Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Que fait la France en Afghanistan ?
 

Avec l'embuscade tragique qui a coûté la vie à dix de ses soldats, la France a compris brusquement qu'elle était engagée en Afghanistan dans une vraie guerre. Avant tout, ces soldats méritent notre hommage et, avec leur famille, notre compassion.

Ils sont vraiment "morts pour la France". Honneur à eux.
My coutry, right or wrong disent les Américains.
Mais l'émotion n'interdira pas longtemps de poser la question de la justesse de l'engagement de 3000  soldats français dans la guerre d'Afghanistan.
Quelles peuvent en être les justifications ?
Pour les Etats-Unis, il s'agissait au départ de "punir" et de  chasser du pouvoir les complices de l'attentat du  11 septembre : le régime taliban du mollah Omar, lequel abritait Ben Laden et les camps d'entraînement d'Al Qaida.
Gent fort ingrate au demeurant puisque le mouvement taliban avait été créé de toutes pièces par les Américains en 1994 afin, déjà, de punir et chasser du pouvoir un de leurs  protégés, Gulbuddin Hekmatyar, maladroitement compromis dans un premier attentat contre le World trade center.
L'objectif de chasser les talibans fut très vite atteint, à un prix il est vrai lourd : pour les 3000 victimes du 11 septembre, plus de 100 000 victimes civiles et militaires afghanes environ, dont la quasi totalité n'était impliquée ni de près ni de loin dans l'attentat de New York. "oeil pour oeil, dent pour dent", dit l'antique adage biblique, finalement point si inhumain : on est, on le voit, dans cette affaire, très au-delà du compte.
L'incapacité des Américains  à installer un pouvoir stable à Kaboul (leur refus d'une restauration du roi Zaher Chah n'a pas facilité les choses) et la haine bien naturelle de l'occupation étrangère ont vite permis aux talibans de reprendre du poil de la bête au point qu'ils seraient déjà revenus à Kaboul si celle-ci n'était défendue par les Occidentaux. 


La "guerre des civilisations" ? 
On arrive au second but de la guerre : empêcher une faction susceptible de protéger les terroristes islamiques de reprendre le pouvoir. La guerre en Afghanistan ne serait dans cette perspective que la pointe avancée de la lutte de l'Occident contre le terrorisme, singulièrement islamique, un avatar de la nécessaire "guerre des civilisations".
Ce but de guerre s'inscrit dans une conception aujourd'hui répandue - et qui a largement inspiré le récent Livre blanc de la défense nationale -, de "stratégie globale", selon laquelle  le concept de défense du territoire national au sens classique serait périmé, à la fois parce que territorial et parce que national. 

L'idée d'un parti pro-terroriste semble tenir la route sur le papier. Elle ne prend cependant pas en compte un certain nombre de données concrètes :
- la base afghane n'a joué qu'un rôle accessoire dans le 11 septembre : loin d'être un coordonnateur tout-puissant, Ben Laden a surtout labellisé cet attentat - et d'autres ; si les "camps afghans" ont permis une mise en condition idéologique de certains comparses, l'attentat du 11 septembre a d'abord  été préparé en Occident par des éléments occidentalisés, arabes et non afghans ;   
- de toutes les façons, les talibans contrôlent aujourd'hui suffisamment de territoire pour protéger Ben Laden ; est-il vrai, comme le disent certains militaires français, que les Américains à qui ils avaient signalé sa position, ont refusé de l'arrêter ? Comme si  le méchant devait rester vivant jusqu'à la fin du film !   
- il n'y a plus eu d'attentat significatif aux Etats-Unis et dans la plupart des pays d'Europe depuis 2001 ;
- l'efficacité de la coordination policière entre les partenaires occidentaux, singulièrement entre les Etats-Unis et la France, est la cause principale de ce reflux du terrorisme : c'est là un facteur  autrement sérieux, dans la lutte contre le terrorisme, que d'obscurs combats dans les vallées du Panshir ; 
- les talibans se préoccupent peu de Ben Laden : ils ont d'abord le sentiment de se battre pour défendre leur patrie et leur foi ; c'est d'ailleurs leur force ;
- si les talibans revenaient au pouvoir, il y aurait moyen par des frappes ciblées de les dissuader d'apporter un concours aux terroristes, concours qui, de toutes les façons, vu leur position géographique, ne pourrait être que modeste ;
- le vivier des talibans est la tribu des Pachtounes à cheval sur la frontière du  Pakistan : ce pays immense, bien plus peuplé que l'Afghanistan, à la "gouvernance" catastrophique, travaillé par les intégrismes, disposant de l'arme nucléaire et pourtant protégé par les Etats-Unis, représente un risque autrement grave pour la paix que ne le serait un Afghanistan islamiste ;
- le concept de "sécurité globale", dépassant le seul cadre militaire, est à la mode : malgré ses défauts,  le régime taliban avait supprimé la culture du pavot ; sept ans après l'Afghanistan fournit 93 % de l'opium consommé en Occident !

A supposer que malgré ces considérations, on accepte encore la logique "guerre contre les talibans = guerre contre le terrorisme", il faudrait pour que notre engagement soit justifié, qu'on ait l'espoir de gagner cette guerre.
Or aucun stratège raisonnable n'imagine aujourd'hui une telle victoire possible. Comment croire qu'un engagement en définitive assez limité viendra à bout de milices aguerries et bien armées, recrutées dans des tribus aux fortes traditions guerrières, se battant dans un terrain particulièrement difficile qu'elles seules connaissent, et qui, après avoir résisté à la colonisation, ont tenu pendant dix ans la dragée haute aux Russes, voisins directs engagés avec des moyens autrement puissants ? Cette guerre est, de l'avis commun, encore bien plus mal emmanchée que ne l'était celle du Vietnam.
On dira en désespoir de cause que, même s'il ne peut gagner la guerre, l'Occident se doit d'être présent à cet endroit -là pour marquer une attitude offensive dans la guerre générale qui est menée contre l'islamisme. Mais à quel coût et jusqu'à quand ?
De plus cyniques, - il en est dans nos états-majors -, avouent en privé que peu importe la légitimité de cette guerre : elle est un utile terrain de manoeuvre en vraie grandeur, permettant aux armées de l'OTAN de rester aguerries. C'est faire bien peu de cas des victimes civiles afghanes, d'autant plus nombreuses que les bombardements indiscriminés, aussi habituels en ces circonstances que contre-productifs, sont pratiqués à grande échelle.

La défense est d'abord nationale
Mais par-delà les considérations d'opportunité se pose la question de principe de la "stratégie globale".
Qui ne voit que les considérations géostratégiques fumeuses peuvent justifier n'importe quelle expédition lointaine ?
Elles vont en tous les cas à l'encontre de la conception traditionnelle, capétienne si l'on veut (mais aussi bien républicaine) de la défense nationale : dans cette conception, la guerre est tenue pour une chose grave qui ne se justifie que quand se trouve en jeu pour un pays un intérêt à la fois essentiel,  spécifique, et certain. Si la lutte contre le terrorisme est assurément un intérêt essentiel, il s'en faut de beaucoup qu'il soit certain ni spécifique.
Nous avons montré le caractère incertain du lien entre la lutte contre le terrorisme et la guerre civile d'Afghanistan. 
Même si les Etats-Unis furent bien peu solidaires de la France au temps où celle-ci subissait de plein fouet le terrorisme tout aussi islamiste du FIS algérien, on veut bien admettre que par son ampleur, l'attentat du 11 septembre mérite notre solidarité, mais pas au point que l'intérêt de la France soit entièrement fondu dans un intérêt occidental unique.
Un pays n'est pas une entité abstraite perdue dans le champ de la mondialisation : il a une géographie et une histoire particulières qui déterminent ses intérêts propres. Même si ses frontières nationales ne sont pas pour le moment menacées, la France a des intérêts spécifiques, notamment en Afrique, qui ne sauraient être sacrifiés, comme on s'apprête à le faire, à des considérations de "stratégie globale".  Empêcher les milices Jandjaouies d'entrer au Tchad est  aussi important pour nous que fermer la route de Kaboul aux talibans. L'Afghanistan se trouve très clairement en dehors des zones d'intérêt traditionnelles de la France.  

Cette conception de la défense nationale fut celle du général de Gaulle qui, lui, savait combien la guerre est une chose grave : c'est peut être pourquoi il termina deux guerres et n'en commença aucune ; il fut aussi, on l'ignore trop, à partir de 1962, plus avare d'expéditions outre-mer qu'aucun de ses successeurs. 
La vertu qui gouverne cette conception est la prudence, laquelle ne signifie nullement une quelconque   pusillanimité munichoise mais implique au contraire de savoir frapper fort quand il le faut, c'est à dire rarement.
Le faut-il dans le cas de l'Afghanistan ? Les considérations qui précèdent montrent clairement que non.

24 août 2008

 

Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0

Réflexions d'un militaire en août 2008
 

Quand certains Français ont pris connaissance du Livre Blanc sur la Défense, version 2008, dans ce mois d'août propice à la lecture, ils ont dû être aussi stupéfaits que moi. Alors que le Livre Blanc -  vraisemblablement influencé par les idées de F. Fukuyama il y a vingt ans - nous parle d'un monde idyllique, rarement troublé par quelques tsunami et terroristes, nous avons assisté en direct à l'invasion de la Géorgie par la Russie.

Nous oublions trop souvent que la plupart des Russes sont plus proches de Dostoïevski que de Mendeleïev… Surprise, les Russes ont des chars, et ils s'en servent : le Livre Blanc n'estimait-il pas que cet engin est à ranger au musée de Saumur ? En léger différé, ce fut, en Afghanistan, l'accrochage entre les Talibans et un de nos régiments. La première impression d'un militaire professionnel à la retraite, c'est que nos militaires ne disposaient pas :
- de moyens de renseignements adéquats, interprètes parlant le patchtoune, drones, hélicoptères, ...
- de chars : rappelons que les chars furent inventés pour protéger les combattants de la ferraille du champs de bataille. Les véhicules de transport dont ils sont munis sont percés par les mitrailleuses lourdes depuis trente ans.
- d'appui : apparemment, il n'y avait ni artillerie, ni génie.
Faut-il rappeler que les Britanniques se sont cassés les dents en Afghanistan au XIXème siècle (revoir Kipling) et les Soviétiques au XXème ? L'Afghanistan, en admettant que les Occidentaux puissent y éviter la défaite, ne sera pas une promenade militaire. Vaincre militairement une guérilla, cela exige
- des effectifs (un soldat pour vingt civils à pacifier),
- du temps (huit à dix ans ),
- des moyens : le Livre Blanc semble vouloir nous transformer en chair à canons pour l'Alliance Atlantique.  Manifestement, les politiques et l'opinion publique ne sont pas prêts à l'accepter. Il faut d'urgence revoir la question des appuis et de la logistique de notre armée de terre.
Oui, les Russes ont bien joué. Dès l'indépendance du Kosovo, ils avaient annoncé les risques que cet événement pouvait créer au Caucase. Empêtrés en Irak et en Afghanistan, les Occidentaux ne peuvent exercer aucune pression sur les Russes.
Essayons au moins de revoir la réorganisation de notre armée de terre à la lumière des derniers évènements.
 

Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0

Mai 68, un film de série "B"
 

Le cri du coeur de notre ami Yves Meaudre, en prise au quotidien avec la réalité du grand monde, à des années lumière des minauderies réchauffées de quelques "maîtres à penser" du microcosme et des nostalgies pathétiques d'un certain journalisme, ce cri du coeur que je viens de lire à retardement dans mon "exil" du Nordeste brésilien, combien nous le comprenons et combien il est loin de nous scandaliser !

J'avais aussi dix-sept ans en 1968 et, dans notre campagne reculée, nos parents avaient jugé bon de nous tenir à l'écart des évènements. Nous avons passé le mois à découvrir les sites mariaux oubliés sur les chemins de randonnée des montagnes du Forez. Résistance non militante, même combat cependant, au moins dans l'esprit …
Mais, entre nous, avez-vous trouvé que cette commémoration de Mai 68 a eu le retentissement  que l'on nous avait annoncé ? 
Vu de la province et a fortiori de l'étranger, tout a semblé comme si nos héros d'une "H"istoire qu'ils font et refont coûte que coûte, dans le confort de leur admiration mutuelle, au mieux à l'aune de leurs illusions, en avaient été plutôt pour leurs frais.
C'est qu'une révolution - soit dit en passant, pour être nommé ainsi, le phénomène physique requiert d'effectuer 360°, et non pas seulement 180 comme sembleraient le croire la plupart des révolutionnaires qui s'en vont mettre le monde à l'envers. De la sorte, une fois le cycle accompli, il y a de grandes chances pour se retrouver au même point … A la dérive près, si l'on peut s'autoriser cette image aéromaritime, une dérive qui pourrait être une redistribution des privilèges, par exemple ! -   c'est qu'une vraie révolution, donc, on n'en ressort pas avec seulement quelques petits bobos ! On ne la fait pas, non plus, " avec des gens qui bouffent trois fois par jour " comme l'avait résumé, à sa façon, Michel Audiard auquel on voulait faire dire qu'il avait eu peur des dangereux révolutionnaires de 1968.
Dans le fond, ce Mai 68, on le rapprocherait bien de cette confidence qu'un diplomate brésilien me faisait récemment. Il avait joyeusement participé aux troubles des années soixante dans son pays, lesquels avaient fini par amener les militaires au pouvoir pour une vingtaine d'années. Exilé pendant plusieurs décennies, il a été réhabilité, depuis, par le Président Lula. Aujourd'hui, il juge, en substance, les évènements de sa jeunesse : "nous étions tous des acteurs de série B, y compris ceux qui ne voulaient pas vraiment du pouvoir mais qui y sont restés quand ils ont compris le profit matériel qu'ils pourraient en tirer".
Dans le monde libre - où l'on pouvait s'amuser - c'était les années Guevara, de ces soubresauts sans fin d'une sorte de marxisme romantique, orchestré pour masquer les échos grandissant du goulag et relayé par une jeunesse souvent dorée, tenante d'une gauche surtout disposée à partager ce qu'il y avait dans l'assiette des autres. Elle savait pertinemment qu'elle avait tort avec Sartre. Elle est allée dans le sens de la ravine comme toutes les eaux sans destin. Elle voulait, tout vulgairement, jouir de tout ce que proposent les marchands. Elle a même joué avec les espoirs légitimes de ceux qui croyaient sincèrement au "grand soir". Ainsi, elle aura trahi jusque dans son camp.

Mais le parallèle brésilien s'arrête là. En effet, si le président Lula dont les convictions personnelles relèvent plutôt d'un catholicisme proche de la théologie de la libération, s'est débarrassé peu à peu des représentants de l'aile d'inspiration marxiste de son parti (surpris la main dans le sac, pour bien d'entre eux !), en revanche, en France où l'échec ne tue pas, nos héros de série B ont encore voix de rengaine à quelque chapitre essoufflé.
Ils nous ressassent que depuis ce fol mois de Mai, plus rien ne serait comme avant. Mais au bilan, à les entendre, on en revient toujours à cette fameuse libération des "élèves de cinquième". Ah, la belle affaire ! C'est vrai qu'elles paraissaient tellement soumises, les jeunes femmes de la Belle Epoque, accoudées au bastingage en croisière sur le Nil ! Et la littérature de la plupart de nos académiciens à succès de la première partie du XX ème siècle, elle n'était que fiction ? Et "le Chemin des Ecoliers" de l'entre deux guerres ou des années 50, était-il plus triste que le regard vide de bien de nos adolescents d'aujourd'hui, qui ont déjà tout connu ? 
Oui, les dégâts sont là, dans toute leur désolation … Mais Dieu nous garde de nous laisser prendre au jeu d'une quelconque morale, car ce sont eux qui en font ! S'ils se sentent si libérés, en effet, pourquoi ont-ils tant besoin que le Vatican leur donne le coup de goupillon, en abondant dans le sens de leurs revendications chimique et plastique ?
Non, nous ne sommes pas condamnés à la série B !
Dans le grand monde, on rencontre de plus en plus de jeunes Français en voyage (pas en tourisme !). Ils viennent voir, ils restent parfois quelques temps si le pays leur plaît ou s'il se dérobe à leur désir de comprendre. Ils n'ont pas toujours des idées toutes faites. Justement, c'est pour s'en faire des idées que, consciemment ou non, ils ont pris leur sac à dos ! Ils viennent respirer quelques temps loin des sollicitations des marchands et n'ont pas vraiment l'allure de "fashion victims". Ils n'entendent pas grand-chose aux sornettes ringardes de nos révolutionnaires de pacotille. Ils reviendront sûrement au pays un jour. Ils retrouveront ceux qui n'auront pas, non plus, passé leur temps en nuts-coca devant la télé.  Ils ne sont pas nombreux, direz-vous ? C'est le propre du levain, il est toujours bien mince au regard de la masse qu'il lui faut faire bouger. Et ça, c'est chimique ! Imparable.

Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0

En lisant le nouveau Livre Blanc
 

On a entendu et lu bien des choses sur le Livre Blanc : travail trop rapide,  confusion entre choix stratégiques et opération de communication , allure de "patchwork", hétéroclite, ... etc. Mais il faut reconnaître une grande cohérence entre son idéologie, ses concepts politique et militaire, son vocabulaire. Car c'est d'abord un "copié-collé des idées américaines", présentes dans les média américains, auxquelles les auteurs se sont soumis sans en étudier ou imaginer d'autres … Certes, le poids américain dans les domaines politique, stratégique, diplomatique et militaire est encore écrasant, et les Européens ne brillent guère par leurs productions ou leurs publications dans ces domaines. D'emblée, dans son introduction, le Livre Blanc annonce "une stratégie nouvelle de sécurité nationale", car il se place dans un environnement instable, dans une période plus complexe et plus incertaine. Le choix des mots est éloquent : les mots dangers, guerres, conflits sont éludés.  On est dans un environnement, non dans les interactions d'entités souveraines précises et localisées. Le monde où évoluerait la France, c'est celui conçu par les publicistes et stratèges américains, repris par les Présidents américains depuis 1991 : ce monde est un milieu naturel, sauvage, d'où surgissent catastrophes naturelles et dangers multiples. C'est la vision du monde présentée des années durant par Patrice Poivre d'Arvor à TF1 ...


Les Etats-Unis ne se considèrent pas comme responsables des oppositions qu'ils rencontrent, tout comme Israël, qui fabriquent à tour de bras des djihadistes dans le monde entier. Ils nous désignent désormais les ennemis à combattre. Comme les Etats-Unis, nous devrons donc lutter sans fin contre le terrorisme, ce qui légitime l'organisation policière de la société, les expéditions d'Irak et d'Afghanistan aux quelles sont conviés les Alliés, la destruction des Etats du Grand Moyen Orient, etc ... Le statut politique, l'interaction, la négociation sont refusés :
- aux ennemis, considérés comme des délinquants, aux quels sont niés le droit de la guerre, le statut de prisonniers (voir Guantanamo, Abou Graïb, ... etc.) ;
- aux alliés, qui pourraient revendiquer le statut de rival, d'où le torpillage de toute tentative d'Europe de la défense : ils doivent se contenter d'accepter le mandat du ciel américain….
Dès la lettre de mission reçue par monsieur Mallet en juillet 2007, il convenait d'accepter la représentation américaine de la société mondiale.. On a donc mélangé sous le nom de vulnérabilité et de risques l'insécurité dont les média font leurs choux gras :
- l'attentat du 11 septembre 2001 et ceux qui ont touché l'Europe ;
- les guerres exotiques, famines et génocides du Tiers-Monde ;
- les catastrophes météorologiques, raz-de-marée (tsunamis en politiquement correct), tremblements de terre.
De tels risques ne seraient plus à la mesure de la France, et ils ne concerneraient que faiblement les armées, que l'on peut donc réduire. Mais il nous faudrait donc réintégrer l'OTAN et prendre notre part du fardeau américain, comme d'autres le font ou l'ont fait. Nous allons redevenir "la chair à canons" des Etats-Unis, qui conserveront les armes lourdes et les moyens logistiques, tandis que nous fournirons de l'infanterie.

On peut toutefois s'interroger sur le bien-fondé des idées américaines, dont l'échec est patent en Irak, et ailleurs, depuis sept ans. L'insécurité sert la doctrine sécuritaire unilatéraliste, avec des terroristes fabriqués sans fin par les Etats-Unis et Israël, par leurs méthodes prédatrices et par leur refus d'accorder à leurs adversaires les droits de l'homme et les droits de la guerre. Or les Etats-Unis s'affaiblissent, et leurs échecs, militaires, financiers, économiques s'accumulent. Certes, comme l'a constaté le Premier Ministre, nous sommes un Etat en faillite. Faut-il néanmoins abandonner tous nos principes et nos traditions ?

