Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

................... n'a rien d'étonnant. On semble avoir oublié dans quelles conditions est né cet État, en 1947, il y a tout juste 60 ans.
À la fin de la Deuxième Guerre mondiale, les Britanniques ont compris que l'Inde voulait son indépendance. Mais dans quelles conditions ? Malgré toutes les difficultés que pouvait représenter la cohabitation dans l'Empire des Indes de 1857 (fin de la Guerre des Cipayes) à 1945, entre musulmans et hindouistes, la paix avait quasiment régné. Nombre de régions étaient toujours gérées par les souverains ancestraux et le vice-roi représentant la Couronne n'avait qu'un pouvoir limité. Il pouvait s'appuyer sur une administration remarquable, l'Indian Civil Service, dominé par les Britanniques mais ouvert aux Indiens, hindous et musulmans. Peu à peu se constitue une intelligentsia indienne formée au Royaume-Uni. C'est dans cette intelligentsia que va naître et se développer l'idée d'une autonomie puis de l'indépendance. Favorisés par les autorités britanniques, se constituent deux partis, le Parti du Congrès à dominante hindouiste (1885), puis en 1905 la Ligue musulmane. Les Anglais, tenant compte de la crise américaine de la fin du XVIIIe siècle, s'engagèrent dans une politique de libéralisation administrative, en même temps qu'ils favorisaient un développement économique incontestable entraînant la constitution d'une importante bourgeoisie, issue généralement des castes supérieures, anglophile et anglomane. Face à un Gandhi partisan d'une indépendance totale, la bourgeoisie indienne était, elle, favorable à la transformation de l'Inde en dominion, à l'image du Canada ou de l'Afrique du Sud. Cette bourgeoisie plus réaliste que Gandhi était consciente que l'indépendance verrait l'affrontement des communautés islamique et hindoue. Après l'engagement de l'indépendance pris par les Anglais en 1942 à la suite des défaites en Birmanie, s'affrontent les partisans d'une Inde unie et confédérée et les partisans de la création de deux États.
Les extrémistes musulmans (déjà) voulant accélérer le processus de la partition vont s'en prendre aux hindous et l'on assiste à Calcutta d'abord, dans une grande partie de l'Inde ensuite, à des massacres abominables. Dès lors, la partition est inévitable. Elle se fait en utilisant les données ethniques. Mais cela n'empêchera pas d'innombrables conflits en particulier au Bengale et au Pendjab, avec de véritables épurations ethniques dans bon nombre de régions : en tout entre 15 et 20 millions d'individus vont être obligés de déménager, non sans connaître de multiples vexations. Naturellement, les nouvelles frontières entraînent de nombreux incidents et conduisent à une première guerre indo-pakistanaise au Cachemire, où l'ONU obligera à un compromis qui perdure depuis 1949. Bien plus, les Bengalis musulmans se soulèvent contre l'autoritarisme d'Islamabad, et constituent en 1971 un nouvel État indépendant, le Bangladesh.

Depuis 1971 le Pakistan n'est cependant pas devenu un État sécurisé. D'abord s'opposent nombre d'ethnies : Penjâbis dans la Haute Vallée de l'Inde, autour de Lahore et d'Islamabad, Scindes au sud autour de Karachi et d'Hyderabad, sans compter les Pachtounes qui habitent ce qu'on appelle les zones tribales où se réfugient les Talibans et les tenants du groupe Al Qaïda quand ils sont poursuivis en Afghanistan. Le Pakistan, outre les querelles ethniques que les Britanniques contrôlaient à peu près, connaît aussi des conflits entre Pakistanais de souche et populations venues de l'Inde plus développées et par conséquent plus aisées. Surtout le Pakistan, qui n'a pas su pacifier les zones tribales, se trouve face à une révolte à caractère national dans le Baloutchistan.
Allié des États-Unis depuis les années de la guerre froide, dans la mesure même où l'ennemi héréditaire, l'Inde, était proche de l'Union soviétique, le Pakistan dispose de l'arme nucléaire. Depuis de nombreuses années le pouvoir réel au Pakistan est entre les mains de l'armée ; or, cette armée, qui avait aidé les Afghans dans leur lutte contre les Soviétiques, est demeurée proche de ceux qui sont devenus les Talibans.

Pourtant le maréchal Musharaf, commandant en chef des armées, qui a pris le pouvoir conserve un prestige certain dans nombre de milieux militaires. Il est hostile aux islamistes qui constituent l'opposition la plus forte à son pouvoir, qui disposent de moyens matériels importants et du soutien de près de la majorité des masses populaires : qu'on le veuille ou non, Musharaf est le seul à tenir en mains les possibilités d'action contre l'islamisme radical. Mme Benazir Bhutto n'a guère de moyens d'agir sur l'armée : ce n'est pas, de surcroît, parce qu'elle est soutenue par l'intelligentsia et une partie de la bourgeoisie qu'elle pourra lutter contre l'islamisme radical. On doit admettre, que cela plaise ou non, que les prochaines élections législatives au Pakistan, si elles étaient vraiment libres, donneraient une majorité relative aux islamistes, comme en 1991 en Algérie avec la victoire du FIS : 40 à 45 % d'islamistes, 35 % de partisans de Musharaf et 25 % de partisans de Benazir Bhutto, voilà ce que risquent de donner les élections pakistanaises de janvier prochain. Dès lors, Benazir Bhutto serait obligée de s'allier soit avec les islamistes, soit avec le maréchal Musharaf ! La démocratie montre ici ses limites. Le problème est en définitive assez simple : au nom de la démocratie, doit-on laisser la possibilité du pouvoir à un mouvement islamiste radical qui disposerait de l'arme nucléaire et transformerait totalement la situation militaire en Afghanistan ? N'oublions pas que dès à présent les Talibans contrôlent la moitié du territoire afghan et sont en voie de transformer des régions relativement calmes en zones d'insécurité. Selon certains journalistes, la situation à Kaboul aujourd'hui serait assez proche de celle de Bagdad il y a six mois.
Il est vrai, ce que l'on omet généralement de dire ou d'écrire, que le Pakistan connaît une situation économique désastreuse. Ayant eu longtemps un niveau de vie supérieur à l'Inde, il n'a pas décollé comme cette dernière ainsi que le rappellent les statistiques. La décroissance est peut-être souhaitable dans les pays développés. La croissance est indispensable pour les pays en voie de développement : la misère, élément important de l'essor de l'islamisme croît au Pakistan, elle décroît en Inde. De 1990 à 2005, le pouvoir d'achat a augmenté de 26 % en Inde, de 12 % seulement au Pakistan.

Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0

La grève a bien souvent en France un aspect "mythologique". En effet, héritiers d'une certaine vision de 1793, puis de la révolution bolchevique entretenue chez nous par la présence d'un fort parti communiste aujourd'hui exsangue mais relayé par l'extrême-gauche trotskiste, les meneurs grévistes continuent de vivre dans l'esprit du "grand soir" qui devait mettre à bas le système d'exploitation capitaliste. Résultat ? Les conflits sociaux ont souvent en France une dimension idéologique étrangère aux véritables enjeux et atteignent de ce fait parfois une violence sans rapport avec les revendications salariales.
Paradoxalement, la dureté des conflits résulte aussi de l'extrême faiblesse du syndicalisme français qui ne représente guère plus de 8 % des salariés lesquels ne se reconnaissent pas dans des centrales plus soucieuses de "révolution" politique que de défense réelle et concrète de leurs intérêts légitimes : la méthode forte a toujours été celle des petites minorités qui s'imposent aux majorités trop amorphes ou silencieuses. N'oublions pas non plus le privilège totalement obsolète octroyé aux quatre (puis cinq) syndicats dont les puissants du jour avaient décrété après-guerre qu'ils étaient seuls
"représentatifs" (CGT, FO, CFTC, CGC, CFDT) en raison de leur "attitude patriotique" durant l'Occupation leur conférant ainsi certains monopoles ou facilités, notamment au premier tour des élections professionnelles. Aucun gouvernement, depuis plus de 60 ans, n'a eu le courage d'abolir cette loi absurde qui a contribué à figer le monde syndical et à le rendre aussi peu attrayant que possible.

Climat idéologique marxiste basé sur la lutte des classes, faible représentativité des syndicats, cela explique que le dialogue social fonctionne mal en France. La grève est trop souvent ici le procédé ordinaire pour s'opposer à des mesures quand elle devrait être l'ultime moyen. Pour abandonner cette logique d'affrontement et lui substituer une pratique du dialogue social, il faudrait des syndicats vraiment représentatifs et soucieux avant tout de l'intérêt des salariés et du bien commun.
"La grève, lit-on dans le Catéchisme de l'Église catholique, est moralement légitime quand elle se présente comme un recours inévitable, sinon nécessaire, en vue d'un bénéfice proportionné. Elle devient moralement inacceptable lorsqu'elle s'accompagne de violences ou encore si on lui assigne des objectifs non directement liés aux conditions de travail ou contraires au bien commun" (n. 2435). De ce point de vue, il est difficile de justifier les grèves de novembre qui, loin de viser à une quelconque égalité, revendiquent au contraire le maintien d'un privilège les régimes spéciaux de retraite d'une époque révolue qui n'a objectivement plus aucune raison d'être : ainsi, les syndicats apparaissent-ils comme les défenseurs d'intérêts particuliers minoritaires injustifiables, ce qui ne fait qu'accroître le ras-le-bol des Français, excédés d'être pris en otage par une toute petite minorité de privilégiés.
Cette grève repose une fois de plus la question d'une prestation minimum dans les services publics. En effet, il est intolérable qu'un pays entier soit plus ou moins paralysé ou subisse un tel désagrément en raison d'une grève qui ne le concerne nullement directement. Sans même parler des coûts d'un tel mouvement pour la collectivité, personne n'ose évoquer les dégâts humains qu'il occasionne. "On ne peut jamais oublier que, lorsqu'il s'agit des services essentiels à la vie de la société, ces derniers doivent être toujours assurés, y compris, si c'est nécessaire, par des mesures légales adéquates, enseignait Jean-Paul II. L'abus de la grève peut conduire à la paralysie de toute la vie socio-économique. Or cela est contraire aux exigences du bien commun de la société" (Laborem exercens, n. 20, § 7).
Remarquons qu'il n'y a d'ailleurs nulle "égalité" quant à l'"efficacité" du droit de grève : seuls ceux qui ont un grand pouvoir de nuisance peuvent peser à l'échelon politique, c'est-à-dire précisément tous ceux qui sont au service du public ou qui disposent de moyens pouvant le gêner (les camionneurs par exemple). La notion de bien commun ayant totalement disparu du langage politique, longtemps, quasiment personne parmi nos élites bien-pensantes ne s'est offusqué d'une telle situation. Nicolas Sarkozy avait promis de légiférer sur ce point, mais on n'en a guère entendu parler durant le conflit.
Une grève en appelant toujours une autre - c'est contagieux - les "étudiants", toujours généreux et solidaires des malheureux exploités, ont emboîté le pas pour dénoncer la réforme des universités. Je mets des guillemets, car il est assez clair que les étudiants sont manipulés par les groupuscules trotskistes qui se moquent pas mal de l'avenir des facs. Le vote de la grève à main levée lors
d'"assemblées" caricaturales, les grévistes qui empêchent la majorité de travailler, tout cela est le signe de l'extrême-gauche peu soucieuse de la liberté et la légalité. On attend que le grand nombre des étudiants opposés à cette grève ridicule se fasse entendre un peu plus fort et rejette les perturbateurs le plus souvent étrangers aux facultés : mais n'est-ce pas surtout aux pouvoirs publics de s'en occuper ?

