Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

La sapèque
 
Je possède une sapèque (1) d’argent provenant "du palais d’été de l’empereur" autrement dit de ce pillage injustifiable connu sous le nom du "sac du Palais d’Eté". Le 18 octobre 1860 les Français et les Anglais ont pillé et brulé le Palais d’Eté de l’empereur de Chine à Pékin au cours de la Seconde guerre de l’opium destinée à contraindre son pays à s’ouvrir à leurs commerçants.
Je ne sais pas comment cette sapèque m’est parvenue, peut être vient-elle d’un de mes ancêtres ayant participé à cet acte de vandalisme.
Les Chinois s’en souviennent encore et en ont gardé une rancune tenace, mais n’ont jamais demandé la restitution des objets volés dont certains doivent bien se trouver à Paris au Musée Guimet, ils se contentent de les racheter – fort cher – sur le marché de l’art.
On est en train de restituer au Bénin, vingt-six œuvres d’art saisies dans les ruines du palais du roi Béhanzin en novembre 1892, par le colonel Dodds qui en fit don au musée du Trocadéro à Paris.
Le président béninois, Patrice Talon en demande la restitution ce que le président Macron s’empresse de faire. Mais il se heurte au code du patrimoine qui prescrit l’inaliénabilité des collections des musées. Qu’à cela ne tienne on va prévoir une dérogation pour les états africains subsahariens "dont les territoires correspondent à d’anciennes colonies françaises". Bien entendu il y a là un acte de repentance de plus pour les "méfaits" de la colonisation.
 
Pourquoi s’en tenir à l’Afrique ? Les musées français regorgent de butins de guerre y compris provenant des guerres napoléoniennes ? On ne va quand même pas les vider pour complaire à tel ou tel chef d’état.
Je me souviens de l’état dans lequel il y a quelques années on avait trouvé le musée de Dakar, conditions de conservation indignes, disparition de nombreux objets victimes d’un pillage qui n’était pas de notre fait.
Les Chinois viennent de financer à Dakar la construction d’un musée des "civilisations noires", il pourra accueillir 18 000 pièces allant des premiers hominidés aux créations artistiques actuelles. Déjà le Sénégal souhaite la restitution de "toutes" les œuvres d’art, avec le précédent béninois comment refuser ? Au nom de la "repentance coloniale" que le Président ne cesse d’invoquer va-t-on vider nos musées, alors qu’il est bien évident qu’on leur doit la conservation de ce patrimoine étant donné les conditions de conservation et les pillages qui prévalent dans nombre de musées africains. Un rapport d’universitaires Felwinn Sarr et Bénédicte Savoye préconise la restitution sans condition aux états africains de tous les objets pillés ou acquis à vil prix durant la période coloniale, soit quelque 46 000 objets détenus dans les collections publiques. En dehors de toute autre considération, on ne peut que condamner le "fait du prince" auquel se livre le président Macron contre toute réglementation.
Quoiqu’il en soit j’envisage de proposer à monsieur Xi la restitution de ma sapèque.
 
(1) ancienne pièce de monnaie chinoise
Envoyé par l'auteur, 9 décembre 2018
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0
Vous vouliez une "transition", vous avez une "révolution" !
 
La bataille des images fait rage sur les écrans et les réseaux sociaux autour de symboles profanés. Les commentateurs ouvrent allègrement des boites de Pandore en parlant d’insurrection et de guerre civile sans savoir ce que c’est réellement. Pendant ce temps la France glisse dans la confusion, la sidération et l’émotion.
 
Il y a 10 ans, quand j’ai écrit "Quand la France réagira… " (1), j’avais évoqué, comme le ferait un médecin de façon préventive, trois symptômes pour qualifier la gravité de la crise qui caractérise notre pays à savoir :
Le symptôme argentin du fait de la courbe de la dette et de la faillite des politiques publiques qui permettent de masquer le déclassement du pays et de bloquer toute transformation de notre société afin de maintenir l’illusion d’un train de vie.
Le symptôme yougoslave avec l’émergence d’un divorce profond entre la population et les élites qui provoque une implosion de la "Res-Publica" et une fractalisation des cohérences et cohésions territoriales.
Le symptôme libanais avec des centaines de zone de non-droit qui se sont enkystées partout dans les périphéries de nos villes et agglomérations avec des logiques communautaristes et religieuses qui sont devenues les nouvelles références autour de la propagation rampante d’un islam radical qui s’est imposé progressivement en termes de gouvernance.
 
Beaucoup se sont amusés de ce diagnostic. Aujourd’hui les mêmes "rient jaune" avec les évènements de ces dernières semaines qui viennent déstabiliser leurs certitudes intellectuelles et leur confort financier… Entre temps la dette a explosé du fait de la crise de 2008 et surfe sur la crête des 100 % du PIB (selon les critères de Maastricht). Tous les spécialistes tremblent à l’idée d’une hausse des taux et surtout d’une nouvelle crise bancaire qui nous mènerait sur des pentes vertigineuses dans les prochains mois.
Le déficit public est pour sa part devenu insoutenable et le déclassement de la France est tel en termes de compétitivité que les quelques contrats d’armement ou d’avions ne suffisent plus pour cacher la misère de notre comptabilité nationale. Nous pouvons toujours dire que c’est de la faute des autres, des Allemands, de l’Europe, du prix du pétrole … une chose est certaine, notre pays connait des difficultés chroniques pour garder son rang et surtout pour créer de la vraie richesse… A force d’avoir désindustrialisé et délocalisé nos actifs à forte valeur-ajoutée, il faut bien finir par admettre qu’il y a un prix à payer notamment sur le plan social. Certes il est facile, avec de l’argent quasiment gratuit, de développer une économie consumériste avec des retours sur investissements rapides, mais ces choix ne contribuent pas à créer des emplois et n’enrichissent pas un pays (2). Tout a déjà été écrit sur ce sujet et les experts n’ont cessé d’alerter sur ces dérives, mais l’autisme réciproque des français et de leurs dirigeants est catastrophique. Tout le monde a privilégié l’illusion d’un pseudo train de vie à la promotion de l’effort, de l’innovation et de l’excellence. A l’arrivée il n’y a plus assez d’argent dans les caisses et chacun y va de sa rhétorique totalement infantile !
 
Quant au lien Etat-Nation, le constat de tous les experts est unanime : il est en implosion totale. Beaucoup dissertent sur l’absence actuellement de relais crédibles et de médiateurs légitimes. Mais tout a été fait pour appauvrir ces relais qui permettent un vivre ensemble intelligent et durable. La baisse du niveau éducatif et culturel à tous les niveaux, la suspension du service militaire obligatoire, le pouvoir des réseaux d’influences, des lobbies, la médiocrité des médias et l’irruption des réseaux sociaux… tout a contribué à tirer vers le bas les relations entre les citoyens et ceux qui les représentent. Cette évolution de fond est très grave. Dans l’Histoire ces processus se terminent toujours mal avec au mieux des formes de résistances civiques au travers de l’émergence de collectifs plus ou moins homogènes, voire des formes d’insurrections révolutionnaires autour des injustices sociales et fiscales, comme nous sommes en train de connaitre, au pire des guerres civiles lorsque le vivre ensemble devient impossible et insoutenable, comme en Ex-Yougoslavie où les populations se sont entretuées pendant dix ans sur des questions identitaires, religieuses, communautaires.
 
La question la plus préoccupante reste celle de la libanisation des marges violentes de nos sociétés où les référentiels ne sont plus ceux de la République et encore moins ceux de la Démocratie. Soyons clair, l’Islam n’est pas soluble dans ces principes politiques et sociétaux que nous avons progressivement mis en place au cours des siècles dans notre pays. Aujourd’hui Il n’y a plus beaucoup de marges de manœuvre pour sauvegarder le vivre ensemble sur ces espace-temps qui se sont affranchi de tout, à commencer par l’autorité de l’Etat et de ses substituts sur le terrain. Cela se traduit d’ores et déjà par des logiques de ghettos que nous connaissons trop bien. Les événements avec les émeutes urbaines de 2005, dont peu de nos dirigeants ont tiré les véritables enseignements, sont ceux d’une volonté de franchise territoriale et d’autonomie politique. D’ores et déjà, dans certains quartiers, nous ne sommes plus sûr des questions de respect de l’état de droit mais sur l’imposition de fait d’une forme d’Etat quasi islamique à la place de l’Etat français avec la charia comme cadre juridique.
 