La France qui entretient d'excellentes relations avec la plupart de ses voisins aurait-elle raison d'abandonner les idées de de Gaulle dans son discours à l'Ecole Militaire le 3 novembre 1959 ?  "Il faut  que la défense de la France soit française. Une nation comme la France, s'il lui arrive de faire la guerre, il faut que ce soit sa guerre ; il faut que son effort soit son effort. Sans doute, la défense française pourrait-elle être, le cas échéant, conjuguée avec celle d'autres pays. Mais il serait indispensable qu'elle nous soit propre, que la France se défende par elle-même, pour elle-même et à sa façon".
Le Livre Blanc, version 2008, est aux antipodes de ce concept.

Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Depuis la victoire du non au référendum en Irlande le 12 juin dernier, on assiste aux mêmes simagrées que celles que l'on nous sert à chaque fois qu'un peuple a la chance - rare - de s'exprimer sur la "construction" européenne. Cela devient hallucinant, tant le discours et la méthode sont rodés, et tant nos gouvernants, de droite comme de gauche, s'y tiennent avec un aplomb et un cynisme renversants : les Irlandais ont voté contre le traité de Lisbonne ? Qu'à cela ne tienne, on poursuit la procédure de ratification comme si de rien n'était, on évoque un statut particulier pour la nation rebelle, ou l'on envisage même de la faire revoter comme cela s'était déjà fait en 1993 et 2001 lorsqu'elle avait rejeté les traités de Maastricht puis de Nice. On pourrait croire à un gag si le sujet n'était si sérieux. Mais hélas ! depuis vingt ans au moins, les peuples d'Europe ne cessent de signaler le plus clairement du monde qu'ils ne veulent pas de cette Union supranationale, technocratique et anti-démocratique, mais rien n'y fait, on continue dans la même direction, comme s'il n'y avait aucune alternative.


La tare congénitale de cette Europe est qu'elle s'est élaborée sans les peuples, puis contre eux. Que l'Irlande ait été le seul pays de l'Union organisant un référendum pour ratifier le traité de Lisbonne est déjà un scandale qui aurait dû révolter nos belles âmes soi-disant éprises de démocratie. Chacun sait que si un référendum avait été organisé en France (1), en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas, en Autriche, en Suède, au Portugal, en Grèce, en Pologne, en République Tchèque, en Hongrie, en Slovaquie et même en Allemagne, la réponse aurait été la même qu'en Irlande.

Si les peuples, cependant, ne veulent pas de cette Europe, force est de constater qu'ils ne le manifestent pas aux moments cruciaux des élections législatives ou présidentielles : en ces occasions, les enjeux européens sont à peine évoqués et les peuples portent au pouvoir ceux-là mêmes qui les grugent régulièrement depuis des années ! Le thème de l'Europe met en lumière le décalage total entre les Français et une classe politique largement acquise à la supranationalité : ce faisant, celle-ci n'est plus représentative de ses électeurs sur l'un des sujets essentiels qui engagent l'avenir du vieux continent. La propagande soigneusement orchestrée par un système médiatique totalement verrouillé joue à l'évidence un rôle important qui marginalise les partis non conformistes opposés à l'idéologie dominante, confisquant ainsi la démocratie au profit des grands partis politiques qui se partagent la manne financière publique.

Les causes du fossé qui s'est creusé entre peuples et gouvernants sont simples : le fonctionnement de l'Union européenne est totalement opaque, technocratique et anti-démocratique d'une part, et celle-ci, loin d'être une barrière protectrice contre le libéralisme et la mondialisation, est un vecteur actif de cette idéologie d'autre part - la préférence européenne, par exemple, qui était à l'origine du traité de Rome a totalement disparu. Les peuples comprennent peu à peu que l'Union européenne n'est en rien un remède à leurs maux : elle apparaît sans but, comme une fuite en avant, allant toujours plus loin dans l'élargissement - au point de négocier l'adhésion d'un pays non européen, la Turquie - et l'abaissement des souverainetés nationales. Ce n'est pas en additionnant des malades que l'on construit un ensemble plus fort !

On nous trompe sur le diagnostic et sur le but de l'Europe : son problème n'est pas une question de taille ; à entendre nos europhiles, on a l'impression que le but de l'Europe est de copier les États-Unis en formant l'ensemble économique le plus puissant du monde, comme si cela était une fin en soi. Comment ne pas comprendre que c'est faire violence à la nature d'un continent qui est formé des plus vieux États-nations du monde qui ne peuvent s'unir comme l'ont fait la Virginie, le Texas ou l'Oklahoma ? La France, avec sa taille et ses atouts, n'a nul besoin de l'Europe pour jouer son rôle sur la scène mondiale - comme elle a su le faire entre 1963 et 1967 -, mais cela suppose de croire en elle, en sa pérennité en tant que nation indépendante, ce en quoi notre classe politique n'a plus foi et notre président moins encore. La super-puissance n'est nécessaire que pour ceux qui ont une volonté impérialiste, une volonté dominatrice, non pour servir la paix et le bien commun international qui est la vocation profonde de notre patrie, "France éducatrice des peuples", avait lancé Jean-Paul II au Bourget en 1980.

Le problème de l'Europe n'est donc pas la taille ou la puissance, mais fondamentalement de retrouver ses racines, son être spirituel et historique, la juste fierté de ce qu'elle est, de ce qu'elle a été - le reste n'est que secondaire. Or, la construction européenne ne fait qu'éloigner les nations et les peuples de cette identité qu'ils renient et qui, pourtant, seule peut les faire vivre en apportant au monde ce qu'il est en droit d'attendre d'eux.


Quand aura-t-on la lucidité et le courage de voir la réalité et d'abandonner cette Europe mortifère pour une nouvelle Europe, enfin respectueuse des nations et des peuples, digne de son histoire et de sa vocation ?
Paru dans La Nef

(1) Selon un sondage de l'Institut "Opinion Way" réalisé les 29 et 30 mai 2008, 61 % des Français sont opposés au traité de Lisbonne dans lequel ils voient une remise en cause du référendum du 29 mai 2005.

Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Depuis deux ans, une série d'ouvrages publiés. chez nous est consacrée à la Russie depuis l'arrivée de Poutine au pouvoir.
Nul ne peut se désintéresser d'un Etat qui couvre le 1/8ème des terres émergées, peuplé de 140 millions d'habitants, répartis en 160 nationalités ou groupes ethniques, parlant 110 langues, possédant d'immenses ressources naturelles, dont la plus importante forêt du monde. Notons immédiatement que 72% de la population est concentrée sur 23% du territoire, et que la Sibérie ne compte que 7 millions d'habitants. De plus, la Russie perd 700 000 habitants par an : les problèmes démographiques sont incontournables, qu'il s'agisse d'économie ou de défense ...

D'emblée, disons qu'on ne peut rien comprendre à la situation actuelle sans revenir sur les traumatismes subis par les Russes depuis 1991 :
- ils appartenaient à une super-puissance qui s'effondra en quelques mois ;
- Boris Eltsine, voulant occidentaliser la Russie, l'a soumise à une thérapie de choc aux résultats décevants ;
- coup de force des 3 et 4 octobre 1993 ;
- victoire communiste aux élections de 1996 ;
- réélection difficile de Boris Eltsine en 1996 ;
- krach financier et économique de 1998 ;
- conflit tchétchène.
 A l'arrivée au pouvoir de Poutine, les Russes étaient aussi honteux et humiliés que les Napolitains en 2008 …

Peut-on se comprendre ?
Le malentendu entre Occidentaux et Russes, Natalia Narotchniskaïa l'exprime crûment dans un ouvrage récent, comme le dépit des Russes devant le dédain manifesté selon elle par les Occidentaux envers les Orthodoxes et les Russes. Elle remonte à la IVème croisade, à Custine, à Karl Marx, auteur de la formule : "La Russie, prison des peuples", aux propos racistes de Friedrich Engels. Pour elle, jamais la Russie, celle de la victoire contre les Turcs en 1878, celle de la guerre de Crimée, ou l'URSS, n'a jamais été reconnue comme faisant partie du concert européen. Elle fut utilisée en 1848 pour mater "le printemps des peuples", en 1914 comme "rouleau compresseur" contre l'Allemagne, comme chair à canon à Stalingrad. Mais à chaque fois nous l'aurions repoussée le plus à l'est possible : elle oublie Yalta au passage … Nous ne saurions pas gré aux Russes d'avoir renversé seuls et sans violence le régime soviétique, et nous ne cesserions de leur prodiguer des conseils pleins d'arrière-pensées. Elle nous accuse de vouloir piller les richesses russes, en prenant pour exemple Mikhaïl Khodorkovski, prêt à vendre 25% des actions de Youkos à Exxon-Mobil. Elle explique que le peuple russe a serré les rangs autour de Poutine qui lui a rendu sa dignité, restauré son prestige et suscité la crainte chez les ennemis de la Russie. Et elle conclue en nous demandant que l'on cesse de craindre la Russie qui, au rythme actuel de sa démographie, comptera 120 millions d'habitants en 2040, quand l'Inde et la Chine pèseront chacune 1,5 milliard d'habitants.

Rappel historique
C'est au XVIIème siècle que la Russie s'ouvre pour la première fois, et avec difficulté, aux influences occidentales : elle sort alors de l'occupation mongole, du temps des troubles (1598-1613), elle vient d'échapper à la conquête polonaise. En fait, les réticences face à l'occidentalisation resteront une constante de la politique russe, même après Pierre le Grand en 1700. Klioutchevski note : "A quoi l'Histoire destine la Russie, est-elle vouée à devenir la lumière de l'Orient, ou bien à ne rester que dans l'ombre de l'Occident ? ".
La Russie conserve, depuis le XVIIIème siècle, le syndrome de la puissance pauvre, parvenue à des résultats certains dans les domaines industriel et militaire, sans pour autant se rapprocher de la civilisation européenne ou occidentale et de son développement économique. Dès 1620, dans sa Chronique, le diacre Ivan Timophéev écrivit : "Les Russes se tournent le dos, regardant les uns vers l'Orient, les autres vers l'Occident". La Russie hésite toujours entre l'attrait pour l'Occident, le courant eurasiatique, qui voit son avenir en Asie, et les slavophiles, tentés par le retour à la Moscovie des origines, ce que Nicolas Ier a défini par le triptyque "orthodoxie, autocratie, identité nationale". Quand Soljenitsine prône une fusion entre Russie, Biélorussie et Ukraine, c'est bien le projet slavophile qu'il reprend. 
A partir de 1994, Boris Eltsine a voulu calquer en Russie le modèle occidental libéral. Les pommes de discorde se sont multipliées : Tchétchénie, Iran, Irak, Serbie, Kosovo. Dès 1996, le ministre Primakov ressortit la carte chinoise et fit entrer la Russie dans le groupe de Shanghai, devenu l'OCS, l'Organisation de Coopération de Shanghai, avec la Chine, le Kazakhstan, la Kirghizie et le Tadjikistan. Avec Vladimir Poutine, nous assistons à la victoire de la "realpolitik" et de l'intérêt national.