Accrochés à des privilèges d'un autre temps, les syndicats français se sont battus contre des moulins à vent et ont totalement laissé passer le démantèlement de la plupart des services publics imposé par la philosophie néo-libérale de l'Europe. Un tel aveuglement laisse perplexe…
www.lanef.net

Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0

Il me semble que l'on ne peut comprendre les problèmes libanais sans les situer dans leur contexte historique.
La première ébauche du Liban est née au XVI° siècle de notre ère par l'union des chrétiens et des druzes sous l'égide de l'émir Fahreddîn : les chrétiens comme les druzes n'ont pas toujours été fidèles à cette conception, gage de leur première autonomie ou indépendance.
Sous l'empire ottoman, la province de Syrie comportait la Syrie actuelle, le Liban, la Palestine et la Jordanie.
Dès 1920, les Syriens ont réclamé la reconstitution de la Syrie ottomane. Le clan alaouite, avec Hafez el Assad et son fils Bachar, est au pouvoir à Damas depuis 1974 : cette longévité politique est sans exemple à Damas depuis un millénaire. Les Alaouites sont un groupe issu du chiisme, sont aussi éloignés de l'orthodoxie sunnite que les Mormons du catholicisme. Pour se maintenir au pouvoir, dans un pays où la majorité est sunnite, les Alaouites ont joué sur l'union des Chiites, des Druzes, des Kurdes, des chrétiens. Pour cette politique, l'union avec le Liban est essentielle, car le poids des chiites et chrétiens libanais assurerait un majorité sans faille au pouvoir alaouite. Comme Lénine, Bachar El Assad a provisoirement accepté le repli de ses troupes du Liban, en laissant en place ses réseaux de renseignement et d'action.
L'influence du Hizbollah ne peut se comprendre sans revenir à la faillite de l'armée libanaise : de 1975 à 1999, elle ne sut se battre ni contre Israël, ni contre les Palestiniens. A bon compte, le Hizbollah incarna la résistance contre un occupant maladroit et le contraignit au repli. Le Hizbollah a plusieurs fois rappelé qu'il ne déposera les armes que lorsque les fermes de Chebaa auront été rendues au Liban : ce n'est toujours pas le cas.
Les chrétiens libanais ont été et restent divisés : le clan Frangié, près de Tripoli, a toujours été partisan d'une entente avec la Syrie, pays relativement laïque où la charia n'a pas cours. Aoun est devenu un politicien : il sait qu'il ne pourra être élu sans l'appui des Chiites et au moins la neutralité de la Syrie.
On ne peut comprendre l'assassinat de Rafic Hariri sans revenir à la stratégie alaouite : un Sunnite efficace à Beyrouth est inacceptable : il pourrait donner des idées aux Sunnites syriens. Et le soutien de la France au clan Hariri, comme les paroles maladroites de nos politiques envers le Hizbollah, ne peuvent que desservir notre diplomatie et notre influence au Liban et en Syrie. Le Hizbollah a commis des attentats contre nos représentants dans les années 80, lorsque nous soutenions l'Irak de Saddam Hussein. Les terroristes qui frappent les Occidentaux depuis 1990, ce sont des sunnites, issus d'Arabie saoudite, du Pakistan, d'Afghanistan ou d'Afrique du Nord. C'est l'intégrisme sunnite qu'il nous faut combattre. Nous devrions nous féliciter de la désunion entre Chiites et Sunnites !
Que notre diplomatie suive les Etats-Unis dans les affaires du Proche et du Moyen-Orient, c'est une catastrophe. On ne pourra reprendre une influence en Iran, en Syrie et au Liban sans une réflexion réaliste sur nos intérêts réels, qui ont peu de points communs avec ceux des Américains.

Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0

Benoît XVI a parlé à plusieurs reprises en septembre d'écologie, sujet qui n'a pas bonne presse dans les milieux conservateurs, qu'ils soient politiques ou religieux. On l'assimile un peu vite au parti politique des Verts qui ne fait que ressasser la bonne vieille vulgate marxiste revisitée à la mode écologique. Mais au prétexte que les partis écologistes sont aujourd'hui de gauche ou d'extrême gauche, que l'idéologie qui sous-tend une grande partie de leur discours est marxisante, mondialiste et anti-nationale, faut-il en conclure que les problèmes qu'ils soulèvent ne sont que des manipulations ou des fantasmes ? Ou le fait que les Verts apportent de mauvaises solutions (pas toujours) supprime-t-il la réalité des dangers qu'ils dénoncent ?

Derrière ce débat se pose la question de la responsabilité de l'homme dans la détérioration de son environnement : pollution, pénurie de certaines ressources énergétiques, agriculture hyperintensive (les OGM, par ex.), destruction des milieux naturels (déforestation, industrialisation irréfléchie…), ... etc. Qui peut sérieusement nier que l'homme est responsable de ces dérives ? C'est en effet le point central car si l'homme n'est en rien responsable de cette dégradation ou si on la nie tout simplement, alors il n'y a sans doute pas grand-chose à faire pour inverser le mouvement. Et l'on peut en toute bonne conscience continuer à épuiser et enlaidir notre pauvre planète en évitant de remettre en cause nos modes de vie consuméristes, comme si l'augmentation sans fin de la consommation était un but en elle-même.
Depuis le déclin du communisme, aussi peu respectueux de l'environnement que de la dignité humaine, en effet, n'est-ce pas le système libéral planétaire qui est largement à l'origine des problèmes écologiques ? On le voit bien dans des pays comme les États-Unis et la Chine, premiers pollueurs mondiaux, les intérêts industriels s'accordent mal avec les contraintes financières qu'imposerait une approche écologique du développement. Au nom de son idéologie de la "Liberté" celles "sacro-sainte" du Marché, de l'entreprise, du droit de propriété  (toutes choses bonnes en soi si on ne les absolutise pas), le libéralisme est par nature hostile à toute intervention étatique pour imposer un plus grand respect de l'environnement. Mais si un tel respect n'est financièrement pas rentable et il ne peut l'être à court terme, comment espérer que les multinationales s'y engagent spontanément ?

Je conçois que ces questions puissent déranger ou agacer. Aucun catholique, cependant, ne peut les rejeter, car elles font partie intégrante du Magistère de l'Église. Et que l'on ne nous dise pas que lorsque les papes parlent d'environnement, ils n'évoquent que l' "écologie humaine", c'est-à-dire la lutte contre l'avortement, la contraception ou les manipulations génétiques (toutes choses en effet anti-naturelles que les écologistes se gardent bien de dénoncer) ; certes, cela est exact, mais leurs propos vont explicitement au-delà.
Voici deux extraits de textes de Jean-Paul II :
"Principalement durant ce dernier siècle, l'homme a fait des réalités terrestres un usage qui dans beaucoup de cas s'est révélé irresponsable : nombreuses sont les voix désormais qui dénoncent la "crise écologique" qui menace aujourd'hui l'humanité. Il faut apprendre à regarder la nature avec des yeux nouveaux. […] La domination accordée par le Créateur à l'homme n'est pas un pouvoir absolu, et l'on ne peut parler de liberté "d'user et d'abuser", ou de disposer des choses comme on l'entend" (1).
" L'engagement écologique n'est pas seulement une question d'intérêt pour les êtres de la nature et pour l'atmosphère autour d'eux. C'est une question de moralité et, en outre, de responsabilité pour l'homme à l'intérieur des desseins de Dieu" (2).

Benoît XVI, de son côté, a consacré une partie de son remarquable discours à Lorette, le 2 septembre, à l'écologie : " L'un des domaines dans lequel il apparaît urgent d'oeuvrer est sans aucun doute la sauvegarde de la création. L'avenir de la planète, qui présente les signes évidents d'un développement qui n'a pas toujours su protéger les équilibres délicats de la nature, est confié aux nouvelles générations. Avant qu'il ne soit trop tard, il faut faire des choix courageux, qui sachent recréer une solide alliance entre l'homme et la terre. Un oui ferme est nécessaire pour la sauvegarde de la création, ainsi qu'un engagement puissant pour inverser les tendances qui risquent de conduire à des situations de dégradation irréversible".
Et il a insisté à nouveau, les 5 et 17 septembre, sur "l'attention au climat" et pour que se fortifie "l'alliance entre l'humanité et la nature, qui doit être le miroir de l'amour créateur de Dieu, d'où nous venons et vers qui nous allons" .
Enfin, lors de l'Angelus du 23 septembre, il a été plus loin encore : "Le capitalisme ne doit pas être considéré comme l'unique modèle valide d'organisation économique. L'urgence de la faim et l'urgence écologique dénoncent avec une évidence croissante la logique du profit qui, lorsqu'elle prévaut, augmente la disproportion entre riches et pauvres et la ruineuse exploitation de la planète. Lorsque, au contraire, prévaut la logique du partage et de la solidarité, il est possible de corriger la route et de l'orienter vers un développement équitable et durable ".

