Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Supprimer l’ENA, une mauvaise idée
 
Rien n’est plus normal, plus classique. Quand un pouvoir politique est aux abois, quand il est à la dérive, la dernière issue qu’il lui reste, c’est de jeter un os à ronger à la foule en colère. Le naufrage dans la démagogie est le signe d’un régime en perdition qui n’a plus qu’une seule obsession, se maintenir à tout prix.
Quand la vanité, obsessionnelle, maladive, obscène, au plus profond du néant, écrase toute notion de bien commun, il reste la démagogie, les vieilles ficelles destinées à satisfaire l’instinct de foule. Annoncer la suppression de l’ENA, surtout dans ces conditions, est un réflexe de la pire espèce.
Et qui mettre à la place des quelque 4000 anciens élèves de l’ENA qui ont passé un concours extrêmement sélectif, à un poste pour 200 ou 300 candidats, déjà issus des meilleures formations (dont des agrégés d’histoire, de lettres, de philosophie, des X, des ingénieurs, des HEC et autres écoles de commerce, des sc po, des docteurs en droit, etc), pour lequel ils ont trimé pendant des années, sacrifié plusieurs années de leur jeunesse dans l’espoir de devenir préfets ou ambassadeurs ?
 
Les remplacer par qui, par quoi ? Des militants de LREM ou du FN ? Nos brillants lettrés de l’UNEF cette pépinière de la gauche française depuis 30 ans qui n’attend que cela ? Les enfants, les neveux, les amants ou les maîtresses des uns et des autres ? Recaser les B…… ? T….. ? G…… ? C’est déjà le cas pour une partie de la fonction publique ouverte aux nominations au tour extérieur ! Le rêve de certains politiques a toujours été de briser l’ENA pour pouvoir caser sans limites leurs protégés et leurs serviteurs. Règne absolu et sans partage du népotisme, des lèche-culs, de la médiocrité, des passe-droit, du clanisme politicien et du copinage : voilà ce que recèle le projet de supprimer l’ENA.
 
Il n’est plus question de traiter des vrais problèmes de la France, la crise de l’école et de l’Education nationale, l’effarant niveau des prélèvements obligatoires, la dette publique égale à 100 % du PIB, l’explosion de la violence et de la délinquance, la désindustrialisation, les 2 millions de jeunes sans formation ni emploi abandonnés au désœuvrement, le chômage qui touche 5 millions de personnes, les problèmes de pouvoir d’achat, les 8 millions de pauvres, le désastre des banlieues, de l’exclusion, du communautarisme. Alors, comment recouvrir la déliquescence d’une nation, sa fragmentation et le renoncement de ses dirigeants, par lâcheté et aveuglement ? Il suffit d’annoncer une mesure symbolique, explosive, pour couvrir tous les désastres, l’impuissance et l’absence de gouvernement, dans une belle polémique : supprimer l’ENA. Et qui peut croire une demi-seconde, que la suppression de l’ENA apporte la moindre solution à la débâcle française ?
 
Le vrai scandale tient à la cosanguinité entre une infime partie de la haute fonction publique et la classe politique, à l’image des 2 derniers occupants de l’Elysée. Pour cela, comme en Angleterre, il suffit d’obliger ceux qui s’engagent en politique à démissionner de la fonction publique. Tout le monde le sait mais personne n’a jamais eu le courage de le faire. Les individus qui ont utilisé l’ENA pour accomplir leur dessein politique et une fois parvenus à leurs fins, se retournent en crachant dans la soupe, sont une infime minorité à la source de l’image ambiguë de cette école : 1 ou 2%, pas plus.
 
Les autres sont des hauts fonctionnaires qui ont choisi le beau métier de serviteur de l’Etat et de leur pays et auraient pu multiplier leur rémunération par 2 ou 3 en allant dans le privé (constat de fait). Ils ont choisi la voie de l’épreuve intellectuelle du concours pour se donner un métier, préfet, ambassadeur, directeur d’administration centrale, plutôt que le jeu des réseaux claniques, familiaux et du copinage qui caractérise la plupart des autres filières de promotion sociale. Supprimer l’ENA, faire de cette Ecole le bouc émissaire des lâchetés, des renoncements, des fautes, de la bêtise et de la mégalomanie de quelques dirigeants politiques et de la déliquescence avancée d’une nation serait pire qu’un crime : une faute.

Paru sur maximetandonnet.wordpress.com, 17 avril 2019
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Notre-Dame : Merci patrons !
 
Les entreprises retrouvent enfin leur place. Elles veulent recruter plus et mieux, s’impliquer sur un plan sociétal. Elles mobilisent leurs collaborateurs pour aller voter. Et elles ont réalisé un espoir collectif par leur participation immédiate à la reconstruction de Notre Dame.
 
Le désarroi dans lequel se trouve actuellement la France a ceci de bon qu'il redonne à l'entreprise une place qu'elle n'a jamais eue. L'entreprise réhabilitée, l'entreprise valeur refuge, nous en avons rêvé. Le socle entrepreneurial est devenu aujourd'hui un repère et un recours dans de nombreux domaines.
Devant l'effroyable incendie de Notre Dame de Paris, saluons la réaction immédiate des deux grands chefs d'entreprise 
François Pinault et Bernard Arnault qui, les premiers, ont proposé de consacrer l'un 100 millions et l'autre 200 millions d'euros à la reconstruction de notre cathédrale en entraînant beaucoup d'autres. Des gestes symboliques qui, espérons-le, redoreront un peu l'image injuste de ces "salauds de patrons" du CAC 40 !
Le mouvement ETHIC a également lancé un appel à ses membres. Nous n'avons pas l'habitude en France de reconnaître la place et le rôle du mécénat, reléguant souvent celui-ci à une forme de "charité " dont les riches feraient preuve pour se dédouaner d'avoir gagné de l'argent. Evidemment, les extrémistes de toujours ont beau jeu de dire que ces dons sont une aubaine fiscale, que c'est " juste de la com' ", que c'est l'argent qui n'a pas été versé pour sauver des vies humaines... Les réseaux sociaux touchent les bas-fonds des âmes noires.
Symbolique et fort aussi de constater la volonté croissante des entreprises de s'impliquer dans ce qui touche à la collectivité, bien au-delà de leur objet social (pas besoin de Loi pour ça). Sur un plan sociétal, les entreprises ont également pris un tournant qui consiste à poursuivre des objectifs en matière de RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) et au-delà pour certains. Les directions d'entreprise s'impliquent de plus en plus dans le bien-être quotidien des salariés, on a beau continuer de brandir le spectre du burn-out, la prévention en la matière est réelle. On peut bien sûr se moquer de ces efforts de recherche de bien-être et même de confort ou de plaisirs ludiques, comme l'a fait 
Nicolas Bouzou dans son livre L'entreprise inhumaine car, certes le babyfoot n'est pas l'eldorado du salarié et le management laisse à désirer, mais on ne peut pas critiquer les efforts pour améliorer la qualité de vie au travail des collaborateurs en s'en moquant, même si cela passe par de petits agréments du quotidien qui peuvent paraître insignifiants (massages au travail, pots, aide pour arrêter de fumer, afterwork, sport, etc.)
La crise des gilets jaunes a d'ailleurs étonnamment épargné de sa vindicte l'entité que représente l'entreprise, peut-être parce que l'on comprend enfin que le pouvoir d'achat, s'il dépend évidemment du salaire, n'a rien à voir avec ce que pourrait être un salaire brut allégé des prélèvements et charges. Un vrai sujet (à suivre).
 
