux commerciaux, le rachat des fonds de pensions européens par les USA, lesquels sont à leur tour cautionnés par la Chine. Lors d'une conférence à Paris en avril dernier, Pascal Lamy, ex directeur de l'OMC a rappelé "qu'en économie, on n'a pas d'amis, on a que des partenaires, et la communauté internationale n'existe pas. Il s'agit plutôt d'équilibrer les intérêts et pour cela l'arbitrage est essentiel dans ce travail".
Donc, vouloir tout casser dans la brutalité est, sur les court et long termes, contre-productif. La leçon de tout cela est étonnante : en fait on se retrouve une fois de plus avec les trois mêmes poids lourds de la politique mondiale : la Chine, la Russie, toujours secrets et silencieux, et les Etats Unis. Tout, une fois de plus, dépend d'eux, de leurs relations, des équilibres possibles ou inimaginables... Rien de changé. Que fera le grand platiné ?...
Le Premier ministre Lee Hsien lors de son discours commémoratif du 14 février à Singapour a terminé ainsi : "...Nous ne devons jamais oublier ces jours sombres. Nous sommes heureux et avons une bonne Défense. Mais Singapour sera toujours petite et vulnérable. Personne ne doit nous ôter notre souveraineté ni notre sécurité. Ces vérités ne doivent pas non plus être oubliées".
 
La France aussi, est devenue en quelques décennies "plus petite et plus vulnérable". Il faut être réaliste et arrêter les fables. Ceux qui prétendent y assumer quelque pouvoir devraient s'en souvenir.
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Brève note sur les élections présidentielles et législatives : un point de vue chrétien
 
Comme à chaque élection, les chrétiens, spécialement les catholiques, s’interrogent sur leur vote et le sens qu’ils doivent lui donner. C’est un signe de bonne santé démocratique et, bien qu’il ne soit pas nécessaire de le rappeler, la preuve de la parfaite intégration des chrétiens à nos institutions politiques. Ce seul constat rend d’ailleurs rhétorique la différence classique  entre "Chrétiens français" et "Français chrétiens" (cf. le livre du même titre de Natacha Polony, Fabrice Hadjadj et Dom Paul Préaux, éditions Salvator, 2017) qui n’est qu’une autre façon de dire la distinction entre le témoignage et l’engagement, dont chacun est finalement libre du choix.
Dans le même sens, la brève note qui suit n’a pour ambition que de donner un éclairage permettant  à cette liberté de s’exercer le mieux possible.
Un rappel initial élémentaire : ni l’Evangile ni le Compendium ne constituent un programme politique, n’en déplaise aux récupérateurs de tous bords. A s’en tenir au Compendium, il énonce un certain nombre de principes généraux dont l’avantage est toutefois de couvrir un champ assez large du politique. Principes suffisamment connus pour que cette note ne s’y attarde pas. Plus intéressant en revanche est de rechercher, à partir de ces principes, si des applications concrètes, forcément différentes selon les pays et selon les époques, pourraient être proposées, comme le pape François –et ses prédécesseurs aussi- nous y ont invités plusieurs fois.
Pour cela, nous disposons certes d’outils de réflexion complémentaires du Compendium comme, par exemple, les deux contributions des évêques français de 2016 : "2017, année électorale. Quelques éléments de réflexion" et "Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique". Dans ce cas non plus, je ne m’y attarderai pas, à la fois pour le même motif que le Compendium, mais aussi dans la mesure où ces textes, toujours intelligents, profonds et nuancés, restent encore à un niveau de généralités trop grand pour éclairer suffisamment leurs lecteurs dans leurs choix concrets.
 
Finalement, donc, outre la méditation nécessaire et utile des sources précédentes, est-on renvoyé à l’exercice de notre liberté de conscience, sans doute bordée par des références à la dignité de chaque homme, à l’option pour les plus pauvres, à la destination universelle des biens, à la solidarité, à la subsidiarité, au respect de l’environnement, etc… mais d’autant plus "autonome" que lesdites références peuvent être interprétées dans bien des sens, sauf à vouloir les instrumentaliser selon ses préférences partisanes.
Pour exercer le mieux possible cette liberté de conscience, et afin qu’elle ne devienne pas le paravent un peu facile d’un contournement social, d’un évitement politique, voire d’un déguisement idéologique, comment ne pas invoquer la notion de Bien commun, en essayant de lui donner un contenu assez précis dans la France de 2017 ?
En effet, la première utilité concrète du Bien commun est de ne pas s’empêtrer dans la confusion de la morale privée et de la morale publique. Si la première a pour finalité, d’un point de vue chrétien, la participation de chaque fidèle au salut, c’est précisément le Bien commun qui constitue la finalité de la seconde. Qu’on ne s’y trompe pas : les vertus privées des responsables politiques sont plus que souhaitables mais, dans un pays laïc, elles  peuvent d’autant moins dicter le choix des électeurs que leur connaissance par les citoyens dépend de plus en plus d’un "bon" vouloir médiatique ou de la capacité des "réseaux sociaux" français ou étrangers à diffuser les rumeurs qui arrangent. A ce titre d’ailleurs, les qualités d’hommes d’Etat de Mazarin, Bonaparte ou Clémenceau ne pèseraient guère ! Reste donc, comme valeur sûre, l’apport attendu de chaque candidat au Bien commun, entendu comme "la dimension sociale et communautaire du bien moral" (Compendium §164).
Ainsi, la seconde utilité de ce dernier est qu’il n’est assimilable ni à l’intérêt général –car il prend en compte l’épanouissement de tous les biens personnels -, ni au bien public – car il respecte le principe de subsidiarité plus que les définitions étatiques du bien - ni, encore moins, à l’utilité publique – qui est de l’ordre du positivisme juridique -. Avant d’être commun, il est d’abord un Bien, englobant pour le chrétien "toutes les conditions sociales nécessaires à la perfection des groupes et de leurs membres" (Gaudium et Spes §26), qu’il s’agisse des biens matériels nécessaires à une existence digne ou des biens spirituels contribuant à la poursuite des fins dernières de la personne (Compendium §170).
 
