Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

L'Homme est la seule valeur de l'homme

(...) (site endommagé en 2013)
est un rappel extraordinaire au Réel dont l'homme est l'acteur. Séparer l'ouvrier des résultats de son travail, ignorer les fruits de son courage, obtenir des gains fantastiques par des jeux virtuels nous fait pénétrer dans un univers structurellement schizophrénique d'où l'homme est exclu. Exclusion radicale qui a commencé par celle de l'enfant gênant, du malade trop cher, du vieillard inutile, du travailleur en surnombre et maintenant celle de l'homme "matériellement" capable, compétent et apporteur de richesse mais dont on n'a plus besoin ! Car il n'y aurait de richesse que virtuelle, celle ci étant devenue la propriété de moins en moins de monde et de groupes de plus en plus riches. Ces groupes sont transnationaux et ont soumis les nations à leurs appétits prométhéens.

L
orsque le président du Sénégal après avoir doublé sa production agricole nous fait en substance comprendre que les nervous breakdowns  de nos traders sont des bobos d'enfants gâtés, il n'a pas tort. Il nous laisse entendre qu'il ne pleurera pas sur nos faillites boursières. On sait combien il a été révoltant pour les pays du Sud dont l'obsession était de nourrir leurs populations, de constater que nous stérilisions nos terres par l'implantation des jachères à grand renfort de fonds européens. Aujourd'hui où la pérennité de la chaîne d'approvisionnement alimentaire, même en Europe inquiète les meilleurs experts (cf. Nourrir l'humanité, Bruno Parmentier,  éd. La Découverte), le procès des technocrates et des apprentis sorciers du "tout financier" est à ouvrir.

L'exploitation de peuples pour "l'empiffrement" d'une minorité a toujours été une pratique sur laquelle on jetait un regard plus ou moins pudique. Mais aujourd'hui les proportions sont gigantesques et tout le monde est responsable de l'exploitation des plus pauvres. On sait que les produits souvent de mauvaise qualité que nous achetons massivement en Chine, ont transformé ce pays en atelier du monde. Qui fait tourner cet atelier si ce n'est l'armée des Min gong, modernes esclaves, dont la description faite par Luc Richard renvoie Zola à la bibliothèque rose (La Chine sera-t-elle notre cauchemar ? éd. Mille et une nuit). On comprend le silence assourdissant des syndicats français. En se vêtant de chemises chinoises, en achetant des échelles métalliques ou du matériel électrique fabriqués par des enfants de dix ans ou des esclaves couchés la nuit par -5°C  à deux cent par hangar  - je les ai vus -, on comprend que cela puisse perturber un peu l'harmonie de leur chant : "Prolétaires de tous les pays unissez vous ! ". 

Les riches ne sont pas touchés. L'impudeur irresponsable des cadres dirigeants d'AIG se faisant payés des vacances de milliardaires en Californie au Palace St Regis Monarch Beach après avoir été, une semaine plus tôt, sauvés de la faillite par l’Etat Fédéral américain (Figaro du 9 octobre) ou Fortis au bord du crash qui organise un événement culinaire ( !) à 150.000 - à Monaco au Louis XV  (De Morgen du 10 Octobre), dénonce l'abyssale immoralité de ces hommes irresponsables. "Irresponsables" à la tête des empires qui conditionnent la vie des humbles. Si la faillite est pour eux virtuelle, la souffrance et la ruine des petits assurés est bien réelle. Leur impudeur va les rendre haïssables. Et c'est là le vrai risque.

La confidence que me faisait il y a trois ans, un gendarme du centre d'étude financière, revenu écoeuré de l'analyse du budget des frais de bouche d'un très haut personnage en dit long de l'état d'esprit des gens honnêtes : "On peut se faire grassement entretenir, peut être ! Mais "il" ne peut pas demander au même moment aux pères de famille qui n'arrivent pas à boucler leurs fins de mois de serrer un cran supplémentaire à leur ceinture ! C'est odieux !". Si un gendarme réservé et bon esprit par état, ose dire cela, que pense le jeune professeur des zones sensibles ?  C'est ainsi que sont nées toutes les révolutions. L'histoire bégaie. M. Besancenot a une autoroute devant lui.

Une seule analyse devrait nous faire froid dans le dos : De 1815 à 1945, le rapport entre le revenu des grands patrons et la moyenne des salaires étaient de 1 à 40. A l'arrivée des socialistes en Europe, le rapport est monté de 1 à 60 pour atteindre en 1999, 1 à 80 et enfin pour bondir en 2006 de 1 à 900 !
1 à 900 ! A qui profite la mondialisation ?


Des Pol Pot vont naître et ramasser la mise. Ils vont dénoncer les injustices, les inégalités et les scandales. Avant qu'ils ne s'enrichissent eux même, ils vont témoigner d'une ascèse publique de circonstance qui fascinera les jeunes épris de générosité et d'idéal. Ceux qui sont dans le virtuel pour une richesse bien réelle ne seront pas touchés. Ces modernes apatrides branchés ne risqueront rien. D'un saut de jet  ils iront dans les paradis fiscaux. Quitter la côte d'Azur pour la mer noire ou les Antilles ne les gênent pas. Les mêmes suites des St Regis Monarch beach  leur donnent les horizons auxquels ils sont habitués et leur participation aux "événements culinaires" ne risquent que de faire monter leur taux de cholestérol ! En revanche les nouveaux pauvres, les pieds dans la patrie de leur pavillon de banlieue sous séquestre ou de leur squat ne pourront que céder aux sirènes des manipulateurs de foules et des promesses à cent balles et leur servir de chair à canons.

Pour mettre un terme à ces cycles infernaux, il importe d'investir sur l'Homme. Il est urgent d'investir sur l'éducation morale et spirituelle de l'homme. L'homme attentif au bien commun, désireux d'intégrer au centre de la préoccupation d'une nation, le sort du plus humble, du plus pauvre. Nous avons la nostalgie des hommes qui gouvernaient le pays avec le sens aigu de leurs devoirs. Achetant leurs timbres pour leur courrier personnel ou exigeant la facture des goûters offerts à leurs petits enfants au cuisinier de l'Elysée, vieillissant modestement dans des maisons de famille menaçant ruine et laissant leur veuve finir leur séjour chez les petites soeurs des pauvres. "Probus vir" à la tête de toutes les communautés humaines qu'elles fussent politiques ou économiques ; il est faux de penser que pour attirer les meilleurs il faille trouver des mercenaires payés neuf cent fois la moyenne générale de leurs salariés. Il existe  des seigneurs animés par le sens du bien public. Je ne citerai pas leurs noms car ils sont connus. "Ce sont d'authentiques hommes d'état". Ils ont un ordre dans leur tête : la finance au service de l'économie, elle-même au service de la politique. La volonté de lier par la loi, l'intérêt et l'investissement au travail accomplis. Cette politique dont l'objet n'est pas l'enrichissement vertigineux de structures transnationales immaitrisables mais bien celui d'une nation qui défend l'intérêt de son peuple. Il faut remettre en cause la mondialisation qui dépasse la capacité de l'Homme.

Le meilleur investissement de père de famille est dans l'éducation morale et humaine des enfants des pays qui détermineront l'avenir du monde. A ceux là, il faut donner comme exemple l'Homme de bien et leur donner le désir ardent d'en être. Il faut leur donner le désir d'imiter non pas les puissants égocentristes et souvent déséquilibrés mais les puissants sages et obsédés du bien commun. Leur donner le goût de l'honneur de servir.

C'est la raison pour laquelle nous avions invité les plus grands experts de la finance et de l'économie qui nous avaient semblé être soucieux du bien commun. Nous les avions invités à confronter leur point de vue avec les acteurs de la plus grande pauvreté à l'UNESCO les 22 et 23 novembre dernier. Jean Vanier et Augustin de Romanet (D.G de la CDC), des petites religieuses plantées depuis cinquante ans au milieu des slums de Saigon ou de Phnom Penh et Jean Hervé Lorenzi (Pdt du cercle des économistes),  Joe Dean, charismatique apôtre des enfants des rues de Manille et Jacques Rigaud (ADMICAL) et une cinquantaine d'autres. Tous ont proclamé solennellement : "L'homme est la seule valeur de l'Homme " !

Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0

Dialogue sur la permanence du Gaullisme

Ne croyez-vous pas, comme beaucoup le disent, que la référence au général de Gaulle soit un peu dépassée aujourd'hui, trente huit ans après sa mort ? A ceux qui posent cette question, que l'on entend en effet souvent, je voudrais rappeler qu'au temps où le général de Gaulle exerçait le pouvoir, soit dans les années soixante, on le disait déjà. La gauche le disait, Lecanuet et les centristes le disaient, les révoltés de mai 68 le disaient encore plus. On le disait pour toute une série de raisons : le fait qu'au lieu de l'URSS, il disait le plus souvent la Russie, ce qui paraissait d'un autre âge, sa volonté de revenir à l'étalon-or, son attachement à l'Etat, qui faisait un peu louis-quatorzien. D'ailleurs Le Canard enchaîné le représentait en Louis XIV.

Et alors, qu'en tirez-vous ?
Que sur tous les points ou presque où on le considérait alors comme dépassé, il s'est avéré être au contraire très en avance sur son temps. La Russie s'appelle à nouveau la Russie et Léningrad, qui l'eût cru ? Saint-Petersbourg. L'étalon-or n'a certes pas été encore rétabli mais on en parle ; surtout on sait que l'effroyable crise mondiale que nous connaissons est due pour l'essentiel à ce que de Gaulle dénonçait : l'étalon dollar, le privilège insigne que les Etats-Unis se sont arrogés depuis la guerre de fournir au monde sa monnaie en achetant des denrées aux autres pays sans rien leur donner en échange que des billets verts (ou plutôt des lignes de crédit électroniques !). S'agissant de l'Etat, après trente ans de libéralisme sans frein, voilà que tout le monde nous parle de son retour ! 

L'histoire serait donc cyclique : c'est l' "éternel retour" comme disait Nietzsche
Je ne le crois pas. Ce qui faisait la force de De Gaulle, ce qui explique qu'il ait pu à la fois avoir raison avant tout le monde - sur les sujets que je viens d'évoquer et aussi sur bien d'autres comme la défaite ultime de l'Allemagne en 1940 ou la décolonisation en 1958 - et rester d'actualité quarante ans après sa mort, c'est qu'il a fondé toute sa réflexion politique, non pas sur les changements et les modes mais sur ce qu'il y a de permanent dans l'histoire. Je dis bien sa réflexion politique parce que dans d'autres domaines, comme l'art militaire ou l'économie, il fut au contraire très conscient des nécessités du progrès technique. Qu'est-ce qui est permanent ? Peu de choses à vrai dire mais des choses essentielles : les nations ou plus généralement les groupes humains, les peuples auxquels il pensait qu'on n'arrive jamais à imposer durablement une volonté étrangère : voyez ce qu'il disait des Vietnamiens à Pnom Penh et appliquez le aujourd'hui aux Afghans, ce qu'il disait des Palestiniens et qui vaut toujours ; voyez ce qu'il disait de l'Europe : l'impossibilité de l'unir en voulant faire table rase des nations et qui explique en partie la crise actuelle de la construction européenne, le caractère passager des idéologies comme on l'a vu en Russie.
Autres permanences : le rôle du chef, qu'il soit un roi, un premier ministre ou un président démocratiquement élu, qui est selon lui de défendre bec et ongles l'honneur et les intérêts de son peuple sans se fixer à une idéologie, surtout sans donner la priorité à l'idéologie qu'elle soit la Révolution nationale, le socialisme, le libéralisme ou... l'européisme sur ces intérêts fondamentaux. Permanence encore : que les Etats sont des monstres froids et qu'il ne faut jamais compter que sur soi-même pour défendre ses intérêts vitaux, la nécessité donc de préserver à tout prix l'indépendance nationale. 

Cela reste très général
Certes, et c'est pour cela que le gaullisme sera toujours d'actualité parce qu'il s'attache à des principes généraux et permanents. Mais ne croyez pas que pour autant, il s'agisse d'évidences. La preuve : rappeler ces principes gêne encore beaucoup de monde. Et si on vous dit que ces principes sont dépassés, c'est qu'en réalité on en a peur, on n'en veut pas. Il y a ceux qui vous disent que la France est devenue trop petite, qu'elle doit rentrer dans l'OTAN (alors que l'OTAN a moins que jamais de raison d'être, la guerre froide terminée). Il y a ceux qui vous disent que construire une grande oeuvre - parfaitement idéologique selon moi comme l'Europe - vaut bien que l'on sacrifie notre intérêt national supposé "étroit ou égoïste". Il y a ceux enfin qui vous disent que l'Etat "régalien" est dépassé, qu'il doit se faire "modeste", que le laissez faire généralisé, dans le champ économique et même social assure spontanément les équilibres . On voit où nous mène aujourd'hui, par exemple en matière bancaire, la déréglementation généralisée ... 

De Gaulle n'avait pas que des idées générales ; il avait aussi une "certaine idée de la France". C'est à partir de sa politique que l'on a construit l'idée d' "exception française"
On peut débattre pour savoir si De Gaulle partait d'abord d'une idée de la France ou bien d'une philosophie générale sur le rôle des nations. Mais comme il n'était pas un philosophe de métier mais un homme d'action et un chef et qu'il parlait aux Français, il leur a d'abord parlé de la France. "La France n'est elle-même qu'au premier rang" a t-il dit par exemple. On en rit aujourd'hui mais je pense qu'il y a bien là une permanence du tempérament français - analogue à celle de certains individus d'ailleurs - : dès que la France veut rentrer dans le rang, quand elle commence à s'auto-dénigrer, à se repentir de tout, elle se divise, elle déprime et, ajoutons que loin d'être mieux aimée des étrangers, elle l'est encore moins : on le voit aujourd'hui où malgré - ou à cause - des tortillements du président actuel pour faire rentrer notre pays dans le rang, les Français n'ont jamais été aussi mal vus dans le monde et leurs dirigeants plus méprisés.
Mais De Gaulle savait aussi se faire entendre comme personne des autres peuples. Parce qu'il s'appliquait à saisir leur génie propre. Je note au passage qu'il parlait mieux les langues étrangères que la plupart de ses successeurs qui se veulent modernes et ouverts au monde. S'il pensait qu'il y avait une exception française, il n'eût pas, je pense, renié l'idée qu'il y avait une exception de chaque pays.