Envoyé par l'auteur, paru sur Challenges, 18 avril 2019
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Le dogme et la conviction
 
La conviction est un essentiel qui vient de l’intérieur, le dogme est un essentiel qui vient de l’extérieur. La conviction motive, le dogme rassure, justifie et crée le lien social. Le but de toute éducation est d’apprendre à se forger des convictions, d’assumer sa liberté et de comprendre les dogmes. Le but de tout pouvoir est de faire confondre ses dogmes avec la vérité et s’ils sont faux, le pouvoir mène son peuple à sa perte car les convictions se heurtent aux dogmes.
 
L’éducation nationale est aujourd’hui un oxymore, une obscure clarté, une intelligence bornée, un apprentissage de fausses vérités. Quand l’éducation nationale ne réussit pas à instiller les dogmes, le politique fait des lois mémorielles qui les imposent sous peine de sanctions pénales. La conviction n’a plus droit de cité, l’homme n’a plus le droit d’être debout, la liberté d’expression n’est plus qu’un étendard que l’on courtise en le poignardant.
 
En économie les faux dogmes génèrent des techniques de paupérisation de plus en plus sophistiquées pour le plus grand profit de ceux qui les imaginent, qui n’existent que par leur inventivité et qui coûtent fort cher. Ces techniques ne prospèrent que parce que l’on a convaincu le peuple qu’il était incompétent en économie, que son bon sens ne valait pas intelligence et que les dogmes actuels de l’économie étaient vrais alors qu’ils sont faux.
 
Le premier faux dogme est que l’échange enrichit durablement alors qu’il n’est que double contentement, enrichissement mental de l’instant. Vénérer le libre-échange, c’est prendre l’instant pour le durable et faire payer son erreur par le peuple. Pour faire croire à la solidité du dogme, on a inventé le PIB, somme de toutes les dépenses que l’on a le culot d’appeler produit pour le présenter à tous ceux qui ne comprennent rien, comme une création de richesse à se partager, ce que font avec zèle tous les médias. Le libre-échange coûte en réalité extrêmement cher. Il coûte d’abord cher en argent avec des coûts de transport faramineux, avec le chômage qu’il crée et que l’on rémunère, et avec les baisses de salaire. Il coûte aussi cher en diminution de la biodiversité. Il est d’ailleurs regrettable que les médias ne nous parlent que de la diminution de la biodiversité animale et végétale sans jamais parler de la biodiversité humaine tout aussi en danger et pourtant tout aussi nécessaire. Et comme il faut bien payer ces dépenses du libre-échange, la paupérisation du peuple est une nécessité. Il grogne sans comprendre car on lui a dit que nous étions un pays riche puisque nous dépensions beaucoup. On l’a même convaincu, en en faisant un seuil, que la vraie pauvreté, c’était de ne pas dépenser.
 
Le deuxième faux dogme est que seules les entreprises peuvent demander à chacun le meilleur de lui-même et que lorsque l’État le fait, soit il déguise en fonction publique une sinécure permanente de moins en moins supportable par ceux qui n’en bénéficient pas, soit il tue dans l’œuf ses propres créations comme successivement, les ateliers de charité, les ateliers nationaux, les ateliers sociaux et les ateliers de travail et de charité permanents. On en arrive à tuer les entreprises en leur faisant supporter l’entretien de millions de chômeurs que l’on trouve normal de payer à être inutiles tout en entendant Macron redire qu’il faut "demander à chacun le meilleur de lui-même". Et quand l’entreprise meure, elle laisse ses dettes à la charge de la collectivité. On paupérise partout par la surtaxation des entreprises, par l’entretien de chômeurs involontaires et d’une masse incroyable d’inutiles subventionnés. La nouvelle coqueluche de l’auto-entreprenariat permet de reculer pour mieux sauter.
 
Le troisième faux dogme est la croyance que l’on peut créer de la monnaie avant de créer de la richesse, qu’il suffit d’investir comme ils disent. On semble avoir complètement oublié que la monnaie ne doit pouvoir être créée que pour équilibrer le constat d’un peuple qu’il a préalablement créé de la richesse à ses propres yeux. C’est ce troisième faux dogme dramatique qui rend présentables et apparemment crédibles depuis au moins un demi-siècle, grâce aux banques, les deux premiers faux dogmes, tout en ouvrant malheureusement la porte au quatrième.
 
Le quatrième faux dogme est que l’artificiel remplace facilement le naturel et que l’équilibre instable du funambule peut remplacer avantageusement l’équilibre stable du porte-manteau. La machine pourrait produire et l’intelligence artificielle concevoir, en laissant l’homme simplement consommer, dormir, se distraire et courtiser ses élites autoproclamées. On en arrive même à faire croire que la machine et l’intelligence artificielle sont moins coûteuses que l’homme, tant dans sa fabrication que dans son usage. Le dogme prétendant que l’homme demanderait plus d’énergie que la machine pour être conçu, nourri et réparé, est évidemment faux mais il fait ses ravages dans la recherche médicale et dans l’industrie dite "de pointe" qui, pour nous faire lutter contre la mort et pour nous laisser nous croire enfin des dieux, dépensent une énergie monétaire considérable à augmenter la population mondiale, la soumettre à notre façon de vivre et en déduire qu’il faut en changer tellement le résultat est catastrophique.
 
La somme de ces quatre faux dogmes laisse croire qu’il suffit pour se croire riches de fabriquer de l’argent pour acheter des machines, et encore fabriquer de l’argent pour acheter leurs productions. Comme cela ne marche évidemment pas, il faut absolument faire payer les autres peuples et donc être une "puissance", ce mot mi-sexuel mi-guerrier dont tous les Politiques s’habillent comme leur seule raison d’être. La "puissance" chiffrée par le PIB et générant même un prétendu "PIB mondial" n’est que la somme de toutes les dépenses payées par la création monétaire ex nihilo des banques. Ce pack bien ficelé est fourgué aux peuples que l’on a formatés à tout gober, comme une création de richesses dont ils ne voient évidemment jamais la couleur s’ils n’endettent pas leur descendance. On a inventé pour cela l’expression "développement économique" dont la racine latine veut dire soulever le voile, ce qui se dit en grec apocalypse. Le voile une fois soulevé, ce développement, cette apocalypse nous permettent de voir de mieux en mieux l’impasse dans laquelle on nous pousse tant que nous accepterons d’en être nous-mêmes par facilité les complices.
 
Les faux dogmes ne détruisent pas que l’économie. Le libéral crée le libertaire. Les mots deviennent creux. La république se réduit à l’oligarchie, la loi du petit nombre. Ce petit nombre peut même n’être qu’un seul comme le dit Mélenchon avec son "La république c’est moi" ou comme le vit Macron, ce jeune monarque improvisé que la réalité ne dérange même plus.
Les faux dogmes défient aussi la réalité en niant la faiblesse physique de la femme comme son monopole absolu dans les maternités et comme la nécessité d’un homme et d’une femme dans la conception et l’éducation des enfants. Simplement dire ces évidences devient un crime de lèse-dogme à mépriser avec d’autant plus d’ardeur que ce crime n’est que simple observation. Nier une vérité ne trouve sa force que dans l’idolâtrie du dogme.
 