Depuis 3 semaines, toutes ces réalités ont explosé sur les écrans de télévision avec des manifestation émaillées d’émeutes, puis d’insurrections suffisamment violentes et préoccupantes pour déboucher sur une situation d’urgence pour la sauvegarde de nos institutions. Malheureusement Il n’y a aucune surprise dans le surgissement de cette forme de catharsis sociétale et dans l’expression de ces violences protéiformes et hétérogènes de tous les corps de la société. Nous avions déjà les germes en 2005 avec les banlieues, en 2009 avec "la lutte contre la profitassion" dans les Antilles, les crises récurrentes autour des prix du carburant, les bonnets rouges contre l’écotaxe, la question de la ZAD de Notre Dame des Landes … Tous ces micros évènements ont constitué autant de laboratoires dans lesquels nous retrouvons tous les ingrédients qui se coagulent et démultiplient actuellement.
 
Alors pourquoi en sommes-nous arrivés à un tel niveau de colère, de haine et de dégâts alors que tout a été diagnostiqué depuis longtemps et que tous les symptômes auraient pu être traités très en amont ? La réponse est simple : il n’y a eu aucune anticipation stratégique des vraies questions depuis 30 ans… La responsabilité première incombe aux politiques, comme aux dirigeants du monde économique, qui savaient exactement quels étaient les risques d’un non traitement sur le fond des questions posées depuis les années 1975, dont la fameuse transition écologique pour sortir de l’emprise des énergies fossiles, jusqu’aux migrations de population… Ils savent tous depuis un demi-siècle quels sont les rendez-vous et ce sur quoi il fallait anticiper pour mettre nos pays à l’abri de tragédies collectives.  Rien n’a été fait ! En revanche ils ont tous préféré faire de l’argent en surfant sur les "dividendes de la paix" et faire de la politique politicienne au jour le jour en redistribuant l’argent public à tous les raquetteurs qui avaient parfaitement compris l’usage qu’ils pouvaient en faire.
 
Cette forme d’imposture collective a finalement mis l’Etat en faillite. De fait les corps intermédiaires se retrouvent d’eux-mêmes totalement décrédibilisés, à commencer par les syndicats, mais aussi toutes les organisations représentatives du monde économique et autres agences gouvernementales, qui ont bien vécu sans apporter de véritable valeur ajoutée à notre économie et à notre société. Ils ont tous contribué depuis 30 ans à cet affaissement de notre économie et à l’appauvrissement des relations sociales en se cachant derrière une langue de bois et des pratiques qui valent les meilleures heures du soviet suprême. Mais ne nous leurrons pas, Il y a aussi la population qui s’est satisfait pour une bonne part de cette situation facile où la réversion de la main invisible publique lui assurait une fausse quiétude et prospérité. Malheureusement elle se retrouve aujourd’hui avec des enfants de plus en plus incultes et démunis face aux exigences de la mondialisation et des services régaliens dégradés, il suffit de regarder dans quel état se retrouve nos armées, notre justice etc. A l’arrivée tous les ingrédients de ces symptômes argentins, yougoslaves et libanais finissent par s’agréger pour constituer un mélange explosif.
 
Le déclencheur des insurrections en cours tient en grande partie à cette impasse démocratique qui a permis à une minorité de profiter de la dislocation des blocs politiques, sous prétexte de "dégagisme", pour ramasser le pouvoir. Lors de la dernière élection présidentielle il n’y a eu aucun débat sur le fond. Ce ne fut que des parades séductrices avec des coups de menton. De fait le débat se joue en ce moment dans la rue avec une troisième mi-temps qui ne peut-être que violente. Les populations viennent de découvrir à leurs dépens la face cachée des feuilles de route de l’exécutif en place… qui auraient été aussi celles de leurs concurrents s’ils avaient pu prendre le pouvoir étant donné qu’il n’y a plus rien dans les caisses….  Dès lors 80 % de la population vient enfin de comprendre que l’Etat est en faillite, qu’il n’a plus aucune marge de manœuvre budgétaire et qu’il a besoin de se renflouer d’urgence sur le plan financier en ayant recours à l’arme fiscale dans un pays qui est devenu le champion des pays de l’OCDE en termes de prélèvements obligatoires (3) (46,2 % du PIB) ...
 
Ceux qui ont pris le pouvoir sont incontestablement les plus intelligents et brillants de la classe. Mais leurs préoccupations et orientations politiques sont devenues totalement inaudibles pour les opinions. Leurs décisions se comprennent sur un temps long qui aurait dû être celui de leurs prédécesseurs au cours de ces 50 dernières années en termes d’anticipation stratégique. Mais la population ne voit que la courbe immédiate de la pression de la fiscalité directe, et surtout indirecte, qui monte sans cesse au point de poser désormais un problème budgétaire vital à des pans entiers de la société. Du fait de l’appauvrissement et du déclassement du pays beaucoup ont en effet glissé dans la précarité. Plus grave, ce qui contribue à alimenter la colère sourde et la violence irrationnelle du mouvement des gilets jaunes, beaucoup ont désormais peur de se retrouver aussi dans les prochains mois ou années dans cette situation.
 
Certes il est louable et souhaitable de sauver l’Etat. Nous savons ce que donne un pays livré au chaos total faute d’une colonne vertébrale. Mais l‘Etat ne doit pas tuer la France et spolier les français. Dans le contexte actuel qui peut déboucher sur une révolution convulsive et mortifère, les Français ne sachant pas gérer leur contrat social, la seule chose à faire est de remettre à plat le cadre fiscal et de retrouver équilibre et justice. C’est vital. Des petits moratoires fiscaux ne servent à rien sinon à entretenir et nourrir les prochaines révoltes sociales. Mais la transformation du pays ne peut s’envisager qu’avec du temps, ce qui est incompatible avec les urgences sociales et l’impression d’injustice sociétale qui s’expriment depuis 20 jours. La véritable question qui se pose désormais est celle de l’autorité politique pour arbitrer ce moment crucial où les urgences et les priorités sont confondues dans un maelstrom de revendications, de haines et de peurs.
 
Quelles que soient les astuces pour calmer les exigences des gilets jaunes ou l’expression de la fermeté utilisée par l’exécutif pour endiguer la volonté de destruction de nos institutions ou la tentation de pillage de nos centres-villes, il faudra bien expliquer à un moment donné aux français que la "fête est finie" et que nous allons entrer dans une autre temporalité où tout le monde devra faire preuve de bon sens, d’intelligence et de frugalité pour remettre les comptes en ordre et le pays en état de marche. Cela va supposer de prendre des mesures drastiques, courageuses et douloureuses, comme l’ont fait les Canadiens en leur temps, et d’arrêter cet effet de ciseau pervers, et désormais catastrophique pour le pays, qui est celui de l’emballement de la dette et de l’addiction au déficit public. Tous les autres discours sur la transition sont cosmétiques et idéologiques. La véritable révolution ne consiste pas à destituer violemment à la Ceausescu notre monarque républicain, à rêver de 1791, à piller les magasins et à discourir sur les plateaux de télévision sur une VIème République. La véritable révolution, puisqu’il faudra bien la faire, nous n’avons plus le choix face à la pression des évènements, devra être celle d’un nouveau pacte fiscal et d’un véritable contrat social. Pour cela il faut retrouver à tous les niveaux le langage du bon sens et de la responsabilité afin de ne pas tomber dans l’insoutenable et le drame avec des insurrections qui déboucheraient sur une guerre civile… Ceux qui ont vécu Beyrouth et Sarajevo savent ce que cela signifie. Nous ne sommes plus comme en 68 : le monde de cette époque révolue revendiquait le partage de la cagnotte et ne risquait rien. Aujourd’hui il n’y a plus de cagnotte et nous risquons tout !
 