Mais alors pourquoi se référer à de Gaulle. Pourquoi pas à une philosophie politique plus générale ?
Pourquoi pas en effet ? Après tout, je pense que saint Louis, François Ier, Henri IV, Richelieu et peut-être aussi le Gambetta de 1870 ou le Clémenceau de 1918 ont été gaullistes avant la lettre.
U
n philosophe très à la mode en Amérique comme Léo Strauss propose de refonder la politique sur certaines permanences qui transcendent les époques. Il recherche ces permanences dans les auteurs grecs, Platon et surtout Aristote. La notion de "bien commun" que saint Thomas d'Aquin nous a transmise vient d'Aristote. Le rôle premier du chef politique, dans cette perspective, c'est de rechercher le "bien commun" d'une cité, d'une nation, d'un groupe humain particulier. Cette formule, assez proche de la res publica, de Gaulle ne l'eut certainement pas reniée à condition de ne pas lui donner un sens étroit, purement économique. Il pensait que chaque peuple devait non seulement prospérer mais être fier de lui, cultiver son génie propre, faire rayonner ses valeurs, de manière pacifique certes mais active. Le gaullisme, c'est la défense du bien commun mais pas dans la grisaille d'un conseil d'administration, avec de la couleur et du panache. Ce bien commun au sens large, c'est au chef qu'il convient de le promouvoir. Avec la foire aux intérêts particuliers qu'est devenue notre République, sur fond s'abaissement national, on est, vous le voyez, loin du compte.

Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0

La culture générale, c'est la liberté

Il semble que l'on reconnaisse désormais un homme de droite à sa balourdise : après les avoir refusées pendant quelques années, il finit par faire siennes les idées que la gauche promeut depuis quinze ou vingt ans. En dénonçant la culture générale dans les concours de la fonction publique, André Santini retarde, lui, de quarante ans. En accusant la culture générale de favoriser les candidats aux concours issus des classes aisées ayant hérité dans leur famille d'une meilleure assise culturelle, il ne fait que reprendre, le sait-il ? les idées répandues au cours des années soixante par le sociologue d'extrême gauche Pierre Bourdieu et par son école. M. Santini, héritier de mai 68 ? Même s'il officie auprès d'un président qui a prétendu liquider l'héritage de cette "révolution", rien de devrait nous étonner.
Le propos de M. Santini est saugrenu à plusieurs titres :

D'abord on se demande combien d'enfants de la bourgeoisie grande ou moyenne se précipitent sur les concours de la fonction publique des catégories B et C, puisque apparemment ceux-là seuls - pour le moment - sont visés par l'ire du ministre.
On pourrait ensuite demander à M. Santini si à l'heure de la culture audiovisuelle de masse, d'internet et des familles recomposées, il connaît encore beaucoup de tables bourgeoises où les enfants, ne prenant la parole que quand leurs parents les y autorisent, forment leur esprit à écouter des conversations quotidiennes à haute teneur littéraire ;
M. Santini, pourtant ministre de la fonction publique, ignore sans doute qu'on ne l'a pas attendu pour appliquer au moins en partie les idées de Bourdieu dans certains concours d'Etat et pas des moindres : celui de l'ENA.
Dès 1970, pour ne pas défavoriser les fonctionnaires besogneux sortis du rang, le poids des épreuves de culture générale fut réduit au profit de notes de synthèse sur dossier ne présupposant aucune connaissance antérieure. M. Santini ignore a fortiori les effets désastreux de ces réformes - jamais remises en cause à ce jour - auxquelles on doit pour l'essentiel les accusations justifiées de formalisme à l'encontre de l'enseignement (ou plutôt du non-enseignement) qui est dispensé dans cette école. Le mépris pour les connaissances a vidé de sa substance l'enseignement dispensé à l'ENA (mais aussi dans beaucoup d'autres écoles "d'application") et entraîné un grave recul du niveau de notre haute fonction publique. Ainsi les hauts fonctionnaires français qui comprennent l'économie théorique se compte-t-ils sur les doigts de la main, y compris à l'Inspection des finances. Faute de considération, l'épreuve de culture générale est devenue une caricature se résumant à l'art de mettre en ordre dans un français passable les poncifs du jour. Et dans les concours de catégorie inférieure, l'épreuve s'est transformée en jeu des 1000 francs à base de Q.C.M. Pour le coup, M. Santini a raison de dénoncer cette épreuve. Mais ce qu'il faut, c'est lui redonner de la substance, sûrement pas le coup de grâce.


Loin de favoriser la justice sociale, les épreuves de type nouveau ont presque toujours eu l'effet inverse. Les notes de synthèse ont donné lieu à une scolastique d'autant plus sélective qu'elle était occulte (alors que les qualités qui faisaient une bonne dissertation de culture générale étaient connues dans toute l'Université). En opposant le bon sens à la culture générale (on frémit de penser à ce que pourra être une épreuve de bon sens dans un Etat où cette vertu semble avoir disparu à tous les échelons), André Santini a l'air de penser que l'on peut avoir dans un domaine donné la science infuse - prendre en tous les cas la bonne décision - sans rien connaître du sujet que l'on traite. C'est au nom de cette illusion qu'a prévalu dans nos concours le plus inique élitisme. Il est bien connu qu'il suffisait d'être un jeune homme de bonne famille, grand et si possible au regard clair, bien habillé, regardant en face le jury, ayant de la répartie mais courtois, sachant quelques généralités mais sans érudition pesante, pour l'emporter haut la main en impressionnant des jurys composés de fonctionnaires moyens toujours fascinés par les jeune maîtres. Il est notoire que si Jacques Chirac est bien sorti de l'ENA, c'est bien plus à cause de son culot ou de sa prestance (la "note de gueule", autre nom sans doute du bon sens cher à A. Santini) que de ses connaissances. Le refus de juger sur les connaissances s'est répandu dans d'autres épreuves, les écoles de commerce par exemple. Au lieu de l'interroger sur un sujet, de plus en plus on demande au candidat de se présenter, de faire part de ses expériences. Le concours de connaissances a été remplacé par le concours de mensonges. Ceux que leur famille ou leurs amis ont instruits savent quel subtil cocktail de voyages à l'étranger, d'action humanitaire et de hobbies originaux, il faut présenter pour être dans le vent et emporter la conviction 
M. Santini ignore aussi que les idées de Bourdieu, ce grand républicain de gauche ont fait plus que tout pour détruire l'égalitarisme républicain. La culture générale, l'orthographe, les bonnes manières que l'école primaire apprenait laborieusement aux petits campagnards du temps de Jules Ferry favorisent, dit-on, les enfants les mieux nés. Rabaissons donc les exigences pour plus d'égalité. Le résultat : un affaissement des niveaux et surtout des méthodes de travail, de la rigueur, dont pâtissent d'abord les enfants du peuple doués qui n'ont pas de solution alternative à l'école publique et dont bénéficient au contraire les authentiques bourgeois qui peuvent compenser les déficiences du système public par la famille, par les cours particuliers ou tout simplement du fait que les diplômes étant dévalorisés, ils auront plus facilement le pied à l'étrier à l'entrée dans la vie. Le recul de l'égalité des chances en ce début de XXIe siècle, bien réel, a pour principal responsable l'auteur des Héritiers, inspirateur de M. Santini. 

"Il vaut mieux une tête bien faite qu'une tête bien pleine" (Rabelais) ; "Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée" (Descartes). On ne saura jamais quels abus ont permis ces deux maximes si typiquement françaises. Descartes parlait sans doute par antiphrase. A son époque, Richelieu, Colbert étaient des hommes de bon sens. Mais aujourd'hui ? M. Santini peut-il citer une seule décision prise par son gouvernement qui soit irrécusablement marquée au coin du bon sens ? Qui donc dans notre univers devenu fou jugera du bon sens de l'apprenti policier ? Sûrement pas ceux qui ont promu l'absurde fusion de la police et la gendarmerie.
Et qu'est-ce qu'une tête bien faite ? Faute de le savoir, on préjuge aujourd'hui qu'elle est bien faite si elle est vide, pourvu qu'elle ait quelque allure. Si les Français sont aussi mal vus dans les enceintes internationales, c'est que beaucoup y arrivent sans connaître les dossiers et néanmoins s'y expriment avec assurance, sûrs qu'ils sont que leur tête, dont la bonne facture a été validée par des concours prestigieux, les fonde à parler sans savoir.
Je ne connais rien en mécanique automobile et pourtant je crois avoir la tête bien faite. L'apprenti mécanicien n'a que son BEP, mais dès qu'il s'agit d'automobile, il raisonnera plus juste que moi. Préfère-t-on être opéré par un chirurgien qui a un QI de 150 et connaît mal l'anatomie ou un autre qui ne l"a que de 110 mais est un spécialiste reconnu ? La réponse semble aller de soi. Nous ne connaissons personne qui, sachant très bien son sujet, y déraisonne. Nous en connaissons au contraire beaucoup qui s'égarent, si brillants soient-ils, dans une matière qu'ils ignorent.
Cela est vrai des spécialités mais cela est vrai aussi de l'intelligence générale : le bon sens, la capacité à raisonner juste dépendent bien plus de connaissances ou d'une expérience étendues que de vertus innées. S'il est, dans un monde aussi complexe que le nôtre, quelque chose qu'il ne faut pas dévaloriser, c'est le savoir et un large savoir étendu à beaucoup de domaines, n'est-ce pas précisément la culture générale, ce qu'on appelait autrefois la "science des rois" parce qu'elle était nécessaire au bon gouvernement des hommes. Qui a dit "la véritable école du commandement est la culture générale" ? Un cuistre obscur ? Non, Charles de Gaulle.

On aura compris que la foucade d'André Santini, qui lui ressemble bien peu puisqu'il semble être un des rares hommes politiques un peu cultivés de sa génération, visait à complaire à un président, lui, notoirement inculte. Ce dernier crut bien faire il y a quelques mois, dans son apologie de l'inculture, de prendre pour cible La princesse de Clèves. Je ne connais pourtant pas beaucoup de candidats à des concours qui aient été jamais été interrogés sur La Princesse de Clèves. C'est d'ailleurs dommage. Non parce que ce beau roman français est un éloge de la fidélité conjugale mais parce que l'auteur (l'auteure ?) s'y attache à mettre en forme romanesque les maximes de son ami La Rochefoucauld qui sont précisément un des meilleurs textes qui soient pour former le bon sens.

Jean Baechler a pointé un autre lien entre la culture générale et le bon sens. Le terreau de l'idéologie, dont on connaît toutes les grandes et les petites folies auxquelles elle conduit est, dit-il, une culture insuffisante. Sans culture, les hommes ne sont guère attirés par les idées générales. Très cultivés, ils savent la complexité du monde et se méfient des idées trop simples. A moitié instruits, ils seront vulnérables à toute conception du monde un peu simplifiée qui leur donne l'illusion de tout comprendre, ce qu'est précisément l'idéologie. Or dès que l'on creuse les multiples décisions dépourvues de bon sens prises par nos gouvernants, on trouve une forme ou une autre d'idéologie ou à tout le moins une simplification abusive.

Mais il faut sans doute aller plus loin pour comprendre la haine de la culture générale répandue dans certaines élites, et là nous touchons quelque chose d'inquiétant : le fait que la culture générale est la condition de la liberté. La culture tout court, à tous les niveaux, est source de liberté : celle du paysan dépositaire de la longue mémoire des jours, de l'artisan héritier d'une tradition ancestrale, comme celle du haut fonctionnaire qui connaît les combats pour la liberté qui sous-tendent les principes généraux de notre droit, celle du journaliste qui connaît l'histoire de France ou celle du cadre d'entreprise qui connaît l'histoire sociale. Burke l'a dit, on ne peut critiquer le présent qu'en s'appuyant sur autre chose : des valeurs permanentes, la connaissance du passé ou généralement les deux. Celui qui n'a aucun point d'appui intellectuel ou moral en dehors de l'immédiateté des choses se trouve livré pieds et poings liés aux puissances de l'heure, qu'elles soient idéologiques ou économiques. Une société sans culture, c'est une société amnésique, qui vit au présent. On pourra lui imposer n'importe quoi sans qu'elle y trouve à redire : la régression sociale aujourd'hui, la fin de la démocratie demain, les aventures militaires après-demain. L'anti-intellectualisme des mouvements fascistes qui cherchaient l'obéissance inconditionnelle, n'avait pas d'autre raison. La culture fait un peuple. L'inculture ne fait que des masses.

Tous ceux qui ont contribué à saper la culture générale au cours de la dernière génération, M. Bourdieu en tête, ont préparé le retour du fascisme ou à tout le moins d'une société inhumaine où des masses anonymes, ne sachant plus d'où elles viennent ni qui elles sont, seront une masse facile à manoeuvrer pour une élite mondialisée qui ne craint rien tant que la survivance de l'esprit de liberté.

Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Un des effets méconnus du quinquennat est que le président en place est quasiment inéligible ; il ne sert à rien que la révision de la constitution ait prévu d'interdire plus de deux mandats consécutifs. Il n'y en aura pas plus d'un. Pourquoi ?