Benoît XVI, pas plus que Jean-Paul II avant lui, ne succombe à une quelconque mode écologique. Sa défense ardente de l'environnement s'élève jusqu'à une vision philosophique, théologique et mystique de la Création, dans laquelle l'homme doit voir la main de Dieu. Il nous faut certes maîtriser la nature - c'est l'ordre divin de la Genèse, mais aussi la respecter, l'aimer et nous émerveiller de ses beautés. Elle est un chemin qui mène à Dieu.
www.lanef.net


(1) Encyclique Sollicitudo Rei socialis du 30 décembre 1987, extrait cité dans Les gémissements de la création. Vingt textes sur l'écologie de Jean-Paul II, présentés par Jean Bastaire et préfacés par le cardinal Barbarin, Parole et Silence, 2006, 128 pages, 14 e, p. 41-42. Excellente introduction à l' "écologie chrétienne".
(2) Discours à l'Académie pontificale des Sciences du 18 mai 1990, cité dans Ibid., p. 60.

Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0

Les origines du mouvement écologiste

(...) site endommagé en 2013
................. plonge ses racines dans la philosophie allemande du XIXe siècle avec les travaux de Ernst Haeckel, créateur du mot en 1868 avec son ouvrage sur l'histoire de la création. Professeur de sciences naturelles à l'université d'Iéna, il se consacre à l'étude de l'évolution des plantes et des miracles de la nature. Mais ses travaux s'enracinent dans toute la vision de la nature développée par les communautés piétistes dans les Allemagne, dès la fin du XIXe siècle.
Sans doute, les Eglises chrétiennes ont, pendant des siècles, attaché une grande importance à la nature et à sa protection. Le Saint-siège et les intellectuels catholiques ont exalté la terre, protection contre l'urbanisation, la société industrielle, incarnation de Satan.

Les origines religieuses et intellectuelles
Le mouvement piétiste en Allemagne met en avant la langue, le sol et la patrie et, par conséquent, la nature. Cela conduit le poète Novalis à exalter la nature. Il rejoint ainsi tout le mouvement romantique.
Le sens de la nature chez les piétistes et les romantiques amène des tendances naturistes, telles que l'homéopathie (Hahnemann). Les cures fondées sur l'usage de l'eau pure avec Kneipp au milieu du XIXe siècle, le système d'enseignement selon Steiner l'anthroposophe, qui inspire directement le mouvements des Verts (ci. le député vert Schilly se référant directement à Steiner dans un débat au Bundestag en 1986).
Ce thème de la protection de la nature se retrouve chez les pangermanistes à la fin du XlXème siècle, dans les thèmes de la Révolution conservatrice entre 1911 et 1933, avec Rathenau, Spengler, Thomas Mann, Moeller van den Bruck, Ernst Junger. Cela explique le titre du ministre de l'agriculture d'Hitler, Walter Darré : Sang et sol (Blut und Boden).
Le national-socialisme va intégrer l'écologie dans sa doctrine. Le dictionnaire Brockhaus (éd. de 1937) consacre trois pages de son tome III aux problèmes de la nature.

Le mouvement écologiste et le protestantisme
Le protestantisme piétiste, méthodiste, baptiste va prendre dans le monde chrétien une place considérable au cours du XIXe siècle en raison de l'essor des Etats-unis et du poids britannique.
Avec Darwin, apparaît un écologisme humain : il faut favoriser les hommes sains, ce sera l'eugénisme ; il faut protéger "la race'' d'où l'apparition des Instituts pour la protection de la race à Londres à la fin du fixe siècle, à Stockholm en 1902, à Berlin en 1905. Ces instituts se fondent sur l'enseignement de l'Université libre d'Amsterdam, calviniste orthodoxe, et favorisent la ségrégation aux Etats-unis, l'apartheid en Afrique du Sud, la politique nazie de la race.
La protection de la nature est un élément essentiel de cette vision protestante du monde : c'est aux Etats-unis qu'apparaît le premier parc naturel, celui de Yellowstone (1872). Dès la fin du XIXè siècle, se développent en Angleterre, en Allemagne et dans les pays scandinaves, le goût de la randonnée, la valorisation du sport, d'où l'aménagement d'espace verts dans les villes, la création d'organismes de surveillance des montagnes ("schwarzwaldklub'' et peu après, dans le Reichsland d'Alsace-Lorraine, le "club vosgien'').
C'est dans les pays protestants (Scandinavie, Allemagne du Nord, Etats-unis, Grande-Bretagne, Pays-Bas) qu'apparaît, au début du XXe siècle, l'idée de défense de l'environnement, politique qui a porté ses fruits si l'on en croit la récente enquête du Reader's Digest qui classe en tête des pays écologistes les Etats scandinaves et la RFA. Celle-ci profite de la mise èn place, dès 1919, d'une importante association sur la protection de la nature, qui dispose d'une revue bien faite (Naturschutz) et, entre 1934 et 1937, de la promulgation de la loi "Reichsnaturschutgesetz" et de la création de parcs naturels créant 800 zones protégées. En 1938, l'Allemagne et les Etats-unis sont les pionniers de cette politique de l'environnement et se développe un véritable droit de la nature, apparu vers 1895 aux Etats Unis, vers 1900 en Scandinavie, en Allemagne en 1912.

La politisation du mouvement écologiste
Ces politiques de protection de la nature apparaissent insuffisantes à nombre d'associations nées dans les années 1960. Les adversaires de la guerre du Vietnam s'engagent peu à peu dans la critique systématique de la société de leur temps : ils s'en prennent au capitalisme, à la société matérialiste de consommation, à la destruction de la nature par la pollution et l'urbanisation.
Aussi extraordinaire que cela puisse paraître, ils sont soutenus non seulement par les maoïstes chinois, la Tricontinentale cubaine, mais aussi par des libéraux, qui, réunis dans le Club de Rome, préconisent, pour sauver la planète, ses ressources, son environnement, la croissance zéro. Apparaissent alors toute une série d'associations qui s'engagent à fond pour une écologie sans frontière. Luttant contre le nucléaire, elles sont soutenues par des sociétés pétrolières (cf. l'ouvrage du Dr Tremblay de 1978, "La Fondation Rockfeller et les Amis de la terre").
C'est à partir de ce moment que les partis Verts prennent leur essor et qu'apparaissent un peu partout dans le monde des ministères de l'environnement (France, R. Poujade, le 7 Janvier 1971).

En savoir plus... 0

Algérie - Origine de l'intervention

En ce qui concerne notre conquête de l'Algérie, trop de Français en sont restés aux idées simplistes propagées par Lavisse dans les écoles primaires de la première moitié du XX° siècle. L'annonce de la création d'une Fondation pour la mémoire des combats de d'Algérie, de Tunisie et du Maroc, m'ont incité à rechercher les véritables causes de notre engagement en Afrique du Nord à partir de 1830.

L'Algérie, terme récent
En 1721, le Dictionnaire universel (T.1, p. 821) signalait : "La Barbarie forme la partie de l'Afrique au nord des côtes de la Méditerranée. Du latin Barbaria. La Barbarie a l'Egypte à l'orient, le Bidulgerid et le Mont Atlas au midi, l'Océan ou mer Atlantique au couchant et la Mer Méditerranée au septentrion. La Barbarie est habitée par trois nations différentes : les Barbares ou Africains naturels et originaires du pays, les Arabes et les Turcs".
Ce n'est qu'après la conquête française que le terme d'Algérie fut étendu au territoire actuel. Initialement, l'Algérie, d'après le dictionnaire de Trévoux, c'étaient les environs d'Alger (de l'arabe Al Djezaïr, le port).

Un contentieux ancien
Le contentieux entre Chrétiens et Musulmans en Méditerranée date de longtemps. Chypre est prise par les Arabes en 648-649 ; des coups de main sont conduits contre Cos, Rhodes et la Crète en 653-654 ; Constantinople est attaquée dès 663 ; Malte est prise en 700. Gibraltar est franchi en 711, et débute la progression vers le nord. La Sicile est conquise entre 827 et 902. Marseille est détruite en 848, Arles et la Camargue en 850. La région comprise entre Saint-Tropez et La Garde Freinet est occupée de 889 à 980.
Bien entendu, les chrétiens ripostèrent par des descentes sur les côtes tenues par les Musulmans, sans pouvoir s'’établir durablement sur les côtes africaines ou du Proche-Orient, avant le XIX° siècle, en dehors de Ceuta et Melilla.
Mais on ne peut rien comprendre à l'expédition d'Alger en 1830 sans revenir sur la pratique de la piraterie par les marins du Maghreb du IX au XIX° siècle. Cette piraterie s'exerça essentiellement en Méditerranée, mais également sur les rivages de l'Atlantique : Madère est pillée en 1617 (1200 esclaves capturés) ; l'Islande en 1627 (242 captifs) ; Plymouth en 1650.  De 1609 à 1616, 466 bâtiments britanniques furent pris par les Barbaresques. Il faut rappeler que, du VII° au XIX° siècles, les sociétés musulmanes furent basées sur l'esclavage : les travaux pénibles ou dangereux étaient réservés aux esclaves. La Turquie disposait même d'esclaves d'Etat avec les janissaires ! En 1821, les Barbaresques d'Alger relancèrent la piraterie : ils avaient mal saisi que l'époque avait changé. Le Congrès de Vienne avait condamné l'esclavage et la piraterie. En 1823, la flotte turque fut détruite à Navarin, ce qui laissait Alger à la merci de la première entreprise de débarquement. 

Berbères, Musulmans et la mer
Pourtant, les Berbères maghrébins, comme les premiers Musulmans, issus du désert d'Arabie, avaient peur de la mer et l'on utilisa la religion pour justifier cette crainte. Le marin n'est considéré par l'Islam que comme un rebelle, au mieux comme un pécheur. Deux hadith sont sans appel : "La mer c'est l'enfer et c'est Satan qui règne sur les eaux" ; "Celui qui s'embarque deux fois sur la mer est un Infidèle". La mer pose en effet des problèmes de conscience au musulman intégriste, pour les ablutions, la prière vers la Mecque, le jeûne, l'inhumation des défunts, ... etc. Même si les Turcs furent contraints, pour leurs conquêtes et la défense de leur empire, de disposer d'une marine de guerre, elle ne fut jamais la priorité de sultans, et son histoire, c'est une succession d'essors sans lendemain et de déliquescences. Et il n'y eut pas, avant le XX° siècle, de marine de commerce turque ou musulmane : les commerçants musulmans nolisaient des navires chrétiens pour leur trafic, y compris pour le pèlerinage à la Mecque ! C'est seulement pendant la colonisation que des pêcheurs et des marins de commerce furent formés en Afrique du Nord.