Le poids de la religion
Historiquement, les Tsars et l'église orthodoxe ont pratiqué une symphonie des rapports de l'Etat et de l'Eglise. Nikolaï Berdiaev écrivit : "Le christianisme fut adapté à l'autorité de César".
Sous le régime soviétique, la foi était l'expression de l'opposition au monopole idéologique du parti communiste.
Ce n'est que le 29 avril 1988 que Gorbatchev, rencontrant le patriarche Pimen, reconnaissait la liberté de conscience et la liberté religieuse. Il y eut bien entendu des remous, et le père Alessandro Men, un prédicateur très populaire, fut assassiné presque en même temps que le père Popiéluszko en Pologne.
Après la disparition de Pimen, le dernier patriarche soviétique, le métropolite de Saint Petersbourg fut élu sous le nom d'Alexis II.
D'emblée, il voulut une indépendance pleine et entière de l'Eglise à l'égard des autorités laïques et il refusa le statut d'Eglise d'Etat. Il rappela que, dans le passé, l'Eglise s'était retrouvée "veuve politique" à chaque changement de régime. En reconnaissance de l'aide apportée par les croyants d'autres pays pendant la dictature soviétique, Alexis II soutient l'oecuménisme. Il s'éleva contre ceux qui voient dans l'orthodoxie une idéologie nationale et contre la formule "L'Eglise sert la Russie", mais il est de plus en plus seul. En 1994, le synode des évêques russes s'est certes prononcé contre la participation du clergé à la lutte politique. Mais ses détracteurs, de plus en plus nombreux, sont des nostalgiques de la période durant laquelle l'URSS fut le plus grand empire du monde. Autour de Ioann Snytchev, ancien métropolite de Saint Petersbourg, et de Kirill, métropolite de Smolensk et de Kaliningrad, ils voient dans la liberté et les droits de l'homme "la cause première de tous les maux de l'Histoire". Pour eux, "le pouvoir profane et le pouvoir sacerdotal se désignent mutuellement comme le corps et l'âme et sont nécessaires pour l'organisation de l'Etat exactement comme l'âme et le corps le sont pour les êtres vivants".  
Si Alexis II a tenté sans relâche de promouvoir la négociation en Tchétchénie, les évêques se sont alignés sur le gouvernement, comme autrefois. En février 1995, ils ont proclamé "le caractère sacré du service militaire". Le synode a créé un  "département pour la coopération avec les forces armées et de maintien de l'ordre". Ce département édite une revue, Pobeda (Victoire). Trois citations :
- La séparation de l'Eglise et de l'Etat est sans fondement juridique ;
- Les missionnaires venus de l'étranger font de l'espionnage ;
- La prise de Paris, il y a 190 ans marquait l'apothéose, l'exploit spirituel et moral des soldats russes. Maintenant les héritiers de la vieille Europe occidentale, ceux-là mêmes qui ont vendu le Christ, créent un nouveau droit international du troisième millénaire. Que devons-nous faire ? Il n'est pas exclu que nous devions de nouveau prendre Paris et sauver ainsi la civilisation des conséquences de la mondialisation".

En janvier 2008, un gros volume de 850 pages est paru en librairie à Moscou et à Saint Petersbourg. Le métropolite Kirill a rencontré les auteurs et il a annoncé que "ce document présentait un  apport important à l'autodétermination conceptuelle et politique de la Russie". Quelques citations :
- L'objectif proposé est d'aboutir à des réseaux de nature impériale, destinés à remplacer le monde soviétique aujourd'hui disparu dans la ligne des meilleures traditions de la Sainte Russie, du vieil empire russe et des conquêtes soviétiques, c'est à dire sur la base d'une "nation super-nationale russe" ;
- Les quatre valeurs profondément russes sont l'orthodoxie, la monarchie, l'empire et le messianisme. La fidélité à l'orthodoxie chrétienne est synonyme de fidélité à la nation. L'Etat doit entrer dans l'océan spirituel de l'orthodoxie ; 
- Nous avons besoin de répression à une vaste échelle. Seule la répression est susceptible de reconstruire le système organique des statuts sociaux … Quand nous parlons de répression, nous ne pensons pas nécessairement aux méthodes utilisées par Staline ou Ivan le Terrible ;
- Le principe de la priorité donnée aux droits de l'homme comme élément essentiel des normes de la société occidentale doit être rejeté ;
A plusieurs reprises, les auteurs font appel "à l'expérience des deux derniers empereurs russes et de Staline".

En conclusion du livre, l'application de cette doctrine ouvre les perspectives suivantes : "En un demi-siècle, la Russie deviendra une superpuissance … L'Europe sombrera dans une profonde décadence, et les Etats-Unis pourront perdre leur unité … Nous gouvernerons la planète avec les Chinois, les Indiens et les Musulmans. Et si la Chine se disloque … "

J'ai tenu à citer ces textes qui reflètent les idées d'une partie non négligeable de l'actuelle élite (nomenclatura) ecclésiastique, militaire et politique. En dépit de l'oubli des problèmes démographiques, il est difficile de savoir s'il s'agit uniquement de la nostalgie du bon vieux temps (starina) ou d'une version modernisée du "Que faut-il faire" de Lénine …
En tous cas, l'idée, reprise depuis 1910 et dans le livre blanc sur la défense de 2008, que la guerre est impossible en Europe, mériterait quelques "bémols". Peut-on exclure que la Russie veuille, dans quelques années, si les circonstances s'y prêtent, récupérer la partie orientale de l'Ukraine ou tout ou partie des pays baltes ?

L'économie
Sous la présidence d'Eltsine, il y eut une privatisation sauvage des biens légués par l'URSS : en 1994, 10% des Russes concentraient 65% des revenus du pays, tandis que les 10% les plus pauvres ne recueillaient que 2,5% de la richesse du nationale. L'espérance de vie diminue, l'alcoolisme fait des ravages et la démographie est la pire d'Europe.
Paradoxalement, la crise financière de 1998 fut le début de la renaissance de la Russie. L'arrivée au poste de 1er ministre d'Evguenny Primakov le 1° septembre marqua la fin du libéralisme à tout va. Grâce à une dévaluation bien conduite, l'économie redémarra au dernier trimestre de 1998. En 1999, la croissance fut de 5% : depuis, la croissance est régulière même si la Russie n'a pas encore récupéré le niveau industriel de l'URSS de 1990 ; son PIB est déjà supérieur à celui de l'URSS de 1990.
Dès sa prise de pouvoir, Vladimir Poutine a voulu rétablir l'économie russe, en récupérant les revenus des hydrocarbures et en recourrant au capitalisme d'Etat. Lors du 10ème anniversaire de Gazprom, Poutine déclara : "Gazprom est un instrument contribuant  à rétablir l'influence économique et politique de la Russie  dans le monde". L'objectif de Poutine et de Medvedev est d'amener la Russie en 2020 parmi les cinq économies les plus développées du monde. En 2007, ses exportations ont crû de 20% et ses importations de 50%, car presque tout est importé. En 2008, la Russie a encaissé 650 millions d'euros par jour grâce à ses exportations d'hydrocarbures et elle dispose de la 3° réserve d'or et de devises de la planète.

En 2007, face à la carence des investisseurs privés, qui ne pensent qu'au court terme, Poutine a créé 9 sociétés détenues à 100% par l'Etat. Leur statut leur permet de mener des projets avec des investisseurs privés, de lever des fonds en bourse, d'acheter et de vendre des actifs. Elles reçoivent des actifs et des fonds de l'Etat : 33 milliards de dollars ont été prévus.
Leurs champs d'action :
- Rosatom : activités nucléaires civiles et militaires ;
- Rostechnologies : armement et technologie de pointe ;
- Olympstroi : aménagement du site de Sotchi pour les jeux olympiques de 2014 ;
- Posnanotech : les nano-technologies ;
- Fondation pour les services communaux : amélioration de l'habitat ;
- Banque pour le développement : financement de projets en Russie et à l'étranger ;
- OSK : regroupement des chantiers navals civils et militaires ;
- OAK : regroupement des entreprises de l'aéronautique civile et militaire ;
- Agence pour l'assurance des dépôts bancaires : éviter les catastrophes de 1997/1998.

Les banques russes ont évité les prises de risques des banques occidentales et elles n'ont donc pas subi les contrecoup des "subprimes". En fait, les banques russes ont moins de pouvoir et de ressources que les grandes entreprises comme Gazprom, Rosneft ou Rosoboron Export.
Grâce à sa saine gestion, la Russie dispose de fonds souverains et elle peut mener des actions au plan international. Des coopérations avec des entreprises étrangères sont possibles, comme le montre l'exemple de Gazprom et de Total pour l'exploitation du champs pétrolifère de Shtojkman, ou celui de Renault et d'Avtovaz.
Déjà, des firmes russes contrôlent 60 % de l'économie ukrainienne. Elles s'implantent aux pays baltes, en Biélorussie, en Asie centrale, au Caucase. Les producteurs d'aluminium RusAl & Sual sont des majors au plan mondial.

Le régime actuel et sa politique
La constitution adoptée en 1993, largement inspirée de la constitution française, donne des pouvoirs très importants au président, et elle laisse à la Douma un rôle décoratif.
Depuis l'effondrement de l'URSS, la Russie avait pris acte de décisions qui ne pouvaient que l'inquiéter :
- élargissement de l'OTAN à l'ensemble des pays de l'Est et aux pays baltes, morceaux de l'ex-URSS ;
- changement apporté par cet élargissement au traité sur les forces conventionnelles en Europe (FCE) ;
- abandon par les Etats-Unis du traité ABM.
Pendant ce temps, Poutine  évacuait ses bases à Cuba et au Vietnam, et il acceptait, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, l'installation de bases américaines en Asie centrale. De plus, il accordait un droit de transit dans l'espace aérien russe et un droit d'escale aux avions de l'OTAN.
Le moins que l'on puisse dire, c'est que ces gages de bonne volonté ne furent pas payés de retour. Le discours de Dick Cheney à Vinius le 4 mai 2006 fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Poutine haussa le ton dès l'annonce de l'installation de radars et de missiles en Pologne et République Tchèque, puis lors de l'indépendance du Kosovo. De même, il aligna les prix du gaz et du pétrole exporté chez les anciens satellites sur les cours internationaux.
La Russie veut désormais être respectée et redevenir une grande puissance.