On voit donc que le Bien commun, qui est la raison d’être de l’autorité politique (Compendium §168), dessine assez bien les contours de ce qu’on pourrait appeler l’identité chrétienne face aux choix politiques contingents. Car c’est bien cette identité (à ne confondre ni avec les identités nationales, "heureuses" ou "malheureuses", chères aux partisans du monoculturalisme, ni avec "l’inclusion des identités plurielles" chère aux partisans du pluriculturalisme) qui peut orienter les chrétiens dans leurs choix. Identité particulière, discrètement mais réellement présente, qui ne va pas chercher à s’imposer aux réalités mais à les relever, comme le sel de la terre et la lumière du monde, avec des intensités plus ou moins fortes selon les circonstances (cf. le livre de Saint Jean Paul II : "Mémoire et identité").
Si l’on se range à une telle perspective, force est de constater que cette identité chrétienne ne s’exercera pas d’abord dans les domaines les plus couverts par les programmes politiques, et cela pour deux raisons : d’une part, les programmes des candidats préconisent des réformes en matière d’institutions , d’économie, de politiques sociales, de politique étrangère, etc… qui, dans un pays comme la France d’aujourd’hui, avec le niveau d’organisation et de complexité qu’elle a atteint, sont souvent, pour le chrétien, autant d’options libres qui, à vrai dire, engagent des préférences personnelles plus que de grands principes. On pourrait en multiplier les exemples. Je n’en prendrai qu’un : le modèle social français repose certes sur des valeurs de solidarité auxquelles nous tenons. Mais d’autres modèles peuvent aussi être de bonnes références, qu’ils soient rhénans ou scandinaves ou qu’ils conjuguent autrement solidarité et flexibilité. D’autre part, pour les sujets plus clivants, on se trouve vite face à un dilemme qui explique en partie la prudence des déclarations épiscopales : pour  prendre là aussi un exemple, si l’accueil des étrangers, des réfugiés en particulier, peut constituer un des éléments d’appréciation favorables à tel camp, d’autres politiques, non moins significatives, comme la politique familiale, conduiront à un choix diamétralement opposé. Et ne parlons pas de l’Europe où les orientations les plus diverses peuvent être légitimes ! Et de proche en proche, on en arrivera à une forme de jeu à somme nulle nous renvoyant à notre perplexité initiale.
 
En revanche, l’identité chrétienne peut radicalement éclairer nos votes si nous nous plaçons, non plus au niveau des programmes, mais à celui de la méta - politique, en nous aidant à distinguer, parmi les candidats présents, celui dont la vision anthropologique, le discours sur l’homme, le plus souvent implicite dans ses discours, mais toujours sous-jacent à ses propositions, notamment dans ce révélateur qu’est le langage employé, se rapproche le plus de la vision chrétienne du monde. Car, comme le souligne la C.E.F., "il n’y a plus, ou de moins en moins, de vision anthropologique commune dans notre société" (§8) et, sans cette vision, nulle proclamation, fût-t-elle celle de la dignité inaliénable de la personne humaine, ne peut prendre véritablement sens.
La référence à cette anthropologie va alors nous conduire à prendre en compte et à comparer les positions des uns et des autres sur un certain nombre de points finalement très concrets, mettant en cause la nature de l’homme mais que très peu, en dehors des chrétiens, osent aborder :
- la conception des rapports entre le spirituel et le temporel qui respecte ces deux dimensions : ce qui invite à se reporter aux positions des différents candidats sur la laïcité, selon qu’elle se résume à une injonction faite au religieux de se cantonner au seul domaine privé ou qu’elle s’ouvre au respect de l’héritage historique et des racines culturelles de la France.
- le respect de la vie dans toutes ses dimensions : ce qui invite à réfléchir à l’intérêt porté par chacun à l’accueil de la vie, à l’accompagnement des mourants et des malades, aux handicapés mais aussi à la bio-éthique et aux enjeux de la recherche scientifique.
- la complémentarité de l’homme et de la femme – homme et femme il les créa (Gen. 1, 27) - à partir de laquelle la famille, avec les valeurs de fidélité, de respect, d’assistance et de secours mutuels qu’elle exprime, peut redevenir la cellule de base d’une société fondée sur l’amour et non pas l’exacerbation des hédonismes individuels.
- la fraternité universelle entre les personnes – à l’opposé de toute idéologie d’exclusion de race ou de classe - afin que les communautés de simple ressemblance soient transcendées par des communautés de destin, au plan de la nation mais aussi dans les relations internationales, au service de la paix et de la stabilité des peuples, avec une politique de co-développement qui reste à construire.
- des rapports équilibrés et harmonieux entre l’homme et la nature – ce que l’Eglise appelle une authentique écologie humaine -, qui certes allie les contraintes économiques, sociales et environnementales mais qui n’érige pas pour autant le développement durable en un néo-malthusianisme anti-humaniste.
 
Certes, il est à parier que les quelques critères de discernement suggérés ici ne permettront pas de trouver un candidat qui les respecte tous intégralement. Mais ils me semblent toutefois présenter un avantage : le premier est de choisir, selon sa conscience, celui qui, globalement, s’en éloigne le moins et de permettre sur cette base un compromis qui ne soit pas une compromission. Le second est de nous mettre face à nos responsabilités et de nous encourager, par un vrai dialogue, à solliciter le candidat que nous aurons choisi à promouvoir une vision anthropologique encore plus conforme à la nature de l’homme, telle que la raison et la foi peuvent ensemble la définir. Ce qui suppose aussi que notre choix ne se porte pas sur celui qui en serait a priori le plus éloigné !
Que les élections qui viennent nous aiguillonnent donc pour que nous n’en restions pas à un statut de consommateur de la politique mais d’acteur conscient de la noblesse de celle-ci lorsqu’elle est au service, non pas seulement d’un programme convenu, mais de l’homme intégral.
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Et maintenant nous pourrons à nouveau aimer l'Amérique !
 
Beaucoup sont depuis vingt-cinq ans très critiques de la politique étrangère des Etats-Unis menée sous l'égide de la pensée néoconservatrice. Ils se font en conséquence taxer régulièrement d'antiaméricanisme de manière aussi mécanique que les critiques du communisme se faisaient autrefois taxer d'antisoviétisme par Georges Marchais.  
La doctrine néoconservatrice a inspiré aussi bien des démocrates comme Clinton, mari et femme, voire Obama, que des républicains comme Bush Jr. Nous n'incluons pas son père dans cette  série dans la mesure où la première guerre du Golfe (1990), à la différence de la seconde (2003) répondait à une agression réelle et, quoique déjà discutable, était conforme à la Charte des Nations-Unies. Les principes de cette doctrine : l'Amérique a un modèle de civilisation supérieur et la mission de l'imposer au reste du monde au besoin en changeant les régimes par la force. Par un étonnant paradoxe, sa mise en œuvre s'est traduite dans le Proche-Orient arabe par une alliance avec l'islamisme radical. Le bilan de cette politique : au moins sept guerres, des millions de morts (en incluant les effets de l'embargo imposé à l'Irak de 1991 à 2003).  
Rien à voir avec la période de la guerre froide où les Etats-Unis avaient généralement réagi à une agression du bloc communiste (Corée, Vietnam, Afghanistan), ni avec les rodomontades de Reagan qui a réussi à "gagner le guerre froide", sans jamais  attaquer personne, en tous les cas de manière ouverte (sauf la minuscule Grenade).     
 