(1) Xavier Guilhou – "Quand la France réagira…"  Eyrolles – 2007
(2) Voir à ce sujet les excellentes analyses de l‘économiste Claude Sicard, dont son dernier article du 5 décembre : "La France en révolte : faut-il compatir à la jacquerie des gilets jaunes ?"
https://entrepreneurs-pour-la-france.org/Les-impasses/La-fuite-sociale/article/La-France-en-revolte-faut-il-compatir-a-la-jacquerie-des-gilets-jaunes
(3) https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/12/05/pression-fiscale-la-france-en-tete-du-classement-de-l-ocde_5393237_3234.html
 Envoyé par l'auteur, 7 décembre 2018
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Derrière les "gilets jaunes", le souvenir de la révolution de 1848 ?
 
FIGAROVOX/CHRONIQUE - Face à l'impasse politique du bloc bourgeois des métropoles, les "gilets jaunes" ont répondu par une logique de "lutte des classes".
 
Là où les "gilets jaunes" passent, les catégories politiques trépassent. Qui sont-ils ? D'où viennent-ils ? Où vont-ils ? La sociologie de petite classe moyenne, salariés du privé ou indépendants, les rend étrangers aux syndicats traditionnels qui ne parviennent pas à les récupérer. Leur origine géographique, cette fameuse France périphérique, les a fait échapper aux radars de la gauche bien-pensante, des mouvements antiracistes ou féministes, qui ne vivent que dans et par les métropoles mondialisées. Ils sont les Petits Blancs, comme diraient les Américains ; les "déplorables", aurait dit Hillary Clinton ; la France de Johnny. Comme lors des obsèques du chanteur, la "diversité" banlieusarde est largement absente de ses défilés. Jamais on n'a vu une manifestation de protestation avec autant de drapeaux tricolores déployés et de Marseillaise entonnées. Les "gilets jaunes" ont commencé par réclamer une baisse d'impôt, ce qui a ravi la droite libérale ; mais ils ont continué par critiquer la suppression partielle de l'ISF, ce qui a réjoui la gauche. Ils ont livré des migrants clandestins aux gendarmes, ce qui a désolé les bien-pensants ; mais ils ont accumulé les revendications matérielles, ce qui a fait plaisir à la vieille garde sociale-démocrate, qui y a vu le retour éternel de la "sociale" ! Les habiles manœuvriers de la gauche, qu'ils viennent de la France insoumise ou de l'extrême gauche, sont à la manœuvre : le noyautage, c'est leur truc. Un mouvement de "beaufs" peut très bien tourner avec eux à une grande révolte du peuple de gauche !
 
Quand les casseurs se sont agrégés à eux, comme dans toute manifestation parisienne depuis des années, les ministres ont dénoncé la "peste brune" alors que les images et les témoignages montrent avant tout des "blacks blocs" d'extrême gauche (qui cassent banques et commerces de luxe mais sans piller) et la racaille de banlieue qui pille et vole, en se moquant bien de ces "Gaulois" qui manifestent. Tous ces gens-là se côtoient sans s'aimer ni se parler, seulement unis pour l'instant par une détestation commune d'Emmanuel Macron et de sa caste au pouvoir. René Girard dirait que le Président est "le bouc émissaire" qui permet d'apaiser les tensions mimétiques.
Emmanuel Macron avait subverti les vieilles catégories de droite et de gauche en rassemblant derrière lui la bourgeoisie de droite et celle de gauche, reprenant ainsi la stratégie qui a permis à Louis-Philippe d'accéder au trône en 1830, en se débarrassant "en même temps" de la droite réactionnaire légitimiste et de la gauche républicaine, à l'instar de ses oppositions vaines, Rassemblement national et France insoumise.
Tout se passe comme si, face à cette impasse politique de l'hégémonie du bloc bourgeois résidant dans les métropoles, les "gilets jaunes" avaient répondu par une logique de "lutte des classes", qui mêle révolte sociale et sentiment patriotique, revendications économiques et conservatisme culturel. 1830 avait provoqué 1848.

Paru dans Le Figaro Magazine, 7 décembre 2018
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Les “gilets jaunes” ébranlent l'État faible
 
CHRONIQUE - Seul et en dépit de sa désorganisation, ce mouvement né du peuple a réussi à faire paniquer l'État, la classe politique, les syndicats, les médias, et révéler la grande mascarade du pouvoir.
 
Emmanuel Macron a assuré, l'autre jour, qu'il représentait "les vrais populistes […] Nous sommes avec le peuple". À dire vrai, sa proximité avec la France profonde ne saute pas aux yeux. Le président a réussi à rendre fous de rage les "gilets jaunes" issus des provinces oubliées. Il aura fallu des scènes d'insurrection, samedi dernier à Paris, pour qu'il annule enfin, mercredi soir, les taxes de 2019 sur le carburant. Mais le peuple reste invisible à ses yeux. Dimanche, sur C8, le député LaREM, Aurélien Taché, demandait : "C'est qui le peuple français ?", en se faisant l'avocat de la souveraineté européenne voulue par Macron.
Ce dernier est attendu lundi à Marrakech (Maroc) pour y signer le "pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières". Le texte a été refusé par les États-Unis, Israël et de nombreux pays européens. Il assimile l'immigration à un droit de l'homme et à une richesse. Même le Parlement ne sera pas sollicité pour avaliser cet engagement à dissoudre le vieux peuple français dans un multiculturalisme sacralisé.
 
La conversion populiste de Macron tient du cynisme d'un salonard. Le progressisme, dont se réclame "en même temps" le chef de l'État, n'est guère plus ouvert aux révoltés de la France d'en bas. N'est-ce pas la gauche internationaliste qui a délaissé les "petits Blancs" trop franchouillards, au profit des minorités déracinées ? Ces jours-ci, les âmes généreuses redécouvrent leur fibre sociale pour s'approprier un mouvement qu'elles ont beaucoup insulté. La gauche fantomatique aimerait tant réduire les "gilets jaunes" à une lutte des classes ressuscitée ! Ceux qui dénigraient des "poujadistes" recasent leur "convergence des luttes". Les anticapitalistes imposent des revendications sur l'abolition des privilèges, la haine du riche, le rétablissement de l'ISF, etc. Des collectifs "antiracistes" (Comité Adama, Comité Rosa-Parks) ont infiltré, samedi à Paris, la cause des cités dans celle des ruraux. Des lycéens cornaqués par le savoir-faire trotskiste entrent dans la danse, Jean-Luc Mélenchon jubile. François Hollande encourage…
 
Reste que la "révolution Facebook" a réussi, seule et en dépit de sa désorganisation, à ébranler l'État, la classe politique, les syndicats, les médias. Les "gilets jaunes", ces beaufs racistes dépeints par la propagande, ont mis deux semaines pour dévoiler la grande mascarade du pouvoir, censé être l'émanation de la société civile. Les éléments d'une révolution se dessinent. Il ne s'agit pas seulement de répondre à un mouvement social, même si des injustices sont à réparer.
L'enjeu est de donner au peuple abandonné sa vraie place au cœur d'une démocratie protectrice. Ce n'est pas L'Internationale qui est entonnée dans les rues ni sur les ronds-points ; c'est La Marseillaise. Le drapeau tricolore est partout brandi, à côté d'étendards régionaux. 
Dans Travelingue, Marcel Aymé met en scène un coiffeur de la rue des Recollets, à Paris : dans sa cuisine, il reçoit chaque soir des membres du gouvernement. Ils écoutent le bon sens de Félicien Moulot. Il leur dit : "La première chose, pour bien gouverner, c'est de connaître les Français". Moulot aurait sans doute un gilet jaune.
 