Les faux dogmes détruisent encore le lien social en considérant la sexualité comme une orientation sans jamais s’aventurer à se demander, de peur de s’entredéchirer, si sa boussole se trouve dans les gènes ou dans l’éducation. Le dogme impose l’homosexualité comme un état alors que les Grecs la voyaient comme un passage utile et organisé entre l’autosexualité et l’hétérosexualité, passage dont il fallait savoir sortir. A-t-on encore le droit d’avoir des convictions sur ce sujet sans être embastillé pour homophobie ? Peut-on encore suggérer que l’homme a autant besoin de la femme que la femme de l’homme et que l’un sans l’autre ne peut être un équilibre à lui tout seul ?

Tous les faux dogmes actuels ont besoin de dérivatifs pour occuper les esprits d’une jeunesse généreuse de son énergie mais que tous ces faux dogmes empêchent d’être utile. Ils ont généré des nouvelles religions pour étrangler la spiritualité collective qui donne trop de place au bon sens et qu’ils abandonnent à l’islam. Ils ont d’abord sorti de leur chapeau la laïcité qui décrète que la spiritualité n’est qu’individuelle alors qu’elle ne l’est que pour une infime minorité d’ermites. Comme la laïcité patine, on a inventé une autre religion qui, sous le prétexte de bienveillance et à l’inverse de la démocratie, survalorise les minorités pour un égalitarisme dogmatique qui n’est toujours que dans un seul sens. C’est la religion de la "discrimination positive" que l’on appelait autrefois la distinction, c’est la religion du "celles et ceux" tellement entendu et de la parité qui exclut la femme de la représentation de "ceux", mais qui ne bronche pas quand la parité se perd dans la magistrature et bientôt dans la médecine et dans les médias. Cette religion suicidaire culpabilise toute majorité, ne pousse pas les faibles à devenir forts mais imposent aux forts d’être faibles tout en prônant la compétition et en dédaignant la collaboration. Comme cette religion n’est pas fondée sur une générosité mais sur une obligation dogmatique, elle patauge aussi et n’enflamme personne. On a enfin inventé une religion qui peut enflammer la jeunesse. C’est le réchauffement climatique dont l’origine serait humaine. Personne ne commence par expliquer pourquoi la Terre a été glaciale et brûlante à différentes époques bien avant l’arrivée de l’homme. Or, sans avoir compris le pourquoi de ce large éventail de températures dont l’homme ne porte aucune responsabilité, est-il sérieux d’imputer à l’homme, par simple affirmation d’un GIEC composé de gens très divers qui y ont tous intérêt, la responsabilité du petit réchauffement actuel que l’on retrouve plusieurs fois dans les siècles passés. La religion du réchauffement climatique a en plus, pour l’élite autoproclamée, le gros avantage de prendre en charge le déclin bien réel de la biodiversité en en absolvant le vrai coupable, le libre échange. Et n’est-elle pas aussi une façon efficace de détourner l’énergie de la jeunesse de là où elle pourrait être utile donc vraiment dérangeante ?

Envoyé par l'auteur, paru sur www.surlasociete.com, 1er mai 2019
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
De la chine (4) … et Taïwan ?             
 
Le Président Xi a peut-être vu Les 55 Jours de Pékin, film de Nicolas Ray dans lequel Ava Gardner se meurt d'amour pour le vaillant soldat US Charlton Heston et où le britannique ambassadeur David Niven met en déroute, presque à lui tout seul, les vilains Chinois. Il a peut-être aussi lu dans sa jeunesse Quand la Chine s'éveillera, ou bien encore Pearl Buck ou Lucien Bodard, ce grand nostalgique de son enfance au Sechuan… enfin tout ce folklore occidental qui nourrit nos fantasmes orientalistes, y compris Ségalen et les terrifiants reportages sur la Chine de Mao .
De quoi, sans doute, nourrir pendant des siècles un solide esprit de revanche.
 
Taiwan, cette belle île, instablement volcanique, plantée à moins de 150 kilomètres en face des grandes villes de Fuzhou, Quanzhou ou Xiamen (nord de HongKong) en Chine continentale, vit, coincée entre plusieurs "mondes", une histoire mouvementée.
Base commerciale et de piraterie en Asie depuis la nuit des temps, d'abord occupée par les Espagnols puis les Hollandais, les Européens la baptisèrent Formosa ; la dynastie Qing la reconquit, puis elle passe sous contrôle japonais en 1895 en vertu du traité de Shimonoseki, après une fracassante défaite chinoise, dont se mêlent aussi les Occidentaux.
Restituée à la Chine en 1945, elle est le refuge de centaines de milliers d'opposants à Mao Tse Toung et à l'emprise communiste. Nombre de familles restées sur le continent payèrent très cher, de leur vie même, le départ de leur proches vers l'île refuge. Protégée par les Occidentaux (surtout US), Taïwan devient un Etat indépendant, occupe le siège permanent chinois au Conseil de sécurité, jusqu'à ce que le régime communiste soit reconnu par la collectivité internationale occidentale en1971. Depuis, l'opposition entre les 2 Blocs politiques de la planète, et le sensationnel développement de Taïwan font de cette île un enjeu permanent, d'influence et de pouvoir. On peut presque dire qu'elle est une sorte "d'invention" nord-américaine, bastion idéal de surveillance de la Chine continentale, mais de son côté, cette même Chine ne se lasse pas de la scruter et  considère toujours Taïwan comme sa 22ème Province.
S'explique alors d'elle-même la petite phrase du Président Xi dans son discours du 2 Janvier : "la Chine doit être réunifiée". 
 
Taïwan incarne un grand paradoxe : vouée aux gémonies pendant plus d'un demi-siècle par la Chine communiste, elle incarne "l'autre monde chinois" : L'avancée rouge et l'installation des Maoïstes au pouvoir, engendrèrent l'exil de clans, de familles, de villes et villages entiers, jusqu' au bas du continent, traversant le détroit, délaissant même Hong Kong , afin de mettre en sécurité leurs personnes et leurs biens, mais aussi leurs traditions et leur culture fondamentale. Ils partirent, sans espoir de retour, et refondèrent une société ; c'est ainsi que l'île fut le refuge des plus précieux trésors impériaux (1), des parchemins les plus anciens, des artisanats les plus emblématiques de 5.000 ans de civilisation. Taîwan devint ainsi le réceptacle de la tradition. Le temps a passé, chacun ce son côté a connu succès et déboires, violences, dictatures, libéralisations durables ou éphémères. Les liens financiers, industriel et surtout commerciaux se sont liés peu à peu entre les soeurs ennemies, pour leur plus grand profit. Les échanges sont désormais nombreux, le tourisme et les affaires encouragés (avec, par exemple, plus de 500 vols de liaison par semaine). Même si Taïwan est une république à part entière avec une constitution, une monnaie, un drapeau, une représentation internationale spécifique, la trajectoire mentale de la République Populaire reste inchangée, et se trouve même renforcée par le désir actuel de retrouver racines et tradition dont l'île refuge est l'emblématique dépositaire : elle est – et sera – la 22ème Province.
 