Le paramètre idéologique
On ne peut manquer d'établir un parallèle entre ce qui s'est passé aux Etats-Unis depuis 1990 et ce qu'il était advenu de la Russie au temps du communisme.
Nous ne reviendrons pas sur les méfaits de ce régime, d'abord pour les Russes, puis  pour les peuples allogènes de l'URSS, ensuite pour ceux qui tombèrent sous le joug du communisme après 1945, notamment les pays d'Europe de l'Est. Que la Chine, devenue elle aussi communiste en 1949, ait ensuite pris ses distances avec l'Union soviétique n'empêche pas que l'idéologie marxiste y ait été au moins aussi dévastatrice.
 
Toutefois l'horreur que pouvait inspirer le communisme ne pouvait empêcher que beaucoup d'entre nous aient aimé la civilisation russe : ses icônes, ses églises à  bulbes, ses grands romanciers, ses grands musiciens, les films d'Eisenstein, etc. C'est pourquoi la chute du communisme permet de révérer à nouveau cette civilisation ; le nouveau régime, à la tête de qui se trouve Poutine, a certes des défauts mais il met en avant la religion orthodoxe et la patrie russe, deux valeurs que la Russie actuelle ne cherche pas imposer au reste du monde. Selon le mot du général de Gaulle, un pays bien gouverné doit être en paix à l'intérieur, respecté à l'extérieur (les deux  étant liés). C'est le programme qui semble être celui de la Russie actuelle, ce que ne veulent pas comprendre les néoconservateurs qui, avec un rare aveuglement, voient toujours  le soviétisme derrière la Russie de Poutine.
La même chose peut être dite des Etats-Unis. On peut aimer l'héritage américain   bien qu'il soit moins riche que le russe, aimer l'épopée du Far West, le roman américain, le jazz, la qualité du cinéma de Hollywood, les grandes universités aimer l'enthousiasme avec lequel  les Américains ont combattu à nos côtés au cours de la Première puis de la Seconde guerre mondiale, ainsi que leur résistance au communisme. On peut en même temps trouver détestables les effets de l'idéologie néoconservatrice dans le monde : une idéologie moins dévastatrice à l'intérieur que ne l'était le communisme en Russie, mais bien plus à l'extérieur, si on additionne les dégâts des guerres engagées en son nom au cours des dernières années, y compris par Obama, Prix Nobel de la Paix. 
Trump, malgré son style grossier a nettement pris ses distances avec cette idéologie : il récuse le regime change, il accepte l'idée que d'autres parties du monde ne soient pas adaptées aux valeurs américaines, il refuse toute complaisance avec l'islamisme et se propose d'établir un partenariat pacifique avec la Russie. Il se déclare mu par la défense des intérêts des Etats-Unis et non par la volonté de répandre une idéologie. Comme la chute du rideau de fer en 1990 à l'Est, son élection annonce à l'Ouest un  retour à la politique classique hors de toute idéologie.
 
L'idéologie est une véritable pathologie de la raison politique : comme la Russie s'en est débarrassée en 1990, les Etats-Unis viennent de s'en débarrasser en 2016.
Que nous trouvions Donald Trump aimable ou pas n'est pas la question. De même que la chute du communisme avait permis aux Russes et à ceux qui aiment la Russie de retrouver le goût de ce pays, la fin du néo-conservatisme - dont on mesurera bientôt toute la folie qu'il a représenté -  nous permet de redevenir les amis de Etats-Unis.
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Trump : un contre tous, tous contre un !
 
Le "système" existe, Donald Trump l’a rencontré ! Ce fameux "système" n’était pas seulement une élucubration paranoïaque et "complotiste" de populiste en manque d’ennemi. Les premiers pas chaotiques du Président américain révèlent des forces de résistance multiples et puissantes qui font bien "système" pour résister à tout changement voulu par l’élu du peuple. Les mêmes qui nous serinaient depuis des années la nécessité impérieuse de "réforme" sont soudain passés dans le camp du statu quo. Les mêmes qui, en France, n’ont pas de mots assez durs pour tancer le "conservatisme" indécrottable des Français louent et admirent ceux qui, en Amérique, "conservent" tout ce qu’ils peuvent.
 
La bataille américaine est édifiante et révélatrice. Face à Trump se sont levés successivement les médias, les juges, les défenseurs des minorités ethniques et sexuelles. Les politiciens démocrates mais aussi républicains. Au sein de l’Administration elle-même, des hauts fonctionnaires n’hésitent pas à saboter les ordres reçus en les faisant "fuiter" dans la presse. On retrouve les pratiques du temps de Nixon, qui fut le dernier Président à oser affronter l’idéologie des campus des années 60 au nom de "la majorité silencieuse". Il est amusant de lire sous la plume de journalistes de gauche que la CIA tant honnie lorsqu’elle renversait Allende et les gouvernements progressistes d’Amérique latine est devenue désormais la noble "communauté du renseignement". La CIA et l’establishment de Washington refusent en effet la réconciliation avec la Russie de Poutine, comme ils protègent une OTAN qui pourtant n’a plus lieu d’être depuis la disparition de l’Union soviétique.
 
L’autre pôle de résistance est constitué par les multinationales qui se sont enrichies comme jamais avec la mondialisation. Toute remise en cause du libre-échange déstabiliserait leurs chaînes de production et réduirait leurs profits colossaux. Ils ont reçu dans la bataille le soutien de la Chine, dont la classe moyenne est sortie de la misère grâce aux délocalisations des grands groupes occidentaux. Le prix Nobel d’économie Paul Krugman, homme de gauche, avait défini la mondialisation comme l’alliance des dirigeants du Parti communiste chinois et des actionnaires de Walmart (Carrefour puissance cent !). Le pacte fonctionne toujours.
 