La parole libérée des citoyens en colère, amplifiée par l'Internet et les chaînes d'infos, a suffi pour consommer la rupture entre leur monde réel et celui de la technocratie macronienne. Il est tentant de moquer l'impréparation des "gilets jaunes" et leur désordre. Pour autant, leurs demandes de protection sociale et culturelle forment déjà un programme. Un tsunami de mots a englouti Jupiter et ses discours fleuves. Macron en est devenu muet. C'est Édouard Philippe qui est poussé au front. Toutefois, pour s'être contenté d'annoncer mardi une suspension pour six mois de la taxe sur les carburants, le premier ministre s'est fait contredire le lendemain par l'Élysée, avec l'annonce d'une annulation pure et simple. Ce nouveau recul montre la panique qui a gagné le pouvoir. Le geste suffira-t-il à calmer les "gilets jaunes" ? La raison commanderait qu'ils suspendent la manifestation de Paris, qui risque d'être détournée par les extrêmes. L'État blessé excite les fauves.

Paru dans Le Figaro, 7 décembre 2018
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Histoire : le chaos intérieur
 
La France a connu plusieurs situations de grand chaos intérieur au XXe et au XXIe siècles. Les caractéristiques sont les mêmes : la violence et la barbarie se répandent dans la rue, les forces de l’ordre sont débordées, la peur et la panique s’emparent des dirigeants politiques. L’Etat donne le sentiment de s’effondrer et de plus rien maîtriser.
Cinq viennent spontanément à l’esprit.
 
Le 6 février 1934 est le résultat d’une crise profonde de la démocratie dans les années 1930. La France est meurtrie par la grande dépression. Hitler est au pouvoir en Allemagne depuis plus d’un an et renaît la hantise de la guerre. La classe politique est gravement discréditée par l’un des pires scandales de l’histoire contemporaine, l’affaire Stavisky : un escroc ayant bénéficié de complicités de plusieurs dirigeants politiques et de la justice, retrouvé "suicidé". Le limogeage du préfet de police, Jean Chiappe, soutenu par la droite nationaliste, provoque un rassemblement place de la Concorde. La manifestation dégénère en émeute. La foule tente de bousculer les forces de l’ordre pour atteindre le palais Bourbon. Une fusillade fait 16 morts. La France est aux portes de la guerre civile.
 
Novembre-décembre 1947 : la France des débuts de la guerre froide sombre dans un chaos sans nom. Le parti communiste, alors très puissant et la CGT organisent un blocage des houillères et des émeutes violentes qui paralysent la reconstruction tandis que l’instabilité ministérielle bat son plein et l’Etat est désemparé face à ces phénomènes.
 
Mai 1958 : la guerre d’Algérie fait rage. Les gouvernements s’enchaînent dans une instabilité absolue. Les émeutes et les attentats plongent la France dans le chaos. Le 13 mai, des militaires annoncent avoir pris le pouvoir à Alger. Le pays sombre dans un chaos dont nul n’a la moindre de de l’issue possible. Là encore, la guerre civile paraît tout proche.
 
Mai 1968 : dès mars 1968, la révolte des étudiants embrase peu à peu le pays. Sa cause profonde est le rejet de la personne du général de Gaulle et de la France traditionnelle, dite bourgeoise et ses valeurs. Après des semaines d’émeutes d’une rare violence, notamment à Paris, marquées par des barricades, occupations, destructions de biens publics et privés, la classe ouvrière rejoint le mouvement et le pays entre dans une logique grève générale symbolisée par la pénurie d’essence qui prive les Français de leur outil de travail et d’un symbole de liberté : la voiture.
 
28 octobre 2005, la mort de deux jeunes gens qui tentaient d’échapper à un contrôle policier dans une cité sensible parisienne déclenche une émeute généralisée aux banlieues des agglomérations urbaines. Chaque nuit, pendant trois semaines, des violences opposent les jeunes aux forces de l’ordre, des milliers de véhicules sont incendiés et des bâtiments publics saccagés. Les blessés et les arrestations se comptent par centaines.
 
Chaque crise est différente, dans ses causes et dans ses manifestations. L’actuelle de novembre décembre 2018 exprime l’exaspération des milieux populaires qui se sentent méprisés, à la fois par les paroles et par les actes d’un pouvoir politique. Le chaos actuel a sans doute la particularité, contrairement aux autres mouvements, de bénéficier d’un net soutien du pays.
Comment en sort-on ? Quelle issue, quelle solution politique ? A chaque fois, les réponses diffèrent. En février 1934, on en sort par la constitution d’un emblématique gouvernement d’union nationale autour du populaire ancien président de la République, Gaston Doumergue, qui apaise les esprits. En 1947, l’issue est dans l’affrontement et la répression, orchestrés par le ministre de l’Intérieur – socialiste – Jules Moch avec le soutien implacable du chef de l’Etat Vincent Auriol. En mai 1958, le salut vient du recours à l‘homme providentiel Charles de Gaulle. En 1968, la réponse politique qui sort le pays des troubles est la dissolution de l’Assemblée nationale sur l’insistance du Premier ministre Georges Pompidou. En novembre 2005, la proclamation de l’Etat d’urgence fait figure de mesure emblématique qui coïncide avec la fin du mouvement.
 
Il est difficile de distinguer la part qui revient, dans l’achèvement d’une crise, à l’épuisement naturel des troubles et à l’impact d’une décision politique. De fait, l’expérience montre que dans les situations de chaos, les gestes d’apaisement, les signaux d’ouverture et de compréhension ne suffisent pas à ramener le calme. Parfois, ils ne font que les attiser. En cas d’effondrement du principe d’autorité, une fois déclenché le chaos, le retour à l’ordre est une tâche infiniment complexe. Seule une décision emblématique puissante, marquant les esprits en profondeur, peut en venir à bout. Quelle peut-elle être dans la crise présente : un changement de gouvernement ? Une dissolution de l’Assemblée nationale ? Un référendum sur les résultats duquel le chef de l’Etat engagerait sa responsabilité ? Il est certain que plus le temps passe, plus la situation s’envenime, plus le niveau de gravité de la réponse nécessaire s’élève.

Paru sur maximetandonnet.wordpress.com, 6 décembre 2018
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0
La Vème République ubérisée
La vague des Gilets Jaunes est en train de submerger le nouveau monde d'Emmanuel Macron, qui n'avait de nouveau que le nom
 
La révolte des Gilets Jaunes, qui menace désormais très sérieusement nos institutions et pourrait provoquer la chute du gouvernement, la dissolution de l'Assemblée, et peut-être, la fin de la Ve République, est en fait la conséquence directe du hold-up d'Emmanuel Macron sur le système politique français. 
En montrant qu'il était possible de partir quasiment seul à l'assaut de la présidence de la République, sans passer par les étapes intermédiaires jusqu'ici jugées incontournables, en entrainant simplement dans son sillage une armée de novices, et en levant des fonds comme on finance une start-up, Emmanuel Macron a donné le mode d'emploi d'une nouvelle forme de conception de la démocratie aux Gilets Jaunes. Et ils l'ont saisi à pleines mains, avec de bonnes chances de réussir, eux aussi, leur coup d'Etat...
Car, finalement quelles sont les différences entre les milliers de cellules militantes "En marche", nées spontanément un peu partout en France en 2016 d'un espoir de changement, et les milliers de points de blocage de Gilets Jaunes qui jalonnent l'ensemble du territoire depuis trois semaines ?  Elles sont infimes. 
 
Les Marcheurs et les Gilets Jaunes ont des points communs
Dans les deux cas, la plupart des marcheurs et des gilets jaunes sont novices, n'ayant jamais milité avant. Beaucoup ont erré dans les urnes, ces dix, vingt, trente dernières années. Les uns oscillant plus entre la droite et la gauche, sans enthousiasme, les autres, entre les pseudos extrêmes, sans illusion. Tous partagent ou ont partagé la même insatisfaction, provoquée par un système politique qui ne leur parle plus, ne les représente plus, et sur lequel, surtout, ils n'ont plus la main une fois leurs acteurs (au propre, comme au figuré), élus.
Dans les deux cas, ces mouvements populaires spontanés se sont accompagnés de la même générosité. Celle, d'abord, essentielle, capitale, redoutable, de mettre à la disposition d'une cause du temps, beaucoup, beaucoup de temps ; sans compter ; sans facturer. Celle d'offrir aussi des moyens logistiques stratégiques.
 