Dès le 14 février 2008, Poutine déclara : "Les décisions qui sont de la responsabilité d'un seul relèvent du Président, mais le sommet du pouvoir exécutif, c'est le gouvernement". Cela dit, l'élite actuelle qui dirige la Russie émane en grande partie de l'armée, de la police et des services secrets. Quand Poutine a décidé de ne pas se représenter pour un 3° mandat, on pouvait craindre une lutte à mort entre ces trois clans. C'est pour cela que Poutine lui-même a choisi un successeur neutre par rapport aux trois corps, pour maintenir un équilibre entre eux. Poutine a pris soin de déclarer : "Chercher à voir en quoi la politique du nouveau président se distinguera de celle de l'ancien sera peine perdue". Poutine a éliminé les tendances centrifuges, qu'il s'agisse de l'économie avec l'affaire Khodorkovski, ou de la politique. L'Etat contrôle désormais les principaux médias et il a joué sur l'ambition des élites héritées de l'URSS : après avoir fait allégeance, 80 % des chefs de régions ont gardé leur statut, comme la plupart des oligarques, à l'exception de Khodorkovski, Goussinski Bezerovski. Le pays est remis en ordre, Medvedev maintiendra le cap avec un style différent, mais toujours pour rendre à la Russie son statut de grande puissance.
La loi électorale ne permet la représentation des partis que s'ils obtiennent au moins 7 % des voix. L'objectif de Poutine et Medvedev est de parvenir au bipartisme. Deux partis ont été créé par le Kremlin pour contrôler l'espace politique : "Russie unie", plutôt libéral et "Russie juste", de tendance social-démocrate.
En 2005, Poutine a fixé 4 priorités : santé, éducation, logement, industrie agroalimentaire.
En 2008, Dimitri Medvedev a étendu ces priorités : renforcement des institutions, développement d'une économie fondée sur l'innovation, renforcement de l'investissement et des infrastructures.
Remarquons en passant que le découpage administratif coïncide avec celui des régions militaires.
L'idéologue du Kremlin , Vladislav Sourkov, présente la Russie comme une "démocratie souveraine", ce qui implique que l'autoritarisme de Poutine et les imperfections que nous relevons sont adaptés à la société russe, qui veut retrouver son statut de puissance d'autrefois. Et qu'il existe d'autre modèles que la démocratie occidentale. 
Le plus important succès de la Russie, c'est l'établissement de relations cordiales avec la Chine, l'Inde, et avec son hinterland d'Asie centrale.

La politique russe envers l'Europe consiste à affaiblir l'Union Européenne et à empêcher l'élaboration d'une politique européenne commune. A travers 27 contentieux - Pays baltes, viande polonaise, tensions sur le pétrole et le gaz, affaire Litvinenko , le Kosovo … etc. - Moscou tient à maintenir les Européens divisés.
Sans que cela soit écrit, la Russie se veut la protectrice des orthodoxes et des Slaves. Elle est donc très intéressée par les problèmes de l'ex-Yougoslavie, de l'Arménie, de la Grèce, du Caucase, de la Moldavie, de Chypre et de ses immigrés en Israël.
Pour la Russie, l'installation de bases et de troupes occidentales à sa périphérie est une menace et une  préoccupation permanente. En dépit de la présence d'un ambassadeur russe à l'OTAN, la Russie croit que le bouclier anti-missiles déployé en Pologne et en république tchèque est d'abord dirigé contre elle. En représailles, elle a suspendu l'application du traité relatif aux forces conventionnelles en Europe (TFCE)

Démographie
La Russie connaît un effondrement démographique depuis 20 ans, dont la déliquescence du système de santé est largement responsable : le nombre de naissances a été divisé par deux, et le nombre de décès a augmenté de 50%, ce qui est unique dans le monde développé. Le taux de fécondité russe, 1,3 ou 1,4 enfant par femme est comparable à ceux de plusieurs pays européens, Grèce, Italie, Espagne. Mais les ambitions russes sont incompatibles avec la diminution de sa population et le fait qu'elle se concentre à l'ouest de l'Oural. Notons le dynamisme démographique des républiques ou territoires musulmans : la Tchétchénie, qui a récupéré le nombre d'habitants d'avant 2000,  et l'accroissement naturel  des petites républiques du Caucase, Daghestan et Ingouchie, Ossétie du Nord, Kabardino-Balkarie. Les causes de cette situation sont connues : retard de la procréation, avec un ou deux enfants par ménage. Beaucoup de naissances ont lieu hors mariage. Par ailleurs, la crise du système de santé publique s'est aggravée depuis les années 1990. D'abord, la mortalité infantile est le double de celui de la France. La prévention a disparu et les comportements à risque, notamment l'alcool et SIDA ont abouti à la chute de l'espérance de vie des hommes à 58 ans et des femmes à 72 ans.
Ce n'est que depuis le 10 mai 2006, dans un message du Président à l'assemblée fédérale, que les problèmes démographiques ont été pris en compte. Un congé parental d'une durée de 18 mois est accordé, avec 40% du salaire. Une allocation de 1 500 roubles est attribuée pour le premier enfant, 3 000 pour le second et les suivants. Une prime de maternité de 8 000 roubles, le remboursement des frais médicaux de la grossesse, des aides pour l'éducation des enfants sont aussi prévus : un capital maternel de 250 000 roubles est attribué à la naissance du deuxième enfant, mais il ne peut être perçu en liquide et doit être réservé aux études des enfants ou à l'amélioration du logement ou à l'épargne-retraite.
Ces chiffres ne doivent pas faire illusion : en 2007, le revenu moyen monétaire était de
125 000 roubles ; le minimum vital était de 1800 roubles et l'euro valait environ 35 roubles.
En fait, le problème démographique russe n'est pas simple. Outre la faible fécondité féminine, la mortalité, les migrations non-maîtrisées et la mauvaise répartition de la population sur le territoire national rendent encore plus délicates toutes les solutions possibles. En dépit des efforts de Poutine, si la situation démographique ne se redresse pas rapidement, on peut craindre que la Russie ne sorte de l'Histoire, comme le reste de l'Europe …

Pourquoi Poutine ?
A partir de 1917, la Russie et l'URSS furent dirigées par des autocrates âgés, portés sur la boisson,  valétudinaires, s'accrochant au pouvoir jusqu'à leur mort. Le clan de Brejnev, particulièrement corrompu, s'opposait au clan du KGB, dirigé par Iouri Andropov, inquiet de voir l'URSS perdre pied dans la course technologique menée par les Etats-Unis, et désireux de mettre en place des équipes de dirigeants modernes, moralement sains, capables de faire évoluer l'URSS. Poutine est clairement l'héritier d'Andropov et de ceux qui voulurent la "perestroïka". Le succès de Poutine s'explique d'abord par son image de dirigeant jeune, sportif, parlant un russe impeccable. Il a rendu sa dignité au pays, il a conduit un redressement spectaculaire. Il a évité l'éclatement du pays et consolidé le pouvoir central, il a restauré le pouvoir d'achat. Et ce dirigeant, après deux mandats successifs, a su se retirer au profit d'un homme plus jeune que lui. Oui, il est issu du KGB, dont Madame Carrère d'Encausse rappelait qu'il fut l'ENA de l'URSS … Cela dit, le KGB, devenu FSB, n'est plus hégémonique en Russie : Medvedev est un juriste qui n'a jamais servi dans les services secrets.
Manifestement Poutine a voulu restaurer le pouvoir régulateur de l'Etat. Il a refusé la décomposition de la Russie et il a pris des mesures brutales en Tchétchénie. Il a rejeté la corruption et la soumission aux pouvoirs étrangers acceptés par les oligarques. Il a remis sur pied la sécurité sociale, le paiement des pensions et des impôts, le chauffage en hiver à des prix abordables par tous, il a relancé l'industrie et il redonné du prestige international à la Russie. Oui, il a institué une tyrannie au sens grec du terme, c'est à dire un pouvoir absolu soutenu par une majorité du peuple russe et dirigée contre l'oligarchie héritière d'Eltsine : cela ne mérite-t-il pas notre compréhension ?
Les Russes ne comprennent pas la défiance que nous manifestons à leur égard et la complaisance que nous montrons envers la Chine, dont le système totalitaire est intact.
Les Russes voudraient que nous ayons  autant de compréhension envers eux qu'envers les Chinois. Est-ce possible ?


Bibliographie
- Alexandre Avdeev, La Russie face aux problèmes démographiques (Géopolitique, mars 2008), p.77-82
- Adolphe de Custine, La Russie en 1839, Paris 1843
- Alain Guillaume et Alla Lazareva, Gazprom le nouvel empire (Editions Les petits matins, 2008)
- Arnaud Kalika, L'empire aliéné. le système de pouvoir russe (Ed. CNRS, 2008)
- Vassili Ossipovitch Klioutchevski, Cours d'histoire de la Russie, 1904-1918
- Anatoly Krassikov, La religion en Russie, facteur de paix ou de guerre ? (Géopolitique, mars 2008),   
- N. Lapina et A. Tchirikova, Les réformes de Poutine et le potentiel d'influence des élites régionales,  (Moscou, 2004, Institut de sociologie, Académie des sciences de Russie), 146 p. et
     Le centre fédéral et le pouvoir régional, influence sur la politique sociale de la Russie contemporaine, (Moscou, 2007, Institut de sociologie, Académie des sciences de Russie), 107 p.
- L. Mandeville, Russie, retour en force dans l'ex-empire (Politique internationale, printemps 2004), p.249-277 
- Lorraine Millot, La Russie nouvelle (Actes Sud, 2008)
- Natalia Narotchnitskaïa , Que reste-t-il de notre victoire ? (Ed. des Syrtes, 2008)
- Jean Radvanyi, La nouvelle Russie (Armand Colin, 2007)
- Olivier Ravanbello, L'oeil de moscou (Ed du toucan, 2008) et La Russie nouvelle (Actes Sud, 2008)
- Jean-Robert Raviot, Qui dirige la Russie ? (Ed. Lignes de repère, 2007)
- Anne de Tinguy, L'ambition de la grandeur, une illusion (Ceri autrement, 2008)
- Gabriel Wackermann, La Russie, approche géographique (Ed Ellipse, 2007)
- Thierry Wolton, Le KGB au pouvoir (Buchet-Gastel, 2008)
- François-Georges Dreyfus, Une Histoire de la Russie (Ed. de Fallois, 2008)
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0

Pour une hygiène de la polémique

(...) (site endommagé en 2013)
... Il se trouve au centre d'une polémique qui a commencé alors que je n'étais déjà plus en France. Je ne parlerai donc pas du livre, mais de ce que j'ai perçu de la polémique à son propos. Je poserai seulement quelques principes.