L’immigration est l’autre versant du système. En Californie, cette immigration massive (37 % de la population de l’Etat !) a permis à la fois de drainer les cerveaux du monde entier, de la France aux pays d’Asie, et de disposer d’une vaste domesticité corvéable à merci. Les seigneurs de notre époque, les fameux Gafa (Google, Apple, Facebook et Amazon), ne sont pas prêts à renoncer à leur statut. Ils se battent eux aussi pour défendre leurs privilèges. Comme les médias, comme les juges, comme la haute administration, comme les sénateurs corrompus de Washington, ils le font au nom de l’Etat de droit, des droits de l’homme, de la prospérité.
Depuis le mot de Madame Roland montant à l’échafaud, sous la Terreur, on connaît la chanson : "Ô Liberté, que de crimes on commet en ton nom !"

Paru dans Le Figaro Magazine, 24 février 2017
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Macron peut-il gagner ?
 
 La candidature d’Emmanuel Macron à la Présidence de la République suscite l’intérêt d’une partie importante de l’opinion publique. Les sondages lui accordent une audience remarquable –quelque 20% des intentions de vote- et lui font espérer sa qualification pour le 2ème tour de l’élection présidentielle. Alors il se trouverait seul face à Marine Le Pen  et selon ces mêmes sondages, l’emporterait aisément.
Les deux mois qui restent à courir sont-ils susceptibles de confirmer cet aboutissement ? Apporter une réponse nécessite une analyse précise à laquelle je vais me risquer ici.
 
Il convient d’abord d’observer que Macron n’est rien d’autre qu’un candidat centriste, au sens le plus traditionnel de ce terme. Il représente une résurgence des tentatives électorales menées jadis par Lecanuet, Giscard, Barre et enfin Bayrou. Le fait qu’il vienne du centre-gauche alors que tous ses prédécesseurs étaient issus du centre-droit ne change pas grand-chose à la nature de son programme. En définitive, sa campagne s’inspire des trois principes posés par Giscard il y a près de cinquante ans : Macron est centriste (c'est-à-dire à égale distance de la droite et de la gauche), libéral et européen. S’il se singularise, c’est surtout par des bourdes de débutant comme il l’a fait au sujet de notre passé colonial ou de l’immigration.
Les candidats centristes à l’élection présidentielle ont tous échoué sauf un et une seule fois. C’était Giscard en 1974. Macron peut-il renouveler l’exploit de son illustre ancêtre politique ? Considérons successivement les facteurs qui lui sont favorables et ceux qui le desservent.
 
L’actuel candidat du centre est aidé par une chance que ses aînés n’ont pas connue. Ses rivaux les plus dangereux ont le plus grand mal à faire marcher leurs troupes. A sa droite, Fillon est embourbé dans des affaires qui sapent son autorité et son crédit. A sa gauche, Hamon ne parvient pas à donner un nouvel élan à un parti socialiste démoralisé et divisé. Le champ s’ouvre largement pour celui qui proclame sa volonté de réunir les modérés des deux rives contre les extrémistes Le Pen et Mélenchon. Ce n’est pas tout. Macron dispose d’atouts qui lui sont propres : il est encore plus jeune que Giscard en 1974 et déborde d’une vitalité contagieuse. Enfin il a montré un savoir-faire remarquable dans sa façon de tourner à son profit les évènements à mesure qu’elles se présentaient. Telles sont les raisons qui expliquent son envolée dans les intentions de vote.
           
Mais, précisément, son succès se ramène pour l’essentiel à l’exploitation de circonstances heureuses. Le processus électoral ne se limite pas à cela. Il obéit aussi à des évolutions en profondeur qui cheminent lentement, de façon souterraine et dont la puissance l’emporte sur celle de la conjoncture. Un candidat qui se fait le champion des valeurs centristes, libérales et européennes se place-t-il dans un courant d’opinion qui le porte aujourd’hui autant qu’elle le faisait il y a dix ans encore ? 
Il est facile de voir que le centrisme est, en tant que force politique, presque mort. Il est loin, le temps où Giscard rassemblait sans difficultés les soutiens de partis organisés et de parlementaires accourus de diverses formations, y compris de droite. Aujourd’hui Macron s’agite dans le vide. Son allié le plus prestigieux, Bayrou, est un lui aussi un homme seul. Les comités hâtivement constitués sous l’égide "d’En marche !" n’ont aucun enracinement populaire, aucune expérience militante, aucun réseau d’élus. Leur activisme bruyant cache mal leur maigre influence.
        
Libéral ? Le candidat l’est et son programme en témoigne. Mais est-ce vraiment à plus de libéralisme que les Français aspirent ? C’était peut-être vrai il y a dix ans. La crise qui a éclatée en 2008 a changé leurs attentes. Aujourd’hui le libéralisme est synonyme de pouvoir arbitraire des banquiers, d’inégalités excessives, de délocalisations, chômage et immigration incontrôlée. On veut restreindre son empire, pas l’augmenter. Et Macron n’ajoute rien à son prestige par son appartenance passée au monde des privilégiés de la haute finance.
Enfin, il y a l’Europe. Il n’est pas besoin de longs développements pour montrer qu’elle n’attire plus grand monde. Malade de ses contradictions, paralysée par ses erreurs, elle offre le triste spectacle d’un projet brisé. Macron propose d’aller plus loin dans l’intégration des Etats du continent. C’est une recette éculée qui n’a aucune chance de séduire une part significative de l’électorat.
 
Au total, les évolutions profondes de notre époque vont contre les idées du candidat Macron. Elles le vouent à un reflux massif des intentions de vote qui le portent aujourd’hui sur le devant de la scène. Il a réussi à échapper à son destin jusqu’à présent grâce à une suite inattendue de circonstances heureuses et parce que son projet était mal identifié. Il serait hasardeux de prédire que cette double chance lui sourira encore, semaine après semaine, jusqu’à l’échéance du 23 avril.
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Le vieux monde politique est en perdition
 
La "gauche morale" est hideuse : l’épais vernis vertueux craque sous ses vices. À écouter les petits saints, Donald Trump serait menteur, raciste, complotiste, bas du front : le Mal et la Bêtise incarnés. Mais le camp du Bien, saoulé d’auto-admiration, ne voit rien de son avilissement.
Ce week-end, les redresseurs de tort, Le Monde en tête, ont accusé le président des États-Unis d’avoir inventé un "attentat" en Suède, alors qu’il mettait en garde contre l’immigration de pays islamistes en guerre. En fait, ce mot d’ "attentat" n’a pas été dit par Trump, mais par ceux-là mêmes qui dénoncent les "fake news" (fausses informations). Autre exemple : un ancien chroniqueur de France Inter, Mehdi Meklat, porte-drapeau de la "diversité" et de ses leçons d’antiracisme, s’est révélé être l’auteur de tweets d’un antisémitisme et d’une haine inouïs. Mais la gauche clanique ne voit pas où est le problème.
 