 Dans l'état de frustration où se trouve l'opinion française depuis trente ans, les majorités sortantes sont presque systématiquement désavouées par le peuple.
De Gaulle est en fait le seul président de la Ve république qui ait été vraiment réélu. C'était en 1965 et ce fut avec une majorité bien plus courte que prévu : 55 % contre 45 %. Ensuite ? Pompidou mourut avant d'être soumis à réélection. Giscard d'Estaing fut battu au bout d'un mandat. Quant à MM. Mitterrand et Chirac qui furent l'un et l'autre réélus une fois, on oublie que cela ne leur fut possible que parce qu'ils "bénéficièrent", si l'on peut dire, d'un temps de cohabitation avec un premier ministre du bord opposé où, privés de l'essentiel de leur pouvoir, ils purent se refaire une virginité, devenant de facto, tout en demeurant sous les lambris de l'Elysée, le chef de l'opposition. Sinon, il ne fait aucun doute qu'ils eussent été balayés à la fin de leur premier mandat.
En raison du quinquennat, dont un des buts était de faire coïncider le mandat présidentiel et le mandat législatif, Nicolas Sarkozy ne bénéficiera pas (sauf à provoquer une dissolution difficilement compréhensible) d'un temps de cohabitation. Malgré le redoux de la présidence européenne, sa cote de popularité demeure basse et, la crise économique s'approfondissant, s'abaissera encore. Cela sans espoir de retour : la partie de l'opinion qu'il a déçue ne veut plus entendre parler de lui et il n'a aucune chance de se la réconcilier.
Donc pour M. Sarkozy, on peut le dire aujourd'hui : aucune chance de réélection.
Comment cela se passera ? Qu'importe. En pleine pantalonnade du Congrès de Reims, Arcachon, une des circonscriptions les plus à droite d'Aquitaine a élu un socialiste. Il y a de fortes chances qu'en 2012, n'importe quel socialiste batte le président sortant. A moins qu'il ne soit pas présent au second tour : soit parce qu'il aura été éliminé au premier par un rival de son camp : MM. Bayrou, Dupont-Aignan ou quelque autre dissident ; soit que la majorité, dans un réflexe de survie ne le laisse pas se représenter comme elle le fit avec M. Chirac la dernière fois.
Le scénario importe peu. Dès que les députés de l'UMP auront tous compris que leur destin politique ne dépendra pas de Nicolas Sarkozy lors du prochain renouvellement de l'Assemblée, il y a fort à parier que la vie du président ne sera pas une partie de plaisir.
Cela sans compter les effets de la réforme constitutionnelle qui a vu l'élargissement des pouvoirs de l'assemblée (en permettant au Parlement de ne discuter qu'un projet gouvernemental revu en commission et en renonçant presque aux facilités au vote bloqué, dit 49-3), dont le caractère imprudent ne s'explique que parce que le président était sûr de tenir sa majorité, ce qui sera de moins en moins le cas.

Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0

Mouvement des lycéens : mensonges, mensonges
 

Manque de moyens : tel est le voile pudique sous lequel on camoufle, année après année, le mécontentement des lycéens et étudiants. On sait bien que, dans le domaine éducatif, le pays est pourtant surdoté. Le malaise, qui tourne au désespoir, provient d'autre chose : c'est la vérité qui manque.
Née de parents nantis par le développement des Trente Glorieuses, la jeunesse de ce début de siècle a généralement bénéficié d'une certaine aisance financière familiale. Éduquée par la génération 68, elle n'a guère vu passer d'interdictions et on s'est abstenu de lui réclamer des efforts, lui susurrant au contraire qu'elle avait tous les droits. Ses parents, qui ont acquis un niveau d'études nettement supérieur à celui de la génération précédente, pensaient que l'élan allait se poursuivre avec leurs enfants : ton grand-père n'avait pas son bac, je suis professeur, tu feras Normale, mon fils, ou alors tu es un nul… D'où le ressentiment quand le fils se retrouve dans la masse des AES (1) ou des LEA (2) sous-dotés et sans espoir. L'appréciation d'une situation s'inscrit toujours dans un temps et dans un lieu. La situation actuelle de la jeunesse n'est pas déplorable en soi, mais au regard des attentes et du progrès espéré. Elle s'est imaginé - irréalisme naïf - que la montée vers plus de diplômes, plus d'argent, plus de confort, s'inscrivait dans un Destin inéluctable. Et on s'est bien gardé de la détromper : on a joué d'une démagogie honteuse. Mensonges.

Nous avons au contraire tout organisé pour laisser croire à ce progrès indéfini, en accumulant les trompe-l'oeil : par exemple, la multiplication des diplômes qui deviennent des assignats. Nous avons beaucoup trop de diplômés pour le nombre de postes à hautes responsabilités auxquels ils pensent pouvoir aspirer légitimement. Un pays ne peut pas être entièrement peuplé d'avocats, de médecins spécialisés et d'enseignants-chercheurs. Nous avons gonflé nos enfants d'une prétention imbécile en leur inspirant constamment le mépris du plombier. Nous leur avons soufflé qu'ils étaient tous des intellectuels (comme cela est français !), et avaient droit à un job correspondant à leurs désirs. Mensonges.
L'acquisition du baccalauréat d'abord, des diplômes universitaires ensuite, s'est largement "démocratisée" (le mot est absurde mais c'est celui-ci qui est compris). Les universités ont créé à tour de bras des bac + 5 et abaissé considérablement le niveau d'exigence à l'entrée de ces spécialisations. La conséquence : de nombreux étudiants, nantis d'un Master 2, ont tout juste un niveau de secrétaire de direction, si l'on regarde leur maîtrise de la langue, leur niveau culturel et leur éducation générale (ce qui n'est pas rien). Le petit pourcentage (non évaluable) de jeunes brillants et doués n'a certainement pas changé avec le temps : mais la distribution des diplômes a convaincu un grand nombre qu'ils ont atteint ce niveau supérieur. On le leur a fait croire, depuis que Laurent Fabius expliquait qu'en donnant le bac à 80 % des élèves on élèverait le niveau général. Mensonges.
Finalement, la grande majorité des étudiants qui expriment leur révolte dans la rue sont frustrés de ne pas obtenir des places qu'on leur a laissé espérer par pure démagogie, car ces places n'existent pas en si grand nombre, et de surcroît beaucoup d'entre eux ne sont pas capables de les occuper. Depuis leur petite enfance, on leur a menti. On leur a menti en leur disant qu'ils pouvaient dire merde à leurs parents et que ce genre de chose tout au long de la vie faisait rire tout le monde. On leur a menti en leur disant que c'était à la société de s'adapter à eux, et non le contraire, parce qu'ils étaient le centre du monde. On leur a menti en jetant de la dérision partout autour d'eux et en leur disant que rien n'avait d'importance, que rien n'était grave, et qu'il suffisait de faire l'imbécile dans la vie pour être heureux. On leur a menti en leur disant qu'ils n'avaient de devoir envers personne (parce qu'ils n'ont pas demandé à naître, et d'ailleurs nous non plus), qu'ils ne devaient rien à personne et pouvaient s'occuper exclusivement d'eux-mêmes. On leur a menti en leur disant qu'une société organisée de cette façon serait beaucoup plus gaie et heureuse parce que débarrassée des devoirs réactionnaires, et embrassons-nous Folleville.

La masse des mensonges dont ils sont recouverts les laisse à peine respirer. On n'aperçoit au milieu de ce tas d'ordures que des regards apeurés et haineux. Et toute cette boue de mensonge, c'est nous qui l'avons mise. En tout cas, qui ne sommes pas parvenus à la nettoyer, car certains d'entre nous ont passé leur vie entière à clamer comme des Cassandre qu'une génération nourrie au mensonge finit en buvant le fiel de la haine. 
Le principe de plaisir, qui était l'armature des idéologies utopiques, est resté l'armature de l'éducation une fois disparus les grands récits. Car on peut se libérer des contenus, mais les esprits demeurent construits par une forme dans laquelle les nouveaux contenus se glissent, toujours de la même manière. La génération précédente attendait, selon le principe de plaisir, une société où chacun travaillerait selon son envie et serait payé selon ses besoins. La génération actuelle attend, selon le principe de plaisir, une société où l'État verserait des salaires (corrects) à des dizaines de millions de psychologues simplement parce que ceux-ci ont désiré s'inscrire dans ces formations, sans se demander une seconde s'il existait une demande suffisante pour répondre à leurs désirs. 

Pourquoi tant de Français ont-ils tendance à dire que cette situation provient d'un déficit d'allocations (il faudrait payer les étudiants pour étudier) et d'un capitalisme asocial (les salaires sont trop bas) ? Parce que nous voulons nous cacher à nous-mêmes les mensonges que nous connaissons trop bien. Et parce que nombre d'entre nous sont si matérialistes qu'ils regardent tous les problèmes en terme de manque d'argent. Des valeurs immatérielles comme l'effort ou le mérite paraissent stériles et surannées. Il y a des pays où l'allocation étudiant existe, mais elle est corrélée à l'effort, on ne la donne qu'à ceux qui travaillent et réussissent leurs examens, et ces conditions seraient pour nous discriminantes !
En France, la sélection est un gros mot. Le baccalauréat est largement distribué, l'entrée à l'université automatique. Tout se passe comme si tous étaient également capables et également travailleurs, et comme si la sélection ne devait pas s'instaurer en fin de compte, et durement, au moment de la recherche d'emploi. Mensonges, mensonges.
Le lycée, en dépit de nombre d'enseignants compétents et dévoués, accepte par une démagogie honteuse que des adolescents fassent la grève, ce qui les laisse croire qu'ils sont déjà, avant de l'avoir mérité par eux-mêmes, des partenaires responsables dans le jeu social : mensonges…
L'université est devenue une sorte de parking où l'on vient refaire ses forces en attendant la galère de la recherche de travail. Nous regorgeons d'étudiants fantômes, qui s'inscrivent (parfois après avoir passé la sélection de Master 2) pour deux ou trois centaines d'euros, puis profitent de tous les avantages du statut étudiant et n'assistent pas aux cours ni ne viennent passer l'examen. Ou encore, nombre d'étudiants qui ont raté en juin ne viennent pas passer la session de septembre. Ils préfèrent redoubler plutôt que passer l'été à réviser. Mais on tait cela pudiquement, car les étudiants doivent tous être considérés comme des victimes épuisées, jamais comme des profiteurs. Mensonges.


Trop longtemps cachée, la vérité n'est-elle pas souvent cruelle ? Quand elle finit par affleurer à la conscience, ceux qui ont été trompés se retournent ordinairement contre les falsificateurs. Habités par le désespoir et la haine, ils casseraient bien le leurre qu'on leur a construit. Il va nous falloir un jour prochain assumer les fruits amers d'une démagogie peu glorieuse : mentir à la jeunesse, c'est la pire des démagogies.
Paru dans le Figaro du 22 décembre 2008


(1) AES : Administration économique et sociale.
(2) LEA : Langues étrangères appliquées

Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0

Grandeur de la culture générale

Les conséquences aberrantes de l'obsession de la discrimination.
On nous annonce que la culture générale devrait être évincée des concours administratifs.Désormais, les candidats seraient appelés à plancher sur des épreuves purement techniques, correspondant aux besoins de leur future profession.
Cette décision de philistin va à l'encontre de toutes les évidences contemporaines. Nous savons que le XXe siècle a produit de la barbarie de masse et que le mieux pour répondre au désir de "plus jamais ça" serait de civiliser sans relâche. Les techniques ne civilisent pas. Elles fabriquent des spécialistes, bien à l'aise dans une compétence restreinte et ignorants de tout le reste. C'est en lisant les grands textes, en écoutant la grande musique, que nous avons accès à la beauté et au bien, qui ne passent pas seulement par l'éducation de l'enfance ni ne s'apprennent par des discours républicains.
Il faut avoir lu Antigone pour comprendre que la loi positive n'est pas toujours juste. Et le bien-vivre se donne à voir par les oeuvres de ceux qui nous précèdent davantage que par les actes de nos contemporains.
Mais l'argument donné ici est terrifiant : la culture générale est discriminante, parce que tous ne peuvent avoir accès aux grandes oeuvres. Mieux vaut donc la supprimer pour tout le monde. Ou, plutôt, la laisser aux seuls happy few capables d'entrer dans quelques grandes écoles. À quoi sert qu'un pompier connaisse l'histoire des rois de France ? En effet ! Faisons de lui un robot apte seulement à manier sa lance à incendie. Ayons des fonctionnaires de guichet inaptes à comprendre le désarroi de l'usager et des gardiens de la paix ignorant ce que peut bien signifier le mot paix.
Nous aurons ensuite une société où des juges connaîtront leur code à la lettre mais traiteront leurs accusés comme des débris, ou des gérontologues doués pour combattre l'Alzheimer mais sans aucune compassion pour les vieillards. Ainsi sera combattu l'ennemi principal de la République : la discrimination. Surgira de notre obsession un monde utopique où chaque citoyen, armé d'un unique savoir, s'attellera à sa tâche sans savoir pourquoi le monde va comme il va. Le cerveau de ces zombis livrés à n'importe quel ordre s'emplâtrera. Pendant que la compréhension du sens sera réservée à ces quelques-uns qui gouverneront les zombis. La France a cette spécialité : tellement soucieuse d'égalité, elle a coutume d'évincer tout ce qui peut hiérarchiser. Pourquoi depuis si longtemps porte-t-on aux nues les études scientifiques au détriment des études littéraires ? Parce qu'un enfant de famille modeste aura plus de mal à réussir dans les lettres (privé des encyclopédies, des livres et des conversations à la maison) que dans les sciences (où il s'agit de maîtriser les manuels). Si bien que nombre d'entre nous, passionnés de littérature ou de sciences humaines, ont terminé dans les écoles scientifiques juste parce qu'ils étaient  "bons". CQFD : plus on veut égaliser, plus on doit techniciser. L'excellence suppose le déploiement de l'esprit. L'égalité, qui sous-entend nivellement et donc calcul, suppose d'une manière ou d'une autre une matérialisation.
D'ailleurs, Tocqueville, toujours prophétique, avait déjà vu que les peuples démocratiques, assoiffés d'égalité, pourraient bien devenir très matérialistes. Il faut compter pour pouvoir mettre à la toise, et les biens immatériels ne se comptent ni ne se mesurent. Ceux à qui l'on aura fait ignorer la Princesse de Clèves ne s'intéresseront plus qu'à leur écran plat et deviendront les séides obéissants de n'importe quel pouvoir. Ce que nous voulons précisément éviter. Il est bien curieux que cette société, qui ne cesse de déplorer le matérialisme ambiant et demeure hantée par l'obéissance des cloportes qui ont nourri les tyrans, se donne tant de peine pour susciter ce qu'elle déteste.
La grandeur d'une République, ce serait au contraire
de nourrir les esprits au maximum autant que de spécialiser des bras. D'ouvrir les portes de la culture au plus grand nombre possible. De parier que la plupart peuvent comprendre la plainte d'Antigone. Et, finalement, de permettre aux cerveaux de penser par eux-mêmes. Même si tous n'y parviennent pas au même degré. La grandeur d'une société consiste à entraîner chacun au sommet de ses capacités. Passer tous les individus au crible pour tenter d'oublier les différences, c'est simplement légitimer la poursuite, par défaut de conscience, des mentalités totalitaires.
Paru dans Valeurs Actuelles - 18 décembre 2008

Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0

Le Brésil, le "géant" de l'Amérique latine

le Brésil se classe numéro deux du continent américain derrière les États-Unis (304 millions) et cinquième État le plus peuplé du monde (1). Il représente 20,7 % de la population de l'Amérique, 33 % de la population de l'Amérique latine et 49 % de celle de l'Amérique du Sud.
Lors du premier recensement effectué au Brésil en 1872, ce pays ne comptait que 10 millions d'habitants, ce qui signifie que sa population a été multipliée par 18 en 130 ans. Comment expliquer une telle croissance ? Et un tel rythme va-t-il se poursuivre ?
En fait, il est bien connu que la croissance démographique du Brésil a été longtemps, au XIXe siècle et au premier quart du XXe siècle, soutenue par une très importante immigration européenne qui atteignit son apogée de 1900 à la guerre de 1914-1918.  Auparavant, les flux migratoires avaient été plus modestes, même si les estimations de la période pré-statistique ont une précision limitée. Il est néanmoins possible d’indiquer qu’au XVIe siècle, le peuplement européen concerne presque exclusivement les terres brésiliennes du Nordeste, avec deux centres principaux d’attraction : Recife Olinda et Salvador de Bahia. L'extension du peuplement à l'intérieur des terres ne devient significative qu'au XVIIe siècle, avec l'exploitation de la canne à sucre, qui accélère la traite des Noirs d'Afrique, et l'installation de fermes d'élevage.
Au XVIIIe siècle, une nouvelle extension géographique du peuplement s'effectue à l'intérieur des terres, avec l'extraction de l'or, qui explique la croissance démographique du Minas Gerais, puis du Goiás et du Mato Grosso. Les colons portugais affluent tandis que la traite négrière se poursuit. En raison des évolutions de la géographie du peuplement, la capitale est transférée en 1770 de Bahia à Rio de Janeiro. Mais, malgré les apports migratoires, les effectifs de population sont encore très faibles, compte tenu de l'importante superficie du territoire : 8 557 milliers de km2 (seize fois la France métropolitaine). Ils sont estimés à 2,4 millions en 1808, 4,4 millions en 1819, 4,9 millions en 1823, 7,7 millions en 1854 et enfin 10,1 millions lors du premier recensement de 1872.
Puis, l'immigration fournit un apport d'autant plus important que l'on encourage la venue d'immigrants, en raison des besoins en main-d'oeuvre d'une économie qui se fonde alors sur la culture du café.
Pour l'ensemble de la période allant de 1872 à 1950, l'immigration totalise 4,5 millions de personnes mais, compte tenu des estimations de l'émigration, le solde migratoire total est estimé à 3,38 millions de personnes, dont la présence exerce bien évidemment des effets sur l'accroissement naturel. Celui-ci, pendant la seconde moitié du XXe siècle, devient la cause quasi exclusive de la croissance démographique brésilienne, alors que le pays parcourt sa période de transition démographique (2).


Jusque dans les années 1930, les taux annuels de natalité et de mortalité du Brésil restent très élevés, respectivement aux alentours de 46 - et de 24 -. En conséquence, le taux d'accroissement naturel (différence entre le taux de natalité et le taux de mortalité) est élevé : environ 22 ‰.
Additionnant les effets de ce taux et les apports migratoires, la population du Brésil augmente : 18,2 millions d’habitants au recensement de 1900, 27,5 millions en 1920, avant d’atteindre 41,2 millions en 1940. Puis, les évolutions démographiques commencent à prendre en compte les effets de la première étape de la transition démographique qui débute dans les années 1940. Le déclenchement de la baisse des mortalités infantile, infanto-adolescente et maternelle, engendre une diminution du taux de mortalité. Comme, à la même période, le taux de natalité demeure dans une fourchette élevée, entre 42 et 44 ‰ jusqu'en 1965, le taux d’accroissement naturel passe de 22 ‰ à la fin des années 1930 à un maximum de 29,5 ‰ dans la seconde moitié des années 1960. La croissance démographique brésilienne s’intensifie donc des années 1940 aux années 1960, portant la population à 53,9 millions en 1950, 72,7 millions en 1960 et 95,9 millions en 1970.
Puis, les progrès permettant de faire reculer la mortalité se prolongent. Par exemple, le taux de mortalité infantile baisse de 134 décès d’enfants de moins d’un an pour mille naissances au début des années 1950 à 27 un demi-siècle plus tard. Autrement dit, si, en 1950, plus de treize nouveaux-nés sur cent décédaient avant d’atteindre l’âge d’un an, il n’y en a plus que 2,4 en moyenne en 2008. Une telle diminution de 80% contribue à une réduction des deux tiers du taux de mortalité entre les années 1930 et la fin des années 1990.
À compter des années 1960, la population réalisant que les taux de mortalité sont durablement abaissés, la fécondité s’adapte au nouveau régime de la mortalité permis par les formidables progrès hygiéniques et sanitaires. En conséquence, la fécondité entame une baisse de plus de 6 enfants par femme au début des années 1960 à 2,3 environ vers 2008, soit une division par presque trois en quarante ans.


Le suivi des évolutions permet de dater les deux retournements démographiques du Brésil. Le premier se situe à mi-parcours de la transition démographique, lorsque la baisse du taux de natalité devient plus rapide que celle du taux de mortalité. Le taux d’accroissement naturel entame en conséquence, au milieu des années 1960, une diminution : ce premier retournement démographique installe le Brésil dans la seconde étape de la transition démographique. Le taux d’accroissement naturel baisse de moitié en quarante ans, de 29,5 ‰ vers 1965 à 14,1 ‰ au début des années 2000.
Jusqu’aux années 1980, en dépit de la diminution du taux d’accroissement naturel, l’excédent annuel des naissances sur les décès continue de croître, car les générations en âge de fécondité sont très nombreuses. Puis, dans les années 1980, le niveau de fécondité, qui poursuit sa diminution, finit par entraîner un second retournement à la baisse, celui du solde naturel, de l’excédent des naissances sur les décès. Ce solde naturel, après avoir passé par un maximum de 2,9 millions au début des années 1980, se réduit aux environs de 2,5 millions au début des années 2000. 


En conséquence, les effectifs des générations les plus jeunes deviennent moindres que ceux des générations précédentes. La pyramide des âges de 2008 met bien en évidence ce phénomène, avec des générations de jeunes enfants (0-4 ans) moins nombreuses que les enfants de 5-9 ans, de 10-14 ans ou encore de 15-19 ans. Ainsi le Brésil de 2008 voit-il diminuer ses effectifs de jeunes à scolariser dans les écoles primaires. La proportion des moins de 15 ans, qui était de plus de 43 % de la population en 1965, baisse régulièrement et n’est plus que de 28 % en 2008. Et la proportion des personnes âgées de 60 ans ou plus augmente progressivement. La pyramide des âges prend donc une forme de sapin, puisque la population commence à vieillir.
Quelle va être l’intensité de ce vieillissement ? Elle dépend notamment de la fécondité et de son évolution. Or, les données les plus fines indiquent en 2008 une fécondité brésilienne affaiblie. Comment expliquer une telle situation ? Il faut, pour la comprendre, ajouter les spécificités brésiliennes en matière de contrôle de la fécondité et d’accouchement. Dans ce pays, en effet, la stérilisation s’est imposée comme une forme de contraception, et l’âge à la stérilisation tend à baisser : il concernerait le cinquième des femmes ayant moins de 25 ans. En outre, la "césarienne" est considérée comme une forme "moderne" d’accouchement, d’où une fréquence de césariennes parmi les plus élevées au monde, atteignant le tiers des naissances, des césariennes qui, à leur tour, débouchent, après la deuxième ou troisième naissance, sur une ligature des trompes, donc sur une stérilisation.
Il résulte de ce qui précède que l’avenir démographique du Brésil n’est en rien celui qui avait été projeté et qui tablait sur plus de 200 millions d’habitants dès 2000. Selon l’hypothèse moyenne, les effets de vitesse acquise porteraient la population du Brésil à 253 millions en 2050, donc à un rythme considérablement ralenti par rapport à la seconde moitié du XXe siècle. Mais, comme la décélération démographique du Brésil est rapide, la Division de la population des Nations Unies présente une hypothèse basse selon laquelle la population de ce pays pourrait diminuer à la fin des années 2030, avec des rythmes très différenciés selon les régions. 

 
En 1872, le Brésil a une densité moyenne de 1,2 habitant/km2. Compte tenu de la croissance démographique, l’augmentation de la densité peut paraître spectaculaire, puisque qu’elle est multipliée par dix-sept en 130 ans, mais ne conduit toutefois qu’à une densité de 22 habitants/km2 en 2008.
Cette évolution de la densité ne s’est pas faite de façon géographiquement homogène sur le territoire brésilien, qui comprend 26 États (3), plus le district fédéral de Brasilia, et que l’on divise en cinq grandes régions : le Nordeste, le Sudeste, le Sud, le Centre-Ouest et le Nord qui comprend l’essentiel de l’Amazonie.
Au premier recensement de 1872, la région la plus peuplée est celle du Nordeste, qui représente alors 46,7 % de la population totale. Au début des années 2000, le poids démographique relatif de ce Nordeste, qui compte neuf États, n’est plus que de 28 %.
En revanche, le Sudeste compte désormais 42,6 % de la population du Brésil, dont l’État le plus peuplé, celui de São Paulo, avec 38 millions d’habitants. Le centre de gravité démographique du Brésil s’est donc déplacé du nord-est vers le sud et plus précisément vers le centre-sud. Car le Centre-Ouest – où le Brésil a fondé la capitale fédérale Brasilia en 1960 – qui ne comptait que 2,2 % de la population du pays en 1872, en regroupe désormais 6,8 %. De même, le Nord, qui regroupe sept des États de l’Amazonie, a vu son poids démographique augmenter, même s’il demeure faible, passant des alentours de 4 % au début du XXe siècle à 7,6 % au début du XXIe siècle.
Ainsi, l’occupation du territoire brésilien se poursuit, mais les densités de population sont encore très faibles dans de nombreux États. La région Nord, c’est-à-dire l’Amazonie, dépasse à peine 3 habitants/km2, le Centre-Ouest a vu sa densité multipliée par 54 depuis 1872, mais cela ne représente, au début des années 2000, que 7 habitants/km2. Le Nordeste, qui avait 3 habitants/km2 au premier recensement de 1872, en compte 31 au début des années 2000. Des cinq grandes régions, la plus dense est le Sudeste, avec 79 habitants/km2, ce qui est encore moins que la France métropolitaine et trois fois moins que le Royaume-Uni. Quant à la densité de la région Sud, elle est désormais de 44 habitants/km2.
Les changements dans la répartition géographique du peuplement sont à relier avec les évolutions des structures économiques et les différences de dynamisme économique. Les régions du Nordeste ou du Sudeste (Minas Gerais) ont été historiquement les moteurs de l’économie coloniale brésilienne, ayant bénéficié de quasi-rentes économiques lors des cycles du sucre, de l’or ou de l’élevage. Elles sont désormais généralement des régions d’émigration, essentiellement interne, notamment vers la mégapole de São Paulo qui est le grand pôle économique du Brésil. Car, dans la rivalité entre les deux mégapoles, Rio de Janeiro et São Paulo, cette dernière l’a nettement emporté ces dernières décennies. Rio (agglomération de 11,2 millions d’habitants en 2003) a perdu son rôle de capitale et subi le déménagement de services ministériels et administratifs, tandis que son secteur industriel est nettement plus réduit que celui de São Paulo (agglomération de 17,9 millions d’habitants en 2003), l’État de São Paulo étant le plus riche des 26.
Un autre type de flux migratoires internes tient à la volonté du gouvernement, symbolisée par la création de la capitale fédérale en 1960, d’aménager le territoire en développant des infrastructures dans les États les moins denses ou en ouvrant de nouveaux fronts pionniers agricoles, tentative partielle de réponse à la question foncière, jamais véritablement résolue. Ainsi, parmi les États de "l’Amazonie légale", c’est-à-dire ceux faisant partie de la politique régionale concernant l’Amazonie, les plus fortes croissances démographiques de la dernière décennie s’expliquent par l’immigration interne : elles concernent le Para, l’État le plus peuplé de la région Nord, qui compte l’agglomération de Belém, 2 millions d’habitants en 2003, le Maranhão, État situé au nord-ouest du Nordeste et appartenant à ce que le Brésil appelle l’Amazonie légale.
Si l’on considère exclusivement la population rurale, elle est souvent en décroissance, mais elle a nettement augmenté, dans la dernière décennie, dans l’État d’Amazonas, encore considéré comme un front pionnier. Mais généralement, l’émigration rurale, phénomène qui porte le nom "d’invasion rurale" au Brésil, compte tenu de son intensité, se poursuit, avec pour effet une urbanisation (4) souvent désordonnée. Il en résulte un taux d’urbanisation (5) de 81 %, particulièrement élevé pour un pays dont le développement exige de nouveaux progrès.

Paru dans une première version dans Population et Avenir - n° 674 - 2006

(1) Ce qui explique son souhait de présence au Conseil de sécurité de l'ONU, Cf. Dumont, Gérard-François, "À l'ONU, le Sud veut compter", Population & Avenir, n° 665, novembre-décembre 2003 et Dumont, Gérard-François, Démographie politique. Les lois de la géopolitique des populations, Paris, Ellipses, 2007.
(2) Période, de durée et d'intensité variables, pendant laquelle une population passe d'un régime démographique de mortalité et de natalité élevées à un régime de basse mortalité, puis de faible natalité. Cf. Dumont, Gérard-François, Les populations du monde, Paris, Éditions Armand Colin, deuxième édition, 2004
(3) Le Brésil, indépendant depuis 1822, est une "République fédérative".
(4) Cf. Dumont, Gérard-François, "L'aménagement du territoire en Amérique latine", in : Wackermann, Gabriel, l'Amérique latine, Paris, Ellipses, 2005
(5) Proportion de la population urbaine sur la population totale.

Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0

Le moment ne serait-il pas venu en France de développer les retraites par capitalisation ? La proposition paraîtra incongrue à tous ceux qui voient la détresse des retraités américains frappés par la crise boursière et incertains de leur avenir, les fonds de pension auxquels ils ont confié leurs cotisations étant en grave difficulté. Loin de nous l'idée, promue avec tant d'ardeur par certains libéraux, que les retraites par capitalisation seraient la panacée. On ne peut au demeurant que se réjouir de voir que les pays d'Europe qui fondent leur système sur la répartition se trouvent en bien meilleurs posture aujourd'hui face à la crise financière qui frappe l'économie mondiale. Mais ce n'est pas une raison pour jeter la capitalisation aux orties. Si l'on fait abstraction des turbulences actuelles, entre les tenants de la capitalisation et ceux du statut quo, la vérité est sans doute entre les deux. Nous nous plaçons bien sûr dans l'hypothèse de régimes de retraites obligatoires : le débat répartition/capitalisation a en effet été plombé en France par l'idée que le recours à la capitalisation serait volontaire et donc réservé aux plus hauts revenus. 

Si la répartition est une garantie contre les crises financières, une certaine dose de capitalisation est, elle, une garantie à long terme face à la crise démographique qui pointe à l'horizon. Quelle dose ? Quand un retraité reçoit sa pension en année N, celle-ci provient, dans le régime de répartition d'une ponction sur les revenus du travail de l'année N, dans le régime de capitalisation d'une participation aux revenus du capital de la même année.
Quand le retraité va chez les commerçants dépenser sa retraite, ce ne sont pas des biens produits il y a dix ou vingt ans, au moment où il cotisait, qu'il achète, ce sont des biens produits dans l'année en cours et ces biens le sont, comme tous les biens, par une combinaison du facteur capital et du facteur travail. Il est donc logique que la composition de la retraite reflète la part de chacun des facteurs. C'est pourquoi l'idéal serait de viser un équilibre reflétant la part du capital et celle du travail dans la production des richesses, soit environ ¼ - ¾. Un quart pour la capitalisation trois quart pour la répartition. 

Pourquoi aborder la question aujourd'hui ?
Parce que la constitution de fonds de retraite par capitalisation était jusqu'à une date récente obérée par une impossibilité financière: si l'on voulait en effet assurer à terme une retraite décente à tous les salariés (et pas seulement à certains d'entre eux), sachant qu'il faut entre temps continuer à verser les retraites par répartition, la mise de fonds nécessaire représentait un doublement des cotisations pendant vingt ans. Autant rêver.

La chute spectaculaire de la bourse change en partie la donne. Avec le CAC 40 à 3000, la constitution du capital coûte moins cher qu'à 6500. On peut imaginer que les caisses de retraite - ou un organisme ad hoc - lance un grand emprunt national garanti par l'Etat afin d'acheter un fonds d'actions destiné à amorcer la pompe de la capitalisation. Un fonds de ce type, appelé Fonds de réserve pour les retraites, maigrement doté il est vrai, avait d'ailleurs été institué auprès de la Caisse des dépôts et consignations en 2001. Paradoxe : il est question aujourd'hui que la bourse est au plus bas, non point de l'alimenter mais de le fermer !
C'est pourtant une vérité de bon sens que, si on veut constituer un capital pour le très long terme, il faut le faire quand le capital n'est pas cher. Les spécialistes diront s'il faut acheter aujourd'hui ou attendre encore une nouvelle baisse. Ce qui est certain, c'est que nous avons aujourd'hui une occasion unique et qu'il faut peut-être la saisir.
Quel meilleur moyen au demeurant qu'un tel pari sur l'avenir pour réinjecter un peu de confiance dans l'économie ?

Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0


Les droits de l'homme sont-ils vraiment universels ?

A l'occasion du soixantième anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme,
proclamée à Paris, tout le monde célèbre cet événement capital par lequel l'Assemblée générale des Nations Unis a voulu, le 10 décembre 1948, tourner l"une des pages les plus sombres de l'histoire de l'humanité : la barbarie nazie. A les entendre tous, et indépendamment de leur sincérité ou de leur duplicité, de leur volontarisme ou de leur utilitarisme, on croirait que les droits de l"homme sont devenus l'horizon indépassable du XXIème siècle, que les hommes naissent et demeurent, en effet, libres et égaux en droits. Autrement dit, qu'il n'existe aucune différence entre l'homme occidental, l'homme oriental, l'homme asiatique, l'homme noir, l'homme blanc ... Bref ! que les droits de l'homme sont bel et bien universels. Cet unanimisme dans la célébration du soixantième anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme n'est pas un fait nouveau. Il y a déjà neuf ans, Marcel Gauchet relevait que "le sacre des droits de l'homme est à coup sûr le fait idéologique et politique majeur de nos vingt dernières années". Vingt ans auparavant, dans Le Débat, il affirmait aussi que "Les droits de l'homme ne sont pas une politique".
Dans son récent discours à l'Elysée, Nicolas Sarkozy vient de rappeler cette universalité irréductible : "Quelle que soit la partie du monde où on se trouve…, on est un être humain qui a des droits humains, qui sont universels et nous n'avons pas le droit de nous cacher derrière la culture, derrière le respect des traditions, pour contester aux uns ce qu'on reconnaît aux autres". D'abord le refus catégorique et bien louable du culturalisme et de l'essentialisme. L'allusion à l'islam et à certaines pratiques qui sont d'un autre âge, pour légitimes qu'elle soit, appelle cependant une mise au point pour éviter des malentendus, des confusions et des amalgames regrettables. Ensuite, la déclinaison ne doit pas dissimuler le déclin ! En d'autres termes, il ne faut pas que le discours théorique sur l'universalité des droits de l'homme dissimule la réalité concrète de ses droits dans le monde. C'est que l'insistance sur l'hypothétique caractère universel des droits de l'homme dénote intrinsèquement la subsidiarité de ses droits plutôt que leur universalité.

L'attitude culturaliste suivant laquelle les droits de l'homme sont naturellement praticables dans certains pays et pas dans d'autres, eu égard à la culture et aux traditions religieuses qui caractérisent chaque peuple, est une attitude détestable et implicitement raciste. Tous les peuples du monde doivent pleinement bénéficier des droits de l'homme : les Français comme les Saoudiens, les Américains comme les Iraniens, les Suédois comme les Afghans, les Suisses comme les pygmées. Au diable la religion si elle s'oppose aux droits de l'homme. Et elles s'y sont toutes opposées. Jadis et naguère le judaïsme et le christianisme ; aujourd'hui encore l'islam. Pas tant dans la pratique honteuse et infâme de l'excision qui n'est d'ailleurs pas du tout d'origine islamique mais d'essence animiste et pharaonique - mais dans la permission de la polygamie, dans la lapidation pour adultère, dans la stigmatisation des femmes qui refusent de porter le voile, dans les condamnations à mort pour hérésie ... Tout cela sous le prétexte fallacieux d'atteinte aux "droits de Dieu".
Droit de Dieu, toute la question est là et il ne s'agit pas d'appeler à la réforme de l'islam, ni à des exégèses herméneutiques du texte coranique pour esquiver cette question capitale. Si les supposés droits de Dieu sont incompatibles avec les droits de l'homme, il faut alors tout simplement les supprimer. Les musulmans ne vont pas inventer une solution en harmonie avec leur particularisme culturel ou religieux. La solution est, comme les droits de l'homme d'ailleurs, universelle : la disjonction du religieux et du politique, en somme une laïcité apaisée. A moins que l'on persiste, à l'instar de certains islamologues, à plaider pour une démocratie proprement islamique comme il existe une charte islamique des droits de l'homme - posture qui dénote elle aussi une attitude parfaitement culturaliste.

C'est pour dire combien est démagogique et syncrétique le fait de ramener l'éthique des droits de l'homme à des origines religieuses quelconques. S'il y a une religion à partir de laquelle on peut inférer les droits de l'homme, c'est uniquement la "religion naturelle" chère aux philosophes des Lumières. Faire de l'une des trois religions monothéistes, ou de leur synthèse, le berceau des droits de l'homme, c'est travestir l'essence de ces religions et trahir l'esprit des droits de l'homme. Ces derniers sont nés en réaction au droit divin et en opposition à l'hégémonisme théocratique de l'Eglise. Comme l'a si bien montré Hannah Arendt, avec l'irruption des droits de l'homme, "les valeurs absolues et transcendantes de la religion ont perdu leur autorité". Par ontogenèse, ils sont donc irréligieux, voire antireligieux.
Dans cette pléthore d'homélies dédiées à l'universalité des droits de l'homme, il y a quelque chose d'ubuesque et d'indécent car le monde dans lequel nous vivons offre un spectacle affligeant et chaotique. C'est Bill Clinton qui reconnaissait dans Le Monde du 15 janvier 2002 que "la moitié des habitants de la planète vivent avec moins de 2 dollars par jour. Un milliard de gens vivent avec moins de 1 dollars. Ils sont aussi un milliard à se coucher chaque soir le ventre vide. Un quart de la planète n'accède jamais à un verre d'eau potable". Une Afrique abandonnée à son triste sort, que le sida et la famine tuent à petit feu. Un monde islamique (Irak, Afghanistan, Pakistan, Palestine, Soudan) meurtris par le feu des guerres civiles ou des conflits interreligieux. Un terrorisme aveugle qui frappe dans les quatre coins du monde et qu'aucune puissance n'a réussi à éradiquer. Une idéologie obscurantiste qui menace la paix entre l'Inde et le Pakistan et qui est en train de reconquérir, province après province, le pouvoir en Afghanistan. Des emprisonnements arbitraires et des actes de torture dans certains pays arabes. Une crise financière et économique qui n'est qu'à ses premiers balbutiements et dont on comptera bientôt les victimes en dizaines de millions. Par-delà les discours universalistes sur les droits de l'homme, telle est la réalité concrète de notre monde. Dès lors, la question qui s'impose est la suivante : comment agir sur cette réalité cruelle ? Que faire pour que cette universalité supposée des droits de l'homme se métamorphose en réalité avérée ?

La France, nation matrice des droits de l'homme quoi qu'en pensent les anglo-saxons, a cru trouver la solution démiurgique en créant un secrétariat d'Etat aux droits de l'homme sous la tutelle du Quai d'Orsay et en désignant Rama Yade à la tête de ce département. Mais voilà que Bernard Kouchner vient de déclarer qu'il a "eu tort de demander un secrétariat d'Etat aux droits de l'homme. (Que) c'est une erreur" et qu'on "ne peut pas diriger la politique extérieure d'un pays uniquement en fonction des droits de l'homme". Heureux ceux qui ont cru sans voir disait Jésus Christ ! Confronté à la realpolitik, M. Kouchner a dû lui-même mettre en sourdine ou en hibernation son sacro-saint "droit d'ingérence". Et pour cause, il y a forcément antagonisme entre realpolitik - je dirai même politique - et éthique des droits de l'homme. Dans la défense de ces valeurs, la diplomatie parallèle, l'activisme des ONG et la mobilisation des médias ont été beaucoup plus efficaces que l'ingérence, qui est ressentie par les pays concernés comme une atteinte à leur souveraineté. L'erreur, ce n'est donc pas d'avoir créé un secrétariat d'Etat aux droits de l'homme, mais de l'avoir placé sous la tutelle des Affaires Etrangères. Le télescopage et la collusion étaient prévisibles. Il aurait été plus cohérent et plus pertinent de le rattacher au ministère de la Justice. Il ne faut donc pas jeter le bébé avec l'eau du bain : par son histoire, par sa vocation, par altruisme autant que par utilitarisme, la France doit continuer à porter l'étendard des droits de l'homme en France et dans le monde. 
     

Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0

L'Imitation de Jésus

(...) (site endommagé en 2013)
seulement à ceux qu'Il sait capables de marcher derrière Lui : "Suis-moi !" Cela équivaut à dire : "Sois-moi !" En hébreu, "Suis-moi !" cela se dit, traduit littéralement : " Léra arrari - Marche derrière moi ! " - " Léra-marche-arrari-derrière moi ". Or à marcher derrière quelqu'un, cela incite à faire comme celui que l'on suit, à l'imiter donc.
Moi qui ai imité le général de Gaulle, je sais bien qu'à force d'imiter l'on devient, ou plutôt qu'en s'incurvant dans la personne que l'on imite, en prenant sa posture, on finit par penser et agir comme elle. Je n'ai certes jamais eu la prétention ou la mégalomanie de me prendre pour le général de Gaulle, mais je soutiens qu'en l'imitant, je le rappelais. Le public ne s'y trompe pas qui sait bien que tout en étant Henri Tisot, je suis un "rappel" si je puis dire du général de Gaulle. En conclusion, je ne suis devenu moi-même que parce que j'ai suivi le Général ou toutes autres personnes qui m'ont impressionné. Autrement dit : je ne suis que parce que "je suis" du verbe suivre.
Saint Paul qui a tout saisi, nous dira : "Soyez mes imitateurs comme je le suis moi-même du Christ."

À partir de là, on pourrait en conclure que sous sommes tous les imitateurs de quelqu'un dès lors que l'on partage ses pensées. Qui n'est pas imitateur je vous le demande ? Celui-ci devient un grand footballeur parce qu'il admire tel joueur, cet autre devient comédien, peintre, chanteur, danseur, astronaute ou simple plombier car ayant vu des pratiques de plomberie, il a voulu faire pareil : faire pareil ! Oui, qui n'est pas imitateur ? N'importe quel homme ou femme politique ne prend jamais que le relais de ceux qui l'ont précédé dans son parti.
Le mahatma Gandhi, l'apôtre de la non-violence a dit : "On devient ce qu'on admire". Il nous faut donc imiter pour devenir.
Jésus, notre Exemple, n'est-Il pas Lui aussi imitateur, imitateur de son Père ? Il dit à Philippe en Jean 14,9 : "Qui m'a vu a vu le Père", et mieux en Jean 5,19 : "Le Fils ne peut faire de lui-même, rien qu'il n'ait vu faire au Père. Ce que fait celui-ci, le Fils le fait pareillement".
C'est le professeur Tomatis qui a été cause du fait que je me suis intéressé au Christ et à l'hébreu. Il m'a dit un jour : "Savez-vous, Henri qu'en hébreu, Bethléem signifie "maison du pain" ". J'ai aussitôt fait le rapport avec la déclaration de Jésus : "Je suis le pain de vie" et j'ai compris que la coïncidence n'était pas fortuite : Jésus, le pain de vie, est né à Bethléem, la maison du pain, autrement dit, dans la boulangerie.
"Qui vient à moi n'aura jamais faim. Qui croit en moi n'aura jamais soif." - "Quiconque VOIT le Fils et CROIT en lui a la vie éternelle et je le ressusciterai au dernier jour."
Et le Christ va jusqu'à énoncer ces paroles qui font scandale même parmi ses disciples : "Si vous ne mangez pas la chair du Fils de l'homme et ne buvez pas son sang, vous n'aurez pas la vie en vous" (Jean 6,62) - "Comment cet homme peut-il nous donner sa chair à manger ? " - "Dès lors nombre de ses disciples se retirèrent et cessèrent de l'accompagner" (Jean 6,66) - Jésus dit alors aux Douze : "Voulez-vous partir vous aussi ? " - Simon -Pierre lui répondit : "Seigneur à qui irons-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle" (Jean 6,69).