Comment firent-ils ?
Jusqu'au XI° siècle, les navires musulmans furent pilotés par des marins coptes et renégats andalous, grecs, scandinaves ou slaves, grassement payés ; seule la troupe d'abordage ou de débarquement était musulmane. Pour l'expédition contre Chypre en 648, les marins étaient grecs et coptes. Ensuite, les Musulmans affrétèrent des bateaux génois ou catalans, ou utilisèrent des renégats pour créer leurs flottes, leurs arsenaux, pour fonder des communautés aimant la mer et la navigation, en particulier au Maroc, en Tunisie et sur les côtes du Maghreb. Ce n'est qu'à partir de la conversion à l'Islam des riverains du nord de la Méditerranée, Andalous et Catalans surtout, et du golfe arabo-persique, que les marins musulmans devinrent de redoutables pirates en Europe et les maîtres de l'Océan Indien. En dépit des légendes, Sinbad le marin est surtout un commerçant ...
Notons que dès 875 de notre ère, des marins andalous convertis à l'Islam s'installèrent dans l'Algérie actuelle, à Ténès, puis à Oran en 902, et enfin  à Bougie et La Calle. Ces groupes furent constamment renforcés par des apports d'expulsés d'Espagne, ivres de vengeance. C'est cet apport qui relança la piraterie en Méditerranée au XVI° siècle. La plupart des pirates étaient des renégats, comme le nota le Père Dan dès 1635 : "C'est chose assurée que sans leur aide, les infâmes et malheureuses républiques d'Alger, de Tunis, de Salé, de Tripoli ne pourraient maintenir leur piraterie puisque leurs meilleurs hommes de marine, voire même la plupart des corsaires sont des renégats ! Tous ces Barbares ne favorisent personne à l'égal des corsaires, pour ce qu'ils doivent à leurs brigandages tout ce qu'ils ont de munitions, de force et de richesse. Aussi, à vrai dire, sans leur appui, ce serait peu de chose que la Barbarie, vu que les peuples qui l'habitent ne se mêlent presque d'aucun trafic, comme gens fainéants, et qui n'ont point d'industrie à gagner leur vie par un honnête travail".
C'est un renégat hollandais qui apprit aux Musulmans comment traverser le détroit de Gibraltar, et c'est lui qui introduisit à Alger les navires ronds manoeuvrant surtout à la voile. C'est un renégat grec, Mami Raïs, qui introduisit cette innovation à Tripoli. C'est le renégat vénitien Ali Piccinino qui fut l'amiral de la flotte algéroise de 1621 à 1646. Au début du XVIII° siècle, c'est le renégat marseillais Sanson, devenu Mami Semsoun, qui fut l'amiral de cette flotte, ... etc.
Le syndicat des patrons pirates d'Alger (el taïffa el raïs) était le principal contrepoids au Dey ou Pacha d'Alger qui percevait 12% des prises des corsaires : ce qui ne l'incitait pas à mettre fin à ce trafic !

Les divisions européennes
Constamment,  les Européens furent très divisés dans la lutte contre la piraterie en Méditerranée. En particulier, les Hollandais alimentèrent en armement, en munitions, en bateau et agrès les pirates algérois de 1680 à 1711. Suédois et Danois ne furent pas en reste. Les Etats-Unis, en 1792, offrirent au Dey d'Alger une frégate de 36 canons, immédiatement utilisée pour la guerre de course.
Pourtant, dès 1628, Savary de Brèves avait bien vu l'importance de la mer pour briser la puissance turque et barbaresque : "C'est ... par la mer que l'on peut aysément ruiner cette puissance là et non par terre. Il faut premièrement l'attaquer par la mer et que l'armée de terre se garde de combattre, qu'elle n'ayt appris la victoire de la navale qui est inévitable si Dieu, pour nos péchez, n'en vouloit empêcher l'effect ".

La lutte contre la piraterie
Dès 1125, Roger II de Sicile s'installa sur les côtes tunisiennes pour lutter contre les pirates, comme Saint Louis à Tunis en 1270. Les Espagnols prirent Oran en 1509, Bougie et Tripoli en 1510, Alger en 1511, Tunis en 1529. Ils tinrent Tripoli jusqu'en 1551, Bougie jusqu'en 1555, les forts de La Goulette près de Tunis jusqu'en 1574. L'abandon de ces places fortes se fit immédiatement sentir...
Dès 1560, les consuls de Marseille se plaignent à Catherine de Médicis de la prise de navires par les corsaires d'Alger. En 1572, François de Noailles, dans une lettre à Charles IX, évalue le nombre d'esclaves français à Alger à 500. En 1602, une supplique est adressée à Henri IV par les autorités marseillaises pour signaler que "les courses et ravages que cette pauvre ville souffre des Turcs viennent principalement du côté de la Barbarie - les dites courses et ravages des Turcs ne sont pas seulement sur les vaisseaux et marchandises de vos sujets, mais pis est sur les jeunes hommes et petits enfants qu'ils contraignent et forcent par des cruautés inouïes, vraiment barbares, à renoncer au christianisme au grand scandale de la chrétienté".
Il y avait alors près de 600 vaisseaux armés par les Barbaresques qui se livraient à la guerre de course en Méditerranée. Cette activité rapportait gros. Grammont rapporte que le renégat Ali Piccinino possédait 3 000 captifs sur sa flotte et sur ses propriétés, et 5 à 600 dans son bagne particulier d'Alger.
Un décompte des prises amenées à Alger de 1613 à 1622 fait état de 963 navires dont 253 français. Quant aux sujets du Roi tombés en esclavage, ils auraient été de 8 000 pour les villes d'Alger et de Tunis en 1626 (mémoire adressé à Richelieu par le chevalier de Malte Isaac de Razilly). Bono estime qu'il y avait, au début du XVII° siècle, de 20 000 à 25 000 esclaves chrétiens à Alger, 10 000 à Tunis, 4 ou 500 à Tripoli. En 1650, il estimait le nombre d'esclaves chrétiens à Alger à 8 000, 6 000 à Tunis, 1 500 à Tripoli ; 7 000 encore à Alger en 1749. La plupart de ces malheureux étaient utilisés sur les galères des pirates. Jusqu'en 1765, de nombreux renégats furent fournis par les déserteurs espagnols des Presides, et surtout d'Oran (30 000 de 1732 à 1765).

Diplomatie ou canonnière ?
Les tentatives pour régler ces problèmes par la diplomatie, commencées en 1563, n'eurent aucun résultat. En 1571, la bataille de Lépante donna un coup d'arrêt temporaire à la puissance navale turque : 200 vaisseaux sur 230 furent détruits, 20 000 Turcs tués , 15 000 esclaves chrétiens furent libérés. En 1608, Henri IV fit armer une escadre aux ordres de Philippe de Beaulieu-Persac : en juillet 1609, la flotte tunisienne fut détruite en rade de la Goulette. A partir de 1610, la ville de Marseille finança la lutte contre la piraterie barbaresque. Le Capitaine Simon Danser fut chargé d'accompagner les vaisseaux de la ville lors de leurs allers et retours du Levant. En 1616, Marseille confia à un chevalier de Malte, Jacques de Vincheguerre, le commandement de cinq vaisseaux et trois pataches pour courir contre les corsaires de Barbarie. En dépit de ces actions guerrières, le commerce ne cessa jamais entre la Barbarie et Marseille. Finalement, Marseille traita souvent avec la régence d'Alger, laissant de côté la Sublime Porte : d'éphémères traités furent signés en 1628 et 1640.
Le même modèle vaut avec le Maroc : au début du XVII° siècle, la piraterie prit un rapide essor à Salé. Isaac de Razilly mena une première démonstration de force en 1629, puis en 1630 : il obtint la libération de 200 esclaves français. Mais la piraterie, alors, rapportait trop et il fallut sans cesse mener de nouvelles expéditions. En 1635, une nouvelle intervention fut menée par l'archevêque de Bordeaux, Henri d'Escoubleau de Sourdise.
A partir de 1659, grâce à la paix avec l'Espagne, le Roi de France envisagea d'intensifier la lutte et de confier des escadres au chevalier Paul ou au duc de Beaufort. Un débarquement eut lieu à Djidjelli entre Bône et Bougie et il tourna au désastre en 1664. En dépit de cet échec, Tunis en 1665 et Alger en 1666 durent signer des traités, sans grands résultats.
Grâce aux flottes construites par Colbert, à la paix avec l'Espagne, à la fin de la guerre de Hollande, Louis XIV décida une politique de la canonnière : en 1681, des vaisseaux tripolitains furent détruits en rade de Chio. Des attaques furent lancées contre Alger en 1682, 1683, 1688 ; Salé fut bloqué en 1681 ; Tripoli fut attaqué en 1685. Négociations et traités suivirent : Alger en 1684 et 1689 ; Maroc en 1682 ; Tripoli en 1681 et 1685 ; Tunis en 1685.
En fait il s'agissait de trêves : face à la reprise de la guerre de course, Louis XV dut déclarer la guerre à Tripoli en 1728, d'où un nouveau traité en 1729. Après la conquête de la Corse, une escadre royale bombarda Bizerte, Port-Farine et Sousse en 1770.