Le problème de l'homme médiatique
L'origine de la polémique n'est pas un livre, mais un article de journal. Le problème n'est pas celui du savant, mais celui de l'homme médiatique.
Celui-ci vit de polémiques. Elles lui permettent de créer l'événement. C'est plus facile que de chercher à comprendre les événements réels. Pour sa pensée binaire, tout doit être noir ou blanc. L'histoire, comme la philosophie, peint "gris sur gris". Quand un historien dit que ce que l'on croyait gris foncé est en fait gris clair, l'homme médiatique traduit : ce que l'on croyait noir est en fait blanc. Quand un historien fait un peu plus de lumière sur un personnage peu connu, l'homme médiatique traduit : il révèle enfin ce que l'on avait toujours ignoré. C'est d'autant plus drôle que ce "on" qui se serait si lourdement trompé, ce "on" ignorant, ce n'est autre que lui-même.

Quelques règles
On serait donc bien venu :
(a) De ne pas tout mélanger. Et d'abord, de ne pas confondre trois choses : (1) l'islam, religion du Coran, (2) l'Islam, civilisation vieille de quatorze siècles et (3) l'Islam, ensemble des musulmans d'aujourd'hui.
(b) De ne pas brandir à tout bout de champ la notion imbécile d' "islamophobie". Elle ne sert qu'à empêcher la distinction élémentaire que je rappelle. On peut penser du Coran et de Mahomet ce que l'on veut ; cela ne permet pas de porter un jugement sur une civilisation tout entière, encore moins sur des personnes.
(c) De ne pas dire n'importe quoi, par exemple que l'Islam (toutes significations confondues) aurait tout apporté à l'Europe : la philosophie, la science, et pendant qu'on y est, la rationalité. Comme si l'on pouvait transporter une attitude d'esprit comme une marchandise !
(d) De ne pas mélanger le débat entre savants et les accusations politiques d'actualité.
(e) De s'interdire les insultes, et même les lourdes plaisanteries.

Que dire alors ?
Je reprendrai ici quelques résultats, évidemment provisoires, de mon livre Au moyen du Moyen Âge (1).
La contribution de la civilisation islamique à celle de l'Europe est réelle, mais moins exclusive que ce que voudraient nous faire croire certains incompétents. La transmission directe à partir de Byzance est peut-être plus importante qu'on ne l'a pensé. Un mince filet de savoir grec, venu d'Irlande ou du monde byzantin, a continué à irriguer l'Europe. On a traduit Aristote à peu près en même temps de l'arabe, surtout en Espagne, et directement du grec, surtout en Italie.
Il faut distinguer du côté de l'émetteur : l'islam religion est autre chose que l'Islam civilisation. Celle-ci a été rendue possible par l'unification du Moyen-Orient : politique sous le pouvoir des Califes et linguistique au profit de l'arabe. Elle a été construite autant par les chrétiens, juifs ou sabéens du Moyen-Orient, et par les zoroastriens ou manichéens d'Iran, que par les musulmans. Ainsi, les traducteurs qui ont transmis l'héritage grec à Bagdad étaient presque tous chrétiens.
L'islam comme religion n'a pas apporté grand'chose à l'Europe. Celle-ci n'a connu le Coran que très tard : la première traduction latine, faite à Tolède au XIIie siècle, n'a à peu près pas circulé avant d'être imprimée tard dans le XVIe siècle. Le premier examen critique du Coran est l'oeuvre de Nicolas de Cuse, au XVe siècle. Parmi les traditions sur Mahomet (hadith), seul le récit merveilleux du "voyage nocturne" au ciel (Scala Machumeti) est passé en Europe. La théologie apologétique (Kalâm) musulmane, connue surtout par la réfutation de Maïmonide, a fourni au continuisme d'Aristote une alternative atomiste qui a été exploitée par certains nominalistes, puis par Malebranche et Berkeley.

Il y a des mathématiques (ou de la médecine, de l'alchimie, etc.) arabes en ce sens que des oeuvres mathématiques ont été composées dans cette langue. Mais il n'y a pas de mathématiques musulmanes, pas plus qu'il n'y a une botanique juive ou une médecine chrétienne. Il y a des gens de diverses confessions qui se sont occupés de diverses sciences. Même pour la philosophie, je préférerais parler d'un usage chrétien, juif ou musulman de la philosophie plutôt que de philosophie chrétienne, juive ou musulmane.
Sont venues de l'Islam comme civilisation deux sortes de biens culturels. D'abord, ceux qui ont transité par lui. Ainsi les chiffres dits "arabes", venus des Indes. Ou encore, ce qui des oeuvres d'Aristote fut traduit à Tolède.
Est venue aussi de l'Islam la contribution originale par laquelle il prolongeait l'héritage grec. Ainsi, en mathématiques (y compris l'astronomie), en médecine, ou encore en philosophie, avant tout Avicenne, qui me semble être le plus original.
Il faut distinguer aussi la nature de la marchandise : le passage par l'arabe n'a concerné que le savoir grec en mathématiques, médecine, pharmacopée, etc. En philosophie, seul Aristote et ses commentateurs, avec quelques apocryphes néoplatoniciens, ont transité par l'arabe. La littérature grecque, la poésie épique, lyrique, dramatique, l'histoire, et, en philosophie, Platon et Plotin, sont passés directement de Constantinople à l'Europe, à partir du XVe siècle.
Il faut enfin cesser de se représenter la transmission du savoir comme celle d'un liquide qui coulerait spontanément d'un niveau supérieur à un niveau inférieur. Le récepteur doit, pour pouvoir s'approprier le savoir, s'en être d'abord rendu capable. L'Europe a effectué, à partir du XIe siècle, un énorme travail sur soi, à partir de ses ressources propres. Elle a connu une première renaissance, juridique, littéraire, et philosophique, avec les "moyens du bord". C'est ce qui lui a permis de ressentir le besoin du savoir grec, d'aller le chercher là où il était, et de le recevoir de façon féconde.
Excuses au lecteur endormi.
Si mon lecteur n'est pas encore mort d'ennui, je terminerai en disant que, effectivement, quand on essaie d'être un peu précis et un peu nuancé, on est beaucoup plus plat que quand on fait dans le sensationnel en assénant des sottises bien tranchées.
Paru dans La Nef  n°194 de Juin 2008
Publié en italien dans le quotidien Il Foglio du 16 mai 2008


(1) Au moyen du Moyen Âge. Philosophies médiévales en chrétienté, judaïsme et islam (Éditions de la Transparence, 2006)

Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0

 Pour la protection de l'enfance


L'idée de créer l'association 'pour la protection de l'enfance' est née à l'occasion de l'élection présidentielle lorsque j'ai entendu la plupart des candidats céder aux sirènes des lobbys gays. Le sujet de l'homoparentalité était devenu central alors qu'il ne touche qu'une partie infime de la population. Pire, toute personne qui osait s'affirmer contre était taxée d'homophobie.

Je suis alors allée rencontrer des personnes de toutes confessions, ainsi que des professionnels (médecins, psychologues, psychiatres, … etc. et j'ai pu constater qu'ils étaient tous ou presque opposés à cette idéologie.
Il m'a semblé important de rendre plus visibles les initiatives et prises de position des personnes défavorables à l'homoparentalité.

Comment combattre une évolution qui peut paraître irréversible ?
Il me semble tout d'abord qu'il ne faut pas céder à l'intimidation. Les lobbys gays sont très sûrs d'eux et laissent entendre qu'ils ont déjà gagné. Ils cherchent à tuer dans l'oeuf toutes les initiatives en criant à la discrimination. Pour les contrer, il faut se placer du côté de la défense de l'enfant. C'est ce dernier qui est discriminé : des adultes, au nom d'une soi-disant égalité, décideraient de le priver, de façon arbitraire et sans le consulter, d'un père ou d'une mère. Nous ne parlons pas de l'homosexualité, nous parlons de la défense du plus vulnérable, l'enfant. Nous sommes majoritaires. Il n'y a aucune raison de se laisser imposer des lois par des minorités. Il faut donc expliquer et convaincre les pouvoirs publics de la justesse de nos analyses.
En outre, il s'agit là d'une loi naturelle qui dépasse les confessions religieuses et je m'insurge contre ceux qui disent que c'est le sens de l'histoire et que c'est inéluctable. Dire cela, c'est se donner une excuse pour ne rien faire. C'est nous qui faisons l'Histoire. Nous ne sommes pas obligés de laisser les autres la faire à notre place.

www.protection-enfance.fr
 

Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0

Homoparentalité, sexes et idéologies

(...)
est très grave pour les enfants, mais elle est très grave aussi pour la société toute entière, en raison de deux idéologies pernicieuses pour la cohésion et l'harmonie sociales qui sous-tendent ce mouvement pro-homoparentalité : la théorie du "gender" et ce que l'on appelle aujourd'hui la "deep ecology", sorte d'écologie naturaliste venue d'Angleterre. La théorie du "gender" est très soutenue par la Commission Population de l'ONU et par le Parlement européen. Elle gagne énormément de terrain. Elle apparaît dans les années 70 aux USA avec la féministe Judith Butler ; ses livres ont été traduits en France en 2005. Pourquoi ce succès ? Parce que le féminisme, à bout de souffle, y trouve un second élan. La revendication de l'galité des sexes, de la parité, suppose une différence entre les sexes. Qui dit différence dit inégalité, qui dit inégalité dit soumission de la femme à l'homme, selon les féministes. Le mariage institutionnalisant cette soumission, il faut supprimer le mariage dit classique.
Pour en revenir aux théoriciens du "gender", ils pensent, comme Simone de Beauvoir, qu'"on ne naît pas femme, on le devient". On naît "neutre" et c'est la société qui impose à chaque homme d'être homme parce qu'il a un sexe masculin et à chaque femme d'être femme parce qu'elle a un sexe féminin, avec toutes les inégalités que cela implique.