Faim du Christ et soif du Christ
"
Qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle et je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est vraiment une nourriture et mon sang une boisson". CHAIR - PAIN - PAROLE - SANG - BOISSON - VIE. Puisse Jésus déteindre sur nous ! Benoît XVI a parlé à propos de l’Eucharistie de "fission nucléaire au plus intime de l'être".
Mais prenons garde de ne pas nous tromper jusqu'à admirer qui l'on ne doit pas suivre. Un des philosophes considéré pourtant comme un des plus éminents, Martin Heidegger, a fait la pire erreur en suivant le pire des guides et en déclarant : "Le Führer est notre loi".
Ainsi donc, la plupart des gens me connaissent comme étant l'ancien imitateur du général de Gaulle que j'ai parodié de 1960 à 1971 après être sorti de la Comédie Française où j'avais été engagé à l'âge de 20 ans. Je suis entré dans la peau du Général, mais il a fini par voir la mienne, car, en effet, ma conscience a été captive de sa manière de penser. Jean-Jacques Gautier, le célèbre critique théâtral a écrit à mon sujet dans le Figaro : "Puis, il n'y eut plus De Gaulle, mais le masque avait déteint sur le visage". Une phrase du général de Gaulle m'a terriblement marqué, au point qu'elle est devenue comme le moteur de ma vie. En mai 1968 sur le tarmac de Villacoublay, au retour de son voyage éclair à Baden-Baden où il était allé consulter le général Massu alors que la France était dans la tourmente de mai 1968, à Georges Pompidou, son Premier ministre qui lui demandait : "Où en êtes-vous à présent mon Général ?", De Gaulle lui répondit : "Je me suis mis en accord avec mes arrière-pensées". A partir de là, j'ai compris beaucoup de choses. ("Arrière-pensées" - Catherine de Sienne, religieuse : 1347-1380, Grégoire XI, Avignon, Rome - "A ne rien dire on pourrit tout" - Christ : Verbe - Parole : Il faut donc l'ouvrir pas la fermer. Si le Verbe s'est fait chair c'est pour s'exprimer. "La Parole de Dieu, nous a dit Benoît XVI, se révèle dans la parole humaine". Saint Jean a dit : "Le Verbe s'est fait chair". Selon André Neher : "Le mot devient la chose qu'il nomme".) Le professeur Tomatis que j'allais connaître plus tard, savait tout ce que peut générer un mot : "En profondeur, tout est engrammé, génétiquement perceptible. C'est pour cela que le corps réagit si fort au langage. Un mot peut tuer, faire sourire, provoquer des sueurs froides, apaiser… […] Un mot lâché dans l'espace pénètre non seulement dans le système nerveux grâce à l'appareil auditif mais touche également l'ensemble du système neuro-végétatif. Quel voyage fabuleux ! […] Certains mots nous passent au-dessus de la tête et nous laissent de marbre, d'autres nous arrivent en plein visage, d'autres encore nous touchent au coeur ou nous coupent les jambes… Le discours que l'autre nous adresse est une caresse ou une rafale de mitraillette." "Nous sommes tous nés polyglottes" - Docteur Alfred Tomatis.

L'état du monde
J'ai aujourd'hui 71 ans, et je me fais un devoir de mettre mes arrières-pensées en avant. Et pour bien marquer l'état d'esprit dans lequel je me trouve, je veux citer cette phrase de Louis-Ferdinand Céline à laquelle j'adhère pleinement bien que je n'adhère pas à toutes ses déclarations : "Le monde n'est, je vous assure, qu'une vaste entreprise à se foutre du monde". Le Christ, Lui non plus, n'adhère pas au monde. Dans l'Évangile de Jean, Il s'adresse à son Père et dit à propos de ses disciples : "Je leur ai donné ta parole et le monde les a pris en haine, parce qu'ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Je ne te prie pas de les retirer du monde, mais de les garder du Mauvais" (Jean XVII, 9,14,15). Jésus met bel et bien le monde en parallèle avec le Mauvais. Puis Il confie aux siens : "Si le monde vous hait, sachez qu'il m'a haï avant vous. Si vous étiez du monde, le monde aimerait son bien ; mais parce que vous n'êtes pas du monde, puisque mon choix vous a tiré du monde, le monde vous hait" (Jean XV, 18-19). Enfin, Il confie à son Père : "Je ne prie pas pour le monde, mais pour ceux que tu m'as donnés, […]" - "Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Consacre-les dans la vérité : ta parole est vérité. Comme tu m'as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde" (Jean XVII 9 - 16,17,18). "Je suis la lumière du monde. Qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres mais aura la lumière de la vie" (Jean VIII, 12). Ce qui me frappe tout particulièrement, c'est le fait que Jésus dise "je ne prie pas pour le monde" et aussi qu'Il nous affranchisse, en nous disant : "vous n'êtes pas du monde, puisque mon choix vous a tiré du monde".

Honoré de Balzac a déclaré qu'en français, si on inverse certains mots, on découvre leur vraie signification. En effet, en renversant le mot monde on obtient le mot démon. Enfin, pour être tout à fait clair à propos du "monde", rappelons les propos d'un des rabbins les plus connus du monde juif, Rabbi Aquiva qui vivait au temps du Christ et fut comme Lui, martyrisé par les Romains. Il dit : "Le monde va son chemin ! Il n'y a rien à attendre du monde. Nous sommes condamnés à vivre dans le monde tel qu'il est et qui a été créé par Dieu. Et c'est précisément parce que le monde a été créé par Dieu tel qu'il est qu'il ne changera pas. Tout le problème est de savoir si l'homme est disposé à rendre un culte à Dieu dans le monde tel qu'il est".
Toutefois, ne perdons pas de vue que : "Dieu n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour condamner le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui" (Jean III, 17). "Oui, Dieu a tant aimé le monde - Qu'il a donné son Fils unique" (Jean III - 16). Et soyons réconfortés par les paroles de Jésus : "Je suis la lumière du monde. Qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais aura la lumière de la vie" (Jean VIII, 12).
Cette dernière phrase a servi de postulat à un livre qui eut un énorme retentissement aux alentours de 1400, L'Imitation de Jésus-Christ . "Par la lecture des Textes sacrés s'opère une transfusion de sens. Comment ? Par une double lecture : nous lisons la Bible en même temps qu'elle nous lit. Quand nous cherchons à comprendre l'Écriture, nous nous comprenons nous-mêmes. Tout est là : Qui déchiffre se déchiffre". et dont la traduction de Corneille commence par ces mots : "Et quiconque veut être éclairé pleinement, - Doit apprendre de lui que ce n'est qu'à le suivre - Que le coeur s'affranchit de tout aveuglement". J'ai adopté le titre de cet ouvrage pour cette rencontre avec vous que j'ai intitulée : "L'Imitation de Jésus-Christ" selon Tisot.


Mais comment imiter le Christ
si on ne travaille pas à faire plus ample connaissance avec Lui ?

Il va donc s'agir de suivre Jésus, "la lumière du monde". Encore faut-il ne pas se mettre à la suite de l'idée reçue que l'on se fait de Jésus. Le cardinal Lustiger nous a mis en garde sur la fin de sa vie par cette terrible et terrifiante conclusion proclamée dans son livre La Promesse (éditions du Rocher) : "Le péché auquel ont succombé les pagano chrétiens, que ce soit les hommes d'Église, ou les princes, ou les peuples, fut de s'emparer du Christ en le défigurant, puis de faire leur dieu de cette défiguration" (dieu sans d majuscule).
Cette sorte de testament légué par Mgr Lustiger doit nous inciter à prendre conscience que : "La foi se nourrit de la compréhension des Écritures. On ne naît pas chrétien, on le devient" selon Tertullien, le premier écrivain chrétien de langue latine (155 - 222).
Il faut donc se mettre au travail, chercher, chercher, chercher sans relâche, il en sortira toujours quelque chose. Jésus nous dit : "Cherchez et vous trouverez, frappez et on vous ouvrira ! " (Matthieu VII, 7).
Mais si on cherche, c'est qu'on doute. Certes. Je prétends que le doute est le muscle de la recherche.
Cela ne doit en rien nous empêcher de chercher, chercher, chercher sans cesse des réponses aux questions que l'on se pose (quand on s'en pose), ce qui n'est pas le cas de tout le monde parmi les humains. Me vient en mémoire l'histoire de ce rabbin qui courait dans sa ville en criant : "J'ai des réponses, j'ai des réponses, j'ai des réponses - est-ce qu'il y a des questions ? " Et aussi cette autre histoire symptomatique de notre impéritie chronique. Elle est contée par le Maggid de Mezerevitch. Il s'agit d'un narrateur qui a vécu de 1710 à 1772. Il dit : "Imaginez deux enfants qui jouent à cache-cache. L'un se cache, mais l'autre ne le cherche pas ! Dieu se cache et l'homme ne Le cherche pas. Imaginez sa peine ! " Le livre du Talmud nous a pourtant prévenus : "Dieu voile pour que l'homme dévoile".
À notre décharge, nous ne savons rien et on nous demande de tout savoir. Je voudrais avant de continuer notre route, vous transmettre cette constatation de Gilles Berheim, nouveau grand Rabbin de France : "Un enseignant ignore toujours ce qui, dans le contenu ou dans la forme de ce qu'il a dit, éveillera - à son insu - l'attention de ceux qui l'écoutent, et provoquera alors des associations et des enchaînements imprévisibles et, parfois, sans rapport direct avec la didactique qu'il poursuit".
Le cerveau humain sait faire le tri. Telle chose peut paraître essentielle à certains et pas à d'autres. Il faut faire confiance à l'Esprit Saint qui oeuvre pour nous, même si nous ne nous en rendons pas toujours compte.

Le dévoilement des paraboles
Passons à la question des questions : En quelle langue parle Jésus-Christ ? Quelle est sa langue privilégiée : l'hébreu, l'araméen, le français, l'anglais, l'italien, l'espagnol, le russe, le chinois, le coréen ?.. Le philosophe Emmanuel Lévinas a dit : "la langue est la mise en commun d'une idée". J'ai lu ailleurs : "Une langue est un filet jeté sur la réalité des choses. Une autre langue est un autre filet. Il est rare que les mailles coïncident". Si l'on vous disait : "Jésus parle uniquement le japonais. Vous apprendriez illico le japonais". Eh bien, je vous le dis : "Jésus parle uniquement en paraboles comme cela est dit dans les quatre Évangiles. Sans doute a-t-Il voulu choisir un langage universel pour s'adresser au monde entier : Jésus parlait en paraboles et sans parabole, il ne parlait pas ! C'est par un grand nombre de paraboles de ce genre qu'il leur annonçait la parole, dans la mesure où ils étaient capables de l'entendre. Il ne leur parlait point sans parabole, mais, en particulier, il expliquait tout à ses disciples - Je leur parle en paraboles, parce qu'en voyant ils ne voient point et qu'en entendant, ils n'entendent ni ne comprennent - C'est à vous qu'a été donné le mystère du royaume de Dieu, mais pour ceux qui sont dehors, tout arrive en paraboles - Tout cela, Jésus le dit aux foules en paraboles, et il ne leur parlait point sans paraboles. Ainsi devait s'accomplir l'oracle du prophète : Ma bouche prononcera des paraboles, elle clamera des choses cachées depuis la fondation du monde".
"Les disciples s'approchant lui dirent : "Pourquoi leur parles-tu en paraboles ?" - "C'est que, répondit-Il, à vous il est donné de connaître les mystères du Royaume des Cieux, tandis qu'à ces gens-là, cela n'est pas donné. Car à celui qui a l'on donnera et il aura du surplus, mais à celui qui n'a pas, on enlèvera même ce qu'il a. C'est pour cela que je leur parle en paraboles" - "Alors laissant les foules, il vint à la maison et ses disciples s'approchant lui demandèrent : Dis-nous en clair la parabole… ".
Qu'est-ce donc qu'une parabole ? C'est un sens qui conduit vers d'autres sens, c'est la transfusion de sens dont j'ai parlé au début.
FILET - Savez-vous que le mot "net" en anglais dans la locution "internet" signifie "filet" ? Or, le Seigneur fait allusion au royaume des Cieux quand Il décrit le filet de pêcheur dont usent ses disciples qui vont devenir pêcheurs d'hommes. Ne semble-t-Il pas faire allusion à "internet" ? : "Le royaume des Cieux est encore semblable à un filet qu'on jette en mer et qui ramène toutes sortes de choses. Quand il est plein, les pêcheurs le ramènent sur le rivage, puis ils s'asseyent, recueillent dans des paniers ce qu'il y a de bon, et rejettent ce qui ne vaut rien. Ainsi en sera-t-il à la fin du monde : les anges se présenteront et sépareront les méchants et les justes pour les jeter dans la fournaise ardente : là seront les pleurs et les grincements de dents" (Matthieu XIII, 47-50). J'aime infiniment cette parabole. Elle nous incite à penser que notre cerveau est tout à fait comparable à ce filet de pêcheur dont parle Jésus. Notre cerveau est un étonnant ordinateur. Internet fonctionne en lui. Grâce au filet de pêcheur tout autant qu'avec notre cerveau, nous accomplissons des pêches miraculeuses pour peu que l'on consente à partir en mer et quitter la terre. La mer, l'eau est symbole de spiritualité, la terre de matérialité, c'est aussi simple que cela. Voila que par le truchement de la parabole, nous sommes passés de l'idée du filet à la comparaison avec le cerveau. De nos jours, on sait en effet que dans notre cerveau les neurones vont tous à la rencontre les uns des autres jusqu'à se tendre la main si je puis dire et faire la jonction dans un court espace que l'on appelle la synapse. Neurones et synapses dessinent un extraordinaire filet qui garde dans ses entrelacs tout ce qui nous paraît utile, enrichissant, bénéfique, bon à conserver en vue de se souvenir, de se rappeler. Cela s'appelle la mémoire, "ce merveilleux entrepôt" disait Jean Cocteau. Moi, je l'apparente plutôt à un congélateur car nos souvenirs semblent soumis à un dégel instantané à la seule évocation d'un mot qui y fait allusion. Il me suffit de penser au cabanon de mon enfance et tout surgit comme tout Combray ressuscite avec Proust et sa madeleine. Quel miracle ! Et à présent, le filet et le cerveau, vont nous propulser dans le cosmos. Le premier mot de la Bible dans le Premier Testament est le mot hébreu "bérechit " que l'on traduit par "Au commencement". Mais parmi les nombreuses significations que comporte et conserve ce mot - en ayant dénombré pour ma part de significatives - je veux en retenir deux troublantes, à savoir que, décomposé, le mot "bar-echit" signifie "un fils-barj-établirai- echit" - il peut s'agir de Moïse tout aussi bien que de Jésus. Et enfin, nous retrouvons le mot "filet" qui se dit "rechet" en hébreu, de telle sorte que "bérechet" signifie "dans le filet", la lettre B, "beith" au départ du mot veut dire "dans". Cosmos "Béréchet - Au commencement… Dieu créa le ciel et la terre… ", pourrait être retranscrit : "Dans le filet Dieu créa le ciel et la terre… ", et nous suggérer que "le filet" auquel il est ici fait allusion pourrait symboliser le cosmos tout entier criblé d'étoiles.