Fin 2016, En Marche a trouvé en un claquement de doigts des centaines de locaux au coeur de la plupart des villes de France, permettant de réunir ces militants improvisés, et de créer l'indispensable cohésion, moteur de tout mouvement associatif ou politique. Tout en permettant aussi de stocker tracts, affiches, calicots, et d'organiser les opérations de boitages et de phoning. Le tout mis à disposition ou offert par des gens souvent aisés, cadres ou entrepreneurs, enthousiasmés par le projet de start-up nation dont ils étaient déjà, souvent, les moteurs.
 
Fin 2018, les Gilets Jaunes ont trouvé en un claquement de doigts des centaines de tentes et pergolas pour abriter leurs militants sur les ronds-points des grosses conurbations de France. Permettant d'abriter de la pluie, à défaut de les protéger du froid, ces militants improvisés, et de créer l'indispensable cohésion, moteur de tout mouvement associatif ou politique.  Et sous les pergolas, autant de tables de camping, de braseros, de machines à café, de lampes balladeuses et de rallonges électriques. Mais aussi d'antédéluviens camping-cars et utilitaires diesel, capables d'abriter pour quelques minutes ou pour la nuit les plus déterminés. Sans compter les milliers de paquets d'arabica, de pots de rillettes, et de baguettes. Le tout mis à disposition ou offert par des gens qui n'ont pas grand-chose, quand ils n'ont pas déjà plus rien, dépités d'avoir été mis au banc d'une nation dont ils étaient, autrefois, le moteur.
 
Le coup d'état d'Emmanuel Macron sert de modèle aux Gilets Jaunes
Les différences sont bel et bien infimes entre les marcheurs d'hier et les Gilets Jaunes d'aujourd'hui. Les premiers ont voulu disrupter un système politique vieillissant, pour ne pas dire obsolète, en tout cas en inadéquation complète avec le monde digital dans lequel nous baignons désormais : l'interntocratie. Avec le succès dû à une blitzkrieg inédite apportant au jeune Emmanuel Macron (39 ans) la victoire incroyable que l'on connaît. Les seconds se sont trouvés et mobilisés grâce aux mêmes outils, et ont déjà remporté plusieurs batailles.
Celle de l'opinion qui les soutient très largement, celle de la quasi monopolisation des médias trois semaines de suite, celle des premières reculades, totalement décalées, gravement insuffisantes, d'un gouvernement désormais aux abois. Tout cela, alors qu'ils n'ont pas de leader à leur tête, et ne sont sans doute pas près d'en avoir un...
 
Mais ce qui distingue les marcheurs des Gilets Jaunes, comme cet exposé vient de le souligner (et comme bien d'autres experts, historiens, sociologues ou géographes avant moi), c'est l'origine sociale et géographique de ces deux catégories de rebelles au système.
Il n'y a pas beaucoup de gilets jaunes dans le IIIe arrondissement de Paris, où le futur patron de la start-up nation a recueilli 93,41 % au second tour de l'élection présidentielle. Là bas, on ne roule pas beaucoup au diesel non plus. D'ailleurs, on n'a pas de voiture, ou alors une BMW i8 électrique. Le patron est à Londres ou à New York (quand on n'est pas son propre patron), la banque est digitale, et la cheminée à l'ethanol. Pour la déco : la chaudière gaz à condensation toute neuve se pilote depuis le smartphone. Elle consomme 50 euros de gaz par mois.
A Narbonne, en revanche, où Emmanuel Macron n'a recueilli que 43 % des suffrages, (dont une large partie, comme d'ailleurs partout en France, par défaut), ceux qui tiennent les ronds-points et le péage (incendié par des casseurs, ou des gilets jaunes désespérés ?) roulent au diesel. La plupart des voitures arborent encore les anciennes plaques 11, signe de leur grand âge. Le patron, soit il n'en peut plus, soit, il n'y en a plus. La banque est dans le rouge, et la cheminée brûle le bois rentré pour l'hiver. Au moins, devant, on a chaud, le reste de la maison affiche 15 degrés, malgré les 150 euros de fuel mensuels.
 
La Ve République a vieilli, elle aussi il faut l'ubériser
Bien malin celui qui pourra dire comment les choses vont tourner dans les prochains jours. Mais personnellement, je suis convaincu que cette éruption populaire est salutaire. Une réforme de nos institutions, mais aussi, de notre modèle économique s'impose. Le fonctionnement de la Vè République n'est plus du tout adapté à notre monde moderne, qui exige une démocratie vivante, active, participative. Permanente... Omniprésente ! Et tant pis si cela consiste à ubériser l'Assemblée et le Sénat. Au peuple, par voie de référendum, les grands sujets de société. Aux parlementaires, les questions techniques, juridiques, les ajustements, en respectant les desideratas du peuple. Qui n'a pas oublié Maastricht et le traité de Lisbonne.
Par ailleurs, le mensonge de notre système social-que-le-monde-nous-envie doit être révélé, pour que s'arrête enfin l'accumulation de dettes insupportables qui ont déjà mis à genoux plusieurs pays avant nous. Il faut changer de modèle de société, réunir les familles sous le même toit, à condition de déboucler l'étau scandaleux des règles d'urbanisme contraignantes, contraires à l'intéret général. Pouvoir se loger décemment est un droit consitutionnel.  Enfin l'arrivée, la déferlante même, de l'Intelligence Artificielle, doit être expliquée, accompagnée, encouragée aussi, pour nous permettre de surmonter et dompter cette nouvelle révolution anthropologique, en en faisant un atout pour nous réinventer, et non, une contrainte, une plaie, un laminoir.
C'est le moment, pour tous les hommes et les femmes politiques de bonne volonté, qui ont gardé encore en eux une once de dévouement, de prendre la parole, et d'agir pour encourager la révolution schumpetérienne dont nous avons impérativement besoin.
A défaut, la majorité des passagers de la 3e et de la 2e classe du Titanic vont y laisser leur peau, sans boulot, sans retraite, sans toit, sans rien ! 
Ah, au passage, souvenez-vous qu'en 1912, 40 % des passagers de 1ere classe, aussi, ont sombré dans le naufrage. Qui prendra le risque, parmi les sachants et les puissants, de continuer à fermer les yeux sur ce qui est en train de se passer, alors les Gilets Jaunes manifestent au grand jour pour leur demander de changer de cap, dernier sursaut salvateur de pans entiers de notre société qui ne veulent pas crever sans batailler ? 

Paru sur EconomieMatin, 5 décembre 2018
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
La pire violence

On dégoise sur les violences commises samedi 2 décembre à l’Arc de Triomphe. Une Marianne a été endommagée. Monsieur Philippe s’est dit "choqué par la mise en cause de symboles qui sont les symboles de la France".

Symboles ! A-t-il été choqué lorsque son potentiel Président prétendait à Lyon, aux fins de gagner des voix de patriotes pour le moins suspects, qu’ "il n’y a pas de culture française", lorsque son Président effectif déplorait à Alger le crime contre l’humanité commis par la France coloniale ? Ces assertions ont une formidable portée ; elles sont, dans l’ordre symbolique, infiniment plus violentes que la mise à mal d’un monument. Enoncer qu’il n’y a pas de culture française n’était pas seulement un sot mensonge, c’était un crime contre notre civilisation (sans précédent dans les annales de nos cinq républiques) (1). Enoncer que la France a commis en Algérie "un crime contre l’humanité", c’était se mettre lâchement au diapason du Grand Turc nous accusant de "génocide".
 
Il n’y a pas lieu de réfuter de si grossières inepties ; mais il faut souligner qu’elles trahissent un grossier mépris du pays que l’on prétend gouverner. Au sens absolu, elles le trahissent. Les signes de cette trahison sont multiples, ne les énumérons pas. On ne peut être à la fois un freluquet de la Finance à la solde de l’Europe des banquiers, un courtisan du Qatar résigné à l’invasion islamique, et un représentant crédible du peuple français.
Il n’y a pas à se réjouir des dégâts causés par des "casseurs" (2), mais la Grande Casse, c’est notre Gouvernement qui s’y emploie, soumis qu’il est à des puissances étrangères, soigneux qu’il est de souiller notre Mémoire en détruisant peu à peu les trophées de notre Histoire et en nous infectant de culpabilité.