Le lent processus de récupération devient évident.
De fait, cela s'inscrit dans une démarche tentaculaire de récupération ou conquête, d'abord illustrée par l'occupation et la violence faites au Tibet, de tous temps plus ou moins vassal de l'Empire ; en 1950 Mao mit fin à la relative indépendance de la théocratie, en lançant troupes et petit livre rouge à l'assaut ; le 14ème Dalaï lama dut signer un accord ambigu de 17 paragraphes qui était en fait le prélude à une annexion. L'occupation et la résistance furent terribles. Mais plus de 60 ans après, la sinisation est totale, assortie de l'envoi massif de colons chinois, et à l'inverse du déplacement en masse de tibétains en Chine ; on ne peut nier par ailleurs qu'une prospérité nouvelle anime les rugueuses montagnes, pourtant réputées inappropriables.
 
Ensuite, il y eut "l'affaire de HongKong" en raison de la fin du bail emphytéotique britannique à 99 ans sur les nouveaux territoires. Les négociations commencèrent en 1982, furent âpres et difficiles, l'Ile elle-même, la presqu'ile de Kowloong, les 498 ilots et les territoires continentaux, ayant des statuts différents étalés de 1842 à 1898. Les Britanniques exigèrent des garanties sur les droits humains et les relations économiques, tergiversant, comme ils ont l'art de le faire, tout autant que les Chinois.  En 1997, le départ des Britanniques fut pathétique et provoqua l'exil plus ou moins volontaire de près d'un million de Hongkongais. La prospérité, n'en déplaise aux Cassandre, perdura et s'amplifia ; au début, rien ne changea dans le "plus beau fleuron de l'Empire", lequel, bénéficia changeant de mains, d'une indispensable modernisation. Un peu plus de 20 ans plus tard, l'empreinte britannique se trouve fort édulcorée et la sinisation rampante a fait son œuvre. Le statut particulier est fragilisé et il est évident que Hong Kong est de plus en plus "une chinoise comme les autres".
La manœuvre sur Taïwan est donc l'Acte 3 de "l'enveloppement" par la Chine continentale de l'ensemble de son périmètre, de même que les actions  de conquête de territoires et de recul des frontières maritimes s'activent en mer de Chine. Nier les règles internationales de contrôle des eaux territoriales, la construction d'îles artificielles, s'inscrivent dans cette démarche. D'autant que "de l'autre côté de l'eau" la Corée du Sud et le Japon, leaders de l'économie libérale mondialisée, sont ressentis et présentés à l'opinion comme des empêcheurs d'être communistes en rond.
 
Taïwan serait donc "une belle affaire" à entrer dans le giron de la République Populaire, non seulement en raison de ses talents technologiques et commerciaux, mais aussi parce qu'elle restituerait une grande partie de la légende chinoise, celle de l'Empire du Milieu et de ses finesses culturelles. Par ailleurs, dans le cadre du déploiement maritime de l'OBOR, l'ile est le verrou nord de la mer de Chine méridionale, la péninsule indochinoise, la Malaisie et Singapour. La ville-état est également dans le viseur du Parti : il n'est pas exclu que d'ici à 50 ou 60 ans elle se retrouve dans le giron "d'une seule Chine". Sa besogneuse population est à 80 % due aux vagues successives d'immigrants chinois, les liens sont nombreux ; la crise de 2008 a permis l'entrée de Beijing dans l'économie du plus grand port d'Asie du sud-est, de ses banques et de ses entreprises. La pénétration est la même que celle pratiquée pour Hong Kong ou ailleurs... en Australie par exemple : avancer ses pions lentement, en commençant par la culture, les universités, la banque, le commerce gros ou petit, organiser des fêtes et des concerts, envoyer des containers entiers de cosmétiques, de vêtements et de battes de cricket ou de base ball…
 
Donc, entre le Non jamais et le Oui peut être, Taïwan navigue dans l'incertitude au gré des majorités électorales. La prochaine présidentielle aura lieu en 2020, c'est à dire demain. L'allié et protecteur Nord-Américain pèse très lourd, est capable d'un revirement hostile ou d'engager un bras de fer avec le Parti. De fait, la stabilité est politiquement fragile, économiquement bonne, humainement vulnérable. L'enjeu est de taille, et tout acte franchement hostile embraserait la totalité de l'Asie du Sud Est, et peut être plus loin. Cela étant la doctrine n'a pas changé d'un iota depuis 1949 : "...la Chine Une et indivisible".
 Elle s'appuie aussi, désormais sur l'adage de DenXiaoping : "La pauvreté n'est pas le socialisme, s'enrichir est glorieux".
 
(1) Le voyage, parfois rocambolesque, et souvent dangereux des trésors de la Cité Interdite et autres lieux, des réserves d'or et de biens transportables, est désormais connu, a fait l'objet de plusieurs publications en anglais et français. Une magnifique exposition "Trésors du Musée national du Palais, Taïpei, mémoire d'empire" a eu lieu au Grand palais  de Paris en Octobre 1998.

Envoyé par l'auteur, 3 avril 2019
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Notre-Dame en flammes : un fait géopolitique
 
Le monde a vu brûler Notre-Dame de Paris en direct, les réactions ont été immédiates. L’examen de leur contenu révèle un phénomène géopolitique concernant l’Art. Quand en 2001, le monde entier a vu également en direct s’effondrer les Twin Towers, les terroristes ont crié victoire mais le reste du monde s’est ému. On déplora 2 750 morts mais personne ne pleura les tours, symbole de la puissance américaine aux yeux du monde entier.
Dans le cas de la destruction de Notre-Dame, il n’y pas eu de morts et les causes restent hypothétiques, terrorisme ou négligence des institutions à l’égard du grand patrimoine ? Comme pour New York, la déploration n’a pas été unanime : les réseaux sociaux ont trahi satisfactions et cris de joie non commentés par la presse, mais aussi titres et déclarations venues des cinq continents, où l’on constate que l’incendie a été vécu comme une épreuve partagée avec les Français.
 
Le Grand’art serait-il un corps doué d’une âme ?
Le contenu des messages est inhabituel. Il ne ressemble pas à des condoléances. Ici le malheur les accable autant qu’il nous accable. Quel est-il ? La cathédrale, grande œuvre d’art par sa forme et son contenu, est désignée comme un être ayant un corps et une âme indissolublement liés. Ce bâtiment est un être, un parent, que le monde entier regarde mourir en éprouvant souffrance personnelle et angoisse. N’est-ce pas mystérieux ? L’œuvre d’art aurait- elle une âme chevillée à son corps ?
Le phénomène est surprenant car l’Art, celui qui est subventionné par l’État en France et dans le reste du monde, l’est de façon privée, par collectionneurs, grandes marques et groupes financiers : l’Art contemporain — international — du haut marché, répond à une définition exactement contraire à celle évoquée plus haut. Il n’est pas de célébration mais de critique, il ne crée pas, il déconstruit, il applique la dérision à tous les arts civilisationnels et en particulier à l’art Occidental, considéré comme particulièrement peccamineux. Seul un art global, "contemporain" mais sans identité, pourrait apporter la paix et la concorde internationale.