La phrase initiale de la Bible : "Au commencement Dieu créa le ciel et la terre", fait pendant à la phrase du début de l'Évangile de Jean : "Au commencement était le Verbe, et le Verbe était avec Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement avec Dieu, sans lui rien ne fût de tout ce qui fût. De tout être, il était la vie et la vie était la lumière des hommes".
Je souligne que le disciple Jean, qu'on apparente au "disciple que Jésus aimait" a eu un certain aplomb de démarrer son évangile par le mot "au commencement" qui semble vouloir rectifier les dires du Premier Testament et les confirmer tout à la fois, puisque tout est mis en oeuvre dans le premier chapitre de la Bible au livre de la Genèse à partir de la Parole divine qui proclame "Que la lumière soit et la lumière fut" prouvant ainsi qu' "au commencement était le Verbe". Cela dit, le professeur Alfred-Angelo Tomatis a ajouté une sorte de codicille aux dires du Premier Testament ainsi qu'à l'affirmation johannique. Il énonce : "Au commencement était l'écoute, car à quoi aurait bien pu servir le Verbe s'il n'avait aucune chance d'être entendu". Ce n'est pas la profession de foi juive qui le contredira, elle qui proclame : "Écoute Israël, l'Éternel est notre Dieu, l'Éternel est Un" - "Chéma Israël Adonaï élohénou, Adonaï hérad". Toujours est-il que passant du filet au cerveau pour déboucher dans le cosmos, nous avons démontré qu'à partir d'une parabole de Jésus, on est propulsé vers l'infini, dans l'univers donc, mot qui, entre parenthèses signifie "uni vers Dieu". Les savants d'aujourd'hui dénombrent 1 000 milliards de planètes dans notre seule galaxie. La Parole du Christ nous conduit ainsi par la parabole à plonger dans les profondeurs abyssales et infinies des sens. Vous aurez remarqué que je m'attache à mettre l'accent sur des coïncidences dont chacune se trouve être le vecteur, le transmetteur de sens cachés. J'aime à la folie cette définition de Louis Pauwels qui appelait ces coïncidences si riches de sens "des coïncidences abusives". Cela invite, incite à penser que le hasard n'existe pas, ce qui fera dire à Anatole France : "Le hasard est le pseudonyme de Dieu quand Il ne veut pas signer".
La clef pour saisir les paraboles, c'est l'allusion.

Jean-Paul II
Jean-Paul II (Discours du 11 avril 1997 devant la Commission biblique pontificale) quant à lui, nous a donné une autre clef essentielle pour l'étude des Écritures : "En réalité, on ne peut exprimer pleinement le mystère du Christ sans recourir à l'Ancien Testament. L'identité humaine de Jésus se définit à partir de son lien avec le peuple d'Israël, avec la dynastie de David et la descendance d'Abraham. Priver le Christ de son rapport à l'Ancien Testament, c'est donc le détacher de ses racines et vider son mystère de tout sens. En effet, pour être significative, l'incarnation a eu besoin de s'enraciner dans des siècles de préparation. Autrement, le Christ aurait été comme un météore tombé accidentellement sur terre et privé de tout lien avec l'histoire des hommes. L'Église a vu les Écritures juives comme Parole de Dieu éternellement valable, adressée à elle-même comme aux enfants d'Israël. Cependant, ce qui se vérifie le plus fréquemment, c'est l'ignorance des profonds rapports qui lient le Nouveau Testament à l'Ancien, ignorance d'où découle chez certains l'impression que les chrétiens n'ont rien en commun avec les juifs".

Madame Salzmann qui me logeait 89, boulevard du Montparnasse du temps où j'étais Pensionnaire de la Comédie Française, de 1957 à 1967, Madame Salzmann était juive et me tint lieu de mère adoptive à Paris. Madame Salzmann ne cessait de s'étonner de cet extraordinaire élan qui me propulsait auprès de disait de moi : "Ce Tisot m'étonne sans cesse : il est plus juif que les juifs". Mais c'est lorsque ma grand-mère me rejoignait à Paris que le problème juif éclata au grand jour et qu'il atteignit je puis le dire à son paroxisme. Madame Salzmann avait une véritable passion pour ma grand-mère qui la faisait rire au-delà du permis. Quand il était question de sa venue, je m'enquérais auprès d'elle : "A votre avis Madame Salzmann où pourrais-je louer une chambre pour ma grand-mère ? Dans quel hôtel pas trop éloigné d'ici". La réponse ne se faisait pas attendre. Madame Salzmann s'exclamait : "Mais vous êtes fou, vous n'allez pas mettre votre grand-mère à l'hôtel. On va lui aménager un petit lit de camp et on la garde avec nous. Elle me fait tellement rire, ça vaut bien ça". Ma grand-mère était très reconnaissante à Madame Salzmann de l'héberger et souvent elle me confiait : "Ce qu'elle est brave cette Madame Salzmann. Rappelle-toi d'une que tu es bien tombé avec elle et Madame Marcelle sa dame de compagnie. Elles te gâtent. Comme là, entre nous, tu lui payes un loyer, mais elle n'est pas obligée de loger ta grand-mère. Non, il faut reconnaître ce qui est, elle est juive mais elle est brave ! "Madame Salzmann de son côté faisant également l'éloge de ma grand-mère, rétablissant ainsi l'équilibre : "Votre grand'mère est sensationnelle ! Elle n'est pas juive mais elle est formidable ! " Aussi, parfois, la conversation roulait sur le problème juif. Nous étions installés dans le grand salon de Madame Salzmann et ma grand-mère, avec un air de troisième couteau comme si elle devisait à propos de quelque chose qui ne pouvait pas être entendu par toutes les oreilles, ma grand-mère se lançait avec circonspection : "Dites Madame Sazmane (à cause de son accent méridional, elle avait des difficultés pour prononcer correctement le nom de Salzmann), d'après ce que m'a dit mon petit-fils, vous êtes… vous êtes juive quoi ! Ben mon Dieu, il en faut. Il faut de tout pour faire un monde. Mais au point de vue religion, vous croyez en quoi alors ? » Et Madame Salzmann se jetait à l'eau défendant le judaïsme qu'elle apparentait à juste titre au christianisme : "Mais écoutez, on croit strictement à la même chose que vous. Moïse a dit "Aime ton prochain comme toi-même" - Jésus a dit "Aimez-vous les uns les autres !" Mais c'est pareil, strictement pareil". Et puis, elle jetait la bombe par laquelle allait arriver le scandale. Elle concluait avec une évidence adéquate : "Mais d'ailleurs, Jésus est juif". Là, ma grand-mère tombait des nues, ça lui en bouchait un tel coin, qu'elle demeurait un moment la bouche légèrement entr'ouverte et l'oeil dans le vague. Puis, elle se reprenait et avec beaucoup de calme et de douceur, comme si elle ne voulait pas contrarier Madame Salzmann autant qu'elle était contrariée elle-même, et sur un ton qui en disait long sur le peu de crédibilité qu'elle accordait à ce qu'on venait de lui dire, elle balbutiait, bégayait, puis au final se reprenait : "Ah oui… Jésus est juif ? Ah bon ? Alors il est juif ? Mais depuis quand ? Enfin, je veux dire… Enfin quoi, il est juif quoi ? " Et finalement, elle avalait le morceau assez facilement tout compte fait. C'était une Eucharistie qui restait un peu en travers de sa gorge mais en faisant effort, ça passait et elle admettait avec logique : "Eh bé, qu'est-ce que vous voulez, qu'est-ce qu'on peut y faire ? S'il est juif, peuchère c'est pas de sa faute. On choisit pas. S'il est juif, tant pis ! il l'a pas fait exprès le pauvre". Moi, je me sentais un peu en porte à faux et voulant conclure, je mettais sans le vouloir le feu aux poudres : "Tu sais Mémé, Jésus, il est juif, tout simplement parce que sa mère est juive. Marie est juive ! " Ah ! alors là ! Jésus passe encore, mais Marie, la mère de Jésus, non ! il ne faut pas pousser le bouchon trop loin. Mémé se levait de sa chaise, presque en larmes et rejoignait Madame Marcelle à la cuisine et tout fort pour qu'on l'entende, l'interpellait : "Madame Marcelle, vous le saviez, vous, que Jésus était juif ? Non ? Eh bé je vous l'apprends. Mais le comble de tout c'est qu'il paraît que la Vierge Marie est juive aussi ? Ah non ça c'est le bouquet ! " Madame Marcelle ne se laissait pas démonter pour autant et stoïque concluait pour bien montrer qu'on ne pouvait plus s'étonner de rien : "Vous savez de nos jours, ils compliquent tout ! " Mais Mémé ne s'en tenait pas là et sa colère rentrée finissait par déborder par sa bouche dans ses paroles, et tout en se montant toute seule, elle regagnait la pièce où était installé son lit de camp et psalmodiait tout en se parlant à elle-même : "Ah non… j'aurais tout entendu, tout subi dans la vie : la Vierge Marie juive, hé bé, si on m'avait dit qu'il faudrait un jour entendre ça et de la bouche de mon petit-fils, oh ! non, des cris ! ! ! D'ailleurs avec mon petit-fils si on l'écoute, tout le monde est juif : Jésus, Marie, Joseph, les apôtres, saint Pierre et saint Paul. Et Marie-Madeleine, elle ne serait pas juive par dessus le marché, parce qu'alors là, ce serait le bouquet, il n'y aurait plus qu'à tirer le rideau ! Moi, si ça continue, je ne vais pas supporter d'entendre des balivernes pareilles. Si ça continue, je retourne à Toulon vite fait". Et elle claquait la porte de la chambre pendant que Madame Salzmann tout en riant sous cape n'en pensait pas moins. Entre deux rires à moitié réprimés, elle me confiait charitablement, chrétiennement dirais-je : "Écoutez Tisot, arrêtez, c'est toute une éducation vous comprenez. Vous risquez de rendre votre grand-mère folle avec toutes ces histoires. On ne peut pas revenir en cinq minutes sur des siècles de… de… " Je répondais pour elle : "D'idées reçues ! "

Le pape Jean-Paul II, dans l'indifférence totale du clergé français à pourtant mis les points sur les i le 11 avril 1997 devant la Commission Biblique Pontificale. Sa déclaration est frappée au coin du bon sens, du bon sang du Christ serais-je tenté de dire : "Vous êtes appelés à aider les chrétiens à bien comprendre leur identité. Une identité qui se définit avant tout par la foi au Christ, fils de Dieu. Mais cette foi est inséparable du rapport à l'Ancien Testament, du moment que c'est une foi dans le Christ "mort pour nos péchés", selon les Écritures, et "ressuscité… selon les Écritures" (Co 15, 3-4). Le chrétien doit savoir que, par son adhésion au Christ, il est devenu "descendance d'Abraham" (Ga 3,29) et qu'il a été greffé sur le bon olivier (cf.Rm 11,17-24), c'est-à-dire inséré dans le peuple d'Israël pour être "participant de la racine et de la lymphe de l'olivier" (Rm 11, 17). S'il possède cette forte conviction, il ne pourra plus accepter que les juifs en tant que juifs soient méprisés ou, pire, maltraités. […] Des interprétations erronées et injustes du Nouveau Testament relatives au peuple juif et à sa prétendue culpabilité ont trop souvent circulé engendrant des sentiments d'hostilité à l'égard de ce peuple. Ils ont contribué à assoupir bien des consciences ; de sorte que, sans faire de particularisme, à côté de chrétiens qui ont tout fait pour sauver les persécutés jusqu'au péril de leur vie, la résistance spirituelle de beaucoup n'a pas été celle que l'humanité était en droit d'attendre de la part de disciples du Christ". Non, on ne peut rien saisir sans l'apport et le rapport avec le Premier Testament. Pour preuve, LA MULTIPLICATION DES PAINS des Évangiles dont les symboles n'auraient plus aucun sens sans le rapport, l'allusion au Premier Testament : 5 PAINS - 2 POISSONS.