Nos médias sont des chattemites quand ils pleurnichent sur une Marianne ébréchée et se taisent sur la France lentement déshonorée et devenant étrangère à elle-même.
Monsieur Philippe devrait s’interroger sur ce que c’est qu’un Arc de Triomphe dans un pays où la honte nationale du 19 mars 1962 produit une épidémie de toponymes et de commémorations.
Les violences de ce 2 décembre peuvent être interprétées soit comme un Austerlitz de la reprise en main de la France par les Français décidés à virer leurs Marmonts (3) soit comme la confirmation symptomatique et symbolique par des boutefeux de l’enterrement, programmé par nos Marmonts, de feu la France.
 
(1) Mais son prédécesseur en couvrant de son autorité l’imbécile fiction et le concept foireux d’un "mariage pour tous" - insulte au génie de notre langue et à la justice des ajustements humains – avait commis un crime de même acabit.
(2) Un membre des forces de l’ordre témoigne ; les casseurs étaient des gens d’ "extrême gauche", l’"extrême droite" s’agitait mais ne cassait pas.
(3) Le maréchal Marmont a trahi Napoléon en 1814

Envoyé par l'auteur, 4 décembre 2018
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0
L’impérialisme économique, première cause de la guerre de 1914
 
Ce n’est pas le nationalisme qui fut la cause de la guerre, mais le nationalisme impérialiste, issu des Lumières, aux visées d’abord économiques. Aujourd’hui, la célébration de l’esprit de paix est-elle si éloignée de la logique des intérêts politiciens et idéologiques qui ont fait avorter le projet pacifique de Benoît XV ?
 
"Mon mal vient de plus loin." Pour comprendre à fond la Grande Guerre, il faudrait raconter presque toute l’histoire de l’Europe et sonder les profondeurs de sa culture. De plus, l’Histoire en son tréfonds est un mystère, dont on s’approche moins par l’intelligence politique, ou par l’étude érudite et savante, que par la méditation du symbolisme puissant des visions du prophète Daniel ou de celles de l’Apocalypse de saint Jean.
De passage tout récemment à Saint-Pierre de Rome, je me suis recueilli devant le tombeau de Benoît XV, ce pape qui a essayé en 1916 de mettre fin à la Première Guerre mondiale, dont le déclenchement avait littéralement tué son prédécesseur, saint Pie X. Puissent leurs prières inspirer ces réflexions sur l’Histoire et les véritables causes de la guerre.
Il n’est déjà pas facile de découvrir ce que la raison simplement humaine peut comprendre. Pour l’atteindre, il faut chercher la vérité en la respectant et en la préférant à tout autre intérêt. Or, malheureusement, l’idée que les peuples se feront de l’Histoire est un enjeu de pouvoir entre les partis. Très souvent nous tenons "la vérité captive dans l’injustice". Et si une chose est bien sûre, c’est que la majorité des hommes et femmes de pouvoir se moquent éperdument de la vérité, les idées et les idéaux n’étant pour eux et pour elles que des instruments de pouvoir et des masques de leur volonté de puissance.
 
Roman national ou imposture partisane ?
Pratiquement tout parti ayant accédé au pouvoir offre de l’Histoire un récit simpliste et manichéen, présentant le présent comme l’accomplissement d’une destinée manifeste et la libération par rapport à un passé calamiteux. Les vrais adversaires politiques ou idéologiques sont de sinistres résidus ou d’horribles résurgences des cauchemars du passé. On espère s’assurer la bienveillance et la confiance des peuples en les persuadant de ces inepties. On espère aussi prendre l’ascendant moral sur l’autre, c’est-à-dire le ou les rivaux, identifiés peu ou prou à quelque Mal radical. Il s’agit d’ôter à l’autre l’autorité, voire la parole, en lui injectant de la culpabilisation pour produire en lui de l’inhibition.
Si nous nous comportons ainsi entre concitoyens, à plus forte raison nous comporterons-nous de même entre étrangers. C’est ainsi que la soi-disant réflexion sur les horreurs de la guerre et la célébration de l’esprit de paix peut s’inscrire dans la terrible logique qui, depuis toujours, a produit la guerre.
 
Le roman national est en grande partie une imposture nationale, solidaire des intérêts politiciens et idéologiques des bandits qui ont fait avorter le projet pacifique de Benoît XV. Quel sens y a-t-il à faire rentrer un million d’Alsaciens-Lorrains dans la communauté nationale, en faisant tuer un million et demi de Français et blesser quatre autres millions ?
Benoît XV partait du Père céleste qui regarde tous les peuples comme ses enfants. Aussi importants que soient les désaccords et les conflits d’intérêts, il n’y a pratiquement pas d’enjeu politique pouvant justifier des coûts humains aussi exorbitants que ceux de la Grande Guerre. Cette grande guerre civile européenne était un suicide pour l’Europe dans le monde.
Faut-il pour autant considérer comme des victimes les héros qui combattirent et moururent ? Certainement pas.
Il faut commémorer leur sacrifice et aimer la patrie. Cela n’implique aucun aveuglement. La misère du soldat est de devoir mettre des vertus souvent hors du commun au service de politiques rarement mieux que médiocres. Sa grandeur est de ne pas aimer la guerre et de faire ce qu’il faut dans des situations devenues impossibles.
 
Qui fut à l’origine de cette guerre ?
L’opinion dominante répète que le nationalisme a causé la guerre et que le libéralisme internationaliste est toujours le seul à pouvoir garantir la paix — genre de demi-vérité qui exploite l’Histoire au profit d’intérêts fort peu pacifiques.
Car premièrement, si la cause de la guerre réside dans les nationalismes, ce n’est vrai que si nous précisons bien : nationalismes impériaux. La guerre de 1914 est clairement le choc de tels impérialismes, essentiellement la rivalité de l’empire britannique et de l’empire allemand. 
Deuxièmement, cet impérialisme est complètement issu des Lumières et de leurs idéologies, qui font de chaque État l’incarnation de la Raison. Le libéralisme avant 1914 était inséparable du nationalisme impérial des Britanniques, comme il l’est aujourd’hui de celui des Américains. "
Rule Britania, Britania rules the waves
, etc."
Troisièmement, cet impérialisme n’était pas seulement politique, mais d’abord économique. Je rappelle que l’ouvrage de Lénine, publié avant-guerre, intitulé L’Impérialisme, stade suprême du capitalisme, était basé sur les travaux et le consensus des économistes bourgeois et fut publié librement en Russie avec le visa de la censure tsariste.
 
Et la France là-dedans ?
La France ayant perdu sa chance d’accéder à l’empire à cause des folies de la Révolution et de Napoléon, a dû se positionner entre les deux principales puissances après 1871. Elle avait le choix entre une politique de paix, en se rapprochant de l’Allemagne et en modérant ainsi l’impérialisme britannique, et une politique de guerre, en s’alliant à la Grande Bretagne. La France a d’abord choisi la paix, avec le ministre Gabriel Hanotaux. Au tournant du siècle, la gauche radicale vient au pouvoir. Alignée sur la logique économique anglaise, elle ne peut offrir les réformes sociales qui attendront 1945. Elle a besoin d’ennemis pour faire oublier la lutte des classes ? Le clergé catholique et le Boche feront l’affaire. Donc, avant tout, politique de guerre, par la gauche radicale, jacobine et anticléricale, nationaliste et germanophobe, tel le successeur d’Hanotaux aux Affaires étrangères, Delcassé. L’extrême-droite, par haine de tout ce qui serait raisonnable, vint à la rescousse de la gauche belliciste, cependant que l’Allemagne acculée agit sans finesse et s’abandonna à des instincts brutaux.
Si nous savions lire l’Histoire, nous saurions mieux lire le présent et choisir sagement notre avenir.