La deuxième surprise est que cette cathédrale est qualifiée dans les messages comme ayant à la fois une identité française, européenne et une qualité universelle… qu’est-ce-à dire ?
L’attachement à sa propre identité n’est donc pas un obstacle à la relation avec une autre tout aussi attachée à la sienne ? L’art serait-il plus qu’une marchandise, un produit financier, un support de propagande idéologique ? Un lien positif au-delà des conflits politiques entre des cultures différentes ? Voilà qui n’est plus enseigné dans nos écoles. Y aurait-il une distance entre le réel et l’idéologie mainstream ?
En l’espace de quelques heures tout au long de la tragédie visuelle vécue par le monde entier, la notion moyenâgeuse de l’art, formulée par Saint Thomas et l’Abbé Suger après l’avoir été par Aristote, remonte comme une pousse au printemps. Serait-ce une notion naturelle que l’on observe depuis le paléolithique ?

L’art circule dans le monde parce qu’il est beauté habitée de sens et en cela partageable malgré la différence des conditions et cultures. Entre 7 h du soir et 10 h du matin nous avons formé une humanité planétaire soudée devant le spectacle de notre âme commune, brûlant dans un corps de pierre. L’homme se reconnaît anthropologiquement dans l’art de l’autre. Plus encore, il a besoin pour se dépasser de la différence avec l’autre et de l’échange. Sans cela, c’est la stérilité et la mort.
Cela n’empêche pas que l’Art contemporain international, le seul dont on dit dans les grands médias qu’il existe, soit un très bon produit financier patrimonial. Il est très fluide dans l’international, discret, défiscalisé. Il a de multiples usages et avantages, son rendement annuel est de 8 % en moyenne, chose remarquable à une époque où les taux d’intérêt sont presque nuls, voire négatifs. Grâce à quoi, au-delà de tous les dons spontanés de tout un chacun dont l’âme exige impérieusement d’être restaurée,
quelques grandes fortunes font des dons conséquents. Il est intéressant de remarquer cependant que les montants de leurs dons ne sont pas très éloignés des plus hautes cotes de leurs artistes collectionnés en réseau : un Balloon Dog de Koons, édité en 5 exemplaires, a une cote de 58 millions de dollars, un tableau de David Hockney, 90 millions de dollars.
 
La flèche mise à l’encan
Si l’on regarde le phénomène du côté français on observe quelque chose qui est condamné par la morale des élites au pouvoir : l’expression d’un attachement profond et charnel à cette cathédrale, faisant partie de son identité.
La somme recueillie en 24 heures pour une cause qui n’est pas matérialiste a même choqué, provoqué une polémique : comment peut-on trouver tant d’argent en France pour une cause non humanitariste ?
Il faut sans doute y voir une occasion rare d’exprimer une profonde tristesse et colère d’être sans cesse humiliés par
l’installation permanente d’œuvres éphémères ou permanentes, financées en grande partie par le contribuable, dans le patrimoine français le plus prestigieux. Leur but déclaré publiquement est de le tourner en dérision, déconstruire, détourner, etc. Ainsi, vagin de la reine, plug anal, bouquet de tulipes, Arc de Triomphe emballé, Grande Roue de la Concorde promue œuvre d’art, etc.
Aussitôt que les millions d’euros ont afflué, le chef d’État a annoncé qu’un concours international serait ouvert aux architectes pour créer une nouvelle flèche. Et tout recommence ! Tout le monde sait que c’est une occasion exceptionnelle de célébrité, à condition d’obéir aux consignes de la contemporanéité en art : il faut déconstruire, transgresser ce qui existe. Quand Viollet-le-Duc a proposé une flèche non identique à l’ancienne disparue depuis longtemps, il l’a conçue gothique, dans l’esprit du lieu.
À peine les flammes éteintes,
le projet de dénaturation de l’identité apparaît
, ceux qui protestent à l’idée d’une flèche d’Art contemporain sont déjà diabolisés. En 2000, un projet visant à coiffer les tours de Notre-Dame de deux derricks en fer a failli aboutir…
 
Le Grand’art redevient une réalité anthropologique pendant les 15 heures
Notre-Dame en flammes a fait apparaître un profond clivage dans la façon de considérer l’Art dans le monde. New York s’est effacé devant Paris le temps de l’incendie. Pendant une nuit, le cœur du Grand’art battait en France… et cela alors même que les bilans 2018 du marché de l’Art contemporain de 2018 annoncent l’Amérique en tête, après avoir été plusieurs années au deuxième rang derrière la Chine.
L’usage de l’art comme soft power pour renforcer une hégémonie géopolitique triomphe aujourd’hui financièrement, mais est contesté sur le fond. Trop vide, trop attaché au principe de dérision, sans beauté, il ne peut pas traverser les siècles comme une cathédrale. La révolution technologique permet une libre connexion entre affinités civilisationnelles, libres, désirées, essentielles à la vie des arts. Qui peut empêcher le phénomène naturel de pollinisation ?
L’Art périt en circuit fermé, vit en milieu ouvert, se nourrit de la différence, emprunte sans copier et coller, assimile, se métamorphose, continue les civilisations sans les trahir. L’Art unique uniforme et global est une utopie totalitaire. L’art actuel, hors du système financier, existe pour durer, même non rentable, dans la suite de l’Art des grandes civilisations. Il a été aperçu, reconnu en regardant la cathédrale en flammes.

Envoyé par l'auteur, paru sur Contrepoints, 24 avril 2019
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Incendie de Notre-Dame : et si le pire était à venir ?
 
La cathédrale Notre-Dame ravagée pendant des heures par les flammes, scalpée, éventrée : avouez que vous n’auriez jamais cru qu’au XXIème siècle, en plein Paris, en temps de Paix, cela puisse arriver. Certes, il faut saluer le courage des pompiers qui ont évité le pire, à savoir un effondrement total de l’édifice et de peu, à un quart d’heure près, nous dit-on. Mais leur dévouement ne doit pas masquer le scandaleux abandon du patrimoine historique par l’Etat, qui est la toile de fond de cet incendie qui risque d’être suivi par d’autres. Il y a quelques semaines, c’est à Saint Sulpice qu’un feu se déclarait : malveillance ? Didier Rykner, le rédacteur de la Tribune de l’art, a vu des prises électriques “absolument pas aux normes” à l’Eglise de la Madeleine : n’est-ce pas une autre forme de malveillance ?

A Notre-Dame, le feu s’est propagé très vite et d’une manière anormale. Sur LCI, interrogé par David Pujadas, Benjamin Mouton, l’ancien architecte en chef du monument se dit  stupéfait : “du vieux chêne, il faut beaucoup de petit bois pour le faire brûler… sic", d’autant que l’installation électrique et les alarmes (pour une fois !), avaient été refaites … Prudent, l’architecte "se perd en conjectures" mais ne prononce pas le mot "criminel". Inutile, dès l’ouverture de l’enquête, la cause était entendue : la police scientifique ne pouvait pas encore aller sur place mais "tout montrait un accident", curieuse célérité. Mettons que ce soit un accident, dans ce cas, il y a eu, soit désinvolture, soit incompétence.
Mais faire pleurer Margot sur "la faute à pas de chance" est indigne. Quoi, un tel patrimoine qui a résisté aux révolutionnaires, aux communards, aux nazis, aurait été détruit par un mégot, où tout autre geste aussi idiot qu’évitable ? Les fautes ne sont peut-être pas à imputer aux entreprises qui menaient le chantier. Les causes de ce gâchis sont en amont. Nombre de spécialistes dénoncent le laxisme des prescriptions pour les travaux sur les monuments historiques.