Déclin de la piraterie et extorsion de fonds
Mais il faut constater, à partir du milieu du XVIII° siècle, que la piraterie ne payait plus face aux mesures prises par les Européens : navires marchands armés, escorte des convois. Simultanément, comme la valeur des esclaves avait considérablement augmenté, on ne les risquait plus sur les bateaux pirates. Il y eut un déclin manifeste de la piraterie de 1750 à 1827.
Tripoli effectua, de 1679 à 1685, 130 sorties de pirates pour 75 prises. De 1766 à 1773, il y eut 44 sorties et 4 prises. Et les sorties devenaient plus dangereuses : en 1750 Tripoli prit 50 navires et en perdit 41. Simultanément, les bey et pacha organisèrent eux mêmes la piraterie publique ou d'Etat.
A Alger, il y eut, de 1764 à 1820, 1 454 sorties de navires pirates : 1 081 furent privées, 373 publiques. De 1816 à 1820, il y eut 29 sorties publiques et 3 privées. Mais cette piraterie publique permettait d'extorquer des tributs aux principales puissances. Par exemple, le pacha de Tripoli reçut, de 1794 à 1797, 320 000 piastres de tributs (soit 1 700 000 francs or). L'Espagne paya 30 000 piastres, Naples 5 000, Venise 23 000, les Etats-Unis 49 000, Raguse 4 000, le Danemark 97 000, la Suède 103 000 !

Qui débarquera le premier ?
On peut donc comprendre l'exaspération des nations européennes. D'autant plus que la décrépitude de l'empire ottoman à partir de 1770  incita nos monarques à participer au dépeçage des possessions ottomanes. 1770, c'est l'écrasement par les Russes de la flotte ottomane à Tchechme.
La monarchie lança des reconnaissances pour un débarquement en force sur la côte algérienne dès le XVIII° siècle, en particulier la mission du baron de Tott et de l'orientaliste Venture de Paradis en 1777-1778. Bonaparte envoya en 1802 un officier d'artillerie, le Capitaine Berge : sous couvert de la remise d'une lettre au Dey, il recensa les fortifications et l'hydrographie autour d'Alger. En 1808, ce fut le chef de Bataillon Boutin, officier du Génie, qui rechercha les points possibles pour un débarquement : il proposa les plages de Sidi Ferruch où nos force mirent pied à terre trente ans plus tard.
En 1816, Lord Exmouth bombarda Alger, y effectua une descente et libéra 1600 captifs. En 1821, la flotte britannique bloqua le port d'Alger.  En 1827, une division de navires de guerre aux ordres du capitaine de vaisseau Collet entama le blocus du port d'Alger pour appuyer les négociations pour faire cesser la piraterie : sans résultat, il fallut se résigner à débarquer en 1830. Les capitaines de frégate Taradel et Dupetit Thouars établirent les plans du débarquement à partir des reconnaissances et rapports du Chef de Bataillon Boutin. 

Tout n'est pas si simple
Cela dit, il faut être conscient que, comme toujours, les torts furent partagés. Face au manque de condamnés pour les galères de Louis XIV, le Roi donna l'ordre d'acheter des esclaves musulmans sur les marchés de Livourne, Gênes et Malte. Entre 1689 et 1693, 1 250 esclaves musulmans furent immatriculés à la chiourme de Toulon. Le cynisme de nos diplomates fut total. En 1670, le marquis de Nointel, envoyé par Louis XIV pour renouveler les traités avec la Porte, écrivit au Roi : "J'ai songé que le renouvellement des capitulations devait comprendre la délivrance des esclaves de part et d'autre et que, par ce moyen, il fallait dépouiller les galères de deux mille Turcs qui font la meilleure partie de la chiourme et qu'ainsi, il serait peut-être à propos d'omettre cet article".
L'Ordre de Malte pratiquait la "contre-course" : il s'agissait de détruire les navires pirates et de capturer des Musulmans pour les échanger contre des captifs chrétiens. Au XVIII° siècle, les chevaliers de Malte firent prisonniers 500 Musulmans par an en moyenne !
En 1718, Alger exigea la libération de 9 esclaves détenus à Marseille. En 1750, une émeute éclata en Crète, quand la population apprit que 8 Crétois étaient mis à la chaîne sur nos galères.

Les vraies raisons de l'intervention française de 1830
Les dirigeants politiques sont parfois des sources plus sûres que des historiens comme Lavisse. Le Prince de Polignac déclara en 1830 à la Chambre, avant le départ de l'expédition  que les buts de cette entreprise étaient : "la destruction de l'esclavage, de la piraterie et des tributs, la sécurité de la navigation, rendre le rivage de cette mer à la production, à la civilisation, au commerce, à la libre fréquentation de toutes les nations"

Conclusion
Cela dit, la piraterie se poursuivit quelques temps après la prise d'Alger. En 1839, un bâtiment de commerce français fut pris par des pirates basés à Cherchell, ce qui entraîna la prise de cette ville par les Français et l'extension de notre colonisation. Des repaires de pirates se maintinrent en particulier sur les côtes du Rif au Maroc jusqu'aux interventions françaises et espagnoles. Mais c'est bien le contentieux entre la France et les pirates algériens qui entraîna l'expédition de 1830 : la Monarchie et l'Empire y songeaient depuis longtemps !

Bibliographie
Arkoun M. : Histoire de l'Islam et des musulmans en France, Albin Michel, 2006
Bennassar B. & L., Les chrétiens d'Allah, l'histoire extraordinaire des renégats, XVI - XVIII° siècles, Perrin, 1989
Bono S.,  I corsari barbareschi, 1964 , Rome
Brèves (Savary de ) Relation du voyage de Monsieur Savary de Brèves et c. 1628, Paris.
Crochet B. & Piouffre G : La guerre d'Algérie, Editions de Lodi , 2007
Dan P. Histoire de la Barbarie et de ses corsaires, 1649, Paris
Dictionnaire universel français et latin, 1721
Différents auteurs : La guerre de course en Méditerranée (1515-1830), Presses de l'université de Paris Sorbonne et Ajaccio, A.Piazzola, 2000
Planhol (Xavier de) L'Islam et la mer - La mosquée et le matelots, Perrin, 2000
Poumarède G., La France et les Barbaresques : police des mers et relations internationales en Méditerranée, Revue d'histoire maritime, 4, 2005
Rouard de Card E.,Traités de la France avec les pays d'Afrique du Nord (Algérie, Tunisie, Tripolitaine, Maroc), Pedone, 1906
Turbet-Delof  G.: l'Afrique barbaresque dans la littérature française au XVI & XVII° siècles, Genève, Droz, 1973

Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0

sous la direction de Claude Liauzu, un "Dictionnaire de la colonisation".
A la lecture de cet ouvrage, il faut se poser la question : est-ce un dictionnaire de la colonisation ou de l'anticolonialisme ?
Trois simples remarques, car le début de la probité intellectuelle, cela consiste à vérifier les sources que l'on utilise. Il est clair que la colonisation, comme toute activité humaine, a eu ses pages noires. N'y a-t-il eu que cela ?

Pour Sétif en mai 1945, peut-on rappeler que l'administrateur en charge de la région de Sétif était Monsieur Benmebarek, père de l'ancien préfet de l'Aveyron - toujours vivant à l'heure actuelle. La population de la région de Sétif comportait, en 1945, soixante trois mille habitants (63 000). Qui peut sérieusement croire qu'un habitant sur trois aurait été massacré ? Les chiffres recensés par Monsieur Benmebarek s'élèvent à  deux mille morts, ce qui est important, mais loin des chiffres fantaisistes du Dictionnaire ou du gouvernement algérien.
Pour Madagascar en 1947, remarque similaire. Jean Frémigacci, maître de conférence à Paris I et Madame Rabearimanana, professeur à l'Université de Tananarive, viennent d'effectuer des recherches pour évaluer sérieusement le chiffre des victimes de ce conflit. La presse française avança souvent le chiffre de quatre-vingt mille (80 000) morts.
Les recherches de ces deux historiens montrent qu'il y eut :
- cent quarante (140) Français et deux mille (2000) Malgaches tués par les insurgés ;
- entre mille (1000) et deux mille (2000) Malgaches tués par les autodéfenses européennes ;
- entre cinq mille (5000) et six mille (6000) insurgés malgaches tués par nos armées.
Y a-t-il eu des milliers de Malgaches à périr dans la brousse ? Je suis passé dans la forêt malgache de 1969 à 1971, j'ai partout été accueilli aimablement, les villages étaient prospères, en particulier autour de Moramanga, haut lieu de la rébellion.

Enfin, pour le Tchad, je crois devoir rappeler que la dernière caravane d'esclaves noirs destinés à l'Arabie saoudite fut interceptée par l'armée française en 1919. Abéché, capitale du Ouaddaï, fut jusqu'en 1911, date de l'arrivée des Français, le principal centre de "fabrication" d'eunuques destinés aux harems turcs et saoudiens. L'opération s'effectuait sur des gamins, jamais volontaires, avec un taux de pertes de 60%.
En quoi la situation au Darfour serait-elle aujourd'hui plus préoccupante que celle qui prévalait en Afrique au XIX° siècle, avec des caravanes d'esclaves capturés par les négriers africains et dirigées vers les ports de l'Atlantique, de la Méditerranée et de la Mer Rouge, à destination de la Turquie et de l'Arabie ? Chacun appréciera.
Général (2° section) J.G. Salvan, ancien d'Algérie, de Madagascar et du Tchad.

Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0

La décadence de l'université française remonte à mai 1968 (et au-delà). Elle est le résultat d'une omnipotence de l'Etat, dissimulant le vrai pouvoir d'immobilisme détenu par les groupes corporatifs. Un diagnostic nécessaire, en vue d'une libération. Toute une série de rapports internationaux viennent de souligner le retard des universités françaises sur les universités des 23 pays développés du monde (les 15 européens, le Japon, les Etats-Unis, le Canada, l'Australie, la Nouvelle Zélande, Taïwan, la Chine et l'Inde). Les raisons de ce retard tiennent à des éléments très divers, historiques, politiques, économiques, idéologiques.