Paru sur aleteia.org, 12 novembre 2018
Publié dans Devant l'histoire
Écrit par
En savoir plus... 0
La France qui se tire une balle dans le pied
 
À trois semaines d'intervalle, la France a donné au monde deux visions antinomiques de son célèbre Arc de triomphe. Le 11 novembre 2018, devant un parterre de 70 dirigeants étrangers, le président de la République y faisait un bel éloge du multilatéralisme pour régler les problèmes planétaires et les différends entre les nations. Le 1er décembre, ce monument symbolique des gloires et des malheurs de la France réapparut au monde. Il était nimbé de la fumée des lacrymogènes et des incendies ; il résonnait des cris incohérents des "gilets jaunes" et des vandales.
 
Quel gâchis ! Combien de SMS inquiets n'avons-nous pas reçus le week-end dernier depuis l'extérieur, envoyés par des amis étrangers qui aiment encore la France - sa civilisation, sa langue, son histoire - mais qui se désolent de sa constante dégringolade. Notre pays n'a pas son pareil pour se tirer une balle dans le pied. Il ne se signale plus au monde que par les images délétères de ses grèves, de ses attentats, de ses émeutes. Naguère, il brillait encore, par sa culture, mais aussi par ses réussites industrielles, son Concorde, son TGV, son nucléaire.
Il y a trente ans, nous avons renoncé au colbertisme pour adopter le libéralisme anglo-saxon et la financiarisation de notre économie. Malheureusement, les PME de notre tissu industriel et notre population n'y étaient absolument pas préparées. Le plongeon dans l'économie mondialisée de nos forces productives, sans vérification préalable de leur compétitivité, s'est révélé une catastrophe. La désindustrialisation et le chômage de masse ont envahi les petites villes de province. Les "gilets jaunes" en sont les enfants.
 
Le problème de la France - et son désarroi actuel - est qu'elle a emprunté le chemin inverse de ses concurrents. Elle est devenue de plus en plus socialiste, alors que ses partenaires commerciaux l'étaient de moins en moins. Ce n'est pas une position très facile à tenir que d'être pratiquement le dernier pays socialiste de la planète ! Le socialisme à la française est une chose ancienne. Il commence avec Giscard (indemnisation du chômage à 90 %, autorisation préalable de licenciement, APL, etc.), pour s'aggraver ensuite considérablement avec Mitterrand, Jospin et Hollande. Les gouvernements de droite ne sont que des intermèdes où, par peur de la rue, l'on ne touche pas au système, que l'on finance par toujours plus de dette. Macron constate à juste titre que cela ne pourra pas durer éternellement. On le traite aussitôt de méprisant.
 
Le monde étranger reste perplexe face aux contradictions des Français, qui réclament toujours plus de services à leur État-papa, mais qui hurlent dès qu'il s'agit de les financer. En Amérique, en Asie et dans la majorité des autres pays européens, les citoyens ont compris que le pouvoir d'achat n'était pas quelque chose qu'on pouvait augmenter d'un coup de baguette magique et qu'il fallait d'abord produire plus de richesses. C'est un raisonnement de base, qui a l'air d'échapper à nombre de nos compatriotes.
 
Les "gilets jaunes" reprochent à Macron d'avoir supprimé (en partie) l'ISF. Les pays étrangers ont du mal à comprendre, car ils se sont tous débarrassés de cet impôt imbécile, qui fait fuir les investissements productifs. En France, l'ISF pouvait rapporter quelque 7 milliards par an. Mais, en faisant fuir les familles riches, il a engendré un manque à gagner fiscal de plus de 30 milliards (en impôts classiques que ces familles auraient continué à payer en France). Dans les cultures anglo-saxonne et asiatique, l'impôt sert à financer les dépenses de l'État, pas à punir le riche. En France, le riche est l'ennemi. À Paris, on raye les belles voitures, car on est jaloux. À Londres ou à New York, on les admire sans les toucher, car on espère que soi-même ou ses enfants seront un jour capables d'en acheter.
 
La triste réalité est qu'il n'y a plus un seul pays au monde qui admire l'égalitarisme à la française. Car le socialisme hexagonal ne marche même pas bien. Les Français ont les prélèvements obligatoires les plus lourds du monde, mais ils se plaignent constamment de la médiocrité des services qui leur sont rendus en contrepartie. À l'étranger, on ne confond pas le peuple avec la foule, le démos avec l'okhlos. Les "gilets jaunes" veulent s'exprimer ? Qu'ils utilisent les voies de notre démocratie. Qu'ils présentent une liste aux élections européennes : on verra enfin leur programme… et leur score.
Les correspondants étrangers à Paris restent bouche bée face à ces télés et radios françaises d'"information" en continu, qui ont appliqué à Macron leur règle des 3 L (d'abord je lèche, ensuite je lâche, enfin je lynche). Ils estiment à raison que si Macron ne méritait peut-être pas cet excès d'honneur de mai 2017, il ne mérite sûrement pas l'indignité dont on l'accable aujourd'hui.

Paru dans Le Figaro, 4 décembre 2018
Publié dans En France
Écrit par
En savoir plus... 0
Gilets Jaunes : les raisons d’une colère populaire parfaitement logique
 
Je suis toujours complétement abasourdi par l’aveuglement de ceux qui prétendent nous diriger. Il m’arrive de penser que dans le fond, ils n’ont aucune compréhension des notions économiques de base qui devraient guider leurs actions et pour en faire la démonstration, je vais prendre l’exemple de la révolte des gilets jaunes qui semble se propager un peu comme les feux de tourbe autrefois, disparaissant ici pour réapparaitre un peu plus loin et ainsi de suite.
 
Je vais commencer par la notion de valeur qui est centrale à toute compréhension économique.
Je choisis souvent l’exemple de l’aigue-marine que ma mère portait sur sa main gauche. Cette aigue-marine n’avait pas grande valeur "marchande" mais pour moi elle avait une valeur infinie et donc elle n’avait pas de prix. La valeur est ainsi une notion purement subjective.
Ce qui m’amène à ma deuxième notion le passage de la valeur subjective à un prix objectif.
D’ici quelques dizaines d’année plus aucune personne vivante n’aura connu ma mère et cette bague, à la faveur d’un héritage ou d’un partage retrouvera un prix et changera de main, si j’ose dire. Et à cette occasion, prix et valeur seront équivalents pendant un très court instant, avant que de se séparer à nouveau, si cette bague orne une autre main qui sera vénérée par un autre fils.
Mais la chose importante dont il faut se souvenir, c’est qu’il y a des infinités de valeur qui se baladent dans le monde des hommes et qu’un objet ou un service peut changer de main soit par un troc soit par un échange d’argent contre objet et c’est cette deuxième transaction qui détermine le prix. Et, la chose phénoménale, est que de la fixation de ce prix si elle est libre nait une intense satisfaction pour les deux parties. Ce n’est pas la transaction qui crée de la valeur, c’est le fait que les deux parties soient libres. En fait un échange consenti librement entre deux parties accroit le bonheur général.
 
Milton Friedman disait toujours que la seule différence entre l’homme et l’animal était que l’homme était la seule créature à pratiquer l’échange volontaire et que c’était de ces échanges consentis librement que venait la civilisation. J’aimerai rajouter quelque chose à cette brillante idée : la recherche de l’échange gagnant-gagnant semble être une caractéristique plus féminine que masculine.
Laissez quelques petites filles dans une pièce et revenez quelques temps après, elles seront sans doute en train de jouer à la marchande alors que des garçons seront en train de se taper dessus. Il semble bien donc que la prise en compte de "valeurs" précédant la recherche d’un "prix" soit une caractéristique plus féminine que masculine et j’y reviendrai un peu plus bas.
 
Si donc, il est vrai qu’un nombre très important de femmes aient été présentes parmi les gilets jaunes, cela semble indiquer que la politique de monsieur Macron et de son gouvernement heurte beaucoup plus de valeurs "féminines" que la plupart des autres politiques débiles suivies par les gouvernements précédents et qui semblaient laisser les femmes de marbre.
Il va me falloir expliquer cette émergence de la colère féminine, et pour cela je vais en revenir encore une fois à des notions que tout un chacun devrait connaitre mais que nos élites semblent ignorer complétement.
 