Il y a des moyens de détection immédiate qui permettraient d’agir vite, la surveillance vidéo par exemple. A Notre-Dame on ne les connait pas, semble-t-il : on sait que l’alarme a retenti une première fois, 23 minutes avant la seconde alerte… mais qui, que, quoi, où, on ne sait pas, la fameuse "procédure de lever de doute" est en débandade. Les grandes échelles des pompiers n’étaient pas assez hautes. Ah si, il y avait bien un camion avec une plus grande échelle mais à Versailles… le temps de venir, avec les embouteillages, Notre-Dame cramait. Paris participe à des Nuits Blanches et autres grandes parades, va financer à coup de milliards des jeux olympiques et ne peut pas se payer une très grande échelle pour sauver, ne disons pas des siècles d’histoire, mais un haut-lieu touristique, sources de devises, (langage plus compréhensible pour nos gouvernants) ?

L’historien Alexandre Gady pointe depuis des années "un budget des monuments historiques trop faible", devenu une variable d’ajustement, avec une foire aux pis-aller, le dernier étant le loto du patrimoine. Et Stéphane Bern s’ingénie à ce que ses efforts ne soient pas détournés : il n’est pas au bout de ses peines puisque la Française des jeux va être privatisée. Le patrimoine va rapporter, mais au privé. C’est pourquoi les propos du Président sont très inquiétants ; aucun regret sur la faillite de l’Etat dans sa gestion du patrimoine. Il a salué toutes les catégories de la population qui ont soutenu la cathédrale en flamme sauf une : "les croyants qui ont prié" n’existent pas (autant dire qu’on en tiendra guère compte dans la reconstruction et pourtant ils sont venus en masse). En revanche, il n’a pas oublié "les écrivains (qui) ont rêvé". En tant qu’écrivain, j’en frémis : il n’y a que Néron qui puisse rêver devant une merveille en flammes. L’inquiétude suprême est cette reconstruction au forceps, en 5 ans. Et pourquoi pas cinq mois, quitte à entrer dans le livre des records ? M. Macron s’apprêtait à faire un discours donné comme un tournant de son quinquennat, et au moment où il devait parler, la flèche s’effondre et tout doit être annulé. Or M. Macron s’est toujours voulu "le maître des horloges" : avec ses cinq ans, il reprend la main et nomme tambour battant à la tête de cette restauration… un général cinq étoiles, non, hélas, ce n’est pas un poisson d’avril ! (1)

Or il faudrait plutôt, en ces temps de mondialisation, se tourner vers le Japon dont les temples sont entièrement en bois et régulièrement reconstruits à l’identique par des charpentiers, des menuisiers dont le savoir-faire est considéré, là-bas, comme un trésor national. Nous avons encore, ici, ces corps de métiers : les compagnons par exemple. Ceux-ci ont commencé d’alerter sur le manque de personnel qualifié car, depuis des années, l’Etat ne fait pas son devoir, n’entretient pas les monuments, il asphyxie des corps de métiers qui n’embauchent pas. Cet incendie révèle en profondeur la gabegie étatique où l’on voit les collectivités territoriales faire des dons (pas forcément symboliques) qui vont cruellement manquer à l’entretien de leur patrimoine local. Restaurer le patrimoine, c’est aussi entretenir tout un savoir-faire qui est lui-même un patrimoine, directement héritier des bâtisseurs de cathédrales. Peut-être, pour des raisons de solidité, faudra-t-il panacher avec d’autres matériaux mais ne pas en faire un prétexte à n’importe quoi. Puisque M. Macron veut être un bâtisseur, qu’il s’en donne le temps, qui ne respecte jamais ce qui a été fait sans lui.

Il est à craindre qu’on assiste à bien autre chose. François-Henri Pinault fut parmi les premiers à offrir 100 millions d’euros, LVMH et la famille Arnault surenchérissent à 200 millions, puis les grandes fortunes ont rivalisé de dons. Ne croyez pas que ce soit pour l’amour de Notre-Dame : c’est un coup de com qui va leur rapporter gros. Car ces dons sont défiscalisés au moins à 60 %, et ce pourcentage, qui ne rentre pas dans les caisses de l’Etat, c’est le contribuable qui le payera. Tous ces gens-là sont généreux du bien des autres. Car la loi Aillagon sur le mécénat est devenue une vache à lait pour traire le public. Fait notable, la famille Pinault, elle, a renoncé à la réduction d’impôt afférente, reprenant l’avantage dans cette bataille médiatique…
Mais le plus dangereux ce sont les contreparties en faveur de ces grands donateurs, collectionneurs d’Art contemporain. Cette reconstruction rapide risque d’être accompagnée d’un concours ébouriffant, jubilatoire pour nos d’architectes hypermodernes qui pourront rajeunir cette vieille dame trop gothique. Autre affirmation inquiétante de Monsieur Macron ; "nous la reconstruirons plus belle". Plus belle, sans rire, plus contemporaine peut-être ? On pourrait ajouter des coupoles lumineuses ou une toiture écolo végétalisée (proposition qui circule déjà), "un concours international afin de doter Notre-Dame d’une nouvelle flèche" est déjà dans les tuyaux (pas ceux de l’orgue, muets pour longtemps). Jeff Koons, après ses tulipes en hommage au drame du Bataclan, risque de proposer ses services pour consoler Notre-Dame : à quand le bouquet de roses ? Je ne plaisante pas : une reconstruction, surtout à la sauvette, peut être pire que ce qui vient d’arriver, si les élites qui ont mené ces politiques culturelles délétères continuent à le faire. Et elles ont mené celles-ci dans la plus grande opacité financière, je le rappelle (2). Est-ce que la générosité publique ne va pas financer l’enterrement de Notre Dame sous les strass et paillettes ? Pour fêter l’an 2000, un projet très sérieux (visible en cliquant sur ces 
documents d’archives) coiffait (temporairement mais pour 30 millions de francs) les tours de Notre-Dame de 2 derricks aussi  hauts que les tours, avec un zeste de citron (pardon : un escalier en colimaçon). Je n’invente rien : d’affreux obscurantistes ont fait échouer… ce projet qui pourrait resurgir. Une pétition est en ligne pour demander une reconstruction (le plus) à l’identique possible.

Quand une élite culturelle valide un “vagin de la reine” à Versailles, un plug annal place Vendôme, pour ne rien dire d’un Christ sur une chaise électrique dans la cathédrale de Gap (l’Eglise n’est pas en reste en matière d’Art trop contemporain), tout peut arriver. Christo va bien emballer l’Arc de triomphe, projet déjà acté, alors que ce symbole vient d’être attaqué lors d’une émeute, et voilà que notre nomenklatura nous en propose une version ludique, rigolote, en rabâchant et rebachant, 35 ans après, l’emballage du Pont Neuf. Un usage aussi désinvolte du patrimoine, où l’occident crache sur son passé, multiplie les pieds de nez transgressifs à sa culture, à ses valeurs… transforment les artistes en charogne-ART,  vivant sur le dos du patrimoine avec les deniers publics. Tout cela engendre  un air du temps cool, où tout est amusant, rien n’est important mais tout est à vendre. Et là s’installe la négligence qui tue, la camera qui manque, l’alarme qu’on n’a pas mise là où il aurait fallu, parce que c’est bien assez pour ce vieux tas de pierres…
Le patrimoine, il faut le servir et ne pas s’en servir. Quand un peuple ne mérite plus son patrimoine, il le perd. Il y a un corrélat d’ordre religieux à cette dure loi de l’effondrement des civilisations. Qu’une cathédrale brûle en pleine Semaine Sainte, en dit long : il ne faut pas être grand théologien pour se douter que les récentes affaires de mœurs nauséabondes déplaisent à la Providence divine, peu satisfaite de la manière dont l’Eglise se conduit et est conduite. Or ce sont les hauteurs de l’édifice qui sont parties en fumée, la flèche en particulier (dont les apôtres et évangélistes s’étaient absentés). C’est peut-être un hasard, bien sûr, mais c’est assurément un symbole.