Ces anecdotes illustrent l’impunité de la caste qui se donne en exemple. Quand Emmanuel Macron, en visite en Algérie, dit de son pays qu’il s’est rendu coupable, avec la colonisation, d’un "crime contre l’humanité", le candidat des "modernistes" avalise une contre-vérité humaine et juridique. Il se prête à un révisionnisme dans le dessein électoral de séduire des Français musulmans dont une partie a choisi de rejoindre, en France, le prétendu bourreau. Le cynisme de ce faux gentil, bouée de secours du Système en péril, a d’ailleurs atteint des sommets, samedi à Toulon : devant des pieds-noirs ulcérés, Macron a dit : "Parce que je veux être président, je vous ai compris et je vous aime." Cette désinvolture, qui reprend une expression du général de Gaulle de 1958 annonçant la trahison de sa parole, n’a choqué personne chez ceux qui ne s’incommodent de la sottise que chez les "ploucs" d’en face.
 
Ce monde frelaté n’a que trop duré. Les âmes sensibles pleurent sur "le petit Théo" (22 ans, 1,94 m), qui accuse la police de l’avoir "violé" lors d’un contrôle antidrogue, sans s’arrêter sur la violence dont Théodore Luhaka a fait preuve. Et voilà que les macronistes hurlent au "complot russe" à mesure que leur candidat, produit de marketing, se dégonfle dans les sondages. Parallèlement, les chasseurs de sorcières encouragent des magistrats à accélérer leurs enquêtes contre François Fillon et Marine Le Pen pour de présumés emplois fictifs, à deux mois de l’échéance présidentielle. Ces justiciers tentent en fait d’occulter les sujets essentiels. Pourquoi faudrait-il taire qu’en Suède, ouverte au multiculturalisme depuis 1975, 80 % des policiers veulent changer de profession pour échapper à la violence ? Lundi soir, dans le quartier nord de Stockholm, ils ont tiré à balles réelles pour se dégager d’émeutes d’immigrés. Trump a raison de s’inquiéter.
 
Le dégoût qu’éprouvent de plus en plus de citoyens pour la politique, ses mots creux et ses petits hommes sans idéal doit beaucoup à ces malhonnêtetés intellectuelles. L’infantilisation de la gauche est telle que même Charlie Hebdo s’affole du niveau atteint. L’hebdomadaire pétomane, victime du djihadisme, presse les candidats, cette semaine, de ne pas reculer devant les offensives de l’islam radical quand il réclame une relecture de la laïcité, des aménagements particuliers, une reconnaissance du délit de blasphème. L’alerte du journal iconoclaste confirme la perdition des bons apôtres. Ils ne peuvent espérer gagner à nouveau qu’en poursuivant leurs combines. Mais ils sont de plus en plus rares ceux qui seraient prêts à se faire avoir, une fois de trop.
 
Illuminés pyromanes
S’il est une colonisation qui devrait indigner Macron et sa clientèle, c’est celle qui se déroule sur certaines parties du territoire. Mais cette installation d’une population nouvelle, qui pose des problèmes colossaux d’intégration et d’insécurité, indiffère les humanitaristes. Ils affirment une unilatérale haine de soi. Leur autodestruction va jusqu’à fermer les yeux sur le racisme des minorités. C’est l’ancien chef du gouvernement espagnol, José-Maria Aznar, qui avait déclaré en 2005 : "Je n’ai jamais entendu un musulman présenter ses excuses pour avoir occupé l’Espagne pendant huit siècles." Le fait d’avoir criminalisé la France, après avoir assuré de surcroît qu’ "il n’y a pas de culture française", place le leader d’En marche !, avatar de Dorian Gray, dans le même sac que les fossoyeurs de la nation. Ce serait folie de leur redonner les manettes.
L’inconséquence des illuminés pyromanes est telle que le think-tank socialiste Terra Nova n’a rien trouvé de mieux, mercredi, que de proposer de remplacer deux fêtes chrétiennes chômées par une fête juive (Youm Kippour) et une musulmane (Aïd-el-Kébir), dans une sorte de sadisme identitaire contre un pays éruptif. François Bayrou, qui a annoncé mercredi son ralliement au centrisme macronien et ses compromis marécageux, ne voit de priorité nationale que dans la lutte contre les conflits d’intérêts en politique. Pendant ce temps, le gouvernement canadien de Justin Trudeau, parangon de la tolérance aux yeux des gogos, envisage d’interdire toute critique de l’islam : tel est le sens d’une motion contre l’islamophobie déposée par une députée musulmane, Iqra Khalid, qui exclut de faire bénéficier cette disposition aux autres religions (Le Figaro, mercredi). Ces anti-Trump sont des dangers publics.

Paru dans Le Figaro, 24 février 2017
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Douze raisons de soutenir François Fillon
 
* De tous les candidats à la présidentielle, lui seul a une véritable expérience de l’Etat, notamment comme Premier ministre pendant 5 ans. Or, la mission de président de la République est par définition celle d’un sage expérimenté qui fixe un cap et s’en remet à un gouvernement pour diriger l’action de réforme. Elle est inconcevable sans l’expérience de l’Etat.
 
* Sur les grandes questions de société, la nation, l’Europe, l’immigration, l’intégration, les frontières, la cohésion nationale, les banlieues, il est le seul à avoir un projet réaliste et crédible en dehors des slogans tapageurs, démagogues ou utopistes. Sur ces sujets cruciaux, extrêmement délicats, lui et son équipe sont strictement les seuls à proposer et à pouvoir faire quelque chose de réaliste et ambitieux.
 
* Lui seul est en mesure de réunir une majorité à l’Assemblée nationale stable, cohérente, capable de légiférer et par conséquent un gouvernement en mesure de gouverner. Le lepénisme à l’Elysée, sans la moindre perspective de majorité, viscéralement rejeté à coup sûr par le Parlement, les pouvoirs publics, la société internationale, conduirait inévitablement l’Etat (et la France) au chaos absolu et le macronisme ne disposant d’aucune solution politique, aboutirait en peu de temps à une autre forme de pagaille et d’impuissance radicale, comme un retour aux pires heures de la IIIe et de la IVe Républiques. Voilà ce qui est une évidence et que si peu de personnes ne veulent voir.
 