Prenons une transaction de base monétaire argent contre service ou argent contre bien, qui permet la détermination d’un prix.
Si je suis celui qui achète, la question devient : comment se procurer l’argent qui va me permettre d’acquérir ce dont j’ai envie ? La réponse pour 95 % des gens au moins est : par mon travail d’aujourd’hui ou par mon travail du passé (mon épargne).  J’exclus le vol à ce point du raisonnement.
Ce qui me permet d’en venir à une seconde notion, celle de revenu qui limite mes dépenses dans le temps. Et tout un chacun sait que, et les revenus du travail et les revenus de l’épargne (taux d’intérêts zéro) ont baissé depuis une quinzaine d’années et que ce fut le résultat d’une politique menée aussi bien par la gauche que par la droite dans les pays du sud pour défendre le saugrenu Euro.
Or tous les économistes savent ou devraient savoir que ce qui compte pour la satisfaction des gens, ce n’est pas leur niveau de revenu relatif ou absolu mais que leur revenu à chacun d’entre eux croisse au travers du temps.
S’il il y a une hausse du revenu tout va bien, stagnation, la grogne s’installe, baisse la fureur gronde.
Depuis des années, le niveau stagnait.
Depuis l’arrivée de monsieur Macron au pouvoir, il baisse puisque toutes les mesures prises par le nouveau Président sont basées sur la conviction qu’il faut que le revenu moyen du français de base, baisse…  Et, c’est ce que le groupe de bobos qui l’entoure appellent "réformer". Réformer serait suivre une politique qui permette au revenu moyen de monter, mais pour cela il faut avoir du courage puisqu’il faut s’opposer aux puissants et non pas taper sur les faibles.
Qui sème le vent récolte la tempête… Même la sagesse populaire connait cette réalité
 
Poussons plus loin notre analyse du revenu.
Quiconque a des revenus limités sait qu’une grande partie de l’argent qu’il gagne devra être consacré à des tas de choses qui n’amusent personne et surtout pas celui qui paye : citons au hasard loyer, assurance, impôts, dépenses de nourriture, écoles des enfants, remboursement des emprunts…
Tant et si bien que les économistes calculent quelque chose qui s’appelle "revenu après dépenses obligatoires".
Et pour la plupart des gens, c’est l’évolution de ce revenu-là qui compte et pour une raison très simple que j’ai expliquée dans la première partie : c’est de l’échange de ce revenu-là contre des biens et des services acquis auprès de tierces personnes que vont venir les satisfactions.
Et donc, si le revenu général stagne, toute augmentation des dépenses obligatoires (qui ne procurent aucune satisfaction) amènera à une baisse des dépenses amusantes. Si en plus le revenu baisse, se déclenchera une considérable et bien compréhensible fureur de la victime.
Prenons un exemple : un travailleur qui gagnerait 1500 Euros par mois et qui devrait consacrer 80 % de ses dépenses à des achats forcés, dont 10 % pour le chauffage de sa maison et le prix de son carburant pour se rendre à son travail.
Tout compte fait, il lui reste 300 Euros par mois pour faire des dépenses qui l’amusent (aller voir jouer le BO à Aguilera, par exemple), ce qui n’est pas beaucoup surtout si l’on sait qu’il “coute” en fait 3 000 Euros à son employeur en frais réels.
Imaginons qu’un gouvernement de comptables décide de faire monter le prix de l’énergie de 50 % en quelques années pour des raisons de nature magique, comme le fait que la terre serait en train de rentrer dans une ère glaciaire….
A la place d’avoir 300 Euros pour enfin dépenser son argent comme cela lui plait, notre employé n’en a plus que 250 ce qui veut dire un effondrement de 16.66 % de son niveau de satisfaction, ce qui est gigantesque.
 
Et du coup, il passe un gilet jaune et j’en ferai autant et voici pourquoi : autrefois, le serf se définissait comme celui qui n’avait pas le droit de bouger, il était attaché à sa terre. Ne pas pouvoir bouger, c’est donc être un serf.
Augmenter le prix de l’énergie c’est donc ramener au servage des millions de gens (le grand rêve des écolos). Or Jacques Bonhomme n’a pas du tout envie de redevenir serf. Et que fait Jacques Bonhomme quand il n’est pas content ? Une bonne Jacquerie.
En fait, nous sommes donc en train de connaitre la première grande Jacquerie contre la pensée dominante écologique qui comme chacun le voit entrainera inéluctablement la réapparition du servage en France aboli pourtant depuis des siècles.
 
Mais venons en à la présence des femmes dans ce gigantesque happening
Et ici, je vais utiliser la pensée d’un homme prodigieux qui est apparu sur la scène médiatique il y a environ trois ans, un Canadien du nom de Jordan Peterson, professeur de psychologie à l’Université de Toronto et dont les vidéos sur You Tube ont été vues par des dizaines de millions de personnes.
Pour ceux qui comprennent
l’anglais, précipitez-vous et écoutez, c’est incroyable de qualité.
Que dit-il des différences entre homme et femme ? qu’elles sont réelles et profondes.
A ce sujet, il cite souvent l’exemple de la Suède, le pays qui depuis un siècle a le plus fait pour qu’il n’y ait aucune différence dans l’éducation entre les garçons et les filles, ce qu’il trouve très bien.
Et pourtant c’est le pays ou les choix de profession entre les deux groupes sont les plus fortement différenciés en fonction de deux sexes. Pour faire simple, les filles vont dans l’éducation et la médecine, les garçons dans l’informatique ou deviennent ingénieurs, ce qui est complétement contraire aux attentes des féministes.
Son explication ?
 
Les femmes s’intéressent aux gens, les hommes aux choses, et c’est une réalité qui est visible dans toutes les batteries de tests qui ont été mises au point dans les cinquante dernières années, au point que l’on peut considérer qu’il s’agit-là d’une vérité scientifique. Rendre les femmes plus libres les amène à choisir ce qu’elles préfèrent et encore une fois en tant que libéral, je ne peux qu’approuver des choix faits librement.
Et du coup, les femmes dans la réalité peuplent les associations caritatives et seront volontaires pour s’occuper des crèches, des plus anciens, des handicapés, de faire le catéchisme, d’aider dans les refuges d’animaux etc… et encore une fois cela est démontrable statistiquement par les grands nombres, ce qui ne veut pas dire qu’il n’existe pas de femme ingénieur ou programmeur ou d’homme infirmier.
Revenons à mon individu qui gagne 1500 Euros par mois et supposons cette fois ci qu’il s’agisse d’une femme.
Si le prix de l’énergie monte, cela n’aura aucune influence sur la billetterie du BO puisque de toutes façons, elle n’allait pas au match, mais cela l’empêchera d’aller visiter une prison ou de s’occuper d’enfants autistes. Or, c’est de là qu’elle tirait toute sa satisfaction. Elle ne redevient pas serve : elle doit abandonner en fait ce qui donne un sens à sa vie et qui fait que notre société est moins dure pour les plus faibles.
 
Ce dévouement au secteur non marchand d’une part importante de la population est ce qui rend nos sociétés viables. Et ces actions nécessitent que toutes ces personnes de bonnes volontés bougent pour aller à la rencontre de tous ces malheurs individuels.
Augmenter le prix de l’énergie, c’est forcer les femmes à abandonner des gens qui sont déjà complètement seuls.
Peut-on imaginer une pire saloperie de la part des autorités ? Et tout cela parce que ces activités ne sont visibles nulle part dans les calculs du PIB !  Mais on s’en fout du PIB à la fin ! Combien de gens sont morts pour défendre un PIB ? En fait, et comme je l’ai écrit dans le passé en citant Shakespeare "Il y a beaucoup plus de chose dans le monde, mon cher Iago, que ne l’imagine ta philosophie".
 
Nos gouvernements ne connaissent que ce qui peut être mesuré. Nous sommes gouvernés par des gens qui confondent un plan comptable avec la Bible et les 10 commandements avec les Ukases de la Commission de Bruxelles.
Et j’ai envie de citer la phrase de Fouché commentant l’exécution du Duc d’Enghien à propos de l’augmentation du prix de l’énergie "Cela est pire qu’un crime, c’est une faute".

Paru sur institutdeslibertes.org, 25 novembre 2018
Publié dans Du côté des élites
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version