L'être humain possède un corps et un esprit, mais le sexe de ce corps n'a d'influence ni sur l'identité, ni sur la construction de la personnalité. En fait, le genre masculin et le genre féminin n'existeraient pas, ils ne seraient que des orientations sexuelles, lesquelles seraient librement choisies par chaque individu.
Cela paraît défier l'évidence. Et pourtant cette théorie gagne beaucoup de terrain. Ainsi, en mars 2007, en Espagne, est passée la loi dite "de l'identité du genre" qui permet à chaque individu de changer de sexe et de l'inscrire sur son état civil, sans passer par une opération chirurgicale. Sur les livrets de famille espagnols, vous n'avez plus les mentions "le père" et "la mère", mais "parent 1" et "parent 2". Cette théorie du "gender" n'est donc pas quelque chose d'abstrait ; elle commence à s'incarner dans les institutions nationales.

La seconde idéologie est encore plus absurde, c'est celle de la "deep écology". Le terme a été inventé en 1973 par le norvégien, Harn Naess. Il s'agit d'un mouvement écologiste qui sacralise la nature, Gaia, l'homme n'étant qu'une composante de cette entité. La nature n'est pas au service de l'homme, mais l'homme est au service de la nature. Cette idéologie considère que l'homme n'est pas supérieur à la nature, mais qu'il peut devenir son principal prédateur. Si les hommes deviennent trop nombreux, ils représentent un danger pour la nature, il faut donc supprimer les hommes ! C'est un peu la théorie du Commandant Cousteau poussée jusqu'à l'absurde. Le plus acharné de ces théoriciens est aujourd'hui l'anglais James Lovelock qui considère que la population humaine mondiale ne devrait pas dépasser les 500 millions.
Il existe en Angleterre un club de réflexion environnementaliste, l'Optimum Population Trust, qui envisage l'être humain en fonction de sa nuisance environnementale : "chaque nouvelle naissance en Grande-Bretagne engendre 160 fois plus de dégâts environnementaux qu'une naissance en Ethiopie et 35 fois plus qu'au Bengladesh", a-t-il officiellement estimé, estimation relayée dans de nombreux médias français. Cette  idéologie gagne du terrain en France où l'on entend de plus en plus fréquemment que l'homme est nuisible pour la nature.

L'homoparentalité et l'homosexualité étant une façon évidente de réduire le nombre des naissances, elles vont, de fait, dans le même sens que toutes les théories malthusiennes, dont la plus virulente est aujourd'hui la "deep ecology", laquelle suscite chez nos compatriotes de plus en plus d'intérêt en raison de l'inquiétude engendrée par les dérèglements climatiques. 
Dans les années 80, le sida fait des ravages. Les principales victimes en sont les homosexuels. Ils commencent alors à s'organiser pour réclamer des mesures visant à les protéger : c'est alors qu'apparaissent réellement les premiers signes communautaristes homosexuels. Peu à peu, la pression exercée sur les pouvoirs publics en matière de protection des homosexuels se renforce. En mai 1990, le sénateur de l'Essonne, Jean-Luc Mélenchon, dépose le premier projet de "partenariat civil".

La première revendication du Partenariat civil, qui ressemblait à un Pacs, remonte à 1990. Le véritable lobbying a commencé en 1992, et à partir de ce moment-là les revendications se sont succédées. La première Gay Pride en 1996 a réclamé, non pas vraiment le mariage, mais une sorte d'union officielle qui s'y apparentait. Le Pacs est voté en 1999.
Avec le Pacs, les militants homosexuels s'organisent, ils créent l'Inter GLBT qui réunit 68 associations, l'Inter Gay Lesbian, Bi & Trans. Les revendications sont assez violentes. En 2004, le processus s'accélère avec  "l'affaire Sébastien Nouchet", jeune homme homosexuel, qui tente de mettre fin à ses jours en s'immolant par le feu. Il est bien heureusement sauvé mais sa tentative de suicide est camouflée en agression homosexuelle. Avant même toute vérification (alors que ce malheureux jeune homme avait déjà tenté de mettre fin à ses jours de nombreuses fois), Jacques Chirac, alors Président de la République et Dominique Perben, Garde des Sceaux, font part de leur indignation et l'émoi est national.

Les militants surfent sur cet évènement tragique en instrumentalisant ce pauvre Sébastien Nouchet et publient un manifeste contre l'homophobie qu'ils font signer par de nombreuses personnalités politiques et intellectuelles, qui débouche sur la loi sur l'homophobie votée en 2004. Cette loi a pratiquement gelé le débat puisqu'il est devenu illégal de faire référence à une quelconque différence entre un homosexuel et un hétérosexuel sous peine d'être accusé de faire de la discrimination homophobe. Ainsi le simple terme d'homoparentalité pourrait-il un jour être considéré comme homophobe ; l'homoparentalité soulignant qu'il y a une "hétéroparentalité" et donc une différence entre les deux, ce qui est discriminatoire !
Il faut savoir que de très nombreux homosexuels sont contre ce lobby et qu'ils se sentent récupérés. Avant de créer le site de l'association pour la protection de l'enfance, je suis allée rencontrer de nombreux homosexuels pour leur faire part de mon projet. J'ai été vraiment surprise car ce projet a été favorablement accueilli ! Les homosexuels que j'ai rencontrés ne se sentent absolument pas représentés par ce lobby qui veut absolument les récupérer et est même souvent assez violent envers ceux qui veulent vivre discrètement sans faire de leur homosexualité leur caractéristique principale et qui ne souhaitent pas faire leur "coming out".
Ce qu'ils réclament la plupart du temps, c'est le droit à l'indifférence. Ils désirent qu'on les laisse vivre ce qu'ils ont à vivre, qu'on leur fiche tout simplement la paix.

Les associations militantes homosexuelles sont très divisées dans leurs stratégies. Il y a les associations telles que Gay Lib, mouvement associé à l'UMP, dont les thèses ont la sympathie de Nicolas Sarkozy ; leur stratégie est celle des petits pas, doucement mais sûrement. Leur but, c'est l’adoption, mais ils veulent y aller doucement ; d'abord le statut du beau-parent, puis le contrat d'union civile reconnu en mairie, lequel se transformera en mariage et aboutira à l'adoption. Les membres de Gay Lib savent que Nicolas Sarkozy est sensible à leurs thèses, c'est la raison pour laquelle ils estiment avoir le temps d'y aller en douceur, sans braquer l'opinion. D'où la multiplication des sondages, des émissions télé pour préparer les esprits.
D'autres associations, membres de l'inter GLBT, sont beaucoup plus virulentes et déterminées à aller le plus vite possible ; c'est le tout ou rien. Ils ont beaucoup de violence dans leur propos.
La stratégie des "petits pas" s'incarne actuellement dans deux projets de loi : le statut du beau-parent et le Contrat d'Union Civile. Le statut du beau parent est actuellement à l'étude dans les cabinets ministériels.
Le danger est donc imminent.

Le statut du beau-parent est présenté comme correspondant à un besoin des familles dites "recomposées". En réalité, ce sont les militants gays qui sont "montés au front" sur ce sujet. Ce qui prouve bien, encore une fois, que le problème est idéologique. Non seulement les militants gays parlent au nom des homosexuels, alors qu'ils ne sont pas représentatifs, mais à présent ils entendent parler au nom des couples hétérosexuels et des familles recomposées. Ce projet inquiète beaucoup des représentants de nombreuses familles recomposées, dont, par exemple, l'association SOS-Papa. Celle-ci a été créée par des pères divorcés pour réhabiliter leur rôle, car, après une rupture douloureuse, et dans le cas où le parent qui a la garde de l'enfant se remarie, l'autre parent, généralement le père, a de moins en moins de contact avec ses enfants. De plus, pour les enfants des familles recomposées, le statut de "beau-parent" est dangereux. Pourquoi ? Parce qu'il va créer un conflit d'intérêt ; le parent, qui n'a pas la garde de l'enfant, étant de plus en plus écarté, le fait de donner un statut juridique au "beau-parent" va engendrer un antagonisme entre ces deux détenteurs de l'autorité. Et que va-t-on faire s'il y a remariages successifs ? On enlève l'autorité parentale pour la donner au deuxième, puis au troisième ? Il n'y a en fait aucune cohérence, et surtout aucun souci de l'intérêt de l'enfant dans ces autorités parentales successives.

Enfin, ce "statut du beau-parent" est inutile.
Tout d'abord, concernant la vie quotidienne des enfants, tous les parents ont déjà la possibilité de donner à un tiers l'autorisation d'accomplir certains actes relatifs à leurs enfants. En effet, dans certaines situations (vacances, sorties de classe, hospitalisation, etc.), une autorisation personnelle rédigée par l'un des deux parents permet à un tiers d'agir.
D'autre part, d'un point de vue juridique, une loi existe déjà pour régler les problèmes qui peuvent se poser dans les familles recomposées : c'est la loi du 4 mars 2002 sur la coparentalité. Le juge aux affaires familiales peut organiser, pour les besoins d'éducation de l'enfant et avec l'accord des parents,  le partage de l'exercice de l'autorité parentale (article 377-1 du Code civil). Grâce à cette mesure, le tiers est en droit d'exercer les actes quotidiens de surveillance et d'éducation de l'enfant. En ce qui concerne les homosexuels, la question de savoir si ce partage de l'autorité parentale avec un tiers peut s'opérer au sein d'un couple homosexuel a déjà été posée à la Cour de cassation, laquelle a accepté, dans un arrêt du 24 février 2006, que l'autorité parentale puisse être partagée entre la mère et la compagne homosexuelle de celle-ci, considérant que l'intérêt supérieur des enfants peut justifier que l'autorité parentale soit partagée entre une mère et sa compagne.
L'on peut ainsi constater qu'il s'agit d'un problème idéologique car les problèmes que ces nouvelles dispositions législatives seraient sensées régler le sont déjà par des lois antérieures. Finalement, ce que l'on veut demander aux enfants, c'est de valider le choix affectif de leurs parents, et, bien sûr, ce n'est pas leur rôle.