* Lui seul dispose d’une vision européenne et internationale claire et équilibrée, d’une crédibilité susceptible de faire respecter la place de la France dans le monde.
 
* A ceux qui ne l’aiment pas d’un point de vue personnel, la politique doit se fonder sur la réalité, le gouvernement des choses, le destin de la Nation, l’avenir de nos enfants, elle n’est pas à titre principal une affaire de sentiment ou de ressentiments, d’amour ou de haine.
 
* Le lynchage médiatique dont il fait l’objet depuis un mois a quelque chose de terrifiant. Les faits qui lui sont reprochés sont certes choquants mais ils se rattachent à des mœurs largement répandus dans la classe dirigeante. Le faire payer, lui seul, pour les autres, en ignorant tout le reste, est une forme d’acharnement et de partialité. Céder aujourd’hui à l’hystérie d’un lynchage serait donner une prime au chaos et renoncer à toute forme d’avenir politique.
 
* "Ce qui ne tue pas rend plus fort" l’expérience d’un lynchage médiatique le rendra plus fort. Ce lynchage est à l’origine, chez lui, d’une prise de conscience: rien de bon ne se fait dans la solitude et l’obstination. Ses projets, notamment sociaux, qui inquiétaient le pays feront l’objet d’une large concertation et d’une négociation avec les forces politiques qui le soutiennent et sa future majorité.
 
* Après avoir subi ce qu’il a subi, il ne fait aucun doute que sa sensibilité aux questions d’honnêteté, d’éthique, d’exemplarité des comportements de la classe dirigeante sera exacerbée, et il faut s’attendre à de profondes et radicales réformes pour assurer la probité des mœurs de la France d’en haut.
 
* Il n’existe aucune solution de rechange, Nicolas Sarkozy a clairement renoncé à la vie politique, avec une dignité qui fait sa grandeur et son honneur, Alain Juppé ne veut pas en entendre parler et aucun autre candidat ne serait en mesure de s’imposer en si peu de temps.
 
* Ses chances d’être élus président restent réelles. En pleine tourmente médiatique, devenu la paria et le bouc émissaire de la France d’en haut, harcelé par le monde médiatique du matin au soir, il garde un socle de 20% de soutiens et n’a pas décroché vis-à-vis de M. Macron, encensé par ces mêmes médias. Cette position laisse espérer une "qualification" pour le second tour, voire une élection.
 
* Au cœur ce cet hallucinant lynchage, touchant à sa famille, il a fait preuve d’un caractère et d’un sang-froid qui en disent long sur sa capacité à présider la France.
 
* Une touche personnelle, pour finir: je le connais un tout petit peu, l’ayant fréquenté quand j’étais conseiller de Nicolas Sarkozy à l’Elysée. Il correspond à la perfection à l’image que je me fais d’un chef de l’Etat tel que la France en a besoin aujourd’hui : non pas un bavard ou gesticulateur, mais un personnage réservé, discret et modeste, tourné vers l’action et le bien commun.
maximetandonnet.wordpress.com
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Les difficultés d’une détente américano-russe
 
Tous les mois de février, depuis plus d’un demi-siècle, se tient, à Munich, une conférence sur la sécurité. Elle est à la stratégie internationale ce que le Forum de Davos est à l’économie mondialisée. La 53ème conférence (17-19 février 2017), a répondu à une question qui était sur toutes les lèvres : quel futur pour les relations russo-américaines ?
Aujourd’hui se sont dissipées les illusions surgies à la faveur du résultat inattendu de l’élection du 45e président des États-Unis. Elles voyaient la constitution quasi instantanée d’un duopole stratégique américano-russe, au motif que Donald Trump avait exprimé de l’admiration pour Vladimir Poutine et réciproquement. Comme très souvent dans les relations internationales, les réalités ont eu raison des rêves. Et les intérêts nationaux l’ont emporté sur les affinités électives. Selon les vœux du président américain, Washington va explorer les voies d’une amélioration de ses relations avec Moscou. Mais ce sera fait sur une base de Realpolitik classique, par les deux hommes - compétents, patriotes, réfléchis et expérimentés - que Trump a nommés à cet effet : le secrétaire d’État Tillerson, et le secrétaire à la Défense Mattis.
Que veut la Russie ? Son ministre des Affaires étrangères l’a clairement dit à Munich. Elle veut la "fin de l’ordre mondial libéral" conçu par "une élite d’États" occidentaux à visées dominatrices, qui soit remplacé par un "ordre mondial démocratique et juste". Pour la Russie, cette volonté de domination de l’Occident s’est clairement illustrée dans ses interventions militaires - non autorisées par le Conseil de sécurité de l’ONU - au Kosovo (1999), en Irak (2003), ou en Libye (2011, dépassement flagrant du mandat onusien initial).
Elle souhaiterait le démantèlement de l’Otan, qualifiée par Sergueï Lavrov de "vestige de la guerre froide". Elle appelle à des "relations pragmatiques de respect mutuel" avec Washington.

L’usage du mot "démocratie" par Lavrov n’a pas le même sens que celui employé par les néoconservateurs américains de naguère, interventionnistes à tous crins. Pour celui-ci, il s’agit d’instaurer une égalité de droits entre toutes les nations, grandes ou petites. Pour ceux-là, il s’agit de renverser des dictatures, afin d’y imposer le suffrage libre. Les deux camps ne sont pas exempts d’hypocrisie : les Russes qui taisent leur doctrine des "zones d’influence" ; les néoconservateurs occidentaux qui oublient qu’aucun État de droit ne peut naître du chaos, fût-il enfant d’élections libres. Avec la nouvelle Administration américaine, qui récuse l’ingérence au nom des droits de l’homme, la Russie obtiendra les relations de respect mutuel souhaitées. Mais il n’est pas question d’un délitement de l’Otan. À Munich, le vice-président Pence a réitéré l’attachement de Washington à l’Alliance atlantique, tout en demandant un effort financier accru à ses alliés européens, aussitôt accepté.
Parlant des relations russo-américaines, Lavrov a déclaré : "Le potentiel de coopération dans les domaines politique, économique, humanitaire est énorme ; mais il doit encore être réalisé : nous y sommes ouverts, dans la mesure où les États-Unis le sont." La réponse indirecte du vice-président américain (qui s’adressait à ses alliés) pourrait être qualifiée de prudente ouverture : "Les États-Unis continueront de demander des comptes à la Russie, même si nous chercherons des terrains d’entente."
Traduction : l’Amérique n’acceptera jamais l’ingérence russe au Donbass ukrainien ; mais elle est prête à coopérer avec Moscou pour stabiliser le Levant. Les Américains, dont l’ennemi principal est l’État islamique, estiment que, pour le détruire, ils ont intérêt à s’allier avec les Russes au Moyen-Orient.
 