Une histoire ancienne
Historiquement
, il n'y a, si l'on en croit l'Almanach Royal pour l'année 1777, d'université qu'à Paris avec une Faculté de théologie, la Faculté "des droits", la Faculté de médecine et la Faculté des "arts". Il existe en province des Facultés de droit et de médecine mais elles sont à de rares exceptions près, fort médiocres : elles ne constituent pas des universités au sens normal du terme. Seule l'Université de Strasbourg répond à la conception que depuis le Moyen Age on a de l'université, mais elle vit selon les traditions des universités allemandes avec ses facultés de théologie (protestante), médecine, droit et philosophie et attire des étudiants venus de toute l'Europe, tels Goethe et Metternich.
De toute manière, le 15 septembre 1793, la Convention supprime toutes les universités. Napoléon établit une université impériale centralisée, dirigée de Paris : dans chaque académie il y a des facultés totalement indépendantes les unes des autres placées sous l'autorité du Recteur. La III ème République maintint ce système. C'est la loi du 10 juillet 1896 qui reconstitue les universités en réunissant sous le titre d'Université les facultés d'ne même ville. Mais le système des diplômes nationaux mis en place en 1808 demeure et ces universités n'ont guère d'autonomie : on est docteur d'Etat mais non docteur de telle ou telle université, à la différence des grandes universités allemandes ou anglo-saxonnes. Ce système perdure dans ses grandes lignes jusqu'à la loi d'orientation du 12 novembre 1968.

Si ces universités enseignent, elles ne cherchent et n'innovent guère. Cela remonte loin : François 1er pour pallier la faiblesse des études humanistes fonde le Collège royal, futur Collège de France. Trois siècles plus tard, constatant les carences de l'Université impériale, Napoléon III, sur la proposition de Victor Duruy, crée l'Ecole Pratique des Hautes Etudes, à laquelle s'ajoutera dans les années 1960, l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS).
Plus grave. Pour pallier les carences de l'université, on créa des écoles spécialisées, Ecole des Ponts et Chaussées en 1747, suivie de l'Ecole des Mines, puis de l'Ecole Polytechnique et de l'Ecole Normale Supérieure sous la Convention, en attendant les écoles d'Agriculture, et celle des Arts et Métiers, tous établissements qui dans le monde germanique sont des facultés d'université ou d'université technique. De surcroît, toutes ces écoles sont "élitistes", on y entre par un concours préparé dans les classes dites préparatoires. Plus tard apparaîtront des écoles de commerce en dehors de l'université à l'exception toutefois de l'ESSEC créée dans le cadre de l'Institut catholique. Mais influencée par les dérives administratives et bureaucratiques des universités d'Etat, l'ESSEC prendra une quasi indépendance face à la "Catho". En 1957, le ministère décida la mise en place des Instituts nationaux de science appliquée (INSA) formant des ingénieurs part accession sans concours à l'établissement mais après sélection sur dossier. Leur prestige demeure faible. Un peu plus tard, on créera des Universités technologiques, la plus connue étant celle de Compiègne.
Mais les universités comme les écoles avaient une attitude condescendante à l'égard de la recherche. Aussi, Jean Zay, en 1936, mettra en place le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) instituant de fait une concurrence incontestable entre les universités et le CNRS qui n'a cessé de s'aggraver depuis 1968.
 

 Le dégoût de la sélection
Le sous-développement universitaire est largement favorisé par le rôle pervers des enseignants et de leurs syndicats. A aucun moment, bien que peu représentatifs, ceux-ci (qu'ils soient de droite (syndicat autonome) ou de gauche SGEN/CFDT ou ex FEN) n'ont fait preuve de discernement ou d'ouverture d'esprit. Pour ne pas faire de peine aux étudiants on défendra le diplôme national : chacun sait pourtant qu'un licencié d'allemand à Strasbourg vaut mieux que le licencié de Montpellier et l'hispanisant de Toulouse ou Bordeaux est a priori plus solide que celui de Strasbourg ou de Metz. Cela pose la question de l'autonomie des universités : toutes - même les parisiennes - ont des points forts et des points faibles. Plutôt que d'égaliser par la médiocrité il serait peut-être plus judicieux de mettre l'accent sur les points forts et de laisser à un autre établissement le soin de pallier les zones de faiblesse. Jusque dans les années 1980 un étudiant terminant l'année avec succès à l'IEP de Strasbourg pouvait entrer directement en 2ème année à l'IEP de Paris. Pour éviter que les Nancéens désertent Nancy pour Strasbourg il a été créé à Nancy un cycle préparatoire de deux ans permettant l'entrée directe en 2ème année d'IEP à Paris, quitte à allonger d'un an les études des candidats !
Diplôme unique, refus de toute sélection ; En 1966, Christian Fouchet envisageait un examen d'entrée en université pour les disciplines juridiques, littéraires et de sciences humaines. Le doyen Vedel, au prétexte fallacieux qu'il ne voyait pas sur quoi se fonder pour un examen d'entrée dans les facultés de droit, fit capoter le projet pourtant soutenu par les doyens littéraires et la moitié des doyens juristes. Dois-je ajouter que lorsqu'en 1974 le directeur de l'IEP de Strasbourg - se fondant sur l'article 11 de la loi de 1968 - institua pour la première fois un examen d'entrée pour un IEP de province, il enleva nombre d'étudiants de qualité à la faculté de droit au point qu'en 1978 ou en 1979, sur la dizaine de reçus strasbourgeois à l'école nationale de la magistrature, la moitié n'avait pas de licence de droit, à commencer par le n°2. Refus de sélection, rien n'empêchait d'imposer à la fin de la 1ère année du DUEL puis du DEUG littéraire une version latine de niveau solide. Cela aurait évité l'invasion d'étudiants incapables. Aucun établissement n'a eu la volonté d'agir ainsi. Au reste, seules l'Université Paris IX et l'IEP de Paris ont institué une procédure sérieuse de sélection. Il est vrai que l'exemple venait de haut. Au cours d'une réunion universitaire, le ministre François Bayrou se plaignait du trop grand nombre d'étudiants en éducation physique et sport, 1 500 étudiants inscrits en 1ère année à Paris, alors que 500 auraient été suffisants. Un universitaire plaisantin lui suggéra d'organiser une course à pied entre la cour de la Sorbonne et celle du ministère et de ne retenir que les 500 premiers.  "Vous n'y pensez pas, rétorqua le ministre, ce serait de la sélection". Humour ou résignation ? En réalité, enseignants et étudiants ne veulent pas entendre parler de sélection et depuis 1967, arrivée d'Alain Peyrefitte rue de Grenelle, c'est la position de tous les ministres successifs à l'exception de Mme Saunier-Seïté et d'Alain Devaquet : la première fut soutenue par le Président et le second fut lâché par son Premier ministre. Il est vrai qu'une vraie politique de l'orientation implique, outre la volonté, des moyens financiers que l'on refuse à l'Université qui, il est vrai, utilise généralement fort mal les maigres crédits dont elle dispose.

Revenir à la loi de 1968
Une politique réaliste de l'orientation implique une restructuration complète du système de l'enseignement supérieur qui se fonde réellement sur les principes de la Loi d'Orientation de 1968, l'autonomie, la pluridisciplinarité, la participation.

L'autonomie ; elle doit laisser aux universités toute latitude sur leur politique : cela va des conditions d'admission aux disciplines enseignées, en passant par le libre choix concernant les droits universitaires et le choix des enseignements. Tout cela est aujourd'hui soit fixé par la loi, soit de la compétence du ministère. La loi interdit la sélection sauf dans des cas bien particuliers (Dauphine, Compiègne et IUT) ; c'est le ministère qui fixe le taux des droits d'inscription, qui par le biais des listes d'aptitude établies par le Conseil national des universités (CNU) impose en fait le choix des enseignants (1). Soyons clair, en France, l'autonomie indispensable au bon fonctionnement d'une université n'est qu'un mythe.
La pluridisciplinarité
n'existe plus depuis 1968 : il suffit de regarder la liste des établissements universitaires des grandes agglomérations. A Paris-centre, lettres, droit, sciences sont généralement séparées et l'on assiste à des situations aberrantes : le bâtiment de la Sorbonne est en fait géré par le Rectorat puisque quatre universités - Paris I, III, IV et V - s'en partagent les locaux. Aux Facultés d'autrefois se sont substituées des Unités de formation et de recherche (UFR) qui n'ont guère de relations entre elles. En province, Lille, Strasbourg, Lyon, Grenoble, Marseille, Montpellier, Toulouse ont chacune trois universités monodisciplinaires, il y en a quatre à Bordeaux, deux à Nancy, Clermont-Ferrand et Rennes ; rares sont les universités anciennes à être demeurées monodisciplinaires (Caen, Dijon, Besançon, Poitiers). Certes, la pluridisciplinarité est la règle dans les universités nouvelles. Angers, Nantes, Brest, Tours, Rouen, Amiens, Arras, Valenciennes, Reims, Metz, Mulhouse, Limoges, Perpignan ; dans la plupart des cas, elles ne jouent qu'un rôle secondaire et leurs activités de recherche se ressentent du fait que les professeurs qui y enseignent ne font qu'y passer car elles n'ont guère de moyens : la moitié des enseignants de ces établissements ont d'ailleurs des "turbo-prof".
Ici, le rôle de l'Etat a été catastrophique. Pour complaire aux collectivités locales, on a multiplié les universités auxquelles s'ajoutent une multitude de centres universitaires ; de Lorient à Narbonne, ils sont trop nombreux. Mais ils coûtent cher car les crédits d'Etat (qui sont l'essentiel des crédits des établissements universitaires) sont répartis en fonction de critères nationaux. Ces nouvelles institutions interdisent de favoriser Paris I, Paris IV, Paris VI, Paris VII, Paris IX, les universités scientifiques de Grenoble, Lyon, Toulouse, ou Strasbourg I au détriment de Limoges ou Perpignan : l'égalitarisme cher à la mentalité française a ici des conséquences dramatiques. Il ne s'agit nullement d'interdire l'accès à l'enseignement universitaire des jeunes des petites villes. La solution, c'était la multiplication de ce que, presque au même moment, automne 1967, l'UDR et le PSU, pour une fois d'accord, préconisaient, savoir la création de collèges universitaires de 1er cycle rattachés à une université centrale ne délivrant que des licences maîtrises et DEA à l'image des grandes universités américaines (2). Le projet PSU rédigé par Laurent Schwarz suggérait par ailleurs (comme le projet UDR) un solide encadrement des étudiants par transfert des agrégés des lycées dans les collèges. Ce projet soutenu par le Général de Gaulle et G. Pompidou fut rejeté par une coalition étrange allant du ministre A. Peyrefitte au Syndicat autonome (qui parle alors du "secondarisation du supérieur") à l'UNEF en passant par le SNEsup.