Dernier point : Le CUC, lui, risque de déboucher sur l'adoption par les "couples" homosexuels ! Le Contrat d'Union Civile reconnue en mairie est la grande loi qui va tout changer. Il faut comprendre que les deux statuts, le mariage et le CUC, seront unifiés en un seul extrêmement rapidement. Le danger du CUC réside dans le glissement qu'il opère de l'union civile vers le mariage vers. En effet, si le CUC entraîne des droits comparables à ceux du mariage, en dehors de l'adoption pour l'instant, il est fort probable qu'avec le temps, l'un et l'autre seront assimilés. A quoi sert-il en effet de maintenir deux institutions si les deux ont les mêmes effets ? L'ordonnance de juillet 2005 sur le thème de la filiation illustre l'assimilation possible des statuts : en 2001, la différence de statut entre les enfants naturels simples, adultérins ou légitimes a été supprimée afin que les droits soient les mêmes pour tous, notamment en matière de succession. Petit à petit, on ne parlait plus que de filiation, sans distinction, puisque les statuts étaient les mêmes. Finalement, l'ordonnance de 2005 a supprimé du Code civil la distinction entre filiation légitime et naturelle. Il en a été de même pour les pays qui ont redéfini le mariage pour l'ouvrir aux "couples" homosexuels. Ils ont commencé par assimiler les statuts des différents types de couples. Ceci fait, la loi a uniformisé les conséquences de différents types d’union, puis a unifié la dénomination, créant ainsi une assimilation complète des différents statuts.

Mais, sans même entrer dans des notions juridiques, imaginer les situations qui vont se présenter permet de comprendre dans quelle mesure l'union civile ouvre la voie à l'adoption par des "couples" homosexuels. Si un couple hétérosexuel, lié par un contrat d'union civile, présente toutes les garanties nécessaires pour obtenir un agrément lui permettant d'adopter un enfant et que cet agrément lui est refusé au seul motif qu'il est uni par un contrat d'union civile et non par un mariage, on peut facilement imaginer qu'un tribunal conclura rapidement à une discrimination. Une fois permise l'adoption par des couples hétérosexuels unis par un CUC, ne pas permettre cette adoption à des personnes de même sexe, unies par le même CUC, sera très facilement considéré comme une nouvelle discrimination. On a l'impression que le législateur français ne pourra pas maîtriser la situation qu'il envisage de créer. Ce qui ne sera pas fait par la loi le sera alors par la jurisprudence. 

Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0

De l'homoparentalité - Questions-réponses
 

L'homoparentalité est inscrite dans le sens de l'Histoire. Il faudrait que la France se mette à la page, tous les pays européens y viennent.
Le sens de l'histoire n'est pas fait par les décisions de quelques pays. Aujourd'hui, la Cour européenne des Droits de l'Homme ne s'est pas prononcée sur la question.
Il n'existe pas de consensus des pays du Conseil de l'Europe sur l'idée de l'union de personnes de même sexe et seuls quelques pays européens autorisent l'adoption par deux personnes de même sexe : les Pays-Bas, l'Espagne, la Suède, la Grande-Bretagne et la Belgique. Aujourd'hui, il reste donc l'immense majorité des pays européens qui n'autorisent pas l'adoption d'enfants par des "couples" homosexuels : voilà le sens de l'histoire. Et puis, l'Histoire, c'est nous, les hommes, qui la faisons. Ne laissons pas les autres la faire à notre place.


L'homoparentalité existe de fait. Des centaines de milliers d'enfants sont élevés par des "couples" homosexuels. Il faut les protéger juridiquement.
Les enfants élevés par des "couples" homosexuels sont nés, comme tous les enfants, d'un père et d'une mère, sauf dans le cas de Procréation Médicalement Assistée qui est marginale. Ils sont dans une situation analogue à celle des familles recomposées. Le problème de l'adoption ne se pose alors pas. Ils sont protégés juridiquement comme tout sujet de droit. La loi du 4 mars 2002 permet de résoudre efficacement les problèmes qui peuvent se poser.
Enfin, concernant l'argument sur le nombre exorbitant d'enfants élevés par des "couples" homosexuels, soit plusieurs centaines de milliers selon les associations gays, il faut rétablir la vérité, en s'appuyant sur des chiffres réels tels que ceux de l'Institut national des études démographiques (INED), organisme d'Etat. Cet organisme indique que 15 millions d'enfants vivent en France, et que 24 000 à 40 000 enfants sont élevés par des "couples" homosexuels, soit environ 0,2%.

Des milliers d'enfants sont en attente d'adoption. Il vaut mieux pour eux être adoptés par un "couple" homosexuel que de rester dans un orphelinat.
Le problème ne se pose pas. Il y a 5000 enfants adoptés par an et 25.000 couples hétérosexuels en attente d'adoption. Sur ces 5000 enfants, 1000 seulement sont des enfants français et 4000 sont des enfants étrangers. De nombreuses agences d'adoption étrangères ont clairement fait savoir qu'elles ne confieraient pas d'enfants à des pays qui auraient adopté une loi sur l'homoparentalité. C'est-à-dire que vous allez vous retrouver avec plus de 25.000 couples en attente d'adoption si les "couples" homosexuels sont autorisés à demander l'adoption, alors que le nombre des enfants à adopter va encore diminuer. L'homoparentalité va donc augmenter le problème et non le résoudre.
De plus, si ces enfants sont à adopter, c'est qu'ils sont soit orphelins, soit abandonnés. Ce qui constitue des blessures extrêmement graves. J'ai rencontré le président d'une association d'enfants adoptés ; il m'a parlé de sa blessure et de sa souffrance en disant : "on ne nous demande même pas à nous ce que c'est que d'être adopté". Il avait pourtant été adopté dans les meilleures conditions mais il avait toujours la blessure de ses origines ; il m'a dit : "les enfants adoptés ont besoin de quoi ? Ils ont besoin d'être au plus près de la cellule de base qui leur a donné la vie, c'est-à-dire un papa et une maman ; il ne faut pas leur supprimer la possibilité d'un rapprochement avec cette cellule de base".
Le désir d'enfant, c'est le désir des parents, le désir des adultes. Mais l'on ne tient pas compte du désir des enfants qui est de retrouver une cellule la plus proche possible de celle qu'ils ont.

Le plus important, c'est l'amour. Il vaut donc mieux être dans un couple homosexuel qui s'entend bien que dans un coupe hétérosexuel qui ne s'entend pas.
A croire que tous les "couples" homosexuels s'entendent bien et tous les couples hétérosexuels ne s'entendent pas !
On ne compare pas des choux et des carottes. On compare un couple hétéro qui s'entend bien avec un "couple" homo qui s'entend bien et un couple hétéro qui ne s'entend pas avec un "couple" homo qui ne s'entend pas ! Et alors, on peut reposer la question : "Vaut-il mieux pour un enfant, être élevé par un "couple homosexuel" ou par un couple hétérosexuel ? ". Il faut toujours faire très attention à la manière dont la question est posée. Car elle est souvent biaisée dès le départ et si on la repose correctement, alors, on s'aperçoit que la réponse est simple.

Le "couple" homosexuel est capable de donner autant, voire davantage d'amour que le couple hétérosexuel.
Il est vrai qu'il existe des "couples" homosexuels qui peuvent donner beaucoup d'amour. La réalité de l'amour n'est pas, ici, niée. Nous rentrons ici dans le domaine de la psychologie. L'amour ne suffit pas à la construction de l'enfant. Une psychologue, Claude Halmos, a écrit un ouvrage (1) très intéressant pour le démontrer. L'amour est très important, mais il ne suffit pas, car un enfant va construire son identité sexuelle par rapport à la différence sexuelle de ses parents. Je suis femme comme ma mère ou je suis homme comme mon père. Et l'identité sexuelle est une partie de la construction de la personnalité qui est extrêmement importante. L'enfant voit qu'il est né de l'union du corps d'un homme et du corps d'une femme. C'est à partir de là que dans sa tête il va construire sa personnalité.

Des enfants élevés par des "couples" homosexuels sont plus épanouis que certains enfants élevés par des couples hétérosexuels, toutes les études vous le disent.
Xavier Lacroix (2) a étudié de près toutes les études en question. Il a montré que les échantillons de ces études étaient extrêmement restreints, qu'elles étaient effectuées sur des enfants pré-pubères, que seuls les parents avaient été interrogés, que, de plus, le caractère aléatoire n'avait été respecté puisqu'il s'agissait de parents volontaires faisant partie d'associations militantes gays. Ces études sont donc truquées au départ.
De plus, dans de nombreuses études, la comparaison n'est pas faite avec les enfants de familles équilibrées, mais avec des enfants soit de familles séparées ou divorcées, soit de familles où les parents sont échangistes.
Au moment où la loi sur l'homoparentalité est passée en Espagne en 2005, plus d'un million d'Espagnols sont descendus dans la rue. Des études très sérieuses ont été réalisées à cette occasion dont un rapport intitulé "Ce n'est pas pareil", que vous pouvez trouver sur le site (3). Il note que les enfants élevés par des "couples" homosexuels ont plus de problèmes psychologiques, qu'ils sont plus stressés, qu'ils sont suivis pour par des psychologues beaucoup régulièrement, qu'ils ont une faible estime d'eux-mêmes et qu'ils ont une grande insécurité par rapport à la leur future vie de couple, vie de famille et aux enfants qu'ils vont avoir.

Les "couples" homosexuels sont victimes de discrimination. Ils ont droit, comme les couples hétérosexuels, à avoir des enfants.
Le droit à avoir des enfants n'existe pas, ni pour vous, ni pour moi, ni pour les couples mariés hétérosexuels, ni pour les "couples" homosexuels. On n'a pas de droit à l'enfant. L'enfant n'est pas un objet ;  il est un sujet de droit, il a des droits.
Si une loi autorisant l'adoption était votée, ce serait créer une discrimination, non envers les adultes, mais envers les enfants. Il y aurait les enfants qui auraient droit à une famille avec un père et une mère, et les enfants qui n'auraient pas ce même droit.


Si les "couples" homosexuels vont se marier et adopter des enfants à l'étranger, comment les considérer quand ils vont rentrer en France ?
On ne va tout de même pas créer une loi en France au prétexte qu'il en existe une dans des pays étrangers !
Un Français ne peut valablement se marier à l'tranger s'il n'observe pas les conditions qui existent en France. Une personne française ne peut pas aller à l'étranger épouser un enfant mineur même si les lois du pays en question l'autorisent. C'est la même chose pour la polygamie. Il est donc inutile d'aller faire légalement à l'étranger quelque chose d'interdit en France car l'acte ne sera pas validé en France. C'est le bien commun, la loi du pays qui prévaut dans ces cas-là. Il peut certes y avoir des exceptions, comme à toute loi, mais dans ce cas, c'est le juge qui décide, mais on ne change pas la loi pour se conformer à la loi des pays étrangers.


(1) "Pourquoi l'amour ne suffit pas ?" Folio Essais
(2) Philosophe, théologien, professeur d'éthique à l'Institut des sciences de la famille et à la Faculté de théologie de Lyon ; marié, père de trois enfants.
     "La confusion des genres" éd. Bayard Etudes.
(3)
www.protection-enfance.fr

Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version