On est loin du "grand bargain", rêvé par certains géopoliticiens, à Moscou comme à Washington, au soir de l’élection de Trump. L’idée était que Moscou, en échange d’une levée des sanctions occidentales liées à son ingérence en Ukraine, allait abandonner son alliance avec Téhéran et Pékin. Quelle naïveté ! Jamais l’Occident n’acceptera le viol de l’intégrité territoriale ukrainienne au Donbass. Si, à l’issue d’une amnistie politique décrétée par Kiev, les soldats russes s’en retiraient, l’Occident pourrait seulement "oublier" l’annexion de la Crimée, dont la population se sent très majoritairement russe.
Quant au Kremlin, jamais il ne touchera à ses partenariats stratégiques de long terme avec l’Iran et la Chine, pour les beaux yeux d’un président américain élu pour quatre ans.
Face à la montée en puissance de la Chine, l’Occident aurait certes besoin de forger un axe avec Moscou. Mais des changements diplomatiques de cette ampleur ne se font qu’après une patiente politique de "petits pas" convergents. La géopolitique n’est pas l’immobilier : elle ne connaît guère les "deals" d’un soir.

Paru dans Le Figaro, 21 février 2017
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Du fait colonial
 
J’ai eu l’occasion de dire, dans une récente lettre ouverte, tout le mal que je pensais de la déclaration de Monsieur Macron à propos de la colonisation. Passé le temps de la réaction à chaud, je voudrais revenir sur quelques fondamentaux toujours oubliés par les médias et par les donneurs de leçons de morale historique. Plusieurs décennies d’enseignement obligatoire de la haine de soi ont fait beaucoup de dégâts. L’ignorance des faits historiques et la perversion du vocabulaire ont rendu l’opinion publique perméable à toutes les instrumentalisations, en témoigne un sondage effarant qui indique que 51 % des Français penseraient que la colonisation est effectivement un crime contre l’humanité.
 
La colonisation est un type de conquête territoriale qui a toujours existé. L’expansion coloniale s’est pratiquée sur tous les continents depuis la nuit des temps, à partir du moment où un peuple débordant de vitalité, d’ardeur guerrière ou de technologie, a pu s’éloigner de ses bases pour conquérir d’autres terres et soumettre d’autres populations à sa loi. Les changements climatiques, la faim, la recherche de nouveaux débouchés ont aussi conduit des peuples vers des migrations qui ont pris la forme de la colonisation.
Les Européens n’ont pas été les seuls colonisateurs de l’histoire. Les populations asiatiques qui ont franchi le détroit de Behring pour peupler les Amériques et donner naissance aux populations indiennes sont un bel exemple de réussite d’une colonisation de peuplement. Les Arabes, partis de la péninsule arabique au VIIe siècle, ont colonisé la quasi-totalité du pourtour méditerranéen, y compris une grande part de l’Europe méridionale. Les Ottomans s’en sont pris aux mêmes espaces après avoir conquis l’empire byzantin. En témoigne, entre autres, la régence turque sur Alger jusqu’à l’intervention française de 1830. Les Chinois, les Japonais, ont été à certaines époques de leur développement des colonisateurs, pour des raisons différentes, avec des objectifs et des méthodes différentes : les Chinois avec une emprise commerciale et financière quasi monopolistique sur l’Asie du Sud-est. Les Japonais avec des conquêtes militaires continentales et insulaires. Même des Américains, peuple anticolonialiste par essence, ont un temps colonisé les Philippines.
 
Le mot colonisation regroupe donc des types de conquêtes extrêmement divers en fonction des époques, des pays colonisateurs, des pays colonisés, et des formes de domination coloniale choisies. L’extrême complexité des faits coloniaux met en lumière toute l’inanité de la simplification caricaturale qu’est la réduction à la notion de crime. À de notables exceptions près, comme au Laos avec Auguste Pavie ou au Congo avec Savorgnan de Brazza, toute conquête coloniale est généralement une conquête violente. De la "conquête des cœurs" accomplie au Laos par Pavie à l’extermination des aborigènes d’Australie, il existe une infinité de graduations dans la violence coloniale, et très peu d’entre elles sont susceptibles d’entrer dans la catégorie juridique des crimes contre l’humanité. La colonisation n’est pas forcément liée à la volonté délibérée et planifiée d’exterminer tout un peuple. Au contraire, la France a toujours justifié ses conquêtes coloniales par le désir de propager le progrès et la civilisation dont elle était porteuse. Elle s’est livrée à des combats, parfois à des massacres et des crimes abominables, mais jamais à une entreprise génocidaire organisée.
 
Si l’on se limite donc à l’observation de l’entreprise coloniale française dans sa deuxième phase, c’est-à-dire aux XIXe et XXe siècles, on voit d’abord trois formes de colonisation : les comptoirs commerciaux et/ou militaires (concession de Shangaï, territoire à bail de Kouang Tchéou Wan, etc.), les colonies d’exploitation (Indochine, Afrique du Nord, Afrique noire, etc.) et une colonie de peuplement, l’Algérie, devenue partie intégrante du territoire national sous la forme juridique de départements français (et non plus de colonie). On peut aussi distinguer les territoires confiés par mandat international à la France, comme le Liban et la Syrie, qui n’étaient pas à proprement parler des conquêtes coloniales ni des colonies d’exploitation.
 