(1) Dans ces conditions, pourquoi pas l’historien d’art Alexandre Gady chef d’opération au Mali ?
(2) Voir  “Brève histoire de l’art financier” in, Christine Sourgins, “Les mirages de l’Art contemporain”, édition 2018, La Table Ronde.

Envoyé par l'auteur, 23 avril 2019
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
Créer l'élan
 
L'incendie de Notre-Dame de Paris est une tragédie nationale et elle est bien vécue comme telle.
Le cœur de la Nation est atteint. Nous sommes meurtris, terriblement tristes. Mais il nous faut réagir.
Si nous le voulons, cette épreuve peut engendrer un sursaut. De la catastrophe peut naître quelque chose de positif si nous savons rassembler les Français ainsi que tous ceux qui, de par le monde, ont été atteints par cette perte.
 
Pour rassembler, il faut proposer un objectif à partager et une action commune. Une première étape est en train d'être franchie par l'appel aux dons. Faisons fi des polémiques stériles à ce sujet. Incitons à faire des dons, même minimes. Que les donateurs soient les plus nombreux possible ! Tous ceux qui auront fait un don se sentiront directement concernés par la restauration.
Mais allons plus loin et faisons en sorte que chacun "participe" à cette restauration.
Pour cela, il faut que tous soient, dès maintenant, largement et régulièrement informés sur les choix envisagés et les actions prises. Ensuite, lorsque les travaux de restauration commenceront, il y aura à expliquer ce qui se fait, indiquer qui intervient et saisir l'occasion de faire connaître les remarquables artisans dont la France dispose.

L'étape suivante, derrière la zone de sécurité, faire en sorte qu'il soit possible de voir travailler – au moins partiellement - ces "bâtisseurs de cathédrale".

Enfin, élargissons le parvis, créons un vaste espace piétonnier qui rejoigne la place Saint-Michel et soit, face à cette cathédrale qui a failli mourir, un espace de vie, un lieu de création et d'enthousiasme. Là auraient lieu en permanence des manifestations diverses et de bonne qualité qui mettraient en évidence l'histoire de Notre-Dame de Paris, les multiples métiers qui contribuent à sa restauration et au-delà, le savoir-faire français. Pourraient se succéder conférences, films, concerts, représentations théâtrales.

Ceci permettrait de calmer notre impatience à retrouver l'édifice, d'instruire, d'offrir une cause nationale et d'assurer un lien avec nos si nombreux amis qui, hors de France, se sentent vivement concernés.
Du monde entier on viendrait voir le chantier.
La restauration de Notre-Dame de Paris est l'affaire de tous.
Après l'effondrement, le sursaut !  

Envoyé par l'auteur, 20 avril 2019                              
 
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Quand le brasier de Notre-Dame enflamme les mémoires
 
CHRONIQUE - Face à Notre-Dame de Paris en flammes, toutes les querelles sur "les racines chrétiennes de la France" sont vaines et ridicules.
 
"Qu’il aille ou non à l’église, le Français a les Évangiles dans le sang." En contemplant le spectacle dantesque de la cathédrale Notre-Dame de Paris en flammes, cette formule d’André Suarès prenait soudain tout son sens. C’était la France qui brûlait devant nos yeux incrédules et bouleversés. Notre histoire millénaire, notre "fille aînée de l’Eglise", des générations d’ouvriers français qui avaient mis des siècles à édifier cette œuvre d’art, tous nos rois qui défilaient en humbles pénitents, et notre Empereur qui s’y faisait sacrer ; et nos républiques qui venaient y quérir le secours de la Providence pour nos armées. Soudain, toutes les querelles sur "les racines chrétiennes de la France" devenaient vaines et ridicules. Si évidentes que tout argument paraissait superflu. Pour les étrangers qui se lamentaient, c’était une réalité qui ne se discutait pas. Pour paraphraser la formule de Marc Bloch, qui expliquait que ceux qui ne vibraient ni au sacre de Reims ni à la fête de la Fédération ne comprendraient jamais l’histoire de France, on pouvait dire que ceux qui ne pleuraient pas sur la flèche en flammes n’étaient pas français.
 
La plupart l’ont compris. Pourtant, certains essayaient de biaiser, à l’instar de Jean-Luc Mélenchon qui, avec son habituel talent de rhéteur, emportait la cathédrale loin de sa foi catholique pour insister sur le rationalisme de ses ingénieurs qui, par le génie des calculs mathématiques, s’arrachaient à la tutelle de la superstition. Faire de la cathédrale le symbole de la lutte des hommes contre l’opium du peuple, il fallait le faire ! Mélenchon l’a fait, en occultant soigneusement les ravages causés par la piétaille révolutionnaire ; en ne comprenant pas surtout, ou en faisant mine de ne pas comprendre, que ce style gothique, qui monte fièrement vers le ciel, incarne justement la quintessence de la synthèse chrétienne du Moyen Âge, qui met la raison au service de la foi, pendant que, de l’autre côté de la Méditerranée, à la même époque, on refusait que la raison vînt interférer dans la foi. Les deux civilisations s’éloignaient irrémédiablement l’une de l’autre.
 
Sur les réseaux sociaux justement, des musulmans exultaient sans pudeur, en appelaient à la vengeance d’Allah sur ces infidèles qui, quelques jours plus tôt, s’étaient, paraît-il, moqués de La Mecque. Il faut préciser que certains de leurs coreligionnaires les sommaient de se taire. L’Union des mosquées de France appelait les musulmans à prier pour la cathédrale. Cette ambiance tendue nous rappelait que l’incendie de Notre-Dame n’était pas le premier, mais l’apothéose d’une succession de saccages d’églises intervenus depuis des mois et qui ne scandalisaient personne. Un Pakistanais était arrêté et condamné pour des destructions d’objets sacrés de la cathédrale Saint-Denis ; la police suivait une piste criminelle après l’incendie de Saint-Sulpice ; la justice condamnait une djihadiste, Inès Madani, qui avait tenté de mettre le feu à une voiture remplie d’explosifs devant la cathédrale Notre-Dame de Paris. C’était en 2016. Déjà.

Paru dans Le Figaro Magazine, 19 avril 2019
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Avec Notre-Dame, reconstruire la France
 
Marie saura-t-elle rassembler les Français divisés  ?
Ce serait là un miracle pour l’Église éreintée et pour la nation déchristianisée. Néanmoins, force est de constater la sidération collective née de l’incendie de Notre-Dame de Paris, dédiée à la Vierge. Dès les premières flammes, la vie politique s’est effacée derrière la puissance intacte d’une mémoire millénaire. Le feu a jailli, lundi à 18 h 50, d’une partie de la charpente en chêne posée il y a huit cent cinquante ans. L’enfer a ravagé la toiture de la cathédrale, symbole de la chrétienté en Europe depuis le XIIe siècle. Emmanuel Macron, qui devait distiller à 20 heures ses premières mesures après le grand débat, a judicieusement choisi de différer ses annonces. Les partis ont également suspendu leurs joutes en perspective des élections européennes. La soudaine vulnérabilité de Notre-Dame, gravement défigurée en une poignée d’heures, est venue rappeler, comme un châtiment, la fragilité d’une nation quand elle devient oublieuse de son passé et de sa culture. Dans la soirée, le président a appelé, "tous ensemble", à rebâtir l’édifice. Pour une fois, Macron a su être enthousiasmant.
 