Simultanément, il fallait mettre l'accent sur la création d'IUT pour arriver à ce que en 1966 préconisait Pierre Laurent, secrétaire général du ministère et le recteur J. Capelle : sur 200 000 bacheliers, 90 000 en IUT et BTS, 90 000 en faculté et 20 000 en classes préparatoires. En octobre 2004, sur 400 000 bacheliers, 10% sont en classe préparatoire, 10% en IUT, 20% en BTS et 60% en université. Il est vrai qu'un étudiant d'IUT coûte deux fois plus cher qu'un étudiant en droit.

Une misère idéologique
En effet, le sous-développement universitaire français a des raisons financières qui ont des causes essentiellement idéologiques. Quand on regarde de près la part du PIB que la France et les grands Etats développés consacrent à la formation et à l'éducation, on fait d'intéressantes et curieuses constatations.

On note ainsi que les quatre grands pays (France, Allemagne, Grande-Bretagne, Japon) dépensent tous globalement pour la formation à peu près la même part de PIB. Mais là où la France attribue moins d'un cinquième de son budget éducation au supérieur, les autres Etats y consacrent environ un tiers.
Cela a de grandes conséquences : d'abord dans ces Etats, le nombre d'enseignants est sensiblement plus élevé, d'autant qu'ils distinguent trois corps d'enseignants : professeurs, maîtres de conférences et assistants, confiant à ces derniers l'encadrement de base des étudiants. En France, le corps des assistants a disparu dans les années 1980 et l'encadrement des étudiants est confié aux professeurs et aux maîtres de conférences au détriment de la part de temps consacré à la recherche. Il est vrai qu'en Allemagne et en Grande-Bretagne assistants et maîtres de conférences sont nommés à temps limité mais ils peuvent être renouvelés. En France, plus de 80% des enseignants sont titulaires à vie.
D'autre part, faute de crédits, les bibliothèques et les laboratoires de recherches vivent avec difficulté, les bibliothèques des universités françaises en particulier étant d'une pauvreté légendaire. San doute, les traitements sont analogues : un professeur de Harvard a un traitement annuel de 100 000 $, soit environ 80 000, les professeurs de Sorbonne ont un traitement annuel de l'ordre de 70 000 sans compter pour ceux qui la méritent la prime de recherche, soit à leur niveau 6 000 supplémentaires. Seulement, les professeurs allemands, britanniques, canadiens ou "étatsuniens" ont à leur disposition un secrétariat consistant et un bureau personnel à l'université, toutes choses qui n'existent pas en France. Tout ceci contribue à diminuer la place de la recherche dans la vie d'un enseignant astreint très souvent en outre à des tâches administratives confiées ailleurs à du personnel spécialisé. Recteurs ou présidents d'université, doyens de faculté ont à leur côté une pléiade dagents, ce qui n'existe pas en France. L'UFR d'histoire de la Sorbonne (Paris IV) disposait en 1990 de six agents : le département d'histoire de Göttingen (RFA) en avait au même moment une douzaine.
Cette situation a des raisons idéologiques : comme chacun sait, le ministère de l'Education nationale est largement cogéré par les syndicats : les syndicats d'enseignants du premier et du second degré y tiennent une place déterminante. Quoi que puissent dire les ministres, ce sont eux qui répartissent les crédits : la conséquence en apparaît quand on regarde le nombre d'élèves par enseignant dans quelques pays.

Au reste, chacun sait que même si le nombre d'élèves diminue, le nombre de maîtres n'a cessé d'augmenter depuis 1974. Honnêtement, on pourrait assez facilement diminuer d'nviron 50 000 le nombre cumulé des enseignants du 1er et du 2ème degré. En tous cas, le sous-développement du supérieur pourrait être comblé assez rapidement par un transfert au supérieur des crédits liés au surcoût des enseignements des 1er et 2ème degré. Cela demande simplement du courage politique et aussi une bonne campagne médiatique fondée d'abord sur les remarques de l'OCDE.

Un autre aspect de l'idéologie dominante dans le supérieur français est le refus des liens structurels avec le monde industriel et commercial. Sauf en Grande-Bretagne, la recherche n'est financée par les Etats qu'à un niveau voisin de 35% alors qu'en France, la part de l'Etat est de l'ordre de 50%. Il est vrai que les chercheurs du CNRS sont fonctionnaires et ne sont pas sanctionnés s'ils ne font pas de recherche. Au reste, la recherche qui n'est pas d'Etat est souvent décriée. Le Monde  vient, en un mois, d'en donner un exemple flagrant : le prix Nobel de chimie 2005 a droit à un tiers de page du Monde ; la médaille d'or du CNRS, distinction prestigieuse certes mais sans commune mesure avec le Nobel, a droit à une page entière !
Enfin, il convient de reprendre la carte universitaire : obliger les diverses universités d'une même ville à se regrouper, y compris à Paris-centre où coexistent huit universités dont l'impact n'est pas toujours évident. Le regroupement en 2 ou 3 universités économisant près d'une centaine de millions d'euros. Scientifiquement, la situation est pire ; réfléchissons simplement à la situation en sciences sociales : les professeurs de Sciences Po et de l'EHESS ont infiniment plus d'influence que leurs collègues des Sorbonne anciennes et nouvelles ; pour la seule histoire contemporaine, Sciences Po a, à lui seul, autant d'enseignants que Paris I, III et IV réunis pour infiniment moins d'étudiants, de surcroît de bonne qualité. Ces universitaires dispersés ne disposent absolument pas des moyens de la rue Saint-Guillaume ou de la Maison des Sciences de l'Homme et de ce fait ne jouent guère de rôle dans la cité. Reconnaissons d'ailleurs que l'Ecole libre des Sciences politiques avait, avant 1945, constitué une bibliothèque en face de laquelle celle de la Sorbonne faisait pâle figure. Mais l'université récusait de fait à de rares exceptions près les apports financiers extérieurs. Il est vrai que la politique des services fiscaux en faveur des fondations explique peut-être cela. Où sont les fondations Citroën, Peugeot, Renault, Saint-Gobain qui joueraient le rôle des fondations allemandes, Bosch, Thyssen ou Volkswagen ?
Soyons honnête, la crise de l'enseignement supérieur plonge ses racines loin dans l'histoire.

(1) En effet, le CNU très souvent n'inscrit sur les listes d'aptitude que les conformistes : de Henri Hude à Bernard Lugan, les exemples sont multiples…
(2) Notons au passage que ce type de "collège universitaire" existe à dose homéopathique dans l'enseignement supérieur libre, témoin l'Institut Albert le Grand à Angers. Les résultats obtenus sont particulièrement brillants.

Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0

Le traité de Rome a cinquante ans, c'est un fait. De là à célébrer le cinquantenaire de l'Union Européenne, il y a un pas à ne pas franchir sous peine de faire mentir l'histoire de l'Europe et de travestir sa réalité d'aujourd'hui, de faire injure au passé et de se tromper sur le présent.

Faire injure au passé
Il y a une histoire sainte de l'Europe composée et sans cesse enrichie par de zélés hagiographes. Elle a, comme l'autre, ses patriarches et ses prophètes, ses textes sacrés et ses Mers Rouges traversées à pied sec, ses errances au désert et sa Terre promise ruisselante de lait et de miel ; comme l'autre, elle est l'accomplissement infaillible d'un immuable dessein. Cette histoire est belle, édifiante et remplie de merveilles ; son seul défaut est de n'avoir que de lointains rapports avec la réalité.

L'Europe d'aujourd'hui porte le même nom que l'Europe des origines mais elle n'en est pas la fille ; elle n'achève ni même ne prolonge quelque chose qui aurait commencé avec le traité de Rome ; elle en a pris le contre-pied et elle en est la contrefaçon. Quiconque imagine le contraire n'a pas connu l'Europe du Marché Commun ou bien doit en avoir perdu le souvenir. Cette Europe-là avait l'ardeur de la jeunesse mais déjà aussi la sagesse de l'expérience. Pour avoir vu la C.E.D. exploser en vol et du laisser sur le pas de tir une Communauté Politique Européenne incapable de décoller, elle était guérie pour longtemps des tentations de l'utopie. Plutôt que s'en remettre à nouveau à une Haute Autorité, les Etats avaient décidé de garder les choses en mains ; ils confièrent à une Commission de personnalités indépendantes la baguette du chef d'orchestre mais seulement pour diriger la musique dont ils avaient pris soin d'écrire eux-mêmes la partition ; et dès qu'elle prétendit s'en écarter pour improviser un morceau de son cru, elle fut vertement remise à sa place.
Dans cette Europe des Etats, les nations étaient à l'honneur ; entre elles, l'égalité était de règle ; le respect était mutuel comme la confiance et les décisions se prenaient du commun vouloir de tous. Le but était de bâtir une union douanière entre les six pays, objectif modeste et qui passerait aujourd'hui pour timoré, mais qui fut atteint et dépassé. Au lieu d'une Europe qui promet tout et ne tient rien, c'était une Europe qui promettait peu mais tenait plus qu'elle ne promettait.
Elle filait grand train jusqu'au jour, où plutôt jusqu'à la décennie où elle eut à subir la défaillance de ses deux chevaux de tête. La France broncha la première : ses dirigeants avaient tant multiplié les extravagances qu'ils ne savaient plus à quel saint se vouer ni à qui remettre le sort du pays : aux "visiteurs du soir" ou aux eurocrates de Bruxelles. Les premiers une fois éconduits et la France fermement ramenée dans le rang européen, Paris avait trop à se faire pardonner pour rien refuser à ses nouveaux maîtres. A peu d'années de distance, ce fut le tour de l'Allemagne : l'occasion se présentant de réunir ses deux moitiés, elle la saisit hardiment quitte à bousculer au passage alliés et partenaires ; sa désinvolture, cependant, eut un prix : elle dut donner en gage ce qu'elle avait de plus précieux et de plus sacré : son D-mark.
C'était l'heure attendue par les eurocrates : profitant de ce double accès de faiblesse, ils prirent la direction des opérations. Alors, commença, tout doucement d'abord, puis de plus en plus vite, la course folle de l'Europe sur le toboggan qu'elle dévala d'élargissement en élargissement, de traité de Maastricht en traité d'Amsterdam et de traité de Nice en traité constitutionnel jusqu'à ce butoir où l'ont immobilisée les referendum français et néerlandais.
Au début, on ne se douta de rien car, par une sorte de coup de génie, on s'était gardé de toucher aux apparences. Le discours restait le même à ceci près que le mot "unique" remplaçait le mot "commun" : marché "unique", monnaie "unique", … etc. Sur la scène bruxelloise le décor ne changeait pas, ni les costumes, et au fronton du théâtre brillaient toujours en lettres d'or le même mot magique "Europe" mais on n'y jouait plus la même pièce.
On connaît la formule du Prince de Lampedusa : "il faut que tout change pour que rien ne change". La recette de la nouvelle Europe est à l'opposé : il faut que rien ne change (en apparence) pour que tout change (en réalité) ; elle n'est pas moins efficace comme on peut voir au résultat.