Dans les comptoirs commerciaux et/ou militaires, la présence métropolitaine fut toujours relativement légère, avec quelques dizaines ou quelques centaines de "colons" au maximum. La France y était visible en raison de son habitude de construire des bâtiments officiels et des équipements collectifs avant même d’avoir obtenu le premier rendement économique ou politique de cette nouvelle "conquête". À ce sujet, l’histoire du territoire chinois de Kouang Tchéou Wan est emblématique de la méthodologie française qui a souvent consisté à mettre la charrue avant les bœufs en dotant l’espace colonisé d’infrastructures considérables, souvent inadaptées aux besoins réels des populations locales. Alors que les Anglais ont d’abord fait de Hong Kong un carrefour incontournable du commerce et de la finance, les Français ont créé à peu de distance un copié-collé de sous-préfecture française relativement décalé. Le mot "exploitation" n’a jamais été aussi inapproprié tant la France y a investi massivement en pure perte. On retrouvera la même caractéristique avec les grands travaux indochinois entrepris par Paul Doumer, admirables de notre point de vue européen, mais souvent inadaptés au contexte local.
 
La colonie d’exploitation est la forme de colonisation la plus répandue. Sous un régime juridique de colonie (administration directe) ou de protectorat (administration partagée avec le pouvoir local), elle a pour caractéristiques d’être provisoire et de ne concerner qu’un petit nombre de "colons". J’emploie à dessein le mot colon entre guillemets. Pour quelques dizaines de gros propriétaires, grands chefs d’entreprises ou hauts fonctionnaires, la grande majorité des "colons" était souvent constituée de gens appartenant à la classe moyenne, voire des petits employés, artisans ou commerçants aux ressources modestes.
 
-Exploitation : le mot n’est pas à prendre au sens péjoratif marxiste. Il peut aussi vouloir dire mettre en valeur, comme un exploitant agricole met sa terre en valeur. Un exploitant n’est pas un criminel. En Indochine, la colonisation d’exploitation a mis en valeur les ressources naturelles préexistantes et créé de nouvelles ressources comme l’introduction de l’hévéa, l’arbre à caoutchouc, indissociable aujourd’hui de l’image du Vietnam et du Cambodge.
 
-Provisoire : le but officiel des colonisateurs était d’accompagner les colonisés jusqu’à un certain niveau de développement. La réalité fut quelque peu différente, et beaucoup moins philanthropique. Une fois installé dans une position dominante relativement confortable, il est difficile de rendre les clés de la maison au premier occupant… C’est une des failles de ce système de colonisation, voire une des raisons essentielles de son échec. Le principe de base d’une colonisation d’exploitation n’était vraisemblablement pas viable. À la fin du processus colonial, on assista presque partout à une fuite en avant pour éviter de transmettre la totalité du pouvoir aux autochtones.
 
-Un petit nombre de "colons" : à la fin des années 30, à l’apogée de la colonisation française en Indochine, sur un territoire grand comme une fois et demie la France, on comptait moins de 25 000 "colons" auxquels s’ajoutaient environ 15 000 militaires. C’est très peu pour un territoire de cette dimension. La pax gallica qui régna sur l’Indochine pendant près d’un siècle ne peut pas s’expliquer uniquement par le recours à la force. Même si la force fut employée, et quelquefois de façon très violente, il y eut obligatoirement un consentement des populations pour supporter, au moins provisoirement, le joug colonial. Dans le cadre de cette relation équivoque et complexe, il y eut une véritable interpénétration culturelle, certains Indochinois adoptant tout ou partie de la culture française, certains colons français consacrant toute leur vie et toute leur énergie au développement et au rayonnement des cultures indochinoises. Là encore, ne voir qu’un crime dans un contexte historique aussi riche, aussi dense et aussi varié est une absurdité. De même qu’il est absurde de nier les spoliations et les violences engendrées par ce type de domination.
 
L’Algérie connut une colonisation de peuplement. Pour atteindre son objectif, cette forme de colonisation demande soit l’assimilation totale de la population autochtone à la culture du colonisateur, soit le développement séparé, soit l’extermination des autochtones. Contrairement à d’autres colonisateurs européens, c’est l’honneur de la France de ne pas avoir exterminé les populations algériennes, même si l’on ne doit pas oublier de terribles exactions commises au cours des cent trente années de présence française. La croissance démographique exponentielle des populations musulmanes est là pour prouver l’inanité des thèses "génocidaires".
L’assimilation totale a été délibérément refusée, afin de respecter le caractère propre (musulman) de ces populations dans le cadre d’une république laïque. Restait le développement séparé. Il y avait, certes, une forme de démocratie participative, mais avec deux collèges électoraux, l’un pour les Français, l’autre pour les musulmans. Ce système a prévalu jusqu’à ce que De Gaulle annonce en 1958 qu’il n’y avait plus en Algérie que "des Français à part entière", on connaît la suite donnée à cet engagement… Toujours est-il que la perte de l’Algérie française tient peut-être au fait qu’il n’y a pas eu assez de peuplement de souche européenne. 10 % d’européens, ne pouvaient pas faire le poids face à 90 % de musulmans. Une population européenne beaucoup plus nombreuse eut sans doute changé le cours des évènements.
 
Les aspects positifs, les erreurs et les crimes liés à la colonisation de l’Algérie ont fait l’objet d’études approfondies, chiffrées, solides, avec des raisonnements implacables comme les travaux de Jacques Marseille et de Daniel Lefeuvre, peu suspects de sympathies "colonialistes". Ces scientifiques ont démontré que rarement la colonisation avait été rentable pour la Métropole. La thèse du "pillage colonial" est donc, le plus souvent, contestable. Il semble stupéfiant que, par idéologie, certains ne tiennent aucun compte de ces travaux et n’acceptent de voir encore que le verre à moitié vide ou le verre à moitié plein. Colportées par des politiciens en campagne, les interprétations simplistes de l’Histoire ont plusieurs défauts : elles mélangent les genres, notamment le politique, l’historique, le mémoriel et le judiciaire. Ce n’est jamais bon. Ensuite, elles instrumentalisent le passé au service de causes contemporaines qui n’ont pourtant pas besoin que l’on ajoute de l’huile sur le feu. En répétant continuellement aux jeunes issus de l’immigration que leur pays d’accueil est un criminel contre l’humanité, on ne fait qu’attiser leur haine et leur mépris. Et l’on ne gagne pas une once de considération dans les pays anciennement colonisés où, comme dans l’ancienne Indochine, le respect des ancêtres est officiellement érigé en culte. La façon dont les repentants traitent nos propres ancêtres nous ridiculise et déconsidère la France. Ce comportement irresponsable fait courir à notre pays des risques incommensurables, comme celui bien réel de l’implosion qui menace des pans entiers de notre territoire. Après tout, c’est peut-être ce qu’ils veulent…
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version