Il faut parfois des tragédies pour sortir les peuples décadents de leur frivolité amnésique. Le temps dira si la douleur causée par la blessure d’un chef-d’œuvre, sorti des mains de générations d’anonymes inspirés par la quête du beau et du bien, saura se transformer en une renaissance. C’est pour avoir orgueilleusement négligé la mémoire et la lente expérience, au profit de la jouissance immédiate, que la modernité a renoncé à s’identifier à un idéal partagé. Le cheap, le toc, le bagou accompagnent son sillage. Rien n’est donc plus disruptif - ce mot macronien - que de tenter d’être à nouveau à la hauteur des humbles bâtisseurs du Moyen Âge. Lundi, une souscription nationale a été lancée pour faire renaître Notre-Dame de ses cendres. Beaucoup des plus grandes fortunes de France ont rapidement offert près d’un milliard d’euros. De nombreuses autres familles les suivront, sachant où ira leur argent.
 
L’occasion est donnée aux Français, éduqués dans l’illusion créative de la table rase et de l’homme nouveau, de retrouver le goût de la conservation, de la transmission, du respect des racines. Les déconstructeurs de l’identité nationale, vue comme une lubie réactionnaire, apparaissent déjà pour ce qu’ils sont : les maltraitants d’une nation attachée à ses souvenirs chéris. Il suffisait de voir la foule prier et pleurer devant son église en feu pour s’en convaincre. Ce sont les "progressistes", ennemis de la nostalgie, du respect des ancêtres et des vieilles pierres, qui ont affaibli la France à force de lui seriner qu’elle était dépassée, laide, odieuse. Ces jours-ci, ces fossoyeurs ont pris l’habit gris muraille, au spectacle de Notre-Dame martyrisée. Mais n’était-ce pas ce que recherchaient ceux qui exigeaient, au nom d’une laïcité intégriste, la disparition de la "fille aînée de l’Église" ? Certains de ceux-là en viennent à se lamenter sur le mauvais sort qui s’abat sur le pays fracturé. Puisse ce triste spectacle, qui symbolise la civilisation malade, les réconcilier avec la nation honnie.
 
La France n’a pas besoin d’être "transformée", comme le prêche le chef de l’État depuis deux ans. En février 2017, il assurait de surcroît, tout à sa séduction des nouvelles minorités : "Il n’y a pas de culture française." Or c’est bien l’effondrement physique d’une civilisation ringardisée qui bouleverse le monde. La France, déprimée par sa culpabilisation et la valorisation de l’Autre, a besoin d’être reconstruite. Jean-Pierre Chevènement à bien résumé l’enjeu, mardi : "Ce n’est pas seulement Notre-Dame de Paris qu’il faut rebâtir, c’est le patriotisme français, c’est l’histoire de France, notre récit national, notre République."
 
Tous les Français sont-ils prêts à se retrouver autour de Notre-Dame, c’est-à-dire autour de la protection affectueuse d’une Église catholique atteinte moralement et spirituellement ? Les autorités juives et musulmanes ont fait connaître très vite leur solidarité avec les catholiques. Mais, sur Twitter, de nombreux islamistes se sont félicités de l’incendie, dont la cause reste à ce jour inexpliquée. Les Amis de la Diversité ont feint, une fois de plus, de ne rien remarquer de cette sordide jubilation.

Paru dans Le Figaro, 19 avril 2019
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
C’est au destin de la France que nous pensons (ND de Paris)
 
Notre-Dame de Paris, c’est Notre-Dame de France. Elle est le reflet de l’histoire du peuple français. Le miroir de son identité, de son âme. Elle est l’œuvre de bâtisseurs de génie. Architectes, maçons, menuisiers, verriers, sculpteurs, peintres, décorateurs ainsi qu’une multitude d’hommes et de femmes bénévoles ont uni leurs forces et leurs talents pour réussir la prouesse de dresser vers le ciel une œuvre sublime qui a forcé le respect et l’admiration à travers les siècles. Derrière la grandeur, tout un peuple.

Dès l’origine, l’évêque Maurice de Sully l’a voulue digne de la première ville de France. Elle est un symbole dont la force s’est transmise jusqu’à nous par les pages de l’histoire de France qui s’y sont inscrites : royauté, Empire, République. Notre-Dame, c’est l’incarnation vivante de la continuité historique de la France. C’est pourquoi le drame qui la frappe, nous frappe directement au cœur. Le raz-de-marée émotionnel est justifié. Les siècles défilent sous nos yeux et c’est, ayons le courage de le dire, à la nation France, à son destin, que nous pensons en regardant, pétrifiés, les flammes qui dévorent la toiture puis abattent la fière flèche. Chacun voudrait agir. Mais comment ? Nous nous sentons impuissants.
Le drame de Notre-Dame, c’est le drame de la France. Fragilisée, nul ne comprend qu’elle n’ait été secourue à temps en dépit de nombreux signaux d’alerte. Notre communion dans la souffrance traduit de façon éclatante la persistance d’un inconscient collectif qu’exprime aussi l’attachement viscéral des Français à leur patrimoine culturel et religieux. Le patrimoine, c’est eux. En dépit du lavage de cerveau subi depuis des décennies, la mémoire identitaire est en grande partie intacte. Les Français forment les parties d’un tout. Ils appartiennent au même corps. Ils sont le produit d’une même histoire politique et culturelle. Le fil de l’histoire ne peut être rompu.

Manifestement, le président Macron a compris ce qui se joue au travers de ce drame épouvantable. Il a su trouver les mots justes et surtout, par sa promesse solennelle de rebâtir très vite notre cathédrale, il insuffle de l’espoir. Nous devons retrouver l’énergie de repousser les limites, puiser en nous la force de renouer avec le génie français.
Notre époque saura-t-elle se hisser à la hauteur de la France, en être digne ? Il n’y a à mes yeux qu’une voie possible. Témoigner de notre amour de la France en nous engageant à perpétuer l’héritage français, reçu pour les uns, choisi pour les autres. Tisser de nouvelles solidarités à travers tout le pays. Unir nos forces, contre vents et marées, pour assurer la continuité historique de la France au travers du respect de l’identité française par-delà les origines ethno-raciales. Œuvrer à rendre la France plus forte en sachant inscrire l’évolution de notre société dans le respect de ce qui nous a précédés, à un moment où la cohésion nationale se dérobe sous nos pieds.
C’est notre obligation morale envers les générations futures.

Paru dans Le Figaro,18 avril 2019
Ancien membre du Haut Conseil à l’intégration.
Auteur de Décomposition française. Comment en est-on arrivé là ?  (Fayard, 2015)
Prix littéraire "honneur et patrie" de la société des membres de la Légion d’honneur.
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version