Se tromper sur le présent
La nouvelle Europe n'est pas seulement différente de l'ancienne ; elle en est le contraire. Par rapport à sa devancière tout y est inversé, tout y est sens dessus dessous.
L'Europe défunte honorait les nations ; l'Europe nouvelle les honnit et s'il lui arrive de les embaumer, c'est pour les ensevelir. L'intérêt national était le bien suprême ; on y dénonce aujourd'hui la racine du mal, le vrai péché originel. Les Etats étaient les maîtres de l'Europe, ils n'en sont plus que les serviteurs, heureux encore si on leur fait l'honneur de les consulter ; les gouvernements ne sont plus que l'ombre de ce qu'ils étaient. Simples exécutants de décisions dont l'alchimie leur échappe, ils sont surveillés, suspectés, sommés de rendre des comptes, mis à l'amende ou cloués au pilori. Sans égard pour leur ancienne gloire, on leur ôte un à un les leviers de leurs pouvoirs et de ceux qu'ils gardent à titre provisoire, ils ne peuvent user que moyennant autorisation. Quant aux peuples, on les traite comme des vieillards retombés en enfance. Les mystères européens les dépassent de trop haut pour qu'il leur soit permis d'en approcher. Les Français, par exemple, se sont vus signifier d'avoir à tenir l'euro en dehors de leurs petits jeux électoraux. Quand on a encore la faiblesse d'interroger les peuples, mieux vaut qu'ils répondent bien car s'ils votent mal, leurs dirigeants auront à s'en excuser publiquement et, pour leur pénitence, ils devront faire revoter leurs ouailles jusqu'à vote conforme ou bien se passer de leur vote.
Bref, sous la façade démocratique héritée de sa devancière, la nouvelle Europe a monté la savante horlogerie de son despotisme prétendument éclairé.

 

La première Europe était partie intégrante de l'ordre international de son temps ; elle en était même une des poutres maîtresses ; la seconde s'inscrit en faux contre tout ce que représente l'ordre international. Elle ne veut ni de ses maximes ni de ses institutions ni de ses équilibres. La souveraineté nationale est la pierre angulaire du droit des gens ; pour les nouveaux européens, c'est une notion périmée et qui n'a plus sa place dans le monde moderne. Ils revendiquent non seulement un droit mais un devoir d'ingérence au nom de tout le bien qu'ils veulent à l'humanité. La diplomatie de la vieille Europe était défensive ; celle de la nouvelle Europe est sans complexe expansive, néocoloniale, impériale. A ce titre, elle n'entend se laisser arrêter ni par des frontières ni par les compétences de l'O.N.U. ni par les formalités qu'impose le droit international. Aussi ne s'est-elle pas fait scrupule d'écraser un pays sous les bombes puisque c'était pour lui apprendre les manières de la démocratie. Elle n'a à la bouche que les valeurs mais ne croit qu'à la force ; le droit international a beau dire que le Kosovo fait partie de la Serbie, elle n'en a cure ; la Serbie doit renoncer au Kosovo parce qu'ainsi le veut le droit du plus fort. La nouvelle Europe est trop animée du désir de refaire le monde pour n'y être pas devenue un facteur de désordre.
Facteur de désordre, au reste, elle l'est déjà pour elle-même. Les mêmes qui se font les ardents défenseurs de la souveraineté quand il s'agit du Liban, de l'Irak, voire de la Tchétchénie en sont les pourfendeurs acharnés quand il est question d'un grand pays européen. On brandit l'épouvantail du fondamentalisme islamique mais le fondamentalisme de la religion des droits de l'homme a tous les droits. Cette Europe qui, dans son projet de traité constitutionnel, se vouait (article 4) "au strict respect et au développement du droit international", ouvrait en même temps les bras à un pays qui est en violation flagrante du droit international depuis trente ans. On pourrait multiplier les exemples de cette schizophrénie qui est devenue comme l'un des traits distinctifs de la nouvelle Europe.

On pense en avoir assez dit pour faire voir combien la seconde Europe s'est éloignée de la première et à quel point il serait injuste pour la première de faire comme si les deux se confondaient ou comme si elles étaient les deux tomes d'une même et unique Europe.

Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0

L'Histoire, c'est aussi une collection de fautes, de crimes et de tyrans, chez nous comme ailleurs. Louis XIV et le sac du Palatinat, le Terreur, ... etc.
Cela dit, raconter l'Histoire en partie simple, où les Français et les Européens seraient capables d'horreurs que les autres se seraient gardés de commettre, c'est à la fois simpliste et faux.
La colonisation a aujourd'hui mauvaise presse. Je saisis mal comment on peut à la fois vouer aux gémonies la colonisation européenne passée, et prôner aujourd'hui le devoir d'ingérence au Congo ou au Darfour. La situation au Darfour ou en république démocratique du Congo serait-elles pires aujourd'hui que celles qu'Archinard ou Lamy rencontrèrent en Afrique, il y a un ou deux siècles ? J'observe tout d'abord que nul ne se permet de mettre en cause les colonisations musulmanes et turques qui se poursuivirent du VII° au XIX° siècles, jusqu'à ce que nous les arrêtions. Or les Turcs laissèrent de forts mauvais souvenirs au Liban, en Syrie et en Jordanie ; relisez Lawrence d'Arabie et les Sept Piliers de la Sagesse !
Comme mon ami l'ambassadeur de Coignac, je crois que la colonisation européenne fut le moins mauvais moyen que l'on ait trouvé pour partager les techniques et les richesses, pour faire évoluer les mentalités et pour arrêter d'intolérables abus. En Amérique latine, dans le Pacifique, en Afrique, la colonisation a permis d'arrêter les sacrifices humains : un cas de cannibalisme en AOF fut encore jugé en 1952. Je voudrais insister sur le problème de l'esclavage, remis à la mode par Madame Taubira, Dieudonné et leurs compères. Après la malheureuse expédition menée à Haïti de 1791 à 1803, par les troupes de la Révolution et de Bonaparte, pour tenter d'y maintenir notre domination et l'esclavage, à partir de 1830, nos armées ont lutté contre la traite négrière, en particulier en Afrique, et notre pays a interdit l'esclavage à partir de 1848. Quel Etat musulman en fit autant ? Quel auteur musulman ou africain critiqua colonisation et esclavage avant le XX° siècle ?
Rappelons que l'on estime que, du XV° au XIX° siècle, environ 40 millions d'Africains furent capturés par des négriers noirs ou musulmans. 11 millions furent vendus sur les côtes de l'Atlantique aux négriers européens et déportés aux Amériques. 17 millions furent vendus en Afrique du Nord et au Proche-Orient par les négriers musulmans. 12 millions furent vendus en Afrique noire. (O. Pétré-Grenouilleau : Traites négrières, 2004. Le piège des mémoires antagonistes, professeur G. Meynier, Le Monde du 12 mai 2005)
L'expédition d'Alger en 1830 mit fin à la piraterie en Méditerranée et permit de libérer 30 000 esclaves. Les livres scolaires en Afrique présentent Béhanzin, Samory, Rabah comme des résistants, alors qu'ils furent aussi des négriers. Nos troupes coloniales arrêtèrent la traite négrière en Afrique occidentale et centrale à partir de 1875 avec Savorgnan de Brazza. Oui, il fallut recourir à la force.
En 1911, deux ans après notre arrivée à Abéché, au Ouaddaï, dans l'Est du Tchad actuel, voici ce qu'écrivait le commandant Hilaire, futur général : "A la base de l'organisation sociale ouadaienne, sa pierre angulaire, était encore en 1911 l'esclavage, la captivité de case, c'est-à-dire la domesticité à vie, faisant partie des biens de famille et en constituant même l'article essentiel. Cet esclavage constituait l'unique main-d'oeuvre du pays. La captivité de case, familiale, héréditaire et inaliénable, n'avait rien de barbare, de cruel. Il en allait, hélas, tout autrement de la traite extérieure, qui avait constitué, jusqu'à notre conquête, le principal trafic d'exportation du Ouaddaï, vente intensive d'esclaves jeunes ou adultes, des deux sexes - et même, hélas, si je puis dire - d'un troisième, l'eunuchat, le mieux payé. L'atroce mutilation se pratiquait en grand - c'était l'occasion de grandes fêtes - avec une révoltante sauvagerie, sur de malheureux enfants résignés, au prix d'une mortalité de 60 %. Un captif, sous les anciens sultans, se vendait couramment pour un fusil Gras, Martini ou Remington, soit 40 francs. Et, à la côte, l'esclave, lorsqu'il y arrivait, était revendu suivant l'âge, le sexe, la force, la beauté, de 200 à 500 francs or. Les jeunes eunuques, qui faisaient prime pour les harems de Turquie, dépassaient notablement ces prix. Il va de soi que nous arrêtâmes net cette traite extérieure. Il suffit de rigoureux exemples sur des négriers obstinés pour y mettre un terme rapide et définitif. Quant à l'esclavage de case, nous arrivâmes patiemment, à la longue, c'est-à-dire au bout de cinq ou six années d'occupation, à le supprimer".
(Du Congo au Nil, par le général Jean Hilaire, ASCG Marseille 1930)
Le commandant Hilaire se trompait : les troupes françaises interceptèrent au Tchad en 1919 le dernier convoi d'esclaves destinés à l'Arabie.

Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version