En réalité, ma conviction profonde est que la clef de toute connaissance réside dans le fait qu'une chose faisant allusion à une autre chose ouvre grande la porte du mystère. C'est ainsi qu'un jour, j'ai compris que toute connaissance s'établit par les liens que les choses ont entre elles et c'est ainsi que j'ai découvert que le buisson épineux dans le désert au milieu duquel Dieu se manifeste à Moïse au milieu des flammes, était en lien direct avec la couronne d'épines qui enserre la tête du Christ sur la croix. Paul Ricoeur, le grand philosophe protestant a écrit dans la préface qu'il a consacré à un de mes ouvrages : "Permettez-moi, cher Henri Tisot, d'extraire de votre ouvrage, une "allusion" qui donne à chercher : c'est le rapprochement que vous faites entre les épines du buisson ardent de Moïse et les épines de la couronne du Christ humilié. Ces épines joignent le Premier et le Deuxième Testament ; elles disent aussi le caractère "épineux" du chemin de la suivance du Christ". En réalité, j'affirme avec certitude, que le judaïsme est en vérité LE DICTIONNAIRE du christianisme.
On ne peut rien comprendre en profondeur du christianisme sans que soit établi le rapport avec le judaïsme. Le jeudi 19 août 2005, Benoît X VI l'a confirmé se référant aux racines juives du christianisme et s'appuyant sur une déclaration de Jean-Paul II, son vénéré prédécesseur. Benoît XVI a déclaré dans la synagogue de Cologne lors des JMJ : "Qui rencontre Jésus-Christ rencontre le judaïsme" (La Documentation catholique 77[1980], p.1148). Alors, la grande question que je pose à tous les chrétiens, moi qui, un peu prétentieusement mais avec humour néanmoins, me présente comme étant le goï le plus juif du monde, la grande question que je pose en conscience aux chrétiens : Peut-on être véritablement chrétien sans se "NATURALISER" juif ?
Je souhaite citer enfin cette phrase de Robert Cohen-Tanugi dans le journal Le Lien-Diaspora, phrase qui m'enchante parce qu'en butte à la mondialisation. Cette phrase me semble désigner le judaïsme comme étant le dernier rempart à la débâcle finale : "Les civilisations ont toutes tenté de faire disparaître le judaïsme parce que rebelle à l'assimilation et donc témoin d'une limite infranchissable à une uniformisation". Nous devons nous ingénier à ne pas être solubles comme me l'a dit mon ami Roger Hanin. Il s'agit de notre survie.

Origène nous morigène …
J'ai fait ce jeu de mot un peu facile pour faire comprendre qu'Origène nous invite à approfondir les Écritures et faire la différence entre ceux qui en sont capables et d'autres pas. Origène a probablement rédigé ses commentaires entre 244 et 249 au cours desquels il développe l'idée que "les simples ne savent pas s'élever au-dessus du sens littéral de l'Écriture. Par paresse ou incapacité, ils ne voient pas le sens caché. Et c'est pour eux et contre eux qu'Origène écrit et réagit par sa méthode exégétique. Car il ne s'agit pas de "se contenter" d'une lecture superficielle des Écritures, de s'en tenir aux "événements racontés". Il faut aller plus loin, dégager de ces événements leur sens spirituel, savoir en particulier tirer des leçons de vie de tel ou tel texte évangélique. Dans ces conditions peut-on parler de mépris, chez Origène, à l'égard des simples ?... Rappelons-nous que Jésus nous a obligés à monter sur la barque, parce qu'il veut que nous le précédions sur le rivage d'en face". Ce rivage d'en face n'est-ce pas la face cachée des Écritures ? Jésus marche sur l'eau, Il a puissance sur terre et sur mer, autant dire sur le matériel comme sur le spirituel. Simon-Pierre tente de Le suivre sur les vagues et coule. Jésus lui dit : "Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? " (Matthieu XIV, 31). Le Christ est là pour nous sauver mais n'oublions pas que pour le Christ, ce n'est pas la Loi qui prévaut. Il dit un nombre de fois incalculable : "Va, ta foi t'a sauvé ! " Il ne dit jamais : "La Loi t'a sauvé ! ", bien qu'Il stipule : "N'allez pas croire que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : Je ne suis pas venu l'abolir, mais l'accomplir" (Matthieu V, 17). André Frossard m'a dit : "Il y a la loi, à partir de laquelle tout est particulier" La terrible question que je suis à présent amené à poser : nous considérons-nous comme faisant partie intégrante des disciples du Christ, ou bien sommes-nous noyés parmi les foules de tous ceux qui suivent Jésus ? Vous seuls pouvez répondre à cette question qui n'entame en rien l'amour que vous portez au Seigneur. Mais pour l'aimer, ne convient-il pas d'approfondir ses paroles, ses actes consignés dans les Évangiles ? Mais les chrétiens lisent-ils assidûment les Évangiles ?

Origène, l'éminent exégète qui vivait au troisième siècle de notre ère a développé vers l'an 250, la dichotomie entre foules et disciples : "Il avait une sorte de vision pyramidale de l'humanité. À la base de cette humanité on pouvait placer la masse juive ou païenne, indifférente sinon hostile, mais aimée par Jésus qui veut l'éclairer et la sauver ; puis nous trouvons la foule, ou plus exactement les foules qui entendent la prédication du Maître : c'est la masse des croyants, attachée à Jésus qu'elle regarde comme un prophète. D'ailleurs, il y a des différences entre les foules : celle de la seconde multiplication des pains est supérieure à celle de la première ; ou si l'on préfère, c'est la même, mais elle a progressé. À l'étage supérieur, se trouvent les disciples, qui accompagnent le Maître dans la plupart de ses déplacements et entendent son enseignement de façon plus constante. Puis, "parmi ceux à qui il a été donné de faire route avec Jésus et de voir sa maison, l'homme supérieur devient en outre apôtre" comme André et Jean qui ont suivi Jésus, vu sa maison et passé le reste du jour avec lui. Il y a ensuite les trois Apôtres privilégiés qui assistent à la résurrection de la fille de Jaïre et gravissent la montagne de la Transfiguration, parmi lesquels Pierre apparaît enfin comme celui qui a réussi à approcher de Jésus mieux que tout autre, qui bénéficie d'une connaissance extraordinaire du mystère, puisque "ce n'est pas la chair et le sang, mais le Père qui le lui a révélé". Souvenez-vous de ce passage de Matthieu XVI,16 où Jésus demande : "Au dire des gens, qu'est le Fils de l'homme ?" Ils dirent : Pour les uns, il est Jean-Baptiste ; pour d'autres, Elie ; pour d'autres encore, Jérémie ou quelqu'un des prophètes" - "Mais pour vous, leur dit-il, qui suis-je ?" Prenant alors la parole Simon-Pierre répondit : "Tu es le Christ (mot grec qui désigne en hébreu le Messie), le Fils du Dieu vivant". (Christ est la traduction grecque du mot hébreu "Machiar-Messie", à savoir l'Oint, Celui qui a reçu l'onction). En réponse, Jésus lui déclara : "Tu es heureux Simon, fils de Jonas, car cette révélation t'est venue, non de la chair et du sang, mais de mon père qui est dans les cieux. Eh bien ! moi, je te le dis : Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les Portes de l'Hadès ne tiendront pas contre elle. Je te donnerai les clefs du Royaume des Cieux : quoi que tu lies sur terre, ce sera tenu dans les Cieux pour lié, et quoique tu délies sur la terre, ce sera tenu dans les Cieux pour délié". Alors il recommanda aux disciples de ne dire à personne qu'il était le Christ". "Rabbi où demeures-tu ? " est-il demandé à Jésus qui répond : "Venez et voyez". Mais tous ne sont pas conviés à suivre Jésus jusque dans sa maison qui, entre parenthèses, désignait au temps du Christ le Temple de Jérusalem qui sera définitivement détruit par les Romains en 70 de notre ère. Certains seront conviés à monter avec Lui dans la barque sur le lac de Tibériade, d'autres à s'étendre sur l'herbe lors de la multiplication des pains, d'autres Le côtoyer au bord de la mer, d'autres encore à passer sur l'autre rive. Enfin certains, ont la grâce suprême de se joindre à Lui en gravissant la montagne où va avoir lieu la transfiguration, ou bien encore au mont des Oliviers, jusqu'à ceux qui l'accompagneront au pied de la croix. À chacun sa grâce ou son épreuve.

Pour ma part, les questions m'assaillent. Un de mes amis, Jean-Pierre Snyers pose une lancinante question : "Si Dieu existe, pourquoi le mal ? - Si Dieu n'existe pas, pourquoi le bien ? " D'Ormesson donne une réponse qui nous cloue le bec quand il dit : "Il n'y a rien de plus important que Dieu, qu'Il existe ou qu'il n'existe pas". Seuls les Textes sacrés du Premier comme du Nouveau Testament nous conforteront dans toutes les apories suscitées par nos questionnements.

 

Le passage de la mer des roseaux (Rouge)

Il faut savoir qu'en matière biblique, chaque mot de l'Écriture cache un mystère. Dieu dit à Moïse : "Je suis l'Éternel, ton Dieu, qui t'ai fait sortir du pays d'Égypte, de la maison de servitude" (Exode 20,2). Il est évident que si on lit la Bible disons au premier abord, elle ne vous révélera que ce qui saute aux yeux au premier abord. Mais si on approfondit et qu'on apprend que le mot "Égypte" par exemple, se dit "mitsraïm" en hébreu et signifie "étroitesse" en même temps qu'il désigne l'Égypte, alors on saisira que l'Éternel veuille les mettre au large dans le désert hors de l'Égypte et de son étroitesse. Sous la houlette de Moïse, ils gagnent le désert, en hébreu "midbar", mot qui vient du verbe "médaber-parler", et qui a aussi pour sens "parole -midbar- ce qui est de la parole". Le peuple juif s'enfuit donc de l'étroitesse de l'Égypte contraignante pour gagner les vastes étendues du désert et entrent ainsi dans le vaste domaine de la parole. Le peuple tout entier gagnera la mer des Roseaux, en hébreu "souf", mot qui désigne les roseaux du bord de l'eau, mais "souf" a aussi pour sens "limite". Les roseaux marquent la frontière entre terre et eau. C'est ainsi que, dépassant les roseaux et donc la limite extrême de la terre ferme, la mer s'ouvrira pour eux afin qu'ils s'engouffrent là où il n'y a plus de roseaux et donc plus de limite. C'est l' "eïn sof" magnifié par les kabbalistes, littéralement "plus de roseau - plus de limite", c'està-dire "l'infini". Ils laissent derrière eux la terre, le désert et l'Égypte et s'évadent de l'étroitesse pour gagner l'infini qui les accueille.
On pourrait se demander si ce célèbre épisode ne fait pas allusion à la naissance non seulement d'un peuple mais plus simplement à l'image de la naissance de l'être humain, les eaux matricielles libérant le nouveau né de l'étroitesse du ventre maternel pour l'offrir à la vie qui le projette dans l'infini. Pour ma part, j'espère vous avoir aidés à vous libérer des idées reçues qui sont des idées étroites et vous avoir incité à approfondir les choses de notre si belle religion chrétienne, sans omettre jamais l'idée développée par le philosophe Robert Veyne : "L'historien est celui qui se méfie de ce qui va de soi". L'exégète également s'il veut approcher le Mystère. Notre pape Benoît XVI, à qui on demandait ce qu'il voudrait transmettre aux jeunes, avait répondu sur Radio Vatican : "Je voudrais leur faire comprendre que c'est beau d'être chrétien !" C'est cette sorte de voyage interplanétaire que je vous ai invité à faire avec moi dans les parcelles cosmiques d'infini que recèlent les mots de la Bible.
Pour les juifs, c'est Moïse qui conduit la nacelle interplanétaire qui nous aide à laisser notre monde derrière, dessous, pour les chrétiens c'est Jésus et pour les musulmans, c'est le prophète Mohammed, béni soit il. On aborde l'infini dès l'instant où l'on accompagne des hommes qui le fréquentent. On s'élève, on s'envole avec eux.

Tout en ayant l'humilité de ne jamais me prendre pour le général de Gaulle, j'ai fini par épouser nombre de ses idées et tout particulièrement "la certaine idée" presque religieuse qu'il se faisait de la France : "Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France. Le sentiment me l'inspire ainsi que la raison. Ce qu'il y a en moi d'affectif, imagine naturellement la France, telle la princesse des contes ou la Madone aux fresques des murs, comme vouée à une destinée imminente et exceptionnelle. J'ai, d'instinct, l'impression que la Providence l'a créée pour des succès achevés ou des malheurs exemplaires. S'il advient que la médiocrité marque pourtant ses faits et gestes, j'en éprouve la sensation d'une absurde anomalie, imputable aux fautes des Français, non au génie de la patrie. Mais aussi, le côté positif de mon esprit me convainc que la France n'est réellement elle-même qu'au premier rang ; que, seules de vastes entreprises sont susceptibles de compenser les ferments de dispersion que son peuple porte en lui-même ; que notre pays, tel qu'il est, parmi les autres, tels qu'ils sont, doit, sous peine de danger mortel, viser haut et se tenir droit. Bref, à mon sens, la France ne peut être la France sans la grandeur".

Je conclurai en soulignant que Simone Signoret a saisi beaucoup de choses, elle qui avoue, au tout début de son livre La nostalgie n'est plus ce qu'elle était (Éditions du Seuil) : "Ce ne sont pas mes souvenirs qui ne m'appartiennent pas, c'est ma vie ! Je considère que l'on est que par les autres, et à partir du moment où on se raconte, on raconte les autres. Même les options qu'on peut prendre dans la vie sont toujours dues à quelqu'un d'autre, à une rencontre ou au fait qu'on veut être à la hauteur de l'opinion de quelques uns. Pas beaucoup, en fait. Je sais très bien que ce que j'appelle "ma conscience", c'est le regard de cinq ou six personnes. Pas nécessairement des gens que je vois souvent. Des gens qui ne savent pas du tout qu'ils sont ma conscience. Moi, je sais qu'ils me surveillent". Ce "moi, je sais qu'ils me surveillent" me va droit au coeur. Tous ceux qui habitent notre conscience - "Nous abritons tant de gens" a dit Claire Lalou - peut-être que ceux "qui nous surveillent", "veillent sur nous" en même temps. Pour bien faire saisir que l'on ne sait que grâce aux autres, le rabbin Josy Eisenberg a déclaré que "toute connaissance est référentielle". Jésus a ordonné à Simon-Pierre et à André son frère, ainsi qu'à Jacques et Jean, les fils de Zébédée : "Venez derrière moi et je vous ferai pêcheurs d'hommes" (Matthieu IV-19).
J'espère pour ma part avoir rempli, parmi vous ce soir, cet office sacré de pêcheur d'hommes et de femmes dont l'ambition est d'être les convoyeurs de fonds de l'héritage de Notre Seigneur Jésus-Christ.
AMEN.

Publié dans Au delà
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version